Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 15176-16718 [Sorbonne] > Latin 15417-15858

Latin 15711

Cote : Latin 15711  Réserver
Ancienne cote :  « 48 » (Sorbonne, 1338)
Ancienne cote : « 163 » (Sorbonne, XVIIe s. )
Ancienne cote :  « 537 » (Sorbonne, XVIIIe s. )
XIIIe s. ( peu après 1250)
Ce document est rédigé en latin.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Paris. Une seule main (identique à celle du lat. 15710). 2 col. de 40 l.
Initiales puzzle filigranées avec bandes d’i (f. 2ra, 3va, 47va, 50ra). Jeu de plume : le filigrane donne naissance à un poisson à l’encre rouge et bleue (f. 50). Initiales filigranées (2 l.) alternativement rouge à filigrane bleu et bleues à filigrane rouge, certaines sont dotées de bandes d’i ; lettres d’attente en bord de feuillet.Titres courants à l’encre rouge et bleue (numérotation des livres). Rubriques dans le texte (titres des chapitres, auctoritates, grandes articulations du texte) ; numérotation des distinctions à l’encre rouge et bleue dans les marges latérales (chiffres romains). Table des capitula : sur deux colonnes ; initiales alternativement rouges et bleues ; solution de continuité entre chacun des titres des chapitres ; ajouts dans les marges encadrés de rouge ou de bleu ; numérotation des dsitinctions en marge à l’encre noire (chiffres arabes).
Parchemin, piqûres apparentes,122 + I ff. précédés et suivis d’un feuillet papier , 359 x 257 mm ( just. : 235 x 156 mm) ; marge sup. = 53 mm ; marge inf. = 94 mm ; marge int. = 45/49 mm ; marge ext. = 77 mm ; entrecolonne = 11 mm.
Foliotation moderne ; cahiers : le f. 1 est un bifeuillet dont le premier feuillet a été coupé (talon visible entre f. papier et f. 1) ; les f. 122 et 123 appartiennent à un binion dont deux feuillets ont été coupés (talons visibles entre le f. 120 et 121 et après f. I ) ; 112 (2-13) ; 212 (14-25) ; 312 (26-37) ; 412 (38-49) ; 512 (50-61) ; 612 (62-73) ; 712 (74-85) ; 812 (86-97) ; 912 (98-109) ; 1012 (110-121) ; le f. I était collé au contreplat inférieur ; réclames en fin de chaque cahier (sauf cahier 10). Système de signature visible pour les cahiers 1, 3-4, 6-10 : angle inférieur droit des six premiers feuillets, système de traits à l’encre rouge ou bleue (cahier 1, f. 4 : traits horizontaux à l’encre rouge près de la marge externe ; cahier 7-9, traits verticaux à l’encre bleue ex. f., 76, 87 etc.) ou lettres à la mine de plomb pour les cahiers 3-4 (cahier 3, ex. f. 27 « b », f. 38 « a »).
Réglure à la mine de plomb
Reliure de parchemin vert avec titre doré au dos sur pièce de maroquin rouge « P. Lomba/Sentent/Libri » .
Estampilles de la bibliothèque de la Sorbonne f. 2, f. 47v, f. 120v ; Estampilles de la Bibliothèque nationale correspondant aux années 1792-1802 (cf. Josserand-Bruno, 277 type 17) : f. 2, f. 120v .

Historique de la conservation

Collège de Sorbonne. Cote du collège de Sorbonne (f. 1v) : « Inter Sententias .48. » Ex-libris de la Sorbonne, suivi d’une estimation (f. 2v) : « Iste liber est pauperum magistrorum domus de Sorbona Parisiensis ex legato magistri Egidii de Tyllia de Gandavo et sunt Sententie in duobus voluminibus de eadem manu. Precii centum solidorum » Cf. . catalogue de 1338, N.a.l. 99, [p. 65] « Sentencie 22 : .48. [ms. non décrit] » Légué au collège de Sorbonne par Gilles du Theil de Gand, sans doute entre 1321 et 1338 avec seize autres mss. Seuls les mss. lat. 15216, lat. 15567, lat. 15688, lat. 15710 et 15711, lat. 16432 ont été conservés. Cf. Glorieux, Aux origines, I, p. 304 ; Delisle, Cab. des mss., II, p. 146. Sur la date du legs voir Rouse, R. H., « The Early Library of the Sorbonne… », notamment p. 243.
Emprunteurs : [d’après Le registre de prêt …, p. 720] : Johannes Brout (ap. 1404) ; Johannes Cabot (1422) ; Johannes Derling (ap. 1416) ; Johannes Soquet (1418) ; Johannes Riviere (1428) ; Stephanus Godeau (1459) ; Lucas de Molendinis (1457) ; Johannes Talhouet (1459) ; Guillelmus Ficheti (1462) ; Jacobus Bacler (1472) ; Johannes Vrediere (1445). Prix : « precii centum solidorum » (f. 1v, répété) ; « precium C sol. » (f. I).
Ancienne cote : Cote de 1338 : « 48 » (f. 1v) ; cote XVIIe s. « 163 » (f. 1) ; cote XVIIIe s. « 537 » accompagnée de la mention suivante : « Ce Ms. du 13e contient le 3e et le 4e livre des Sentences et forme le second volume du n° 523 qui par la se trouve compté. Gayer de Sansale, Biblioth. 1783 » (contreplat supérieur).
Annotations : Quatre mains au moins interviennent pour annoter le ms. Deux semblent dater du XIVe s., les deux autres probablement du XVe s. Le L. III est beaucoup plus annoté que le L. IV.
Une des plus anciennes (XIVe s.), de tout petit module, annote uniquement le L. IV (voir par ex. f. 50, puis f. 72, 73, 75, 112) ; elle est identique à la main qui annotait le ms lat. 15710 (f. 3, f. 7). Elle se situe en général dans les marges latérales et les marges supérieures. Le contenu des annotations consiste en une explicitation de la pensée du Lombard. Ainsi f. 73 (marge supérieure) il s’agit d’un résumé de la dist.16 c. 4 : « Hic distinguit triplicem penitentiam illam scilicet que agitur ante baptismum quia adultus cum baptizatur non potest novam inchoare nisi penitet. Cum veteris vite, alia est penitentia post baptismum… ». Certaines des interventions se limitent à l’identification, entre les lignes du ms., de l’œuvre patristique ou du texte biblique auxquels le Maître a eu recours (voir p. ex. f. 72).
Une main légèrement postérieure, main « B » (XIVe s.) annote de façon intensive le L. III. Elle était présente aussi dans le ms. lat. 15710, dans les marges inférieures. Elle figure aussi dans la marge inférieure du lat. 15711, parfois aussi dans les marges latérales. Le contenu de ses annotations est, en général, de deux types :
- elle procède d’une part à la divisio textus de l’œuvre du Lombard. Voir par ex. f. 30, marge inférieure : « Hic queritur si fides. Postquam Magister egit de fide quantum ad ejus essenciam, nunc agit de fide quantum ad ejus materiam. Et primo inquirit utrum fidei possint subesse visa preterita ; secundo utrum visa presencia, ibi Si vero queritur ; tertio utrum aliqua scita, ibi Post haec queri solet. Hec est divisio. »
- elle a recours à une paraphrase qui résume les démonstrations du Maître sous forme de conclusiones numérotées (cf. f. 4r). Cette numérotation des conclusiones est rappelée dans les marges latérales, tout au long du ms. Voir p. ex. f. 43-44, 16 conclusiones. On remarque le soin pris à souligner les lemmes du Livre des Sentences sur lesquels est bâtie la divisio textus ainsi que l’effort de mise en page visant à mettre en valeur chacune des conclusiones. On peut supposer que cette même main est aussi responsable de la numérotation sous forme de conclusiones pour le L. IV même si elle ne procède plus à la paraphrase qui figurait au L. III dans la marge inférieure (sauf peut être au f. 80v?).
Une troisième main, main « C » (fin XIVe-XVe s. ?) complète parfois l’œuvre de divisio et de conclusio de la deuxième main. Elle rajoute des annotations, parfois assez denses, dans les marges latérales de l’ensemble du ms. (voir p. ex. f. 43).
Une quatrième main (XVe s.) emploie une encre assez jaune. La plupart de ses interventions se trouvent dans les marges latérales. Elles consistent essentiellement en une mise en valeur de la structure de l’œuvre du Lombard et peuvent être considérées comme une seconde divisio textus s’étirant au fil des pages. Voir par ex. f. 3v-4, marges extérieures : « Primo ostendit per auctoritatem Apostoli quae sit persona assumens, quia Filius. » ; « Secundo ostendit quare magis congruum fuit Filium incarnari quam Patrem vel Spiritum sanctum ex tribus rationibus : prima est ex appropriatione Filii quod est sapientia, secunda ex ordine quia ab alio, tertia ex specificatione quia filius » ; « secunda ratio » ; « tertia ratio » ; « Tertio querit si fuit possibile patrem vel spiritum sanctum incarnari » ; « Quarto excludit objectionem. » On remarquera aussi f. 122v des renvois au Livre des Sentences et f. 121v des annotations à la mine de plomb. Les propositions « non tenues » sont signalées par différentes mains. Dans le L. III, seules deux propositions sur les trois souvent signalées sont mises en valeur :
- dist. 5, c. 3 « Non tenetur » (f. 8vb, main du XVe s. voire du XVIe s.) ;
- dist. 22, c. 1 « Nota quod hic Magister non tenetur » (f. 27vb, main du XIVe s.) ; « Nota opinionem Magistri quod Christus in triduo fuit homo in qua Magister non tenetur » (f. 27vb, main du XVe s ?) ; « Prima conclusio est : Christus in triduo mortuus esset vere homo propter unitatem divinitatis ad animam et carnem et tamen vere mortuus propter separationes anime a carne. Hic non tenetur Magister » (f. 28, marge inférieure, main XIVe s.).
Dans le L. IV, seule une proposition sur les quinze souvent dénoncées semble signalée :
- dist. 19, c. 1 « op.[inio] M.[agistri] »(f. 79v, marge int., main du XIVe s.) répétée « est opinio Magistri » par une main du XVe s.

Présentation du contenu

F. 2ra-120vb [PETRUS LOMBARDUS Sententiarum libri III et IV] (P. L., CXCII, 757-962 et BRADY, 1981).
[Textus Magistri]
– L. III : [Prologus] « Iam nunc hiis intelligendis atque pertractandis… – … gratia ad miserum accedat » (éd. cit., 23) (2ra) ;
[Marginalia]
[Annotationes et divisio super prologum tertii libri]« Continuat se ad tertium librum. Secundo assignat ordinem. » (main XVe s.) (2ra marge intérieure)
[Textus Magistri] « …Capitula Libri tercii (rubr.) ». « Quare Filius carnem assumpsit non Pater… – … De legis et evangelii distantia ». « Expliciunt capitula (rubr.) » (2ra-3rb) ;
[Marginalia : divisio capitulorum secundum numerum distinctionum] (main XVe s.) (2ra-3rb, marges latérales)
[Textus Magistri]
« … Liber tercius Sententiarum magistri Petri Parisiensis episcopi de incarnatione Verbi (rubr.) ». « Cum igitur venit plenitudo temporis… – … ut viciorum fere occidantur ». « Explicit Liber tercius de incarnatione Verbi (rubr.) » (éd. cit., 23-229) (3rb-47va).
[Marginalia]
[Divisio textus tertii libri] « Cum autem venit. etc. : postquam Magister agit in secundo libro de rerum creatione, nunc in tertio agit de Dei incarnatione et primo agit de vita quam Christus in nobis assumpsit, secundo de vita quam quilibet per hunc resumpsit : di. .23. Cum vero supra perhibitum. Item primo agit de divina incarnatione, secundo de incarnati conditione : di. .6. Ex premissis autem etc. Item primo inquirit de assumente scilicet qui assumpsit, secundo de assumptione scilicet quid assumpsit, tertio de modo quo assumpsit. Secundum facit di. .2. Et quia in homine etc., tertium di. .5. Preterea inquiri oportet etc. ... » (main XIVe s., marge inférieure).
[Conclusiones primae distinctionis] « Prima conclusio : quod Filii Dei missio est ipsa incarnatio. Eo enim missus est quia in forma hominis mundo visibilis apparuit. Secunda conclusio : quod tempus gratie ab adventu Salvatoris exordium sumpsit in quo gratia et veritas per Ihesum Christum facta est ; gratia quia per caritatem impletur quod in Lege precipiebatur ; veritas quia per Christum impletur humane conditionis promissio. Hugo libro .I. parte prima capitulo .3. Diligenter, tertia conclusio : solus Filius naturam humanam assumpsit, non Pater vel Spiritus sanctus. Primo ut Deus qui in sapientia mundum condiderat in eadem mundum perditum repararet vel restauraret. Secundo quia congruentius mitti debebat qui est ab alio quam qui a ullo Pater aut a nullo est ; Pater ergo non est missus ne si mitteretur ab alio esse putaretur. Tertio ut qui erat in divinitate Dei Filius fieret in humanitate hominis filius ; nec esset divinitate alius Filius, alius in humanitate. Quarto ut qui erat Dei Filius secundum veritatem nature fieret ex homine hominis filius secundum veritatem nature ut veritas geniti non adopcione non appellatione sed in utraque nativitate... » (main XIVe s.) (f. 4r marge inférieure)
[Divisio textus in generali et in speciali] « Determinato de rebus divinis secundum exitum a primo principio, accedit ad determinandum de rebus divinis secundum reditum earum in suam finem, primo... » (main XVe s.) (f. 3v, marge supérieure). « Primo ostendit per auctoritatem Apostoli quae sit persona assumens, quia Filius. » ; « Secundo ostendit quare magis congruum fuit Filium incarnari quam Patrem vel Spiritum sanctum ex tribus rationibus : prima est ex appropriatione Filii quod est sapientia, secunda ex ordine… » (main XVe s., f. 3v, marge extérieure).
[Alie annotationes]« Tria nota quia adimpletio figuris in Christe adventu ille… » (main XVe s., f. 3v marge supérieure)
[Textus Magistri]
L. IV : « …Prefatio in libro quarto (rubr.) ». « Hiis tractatis que ad doctrinam rerum pertinent… – … ad doctrinam signorum accedamus » (éd. cit., 231) (47va) ; « … Capitula Libri quarti (rubr.) ». « De sacramentis. Quid sit sacramentum… – … vel [sic] augeat bonorum gloriam ». « Expliciunt Capitula (rubr.) » (47va-49vb) ;
[Marginalia]
[Marginalia : divisio capitulorum ] (main XVe s ?) (47vb-49vb, marges latérales) [Tituli sacramentorum] (main XIVe s ?) (47vb-49vb, marges latérales)
[Textus Magistri]
« … Liber quartus de sacramentis ecclesie (rubr.) ». « Samaritanus [Lu. 10 add. interlin.] enim vulnerato appropians… – … ad pedes usque via duce pervenit ». « Explicit Liber quartus magistri Petri parisiensis episcopi de sacramentis ecclesie (rubr.) » (éd. cit., 231-560) (49vb-120vb).
[Marginalia]
[Expositio litteralis super primam distinctionem] « In speciali sic procedit : primo proponit sub parabola quod Salvator humano generi per incarnationem appropinquans sacramentalem medicinam adhibuit et contra vulnera peccatorum adhibuit remedia sacramentorum. Circa que sacramenta, quatuor considerare intendit, scilicet sacramenti diffinitionem, sacramentorum causam et institutionem, sacramentorum integritatem et perfectionem, et sacramentorum versationem ». « Hic diffinit sacramentum dicit quod est sacre rei signum quamvis etiam possit dici sacrum secretum et sic potest accipi pro signato et pro signo. Intendit tamen Magister de eo secundum quod est signum. » « Postea diffinit aliter sacramentum. Dicit quod est invisibilis etc. Deinde ad declarationem prime diffinitionis ostendit quid est signa ut patet ». « Deinde ad complementum hujus dividit signa ut patet. » « Ostendit in quo differunt ». « Augustinus contra Faustum. » (main XIVe s.) (f. 50ra, marge intérieure)
« Habentur in Levi. ». « Hic ostendit quod triplex fuit causa institutionis sacramentorum ut patet. » « Ut meritum fidei crescat. Fastus... » (main XIVe s.) (f. 50rb, marge extérieure) « In quedam capitula ad Rusticum monachum. » (main XIVe s.) (f. 50va, marge extérieure)
[Divisio textus] « Primo proponit materiam de qua agendum ». « Secundo ostendit quid de proposita materia : primo agendum sit. »
[Conclusiones prime distinctionis] « [Conclusio prima al. man.] Primo venando genus potest ipsum in genere signi. » « [Conclusio secunda al. man] Secundo diffinit genus sacramenti. » « [Conclusio tertia al. man] Venato genere venatur differentiam. Primo generalem differentiam omnium sacramentorum scilicet quod imaginem manifestat ». « [Conclusio quarta al. man] Secundo venatur propriam differentiam sacramentorum nove legis scilicet quod causa existat. » (main XIVe s.) (f. 50ra, marge intérieure).
[Alie annotationes] « Nota quod triplex est forma : uno est perfectio rei, secundo est… » (main XVe s.) (f. 50ra, marge inférieure).
Les f. 121, f. 122, f. Iv sont blancs.

1) Texte


BRADY (éd.), PETRUS LOMBARDUS, Sententiae in IV libris distinctae, t. I pars I, Prolegomena et t. I, pars II (Liber I et II), Grottaferrata, 1971 ; t. II (Liber III et IV), Grottaferrata, 1981

2) Codicologie


JOSSERAND, Pierre et BRUNO, Jean, "Les Estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque nationale", dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à Monsieur Franz Calot, Paris, 1960, 261-298 et pl. XXIII-XXIV

3) Histoire


GLORIEUX, Mgr. Palémon, Aux origines de la Sorbonne, t. I Robert de Sorbon. L’homme – Le collège – Les documents, Paris, 1966, p. 304
DELISLE, Léopold, Le Cabinet des manuscrits de la bibliothèque impériale [puis nationale] …, Paris, 1868-1881, t. II, p. 146 et t. III, p. 25.
ROUSE, R. H., « The Early Library of the Sorbonne », Scriptorium, 21, 1967, p. 243.
VIELLIARD, J. (éd.), JULLIEN DE POMMEROL, M.-H. (collab.), Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne (1402-1536), Paris, 2000, p. 720 : cité parmi les manuscrits empruntés

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Claire Angotti, revue par Marie-Hélène Tesnière et encodée par Delphine Mercuzot, le 26 juillet 2013.