Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2674-2780

Grec 2701

Cote : Grec 2701  Réserver
Ancienne cote : 140 (Rigault)
Ancienne cote : 140 (Dupuy)
Ancienne cote : 1857 (Clément)
Eustathe de Thessalonique.
Premier tiers du XVIe siècle.
Ce document est rédigé en grec .
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

424 × 285 mm
[I-IV]+1-144 (p.)+145-452 (f.)+[I-IV]

ECRITURE :
Un seul copiste est responsable de cet épais manuscrit. Il s’agit, selon toute vraisemblance, de Michele Rosseto (RGK, II, 391), qui copie 45 lignes par page dans une écriture d’un petit module et insère de nombreuses notes marginales. Deux copistes interviennent pour la copie des derniers folios. Le premier au f. 451v et le second aux ff. 451v-452v.
La surface écrite est de 296×160 mm. Marge supérieure : 33 mm. Marge inférieure : 96 mm. Marge interne : 15 mm. Marge externe : 97 mm.

DECORATION :
Les titres et initiales ornées sont rubriqués.

MATIERE :
Le papier est plié in-folio. Le premier filigrane représente une ancre dans un cercle voisine du numéro 492 dans le répertoire de Briquet (marque attestée en 1522-1536). Sur la fin du manuscrit apparaît un second filigrane, deux flèches en sautoir. Il est assez voisin du numéro 6280 dans le répertoire de Briquet (marque attestée en 1506-1510).

FOLIOTATION :
Le manuscrit a été paginé jusqu’au numéro 144, c’est-à-dire jusqu’à la fin du neuvième cahier, puis il a été folioté par une autre main.

CAHIERS :
Le manuscrit se laisse décomposer en 45 cahiers, qui sont, à une exception près, des quaternions : 30×8 + 1×7 + 14×8.

SIGNATURES :
Les cahiers sont signés, de la main du copiste ayant inséré la pagination, dans l’angle supérieur externe.

PIQÛRES :
Absence de piqûres visibles.

REGLURE :
La réglure, tracée à la pointe sèche, est tantôt du type 30D1 tantôt du type 20D1 Leroy-Sautel.

RELIURE :
Reliure de maroquin rouge aux armes de Henri IV, ais de bois. Les plats sont entourés d’un triple filet doré. Au centre des plats un second filet encadre un médaillon doré identique au fer 7 de la planche 2492 d’Olivier-Hermal-de Roton. Entre les filets deux fers différents représentent la capitale H surmontée d’une couronne fermée (fers 9 et 10 de la planche 2492 d’Olivier-Hermal-de Roton). Les angles du filet intérieur sont ornés d’un fer représentant une fleur de lis surmontée d’une couronne. Le plat supérieur porte la trace de quatre fermoirs, deux en gouttière, un en tête et un en queue. Sur le dos, également orné de filets, deux fers alternent, l’un étant un lis surmonté d’une couronne, l’autre la capitale H couronnée. La date de fabrication de la reliure, 1606, a été apposée en lettres dorées. Le titre EUSTACHII IN ILIAD[EM] PARS II est visible dans la partie supérieure du dos. Au-dessus se trouve la cote 20. Les chants sont simplement mouchetés de taches rouges et les tranches rainurées.

ESTAMPILLES :
Estampille utilisée par la Bibliothèque royale au XVIIe siècle (modèle Josserand-Bruno n°1) aux ff. 1r et 452v.

Historique de la conservation

Ce manuscrit a appartenu à Janus Lascaris, avec deux autres manuscrits des œuvres d’Eustathe de Thessalonique, les Paris. gr. 2695 et 2702. Sa main se retrouve d’ailleurs dans les marges. La liste des manuscrits lascaridiens attribue la copie de ce témoin à Michele Rosseto (RGK, II, 391), attribution que reprend à son compte F. Pontani (2005, p. 470). Les modèles utilisés par Rosseto sont le Paris. gr. 2694 et, en contamination, le Laurentianus 59.3.
Ce manuscrit et le Paris. gr. 2695 ont été utilisés par Niccolò Maiorano pour son édition romaine du Commentaire à l’Iliade. Outre l’analyse philologique, des taches d’encre et des signes typographiques indiquent cela. Une série d’annotations est en outre due à Maiorano.
Le manuscrit a appartenu au cardinal Ridolfi et portait la cote 20 parmi les manuscrits de contenu grammatical. Cette cote se retrouve dans l’angle supérieur externe du f. 1r. Sur ce même folio et au f. 451v apparaît la main de Matthieu Devaris qui note un décompte des folios.

Présentation du contenu

(p. 1-f. 452v) Eustathe de Thessalonique, Commentaire à l’Iliade, chants X à XXIV, éd. M. Van der Valk, Eustathii archiepiscopi Thessalonicensis commentarii ad Homeri Iliadem pertinentes, Leiden, Brill, 1971-1987 : [titre] Εὐσταθίου ἀρχιεπισκόπου θεσσαλονίκης ἐξήγησις εἰς τὰ λοιπὰ τῶν Ἰλιάδος Ὁμήρου βιβλίων, (p. 1-53) Commentaire du chant X, (p. 53-145r) Commentaire du chant XI, (ff. 145r-164v) Commentaire du chant XII, (ff. 164v-195v) Commentaire du chant XIII, (ff. 196r-220r) Commentaire du chant XIV, (ff. 220r-243r) Commentaire du chant XV, (ff. 243r-274v) Commentaire du chant XVI, (ff. 274v-295v) Commentaire du chant XVII, (ff. 295v-320r) Commentaire du chant XVIII, (ff. 320r-332v) Commentaire du chant XIX, (ff. 333r-347r) Commentaire du chant XX, (ff. 347r-366v) Commentaire du chant XXI, (ff. 366v-403r) Commentaire du chant XXII, (ff. 403r-430r) Commentaire du chant XXIII, (ff. 430r-452v) Commentaire du chant XXIV.

Bibliographie


D. Jackson, « An Old Book List Revisited: Greek Manuscripts of Janus Lascaris from the Library of Cardinal Niccolò Ridolfi », Manuscripta, 43-44, 1999, p. 77-133.
D. Muratore, La biblioteca del cardinale Niccolò Ridolfi, Alessandria, Edizioni dell'Orso, 2009, p. 108.
F. Pontani, « Il proemio al Commento all’Odissea di Eustazio di Tessalonica (con appunti sulla tradizione del testo) », BollClass, 21, 2000, p. 5-58.
F. Pontani, Sguardi su Ulisse: la tradizione esegetica greca all'Odissea, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2005, p. 470, n. 1062.
M. Van der Valk, Eustathii archiepiscopi Thessalonicensis commentarii ad Homeri Iliadem pertinentes, Leiden, Brill, 1971-1987, I, p. XXXIX-XLIII.

Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :
Grec 2701. Eustathii Thessalonicensis commentarius in Homeri Iliadis libros X-XXIV.
XV siècle. Papier. 452 fol. (Medic.-Reg. 1857.) Grand format.


2016
Cité p. 73
The Arts of editing medieval greek and latin : a casebook, Toronto : PIMS, (2016).
MSS [8 impr 12543

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Morgane CARIOU.