Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 15176-16718 [Sorbonne] > Latin 15417-15858

Latin 15723

Cote : Latin 15723  Réserver
Ancienne cote : « 30 » (Sorbonne, 1338)
Ancienne cote : « 187 »(Sorbonne, XVIIe s.)
Ancienne cote : « 541 » (Sorbonne, XVIIIe s.)
XIIIe s. (vers 1230-1240)
Ce document est rédigé en latin .
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Paris . Une seule main, aussi responsable d’une partie de la glose. On note la mention du prix de la copie après décompte du nombre de feuillets et du numéro d’ordre du cahier (f. 196v) : « 200 folia, vicesimus, 65 sol. par. et plus » Le ms. a été soigneusement corrigé : on remarque, en marge, les fréquentes corrections ainsi que les oublis du copiste cernés par de l’encre rouge (p. ex. f. 51 à 56). En fin de la plupart des cahiers (marge inférieure) est portée, à la mine de plomb, la mention « totus correctus » (voir f. 9v, f. 28bisv, f. 48v, f. 68v, f. 78v, f. 88v, f. 98v, f. 118v, f. 128v, f. 138v, f. 168v, f. 178v, f. 188v et f. 196v). 2 col. de 50 l .
Initiales-puzzle filigranées (f. 2ra, 3va, 4ra, 63va, 111va, 146ra, 147vb) à l’encre rouge et bleue ; lettres filigranées alternativement rouges à filigrane bleu et bleues à filigrane rouge (2 l.) ; Majuscules alternativement à l’encre rouge puis bleue. Les titres des chapitres ou les grandes articulations sont rubriqués. Un espace a été ménagé au f. 110v pour l’initiale filigranée et l’incipit.Titres courants à l’encre rouge et bleue. Numérotation des distinctions dans l’angle supérieur droit probablement de la main du copiste. En marge, numérotation fréquente des distinctions par le copiste (encre rouge et bleue). Table des capitula : 3 col. pour les L. II-IV, capitula copiés en solution de continuité. Majuscules alternant rouge/bleu, les lettres d’attente sont visibles dans les majuscules rubriquées. Bout-de-ligne à l’encre rouge ou combinant l’emploi de l’encre rouge et noire. Pour le L. I, 2 col., capitula copiés sans solution de continuité, lettres d’attente visibles sous les majuscules alternativement rouge et bleues.
Parchemin, piqûre apparente à partir du f. 179.202 ff. , 330 x 215 mm ( just. = 195 x 120 mm) ; marge sup. = 35 mm ; marge inf. = 99 mm ; marge ext. = 67 mm ; marge int. = 33 mm ; entrecolonne = 12 mm .
Foliotation moderne ; 21 cahiers : les deux feuillets de garde (f. 1 et 201) appartiennent à un binion dont l’autre feuillet a été collé sur les contreplats ; 1 (2-9) 4 ; 2 (10-19) 10 ; 3 (20-28bis) 10 ; 4 (29-38) 10 ; 5 (39-48) 10 ; 6 (49-58) 10 ; 7 (59-68) 10 ; 8 (69-78) 10 ; 9 (79-88) 10 ; 10 (89-98) 10 ; 11 (99-108) 10 ; 12 (109-118) 10 ; 13 (119-128) 10 ; 14 (129-138) 10 ; 15 (139-148) 10 ; 16 (149-158) 10 ; 17 (159-168) 10 ; 18 (169-178) 10 ; 19 (179-188) 10 ; 20 (189-196) 8 ; 21 (197-200) 2 ; réclames (f. 9v, 28bis v, 38v, 48v, 58v, 68v, 78v, 88v, 98v, 108v, 118v, 128v, 148v, 158v, 178v, 188v). Tous les cahiers sont signés : la signature est, dans la plupart des cas, au verso du dernier feuillet de chaque cahier. Certains cahiers comportent aussi une signature dans l’angle supérieur gauche du premier feuillet (voir f. 10, f. 29, f. 49, f. 59, f. 69, f. 179). On remarque l’emploi probable du terme « pecia » pour désigner le cahier 3 (voir f. 20, angle supérieur gauche : « .III. pecia [?] »).
Réglure à la mine de plomb
Reliure en peau avec titre à l’encre au dos « Magister/Sententiar/Ms » .
Estampilles de la bibliothèque de la Sorbonne : f. 2, f. 121, f. 196v ; Estampilles de la Bibliothèque nationale correspondant aux années 1792-1802 (cf. Josserand-Bruno, 277 type 17) : f. 2, f. 199v ; Estampille de la Bibliothèque impériale correspondant aux années 1865-1870 (cf. Josserand-Bruno, 289-290 type 37) : f. 1v .

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Collège de Sorbonne . Ex-libris gratté du donateur (f. 196v, marge supérieure) : « Iste liber est magistri R » recouvert par l’estimation « Precii .C. sol. », répétée dans la marge inférieure du même feuillet et suivie de la cote du collège de Sorbonne (f. 196v) : « 30 ». Ex-libris gratté de la Sorbonne (f. 196v, marge inférieure) : « Iste liber est collegii pauperum magistrorum in theologia studentium »Cf. catalogue de 1338, N.a.l. 99 « Sentencie 22 », [p. 64] : « 30. Sentencie ex legato magistri Reginaldi de Suessione incipit in secundo folio pria persona [f. 3ra] in penultimo que beatitudinis [f. 195ra]. Precium centum sol. »Légué entre 1290 et 1306-1309 au collège de Sorbonne par Renaud de Soissons avec au moins six autres mss. Ont été conservés les mss. lat. 15338, 15780, 15822, 16504. Le nom de Renaud de Soissons est cité en 1278, dans le ms lat. 15958. Peut-être s’agit-il aussi du même personnage dans une note du lat. 15780. Cf. Glorieux, Aux origines , I, p. 325 ; Delisle, Cab. des mss. , II, p. 171. Sur la date du legs, voir Rouse, R. H., « The Early Library of the Sorbonne… », notamment p. 243.
Emprunteurs : [d’après Le registre de prêt …, p. 721] : Amandus de Brevimonte (avant 1404) ; Johannes de Galencop (avant 1405) ; Philippus Moleti (1434) ; Gerardus Dumhiere (avant 1404) ; Judocus de Liza (avant 1414) ; Johannes Riviere (1422) ; Alardus Palenc (1431) ; Johannes Vrediere (1429) ; Johannes de Castellione (1435) ; Petrus de la Hazardiere (1435) ; Derianus Petri (1446) ; Stephanus Godeau (1459) ; Lucas de Molendinis (1455 ?) ; Jacobus Britonis (1460) ; Michael Parvi (1467) ; Petrus Scissoris (1468).
Prix : « Precii .C. sol. », répété dans la marge inférieure (f. 196v). Cette estimation ne correspond pas au prix relevé f. 196v, qui correspond probablement au prix de la copie (« 65 sol. et plus »).
Ancienne cote : cote de 1338 : « 30 » (f. 196v) ; Cote XVIIe s. « 187 » (f. 2), cote XVIIIe s. « 541 » contreplat supérieur, accompagnée de la mention « Ce manuscrit du 13e siècle contient, 1°. les 4 livres du maître des Sentences, 2°. Questions sur la foi, l’espérance, la charité ».
Annotations : On peut relever l’intervention de trois mains principales.
- La main « A » apparaît au cours du L. I (f. 33v) et est responsable d’un commentaire marginal extrêmement complet, comportant notamment des questiones . Elle emploie une écriture de petit module, très lisible, chronologiquement proche de la copie du ms (v. 1240). Elle annote une grande partie du L. I, les L. III et IV. Elle s’appuie sur une réglure et emploie un système d’appel de notes à l’encre rouge au dessin complexe (voir par ex. f. 33v-34). Elle est aussi responsable de la copie des questiones en fin de ms. Les annotations de « A » sont avant tout des annotations marginales. Elle se soucie peu de l’établissement d’un apparat critique. Ses remarques sont extrêmement rédigées et portent avant tout sur les contradictions apparentes des Sentences avec d’autres textes autoritatifs ( questiones circa litteram ) et sur les difficultés nées de la lectio ( questiones ). Chaque remarque longue commence par une sorte de résumé de la distinction et par une présentation rapide de la materia . La glose copiée par la main A est, du moins pour le L. IV, très proche de la glose figurant dans le ms Vat. Lat. 691 (Voir BOUGEROL, J.-G., « La glose sur les Sentences du manuscrit Vat. Lat. 691 », Antonianum , 55, 1980, p. 108-173.)
- Il semble que la main « A » ait pris le relais de la main « B ». Cette dernière est présente dans les marges du L. I, jusqu’au f. 33v ; plus cursive que « A », de très petit module et moins lisible, elle annote abondamment les premiers feuillets du ms. Elle disparaît ensuite. On note que la plupart de ses interventions sont annoncées par un G (pour Glosa). Voir par ex. f. 27v, f. 28 etc. Elle se livre au même type d’annotations que la main « A ».
- Une troisième main, « C » date de la première moitié du XIVe s. : cursive, très abrégée, aux lettres aigües, elle est assez difficile à lire. Elle est très abondante au début du L. I, plus ponctuelle ensuite, mais constante dans l’ensemble du Livre des Sentences . Elle annote fort peu le L. II (voir cependant f. 78va, marge ext., f. 87rb, marge ext., f. 98r, marge inf.) et le L. IV, mais elle est responsable du commentaire figurant au f. 1 et au f. 200v, qui portent précisément sur des distinctions du L. IV. C’est elle aussi qui esquisse une liste de propositions non tenues pour les L. I et II. Le contenu de ses remarques, en général assez brèves, consiste en une analyse de la structure de certains passages des Sentences et se double d’une divisio textus (voir par exemple f. 13rb, marge ext., f. 60rb, marge ext.)
On relève l’intervention ponctuelle d’au moins trois autres mains
- une autre main du XIVe s. (voir f. 3v, marge inf. ) qui semble avoir indiqué quelques conclusiones . Voir par exemple f. 5rb, marge ext. ; f. 7rb, marge ext. ; f. 7v-8, marges latérales et inf. etc.
- une main du début du XIVe s. écrivant dans un tout petit module (voir f. 10r, marges int. et ext. ; f. 22rb, marge ext. ; f. 55rb, marge ext.).
- une main du XIVe s. a aussi indiqué une série d’intitulés de questiones sous forme schématique (voir f. 43r, marge inf.)

Présentation du contenu

F. 2ra-196va [PETRUS LOMBARDUS Sententiarum libri IV] (P. L., CXCII, 561-962 et BRADY, 1971 et 1981). L. I : [ Capitula ] « Omnis doctrina est de rebus vel de signis… – … Utrum passiones sanctorum debeamus velle » (2ra-3va) ; [ Prologus ] « Cupientes aliquid [tangit affectum particulare add. interlin. ] de penuria [quantum ad defectum habituum acquisitivum add. interlin. ] ac tenuitate… – … librorum capitula distinguuntur premissimus » ( éd. cit. , 3-4) (3va-4ra) ; « … Liber primus ( rubr. ) ». « Veteris ac nove legis continentiam… – … quem non voluit Deus » ( éd. cit. , 55-328 ) (4ra-61vb) ; « Prologus secundi Libri [ add. , « vacat »] « Que ad misterium divine unitatis atque Trinitatis… – … nunc ad considerationem creaturarum transeamus ». « Explicit Liber primus sententiarum de instorio [misterio al. man. corr. ] Trinitatis. Incipit secundus de creatione rerum et formatione corporalium et spiritualium et aliis perluribus [sic] pertinentibus eis ( rubr. ) » ( éd. cit. , 327) (61va). – L. II : [ Capitula ] « Quod unum est principium rerum… – … An aliquando resistendum sit potestati » (61vb-63va) ; « Incipit [ Explicit al. man. corr. ] Liber primus sententiarum. Unum ostendit esse principium rerum non plura ut quidam putaverunt ( rubr. ) ». « Creationem rerum insinuans Scriptura… – … ut in malis nulli potestati obediamus » ( éd. cit. , 327-580 ) (63va-110rb) ; [ Prologus tertii Libr i, première partie] « Jam nunc hiis intelligendis atque… – … fari Deo revelante valeamus ». « Explicit Liber secundus. Incipit Liber tertius ( rubr. ) » ( éd. cit. , 23) (110rb-va). – L. III : [ Capitula ] « Quare Filius carnem assumpsit non Pater… – … De legis et evangelii distantia » (110va-111va) ; [ Prologus , 2ème partie] « Hujus voluminis continentia sub compendio perstringitur ( rubr. ) ». « Hic enim rationis ordo postulat… – … gratia ad miserum accedat » ( éd. cit. ., 23) (111va) ; « …Liber tercius de Incarnatione Verbi ( rubr. ) ». « Cum igitur venit [Mat. .XIII. add. interlin .] plenitudo temporis… – … ut viciorum fere occidantur ». « Explicit tercius Liber sententiarum. Incipiunt capitula quarti ( rubr. ) » ( éd. cit. , 23-229) (111va-145vb). – L. IV : « De sacramentis. Quid sit sacramentum… – … vel [sic] augeat bonorum gloriam » (146ra-147va) ; [ Prologus ] « Hiis tractatis que ad doctrinam rerum pertinent… – … ad doctrinam signorum accedamus » ( éd. cit. , 231) (147va) ; « … quartus Liber sententiarum de sacramentis ubi quatuor prius consideranda sunt ( rubr. ) ». « Samaritanus vulnerato [Jo .VIII. add. interlin. ] appropinquans curationi… – … ad pedes usque via duce pervenit ». « Explicit quartus Liber sententiarum ( rubr. ) » ( éd. cit. , 231-560) (147vb-196va).
F. 1ra-1va : [Eléments de commentaire sur le L. IV des Sentences , le texte se poursuit f. 1v grâce à un appel de note] « D[istinctio] 38. Nunc de voto inspiciamus [éd. Brady, t. 2, p. 478] : Postquam determinavit de impeditione ordinis, hic docet de operatione (?) voti… – … hic quod videtur penas malorum ibi Postremo queritur an visa etc. [éd. Brady, t. 2, p. 559] » (main première moitié du XIVe s.)
F. 1v : Liste de propositions de Pierre Lombard qui ne sont plus tenues pour les L. I et II : « Sententia magistri non tenetur hodie in his locis. Libro primo : d. 1, c. 14 in fine [éd. Brady, t. 1, p. 61], Nisi forte alia virtus sit Deus ut caritas… – … d. 27 [ capitulo ] Cum ergo dicitur fides mereri [éd. Brady, t. 1, p. 484], in fine « Unde apparet vere caritas [est Spiritus sanctus]. » (main première moitié du XIVe s.)
F. 197ra à 197rb : [ Questiones super .III. Libro Sententiarum ] « Si vero queritur utrum illa in formis : Hic queritur utrum fides (…) maneat et formetur idem habitus… – … ut credat non apparentia modo fore apparentia in futuro ». (main du XIIIe s.)
F. 197vb à 199va : [ Questiones super .III. Libro Sententiarum ] « Est autem spes certa : Cum tres ponantur diffinitiones spei, si spes est certa expectatio et cetera, alia spes est affectio boni futuri, alia spes est estimatio boni futuri. Quomodo differunt hec diffinitiones ? Respondeo… – … et sic fortitudo aut ergo ad interius et sic temperantia ». (main du XIIIe s.)
F. 200v : [Questiones sur les Sentences ?] « Queritur utrum caritas sit forma fidei, quod non quia… » (main identique à celle du f. 1).
F. 197va, f. 199v-200r, f. 201 : blancs à l’origine (annotations à la mine de plomb).

1) Texte


BRADY (éd.), PETRUS LOMBARDUS, Sententiae in IV libris distinctae , t. I pars I, Prolegomena et t. I, pars II (Liber I et II), Grottaferrata, 1971 ; t. II (Liber III et IV), Grottaferrata, 1981
BOUGEROL, J.-G., « La glose sur les Sentences du manuscrit Vat. Lat. 691 », Antonianum , 55, 1980, p. 108-173

2) Codicologie


JOSSERAND, Pierre et BRUNO, Jean, "Les Estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque nationale", dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à Monsieur Franz Calot , Paris, 1960, 261-298 et pl. XXIII-XXIV

3) Histoire


DELISLE, Léopold, Le Cabinet des manuscrits de la bibliothèque impériale [puis nationale ] …, Paris, 1868-1881, t. II, p. 171 et t. III, p. 24
GLORIEUX, Mgr. Palémon, Aux origines de la Sorbonne , t. I, 1966, p. 325
ROUSE, R. H., « The Early Library of the Sorbonne », Scriptorium , 21, 1967, p. 243 (repris dans ROUSE, R. H. et M.A, Authentic Witnesses : Approaches to Medieval Texts and Manuscripts , Notre-Dame, 1991)
VIELLIARD, J. (éd.), JULLIEN DE POMMEROL, M.-H. (collab.), Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne (1402-1536) , Paris, 2000, p. 721 : cité parmi les manuscrits empruntés

2010
Christian Heck, Qu'est-ce que nommer? L'image légendée entre monde monastique et pensée scolastique , Turnhout : Brepols, 2010

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Claire Angotti, revue par Marie-Hélène Tesnière et encodée par Delphine Mercuzot, le 31 juillet 2013.