Fonds Bourdon, Émile

Cote : VM FONDS 133 BDN-1-41 
Fonds Émile Bourdon
1918-1966
Fonds produit par : Bourdon, Émile (1884-1974)
Bibliothèque nationale de France (BnF). Département de la Musique. Paris
1 boîte

Présentation du contenu

Le fonds contient exclusivement des manuscrits musicaux, pour la plupart autographes, d'oeuvres d'Émile Bourdon ou d'arrangements réalisés par lui. À deux exceptions près, toutes ces oeuvres étaient restées inédites du vivant du compositeur et viennent compléter celles entrées dans les collections du département par le dépôt légal.

Biographie ou histoire

Émile Bourdon naît à Lapalisse (Allier) le 14 février 1884. Il étudie d'abord le violon avec Alphonse Weingaertner, qui l'engage à présenter son quatuor à cordes op. 2 (1896) à Charles-Marie Widor. Sur les conseils de Widor, Émile Bourdon étudie le piano puis l'orgue auprès de Louis Vierne. En 1902, il entre au Conservatoire de Paris, où il obtient successivement un second prix d'harmonie (classe d' Albert Lavignac ) en 1905, un premier accessit d'orgue (classe d'Alexandre Guilmant) en 1907 et un second prix de contrepoint (classe de Georges Caussade) en 1908. Il entre en 1909 dans la classe de composition de Widor et en 1910 dans celle d'orgue de Vierne, dont il devient le suppléant à Notre-Dame-de-Paris.

Mais en 1911, la tuberculose interrompt sa carrière : il doit démissionner du Conservatoire et passer cinq ans dans un sanatorium. Il se remet à composer durant cette période. En 1922, appuyé par Widor et par son condisciple et ami Marcel Dupré, il obtient le poste nouvellement créé d'organiste de la cathédrale de Monaco et s'installe à Beausoleil (Alpes-Maritimes). Il occupera cette tribune jusqu'en 1968. Parallèment, il donne des leçons particulières, et enseigne également au conservatoire de Nice de 1951 à 1953. C'est son élève René Saorgin qui lui succèdera à sa tribune comme au conservatoire.

Émile Bourdon écrit sa dernière oeuvre en 1971. Il meurt le 11 juillet 1974, laissant une dizaine d'oeuvres ou recueils publiés et un plus grand nombre de compositions inédites.

Historique de la conservation

La majeure partie du fonds conservé à la BnF provient d'un ensemble plus vaste de documents provenant d'Émile Bourdon que Claude Bourdon, fils du compositeur, fit parvenir en 1996 à son cousin le Dr Louis Sauvé. Quatre autres manuscrits étaient en la possession de Marie-Hélène Van Brabant, élève du compositeur, et un a été donné à l'Association Émile Bourdon par l'Association des amis de l'art de Marcel Dupré.

Informations sur les modalités d’entrée

Don de l'Association Émile Bourdon, 27 février 2014. DDD-MUS-2014-95.

Caractéristiques matérielles et contraintes techniques

Le fonds est communiqué en différé et sur table de Réserve.

Conditions d’utilisation

Reproduction sur accord des ayants-droits.

Documents séparés

Le reste du fonds (musique imprimée, livres, photographies, papiers personnels) est resté en la possession de l'Association Émile Bourdon.

Bibliographie

Sauvé, Louis. Émile Bourdon (1884-1974), organiste et compositeur : un neveu raconte..... Paris : les Éd. de l'Officine, 2004.

Classement

Le fonds était à son entrée classé en cinq séries d'importance inégale (Pièces pour orgue, Musique de chambre [qui comprenait aussi de la musique vocale et orchestrale], Transcriptions d'Émile Bourdon, Arrangements de ses propres oeuvres, Harmonisation par Émile Bourdon). Le même principe de classement a été conservé, avec création de deux nouvelles séries pour la musique orchestrale et la musique vocale, fusion des séries Transcriptions et Harmonisation et répartition des Arrangements de ses propres oeuvres selon l'effectif. À l'intérieur de chaque série, les oeuvres ont été classées par ordre chronologique de composition.