Fonds Guilbert, Yvette

Cote : VM FONDS 24 GUI-1-19
Fonds Yvette Guilbert
[Entre 1915 et 1944]
Fonds produit par : Guilbert, Yvette (1865-1944)
La majorité des documents sont en français ; certains textes chantés sont en latin ou en anglais.
3 boîtes ; Papier.

Présentation du contenu

À l'exception du texte d'un concert-conférence, le fonds contient exclusivement des transcriptions et adaptations de théâtre musical médiéval par Yvette Guilbert.

Biographie ou histoire

Yvette Guilbert (de son vrai nom Emma Laure Esther Guilbert) est née à Paris le 20 janvier 1865. Après avoir travaillé comme vendeuse et couturière, elle débute au théâtre en 1885. En 1889, elle s'essaie à la chanson et aborde le café-concert, sans abandonner le théâtre. Après des débuts difficiles, elle y obtient le succès à partir de 1891 et se produit également à l'étranger jusqu'à la fin du siècle. En 1897, elle épouse Max Schiller, chimiste d'origine allemande, qui lui survivra.

Elle cesse de se produire de 1900 à 1906 pour raisons de santé. Pendant cette période, elle se constitue un nouveau répertoire de chansons anciennes. Pour cela, elle se documente très sérieusement et effectue des recherches dans différentes bibliothèques. De décembre 1915 à avril 1922, elle se trouve aux États-Unis, principalement à New York, où elle se produit dans un répertoire médiéval et donne également des concerts-conférences. Elle y enseigne et fonde même sa propre école de théâtre.

Elle regagne la France en 1922 et fonde le "Théâtre religieux du Moyen âge" avec l'aide de Joseph Bédier et Gustave Cohen. Elle aborde aussi le cinéma et la radio et donne des chroniques à la presse. Elle meurt le 4 février 1944 à Aix-en-Provence.

Historique de la conservation

La plus grande partie du fonds conservé au département de la Musique a été produite pendant le séjour d'Yvette Guilbert aux États-Unis (1915-1922), le reste après son retour en France. Ce fonds fait partie d'un ensemble plus vaste de documents donnés à la Bibliothèque nationale par Max Schiller, mari d'Yvette Guilbert, dont le reste se trouve au département des Arts du spectacle.

Informations sur les modalités d’entrée

Don de M. Max Schiller, 1946 (DON-1891).

Caractéristiques matérielles et contraintes techniques

Le fonds est communiqué en différé et sur table de Réserve.

Conditions d’utilisation

Reproduction soumise à l'autorisation des ayants droit.

Documents séparés

Il existe des fonds Yvette Guilbert au département des Arts du spectacle (Fonds Yvette Guilbert-Irène Aïtoff, cotes 4-COL-28 et FOL-COL-28) et à la Bibliothèque-Musée de l'Opéra.

Bibliographie

Emery, Elizabeth. "From cabaret to lecture hall : medieval song as cultural memory in the performances of Yvette Guilbert", dans Fugelso, Karl William (éd.). Memory and medievalism. Cambridge : D.S. Brewer, 2006 (Studies in medievalism ; 15), p. 3-25.

Des duplicata non annotés de textes dactylographiés ont été éliminés.