Grec 2750 A

Cote : Grec 2750 A  Réserver
Divers textes moraux inédits et Contre les Juifs d' Andronic Comnène
Début du XIVe siècle.
Ce document est rédigé en grec.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

243×170 mm
1-250

ECRITURE :
Cinq mains peuvent être isolées dans ce témoin. Toutes sont anonymes. Le premier scribe est responsable des ff. 1r-88r, 89r-108r, 189r-249v (l. 1-3). Il dispose autour du texte des 88 premiers folios des scholies et copie 24 vers par page aux ff. 89-108. Le second copiste est intervenu dans les ff. 109r-156v (l. 1-9) et 157r-188v. Il copie 29 lignes par page. Son écriture a un aspect très arrondi et les lettres sont relativement détachées les unes des autres. Il est brièvement aidé par un collaborateur qui, aux ff. 156v (l. 10-fin)-157r, prend le relais. Un quatrième copiste est responsable de l’ajout des vers du pseudo-Pythagore et des sentences du pseudo-Phocylide aux ff. 249v-250v. Enfin une main maladroite a ajouté à l’encre claire des calculs au f. 88v.
Au f. 249v, les vers sont copiés comme de la prose.
Le f. 108v est blanc.

DECORATION :
Pour le premier texte anonyme (ff. 1r-88r), les sous-titres et numéros de chapitre sont rubriqués. Par la suite, les sous-titres et initiales sont également rubriqués. Au f. 109r, grand bandeau rubriqué.

MATIERE :
Le papier utilisé est un papier oriental d’aspect un peu pelucheux. Les quinze premiers folios et les ff. 203, 226-235 sont montés sur onglet et les sept premiers folios ont été restaurés dans l’angle supérieur externe. La partie inférieure du f. 108, qui devait être blanche, a été découpée.

FOLIOTATION :
Foliotation moderne dans l’angle supérieur externe à l’encre noire et parfois au crayon de papier.

CAHIERS :
Ce manuscrit est formé de 28 manuscrits de composition variée. Le fil de couture est presque toujours visible et il n’y a pas de réclame. Le premier cahier, formé de quatre folios, constitue en réalité le reste d’un cahier amputé de ses premiers folios.
1×4 (4) + 2×8 (20) + 1×6 (26) + 7×8 (82) + 1×6 (8-2) (88) + 2×8 (104) + 1×4 (8-4) (108) + 10×8 (188) + 1×6 (194) + 1×8 (202) + 1×10 (212) + 1×4 (216) + 1×10 (226) + 1×6 (232) + 1×10 (242) + 1×6 (248) + 1×2 (250)

SIGNATURES :
À partir du f. 109, les cahiers sont signés dans l’angle supérieur externe ou inférieur interne de [α’] à [ιθ’]. Ces signatures, de première main, ont été en partie grattées. À partir du f. 195v apparaissent au centre de la marge inférieure du recto du premier folio et du verso du dernier des signatures qui s’inscrivent dans la continuité du système initié au f. 109 mais qui ne correspondent pas à la répartition en cahiers. Elles sont de seconde main. La dernière de ces signatures apparaît au f. 234r et il s’agit de ιη’.

PIQÛRES :
En fin de manuscrit, quelques piqûres ont été conservées dans la marge externe.

REGLURE :
Le système de réglure, tracé énergiquement à la pointe sèche, est la plupart du temps du type 20D1 Leroy-Sautel.

RELIURE :
Ce manuscrit a une reliure à la grecque confectionnée au monastère Sainte-Anastasie. Dans la thèse qu’elle a consacrée à l’atelier du monastère de Sainte-Anastasie Pharmacolytria, Dominique Grosdidier de Matons a rapproché cette reliure de plusieurs manuscrits parisiens, qu’elle a classés dans le sixième groupe pour leur décor (p. 228, il s’agit des Paris. gr. 1239, 1036, 1259, 499, 321, 386, 1138 A, 235 et du Supplément grec 1183). Ce décor est constitué, sur le plat supérieur, d’une série de cadres imbriqués les uns dans les autres. Le plat inférieur est décoré de losanges parsemés de petits fers. D’après D. Grosdidier de Matons, c’est à l’occasion de la confection de cette reliure que le papier du manuscrit a été restauré (p. 267). Les ais sont en bois et les chants rainurés. La couvrure est en cuir marron et relativement bien conservée. Sur le plat inférieur on observe la trace de deux fermoirs qui étaient disposés en gouttière.

ESTAMPILLES :
Estampille utilisée par la Bibliothèque royale au XVIIIe siècle (modèle Josserand-Bruno n°7) aux ff. 1r et 250v.

Historique de la conservation

La copie du manuscrit doit être rattachée aux vingt premières années du XIVe siècle (voir D. Bianconi, p. 37, n. 67). Il porte une reliure caractéristique du monastère de Sainte-Anastasie Pharmacolytria et l’on peut voir la note d’appartenance à ce monastère, à côté de diverses annotations, ainsi que la capitale A qui l’accompagne toujours (cf D. Grosdidier de Matons p. 267) sur le folio qui a été collé sur le contre-plat supérieur (τῆς ἁγίας Ἀναστασίας). D’après les travaux de D. Grosdidier de Matons, cette reliure a été confectionnée au monastère Sainte-Anastasie à la fin du XVIe siècle, après 1580 (p. 298-299). Ce manuscrit a été rapporté en France par la mission effectuée par Sevin en Orient dans les années 1728-1730 (cf H. Omont, p. 1118).

Présentation du contenu

(ff. 1r-88r) Chapitres moraux anonymes et inédits sur les femmes, la calomnie, la noblesse, les flatteurs, la beauté, la peur, l’éloge et le blâme, le rire etc., fin du chapitre XXXI- chapitre C : [absence de titre], [explicit] φησὶν ὁ σοφώτατος σολομών.
(ff. 89r-108r) Poème moral anonyme et inédit (cf O. Mazal) : [absence de titre], [incipit] Νῦν ἤδη πάντων βέλτιστε, [explicit] ὡς ποιητὴς καὶ βασιλεῖ πάντων καὶ κηδεμόνι.
(ff. 109r-249v) Andronic Comnène, Contre les Juifs, cf version latine dans Migne, PG, 133, 797-924 : [titre] ἡ δογματικὴ τῶνδε τῶν λόγων χάρις, τὴν ἑβραϊκὴν ἐξελέγχουσα πλάνην, [explicit] τοὺς αἰῶνας τῶν αἰώνων.
(f. 249v) Pseudo-Pythagore, Carmen aureum, vers 1-32 : éd. D. Young, Theognis, Leipzig, Teubner, 197, p. 86-94 : [titre] Πυθαγόρου τὰ χρυσᾶ ἔπη.
(f. 250r-v) Pseudo-Phocylide, Sentences, vers 29-113 : [absence de titre].

Bibliographie


D. Bianconi, Tessalonica nell'età dei Paleologi. Le pratiche intellettuali nel riflesso della cultura scritta, Paris, Centre d'études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2005, p. 37, n. 67.
D. Grosdidier de Matons, L’atelier du monastère de Sainte-Anastasie Pharmacolytria en Chalcidique, Paris, Thèse inédite EPHE, 1984, p. 267-272.
O. Mazal, « Das Moralische Lehrgedicht in Cod. Paris. Gr. 2750 A : ein Werk eines Nachahmers und Plagiators des Konstantinos Manasses », BZ, 60, 1967, p. 249-268.
H. Omont, Missions archéologiques françaises en Orient aux XVIIe et XVIIIe siècles, II, Paris, 1902, p. 1118.

Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :
Grec 2750 A. Anonymi capita moralia XXXI.-C, initio mutila, cum scholiis (1) ; — Anonymi capita alia moralia : Νὖν ἤδη πάντων βέλτιστε... (89) ; — Anonymi tractatus de veritate Christianæ religionis adversus Judæos : Ἐπειδήπερ πολλοὶ τὴν τῶν παρανόμων... (109) ; — Pythagoræ versus aurei (249 v°).
XIII siècle. Bombycin. 250 fol. Petit format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Morgane CARIOU.

Documents de substitution

Ce manuscrit est microfilmé (MF 28 531).

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 28531. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 7788.