Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 15176-16718 [Sorbonne] > Latin 15417-15858

Latin 15719

Cote : Latin 15719  Réserver
Ancienne cote :  « 35us inter libros Sententiarum » (Sorbonne, 1338)
Ancienne cote :  « 182 » (Sorbonne, XVIIe s.)
Ancienne cote : « 535 » (Sorbonne, XVIIIe s.)
XIIIe s. (deuxième quart)
Ce document est rédigé en latin.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Italie (Dub.). Une main. 2 col .
Décoration (baliser en persname les noms d'enlumineurs)
Parchemin, piqûres apparentes. 205 ff., précédés et suivis d’un feuillet papier , 284 x 205 mm (just. = 115/117 x 160/158 mm ); marge sup. = 34 mm ; marge inf. = 86 mm ; marge ext. = 63 mm ; marge int. = 27 mm ; entrecolonne = 9/11 mm.
Le second feuillet papier est collé au contreplat inférieur ; foliotation moderne ; cahiers : les feuillets 1-2 consistent en un bifeuillet dont le premier feuillet était collé au contreplat supérieur (traces de colle) ; de même pour le f. 205, autrefois collé au contreplat inférieur (traces de colle) et appartenant à un bifeuillet dont le second feuillet a été coupé (talon visible entre f. 205 et contreplat inférieur) ;1 (3-10)8 ; 2 (11-18)8 ; 3 (19-28)10 ; 4 (29-38)10 ; 5 (39-48)10; 6 (49-58)10 ; 7 (59-68)10 ; 8 (69-78)10 ; 9 (79-86)8 ; 10 (87-96)10 ; 11 (97-106)10 ; 12 (107-116)10 ; 13 (117-126)10 ; 14 (127-136)10 ; 15 (137-146)10 ; 16 (147-156)10; 17 (157-166)10 ; 18 (167-176)10 ; 19 (177-186)10 ; 20 (187-196)10 ; 21 (197-204)8 ; réclames pour tous les cahiers, sauf cahiers 15 à 19 (voir p. ex. f. 10v, f. 18v, f. 28v, f. 38v, f. 48v, f. 58v, f. 68v, f. 106v, f. 116v, f. 136v, f. 196v), certaines réclames ont été rognées (voir f. 78v, f. 86v, f. 126v) ou grattées (voir f. 96v) ; signatures indiquant en chiffres romains, en général à l’encre, le numéro du cahier : pour les cahiers 1 à 8, « .Ius. »→ « .VIIIus. » ; de même pour les cahiers 16 à 18 (voir cahier 17, f. 166v : « .XVIIus. », les signatures des cahiers 16 et 18 ont été presque totalement massicotées, cf. f. 156v et f. 176v) ; les cahiers 10 à 15, puis 19-20 comportent aussi une signature, en chiffres romains, à la mine de plomb, parfois difficilement visible : voir par ex. « .IX. » (cahier 9, f. 86v ), « .XI. » (cahier 11, f. 106v), « .XIX. » (cahier 19, f. 186v) etc.
Réglure à la mine de plomb
Reliure en parchemin vert avec titre doré au dos sur pièce de maroquin rouge « P. Lombard /Sententi/Libri » .
Estampilles de la bibliothèque de la Sorbonne : f. 3, f. 100, f. 204v ; Estampilles de la Bibliothèque nationale correspondant aux années 1792-1802 (cf. Josserand-Bruno, 277 type 17) : f. 3, f. 204v ; Estampille de la Bibliothèque impériale correspondant aux années 1865-1870 (cf. Josserand-Bruno, 289-290 type 36) : f. 1.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Collège de Sorbonne. Ex-libris d’un possesseur, gratté : « Iste sententie sunt magistri Guillelmi de Pre[…]ge[…]iclg[…]. » (f. 3v) Ex-libris du donateur du ms : « Iste liber est magistri Symonis de Melta pretio .LX. sol. » (f. 204v) L’ex-libris de Symon de Melta est suivi de pas moins de quatre ex-libris du collège de Sorbonne (f. 204v) : « Iste liber est collegii pauperum magistrorum de Sorbona ex legato magistri Simonis de Melta » mention accompagnée de la remarque, suivante, posée sur la réglure « in quo continetur Liber Sententiarum » puis de l’estimation « precii .LX. sol. », enfin de la cote « 35us inter Libros Sententiarum ». Cet ex-libris est suivi de trois autres : « Iste liber est collegii pauperum magistrorum de Sorbona parisiensium in facultate theologica studencium ex legato magistri Symonis de Melta » ; « Iste Sententie sunt magistrorum de Sorbona parisiensium quas legavit magister Symon » ; « Iste Sententie sunt magistrorum et scolarium domus de Serbona parisius ex legato magister Simonis de Melta. precii secundum taxacionem domus 60 sol. »Cf. catalogue de 1338, N.a.l. 99 « Sentencie 22 », [p. 64] : « 35. Item Liber Sententiarum ex legato magistri Symonis de Melta incipit in secundo folio tantum sit [f. 4ra] in penultimo Deus [f. 203ra]. Precium sexaginta sol. ».Légué au collège de Sorbonne, entre 1306 et 1310, par Simon de Melta. Cf. Glorieux, Aux origines, I, p. 327 ; Delisle, Cab. des mss., II, p. 174. Sur la date du legs, voir Rouse, R. H., « The Early Library of the Sorbonne… », notamment p. 243.
Emprunteurs : [d’après Le registre de prêt…, p. 721] : Egidius de Agro (avant 1405) ; Johannes Tegularii (1405). Noms d’emprunteurs : « Guillelmus Larch » (f. 2) ; « G. Pont Audely » (f. 205). Sur Guillaume Larcher, voir Delisle, Cab. des mss., t. II, p. 187. L. Delisle signale une seconde liste, dans le lat. 15411, f. 107v où le nom de Guillaume Larcher est abrégé de la même manière que dans le lat. 15719. Id., ibid., p. 187 n. 4.
Prix : « … .LX. sol. » (f. 204v)
Ancienne cote : cote 1338 : « 35us inter libros Sententiarum » (f. 204v) ; cote XVIIe s. « 182 » (f. 3) ; cote XVIIIe s. « 535 » (contreplat supérieur) accompagnée de la note suivante : « Ce ms. du 13e siècle a été légué à la maison de Sorbonne par M. Simon de Melta. Il contient le maitre des Sentences ».
Annotations : Ce manuscrit est abondamment annoté par des lecteurs employant la mine de plomb (voir f. 30v, 31, 31v, 32, 32v, 33, 59v, 60, 60v, 127-135, 164-168 etc.). Quand ces annotations sont lisibles, il semble s’agir d’une expositio textus (voir par ex. f. 167v). On note la présence de croix à six branches qu’il est difficile d’interpréter (voir par exemple f. 15v, f. 16 etc.) Les annotateurs employant l’encre sont plus discrets et se contentent, semble-t-il, d’un travail ponctuel sur le texte. Les mains qui interviennent le plus fréquemment sur le texte sont les suivantes :
- la main « A » qui apparaît au f. 5v emploie une encre marron clair ; l’écriture est très ronde, les remarques posées sur une réglure, elle peut être datée du milieu du XIIIe s. Elle emploie parfois l’encre rouge pour ses appels de notes. Elle s’efforce de compléter et parfois de corriger le texte. Elle ajoute aussi des auctoritates supplémentaires (voir par ex. f. 6v, marge ext. « Boecius dicit illud vere unum est… » ; f. 113rb, marge ext. « Bernardus qui non habuit … »). Ces remarques sont en général amorcées par un « Nota», parfois réhaussé d’encre rouge (voir f. 8r, marge inf. ou f. 9va, marge ext. ; f. 114va, marge ext.) Elle annote assez abondamment les début des L. I, III et IV, pas du tout le L. II.
- la main « B », responsable au f. 204v de la liste des propositions non-tenues et de l’ex-libris de Symon de Melta est peut-être celle de maître Simon lui-même. Elle apparaît au L. IV pour des remarques extrêmement ponctuelles qui sont parfois de simples corrections (voir f. 182v, 183, 191, 193v, 196v, 197, 198v, 199v, 200v, 201, 203v, 204). C’est la même main qui ajoute au L. IV certaines glose volatiles des Sentences (voir f. 191v, marge inf.). Le rouge employé pour la liste de propositions non tenues laisse supposer que Symon de Melta est aussi responsable de l’indication du numéro de chaque distinction dans les marges latérales pour l’ensemble du ms.
On relève l’intervention de plusieurs autres mains :
- une main de la fin du XIIIe s. qui établit une amorce d’apparat critique pour le prologue et le début du L. I, figurant parfois à l’extrême bord des marges latérales (voir f. 4v-9).
- une deuxième main de la fin du XIIIe s. apparaît au f. 14v et disparaît au f. 30v. Très cursive, aux lettres étroites et aigües, elle est responsable d’un apparat critique ainsi que de phrases récapitulatives portant sur des passages des Sentences (voir f. 15r, f. 20v par exemple). Elle mentionne aussi certaines des opinions non tenues du Lombard (voir f. 22rb, marge ext.)
- une main du XIVe s. mentionne parfois quelques intitulés de questiones (voir f. 135v, marge inf.)
- une deuxième main du XIVe s. intervient parfois aussi dans les marges (voir f. 167v, f. 174, f. 175).

Présentation du contenu

F. 3ra-204rb [PETRUS LOMBARDUS Sententiarum libri IV] (P. L., CXCII, 561-962 et BRADY, 1971 et 1981). L. I : [Capitula] « Omnis doctrina est de rebus vel de signis… – … Utrum passiones sanctorum debeamus velle » (3ra-4rb) ; « … Prologus (rubr.) ». « Cupientes aliquid de penuria ac tenuitate… – … librorum capitula distinguntur » (éd. cit., 3-4) (4va-4vb) ; « .Ius. Liber sententiarum (rubr.) ». « Veteris ac nove legis capitula… – … quem Deus non voluit ». « Hic finitur .Ius. liber de misterio Trinitatis. Incipit secundus de rerum creatione (rubr.) » (éd. cit., 55-328) (4vb-61ra) . – L. II : [Prologus] « Que ad misterium divine unitatis… – … considerationem creaturarum transeamus » (éd. cit., 327) (61ra) ; « …Capitula secundi Libri (rubr.) ». « Quid unum principium est rerum non plura… – … An aliquando resistendum sit potestati » (61ra-62vb) ; « Unum esse principium rerum ostendit, non plura, ut quidam putaverunt. Incipit .IIus. liber. Beda (rubr.) ». « Creationem rerum insinuans Scriptura Deum… – … ut in malis nulli potestati obediamus ». « Explicit liber .IIus. (rubr.) » (éd. cit., 327-580 ) (62vb-112ra). – L. III : [Prologus] « Continuatio (rubr.) ». « Jam nunc hiis pertractandis atque intelligendis… – … ad infirmum gratia ad miserum accedat » (éd. cit., 23) (112ra) ; « … Capitula tercii libri (rubr.) ». « Quare Filius carnem assumpsit non Pater… – … De legis et evangelii distantia » (112ra-113rb) ; « … Liber tercius de incarnatione Verbi (rubr.) ». « Cum venit igitur plenitudo temporis ut ait Apostolus… – … ut viciorum fere occidantur ». « Explicit Liber tercius (rubr.) » (éd. cit., 23-229) (113rb-148va) . – L. IV : [Prologus] « Continuatio (rubr.) ». « Hiis tractatis que ad doctrinam rerum pertinent… – … ad doctrinam signorum accedamus » (éd. cit., 231) (148vb) ; « … Capitula quarti Libri (rubr.) ». « De sacramentis. Quid sit sacramentum… – … vel augeat bonorum gloriam » (148vb-150va) ; « Samaritanus enim vulnerato approprians curationi ejus… – … ad pedes usque via [id est Christo exp.] duce pervenit ». « Expliciunt Sentencie Longobardi » (éd. cit., 231-560) (150va-204rb).
F. 204va [Opinions du Maître des Sentences qui ne sont plus tenues par les maîtres] (E. A. Synan, « Nineteen Less Probable Opinions of Peter Lombard », Medieval Studies, 27, 1965, p. 340-344 ; CUP I, n°194). « Iste sunt opiniones quas ponit Magister in libro sententiarum que modo non tenentur a magistris. In primo libro sunt tres. Prima est quod karitas qua diligimus Deum… – … Octava est quod ille qui vivente uxore contraxit cum alia cum vult ab ea recedere et cogitur ab ea de de reddendo debitum incipit excusari per obedentiam et timorem. D. 39 c. ult. cujus contrarium Extra. de eo qui cognovit con[sanguineam] u[xoris] s[ue], capitulo Discretionem et capitulo Jordane. » Cette liste est probablement faite de la main de Symon de Melta, qui a aussi apposé son ex-libris (f. 204v).
F. 1v-2 : [amorce de lettre, main du XIVe s.] « Guido miseratione divina M? episcopus omnibus presbyteris, capellanis, vicariis et aliis ecclesiascitis dyocesis salutem et dilectionem, mandamus vobis quantum citetur coram nobis ad diem dominicam post ascensionem Domini, Petrum du Moulin, Johanem du Candas » ; [d’une autre, main, sur les attributions des prêtres] « Item nota quod simplex sacerdos non, quia non est relatus, sed solum minister… – … mundificata dispositione » ; [versus, main de la deuxième moitié du XIIIe s.] « littera gesta [docet] quid credas allegoria, moralis quid agas, quid speres anagogia » (f. 1v); [Questiones] « Utrum jejunium cadit secundo precepto, sic quia… »
(f. 2).f. 2v : blanc

1) Texte


BRADY (éd.), PETRUS LOMBARDUS, Sententiae in IV libris distinctae, t. I pars I, Prolegomena et t. I, pars II (Liber I et II), Grottaferrata, 1971 ; t. II (Liber III et IV), Grottaferrata, 1981

2) Codicologie


JOSSERAND, Pierre et BRUNO, Jean, "Les Estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque nationale", dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à Monsieur Franz Calot, Paris, 1960, 261-298 et pl. XXIII-XXIV

3) Histoire


DELISLE, Léopold, Le Cabinet des manuscrits de la bibliothèque impériale [puis nationale] …, Paris, 1868-1881, t. II, p. 174, 193 et t. III, p. 24
GLORIEUX, Mgr. Palémon, Aux origines de la Sorbonne, t. I Robert de Sorbon. L’homme – Le collège – Les documents, Paris, 1966, p. 302
ROUSE, R. H., « The Early Library of the Sorbonne », Scriptorium, 21, 1967, p. 243 (repris dans ROUSE, R. H. et M.A, Authentic Witnesses : Approaches to Medieval Texts and Manuscripts, Notre-Dame, 1991, p. 359.)
VIELLIARD, J. (éd.), JULLIEN DE POMMEROL, M.-H. (collab.), Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne (1402-1536), Paris, 2000, p. 720, cité parmi les mss. empruntés

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Claire Angotti, revue par Marie-Hélène Tesnière et encodée par Delphine Mercuzot, le 30 juillet 2013.