Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2674-2780

Grec 2754

Cote : Grec 2754  Réserver
Ancienne cote : Colbert 5389
Ancienne cote : Regius 2730.5
Jean Bordat, Glossaire de termes poétiques grecs.
Milieu du XVIe siècle.
Ce document est rédigé en grec.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

256×175 mm
[I-II]+1-347+[I-II]

ECRITURE :
Tout le manuscrit est dû à un seul et même copiste renaissant qui se nomme au f. 1r et au f. 347v, Ἰωάννης Βώρδατος. Son écriture est d’un petit module et le nombre de vers à la page est très variable. Il est fonction du nombre de lemmes. Le nombre d’entrée varie entre 0 et 6 par page. La mise en page ménage de grands espaces blancs mais lorsque la page est couverte d’écritures, les marges sont quasiment inexistantes.
Au f. 347r le copiste a inscrit une liste d’auteurs et au dos de ce verso diverses sentences parmi lesquelles un hémistiche d’un vers du pseudo-Oppien, πόνῳ δ’ ἅμα τέρψις ὀπηδεῖ, (Cynégétiques, I, 54) ou encore un vers de La suite d’Homère de Quintus de Smyrne, Ἀλλ’ οὐδ’ ὧς μένος εἶχον ἐελδόμενοί περ ἀλύξαι (VI, 538).
Il y a de très nombreux folios blancs, en particulier les ff. 324v-345r.

DECORATION :
Le manuscrit ne présente aucune espèce de décoration.

MATIERE :
Le manuscrit est composé d’un unique papier, plié in-folio. L’écart moyen des fils de chaîne est de 22 mm et le premier filigrane (présent surtout dans les 229 premiers folios) représente un écu au centre duquel se trouve une fleur à cinq pétales. Cet écu est surmonté d’une croix autour de laquelle s’enroule du lierre et souligné par une cartouche qui présente les lettres IR. Les répertoires de filigranes ne présentent pas d’équivalent exact. Le second filigrane (présent surtout aux ff. 229-347) représente également un écu. En son centre une fleur de lis surmontée d’une croix autour de laquelle sont disposées trois feuilles. Sous l’écu un cartouche porte les lettres SR. Cette marque est quasiment identique au numéro 1638 dans le répertoire de Briquet (marque attestée à Famechon en 1552).
L’angle supérieur externe du f. 167 a été déchiré avant le foliotage. Il en va de même pour la marge supérieure des ff. 43, 54 et 55.

FOLIOTATION :
Foliotation moderne dans l’angle supérieur externe. Il existe un folio non folioté entre le f. 68 et le f. 69. Cette omission est due au fait que le folio est amputé de sa moitié dans le sens de la longueur.

CAHIERS :
Il est difficile de déterminer une composition en cahiers pour ce manuscrit qui, au vu du classement alphabétique du texte, était peut-être à l’origine une suite de folios ou bifeuillets ajoutés en fonction des besoins. Le fil de couture ne s’observe nulle part et il n’existe aucun système de signatures contemporain de la copie du texte. Toutefois, les marges inférieures internes portent des numéros de cahier notés, vraisemblablement par le relieur, au crayon de papier. D’après ce système, le manuscrit est composé de 38 cahiers d’une grande irrégularité.
2×8 + 2×7 + 1×9 + 2×10 + 1×6 + 1×9 + 1×8 + 2×10 + 1×8 + 1×10 + 1×9 + 1×10 + 1×5 + 1×10 + 3×9 + 1×11 + 1×9 + 2×10 + 2×9 +1×10 + 1×8 + 1×10 +1×12 + 1×8 + 2×11 + 1×9 +1×11 + 1×8 + 1×11

SIGNATURES :
Il n’existe pas de système de signatures qui soit de première main. On relève toutefois dans les marges inférieures internes une numérotation au crayon de papier. Le numéro 4 se trouve sur le talon d’un folio qui a été découpé.

PIQÛRES :
Absence de piqûre visible.

REGLURE :
Le manuscrit a été réglé à l’encre d’un trait vertical simple qui divise la page en deux.

RELIURE :
Reliure au chiffre de Louis XVIII en veau raciné et à encadrement doré. Le dos est composé d’une pièce de cuir rouge compartimentée sur laquelle le chiffre de Louis XVIII et des fleurs de lis dorés ont été apposés alternativement. On peut y lire le titre ONOMASTICON.

ESTAMPILLE :
Estampille utilisée par la Bibliothèque royale au début du XVIIIe siècle (modèle Josserand-Bruno n°5) aux ff. 1r et 347v.

Historique de la conservation

Ce manuscrit est l’œuvre de Jean Bordat de Bourges, connu par ailleurs pour être l’auteur d’une traduction latine, parue en 1561 à Paris, de la Paraphrase de l’Ėvangile selon Saint Jean due à Nonnos de Panopolis. Le premier mot de son glossaire, créé progressivement à partir de ses lectures, est ἄγγος et le dernier πόλεμος. Les citations sont tirées des œuvres de Pindare, Bacchylide, Tryphiodore, Hésiode, Quintus de Smyrne, Oppien et des poèmes orphiques. Jean Bordat semble s’être intéressé à la poésie grecque d’époque impériale en particulier.
Le manuscrit a fait partie de la bibliothèque de Jean-Baptiste Colbert, où il portait la cote 5389, visible au f. 1r. Les manuscrits de la bibliothèque de Colbert ont été intégrés à la Bibliothèque royale à partir de 1732. La cote 2730.5 a alors été attribuée à ce manuscrit par l’abbé de Targny, chargé du département des manuscrits de la Bibliothèque du roi jusqu’en 1737. Cette cote fut éphémère puisque l’actuelle cote date de 1740. Cette cote a été notée dans la marge inférieure du folio 1.

Présentation du contenu

(ff. 1r-347v) Glossaire de termes poétiques grecs composé par Jean Bordat : [titre] Τὰ τῶν ἐπιθέτων ὑπομνήματα συλλεγέντα ἐκ τῶν παλαιῶν ποιητῶν καὶ συναρμολογηθέντα παρὰ Ιω. Βωρδάτου τοῦ Βιτουρικοῦ.

Bibliographie

Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :
Grec 2754. Epitheta varia, e veteribus poetis alphabet. collecta a Joanne Bordato Bituricensi.
XVI siècle. Papier. 347 fol. (Colbert. 5389.) Petit format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Morgane CARIOU.

Documents de substitution

Ce manuscrit est microfilmé (MF 9 730).

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 9730. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 113085.