Département des Manuscrits > Syriaque

Syriaque 355. Lectionnaire

Cote : Syriaque 355  Réserver
Ancienne cote : Séert, cod. 17
Lectionnaire des Evangiles.
XIe-XIIe s.
Manuscrit de 285 f., les cahiers, à l'origine au nombre de 31, sont organisés en quinions, le début et la fin de chaque cahier est numéroté dans un cadre ornée au centre de la marge inférieure. Selon une pratique commune dans la tradition syriaque, les versos sont marqués de quatre points disposés en losange en haut de la marge droite, au niveau de la première ligne.  Ecriture en estranghélo, à l'encre noire, titre des leçons à l’or (chrysographie) sur une encre rouge, en deux colonnes de 27 ou 28 lignes.Parchemin. Douze miniatures en pleine page au début du volume (le colophon en mentionne 24 à l'origine) issues du programme iconographique des “Grandes Fêtes”, courant dans l’église byzantine contemporaine: 1. La Croix ; (disparues : L'Annonciation, La naissance du Christ) ; 4. La Présentation au Temple ; 5. Le Baptême du Christ ; (disparues : Le Christ au Mont Thabor, La résurrection de Lazare) ; 8. L'Entrée à Jérusalem ; 9. Lavement des pieds ; (disparues : La Cène et l'Eucharistie, La Crucifixion, La Mise au Tombeau, La Résurrection) ; 14. L'Apparition à Saint Thomas ; 15. L'Ascension ; (disparues : La Pentecôte, La Dormition de la Vierge) ; 18. L'Exaltation de la Croix par Hélène à Constantin ; 19. Intercession de la Vierge ; (disparues : Saint Matthieu évangéliste, Saint Marc évangéliste, Saint Luc évangéliste, Saint Jean évangéliste) ; 24. Croix et début du livre. Les enluminures sont réalisées sur fond d’or dans un cadre architecturé supporté par deux colonnes, dont les couleurs diffèrent à chaque tableau. Chaque miniature est accompagnée d’épigrammes, commençant chacun par une lettre de l’alphabet dont la valeur numérique permet de les numéroter. Ces vers suivent le mètre de Mar Ephrem, formé de deux mesures de sept syllabes. Les marges sont recouvertes de mots grecs et syriaques pour indiquer la différence entre les versions. Les marges supérieures en tête et en fin de chaque cahier sont versifiées et contiennent des glorifications de l’évangile et des prières du scribe. Un décor de rosaces et entrelacs colorés parsème le volume.
 Dimensions: 440 x 320 mm.
Texte en syriaque.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Historique de la conservation

Au début du XXe s., les manuscrits furent transportés à l’évêché chaldéen de Séert. Il y avait rejoint à une date inconnue la bibliothèque du monastère chaldéen de Saint-Jacques-le-Reclus, au sud de Séert.

Le colophon, inscrit dans un cadre imitant la forme générale d’une tablette à écrire antique, s’achève sur un appel au lecteur. Exceptionnel par la richesse des indications qu’il prodigue sur la réalisation du manuscrit, il mentionne aussi qu’après l’avoir inscrit, le copiste porta le manuscrit afin de faire exécuter les enluminures à Mélitène, actuelle Malatya (Turquie). Elles furent réalisées par le peintre Joseph, sous le contrôle de Mar Joannès, l’évêque de la ville entre 1193 et 12209. La mention donne à penser que la production et la copie du volume furent effectuées dans un premier lieu et que le copiste s’est sans doute chargé de la coordination du projet. 

Il indique également les contributeurs par leurs aumônes à la réalisation de l’ouvrage: Boulfatah d’Alep, deux moines du couvent de Barsauma, un autre moine, l’évêque de Romena, une religieuse arménienne. Les contributions pieuses s’échelonnent de 7 à 40 zouzé nasrayé (pièce d’argent équivalent au dirham /drachme) par personne pour aboutir à un total de 91 zouzé. Cette somme couvre la manufacture du codex et la copie du texte. Il y fut ajouté presque autant, 100 zouzé, pour l’exécution des peintures et des passages écrits en or.

Informations sur les modalités d’entrée

Acq n° 11751, achat du 14 octobre 1910 auprès de M. Leroux, Libraire, 28 rue Bonaparte, Paris. Registre C consultable en salle de recherche.

Catalogues

Addaï Scher, Catalogue des Manuscrits syriaques et arabes de la bibliothèque épisocopale de Séert (Kurdistan), Mossoul, 1905, p. 13-14. Consultable sur Archives.org

F. Nau, "Notices des manuscrits syriaques, éthiopiens et mandéens, entrés à la Bibliothèque nationale de Paris depuis l’édition des catalogues", Revue Orient chrétien 16, 1911, p. 271–323, cité p. 310, n° 118. Consultable en ligne

J. Leroy, « XVI. Manuscrit syriaque 355 de la Bibliothèque nationale de Paris (XIIIe s.)», Les Manuscrits syriaques à peintures conservés dans les bibliothèques d’Europe et d’Orient, BAH 77, Paris, 1964, p. 268-280

Publications

H. Omont, « Peintures d’un évangéliaire syriaque du XIIe ou XIIIe siècle », Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot 19/2, 1911, p. 201-210. Consultable sur Persée.fr

A. Bausi (éd.), Comparative Oriental Manuscript Studies: an Introduction, Hambourg, 2015, p 263. Consultable en ligne

F. Pacha Miran, Le décor de la Bible syriaque de Paris (BnF syr. 341) et son rôle dans l’histoire du livre chrétien, (Cahiers d'études syriaques 7), Paris, 2020, p. 15-20. (Histoire de la bibliothèque de Séert)

Billets de blog, médiation

V. Desclaux, "Un luxueux lectionnaire des évangiles syriaque, de l'ancienne bibliothèque de l'évêché de Séert', Manuscripta, Hypothèses.org, 23/06/2020. Consultable en ligne

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MFILM Syriaque 355. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 20604.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution : R 20604.

Voir le document numérisé
vignette simple