Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2674-2780

Grec 2772

Cote : Grec 2772  Réserver
Ancienne cote : (Rigault) 2002
Ancienne cote : (Dupuy) 2220
Ancienne cote : (Clément) 3301
Hésiode, Denys le Périégète.
Fin du XIV e siècle.
Ce document est rédigé en grec .
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
198×150 mm
[I-VII]+1-165+[I-III]

ECRITURE :
Les ff. 1r-103v ont été copiés par un certain Jean (RGK II, 273, PLP IV, 8533, VG 212) qui se nomme dans les marges inférieures des ff. 9v et 44r : Χειρὶ Ἰωάννου ἐγράφει (sic) βίβλος Ἡσιόδοιο. Les auteurs du Repertorium ont limité aux 103 premiers folios la copie de ce Jean. De fait au f. 104r s’observe un changement de main qui s’accompagne d’un changement dans la mise en page. Ce second copiste a une écriture d’un tout petit module, ce qui lui permet de copier environ 47 lignes par page. Son travail s’interrompt au f. 110v. Et c’est visiblement Jean qui reprend la copie au f. 111r et ce jusqu’à la fin du manuscrit. On retrouve en effet non seulement la mise en page du début du manuscrit mais aussi les tracés caractéristiques de l’écriture de Jean (les ε et ξ penchés sur la gauche, les σ finaux dont le trait remonte légèrement etc.).
Les ff. Ar, Cv-Dv, 44v, 105v, 165r sont blancs.
Surface écrite : 155×105 mm. Marge externe : 30 mm. Marge interne : 10 mm. Marge supérieure : 20 mm. Marge inférieure : 33 mm. Le nombre de vers à la page varie en fonction des scholies de 6 à 13. Jean utilise une rectrice sur deux pour les vers. Absence de scholies du f. 75v au f. 103v.
Dans les marges de La Théogonie on observe deux mains d’annotateurs. La première note en marge le nom des dieux cités dans le poème. La seconde intervient plus rarement pour noter des variantes. L’écriture de la première est large tandis que celle de la seconde est fine. Au f. 165v une note signale les auteurs contenus dans ce manuscrit tout en signifiant la fin du livre.
La notice de Du Cange se trouve sur une feuille volante (158×110 mm) insérée entre les folios de garde antérieure.

DECORATION :
La décoration de ce manuscrit est très sobre. Il y a simplement des gloses rubriquées aux ff. 1r-27r, 45r-62v, 113r-125v.

MATIERE :
Les trois premiers folios de garde antérieure et les trois folios de garde postérieure sont en parchemin. Le corps du manuscrit est fait d’un papier épais et opaque, plié in-octavo. Les vergeures sont épaisses et l’écart moyen des fils de chaîne est de 51 mm. L’unique filigrane représente un cercle surmonté d’une croix. Cette marque d’origine italienne a été utilisée pendant toute la seconde moitié du XIVe siècle et jusqu’au début du XVe siècle. Elle est proche des numéros 1822 et 1825 dans le répertoire de Vladimir A. Mošin (attestés en 1352 et 1382) et plus proche encore du numéro 22 125 dans le répertoire en ligne de Piccard (attesté en 1398). Le folio de garde antérieure A, très endommagé, a été collé sur un folio plus récent.

FOLIOTATION :
Foliotation moderne dans l’angle supérieur externe de 1 à 165. Les quatre derniers folios de garde antérieure ont été foliotés de A à D.

CAHIERS :
Ce manuscrit comporte 22 cahiers qui sont essentiellement des quaternions. La note du f. 165v (εἰς ποσὰ διαιροῦνται τὰ εἴκοσι καὶ τέσσαρα) est un décompte des cahiers qui ne correspond pas à l’état actuel du manuscrit. Il faut donc supposer la perte de deux cahiers. Le premier cahier inclut les deux derniers folios de garde antérieure, les ff. C et D. Les troisième et quatorzième cahiers sont des quinions amputés d’un folio et le sixième un quaternion amputé d’un folio. Le fil de couture s’observe essentiellement au début du manuscrit.
1×8 (8) + 1×6 (14) + 1×9 (23) + 2×8 (39) + 1×7 (46) + 7×8 (102) + 1×9 (111) + 7×8 (167)

SIGNATURES :
Un premier système de signatures apparaît au début du manuscrit, dans la marge inférieure du f. 22r. Il s’agit vraisemblablement de la lettre δ’. Cette foliotation s’applique aux six cahiers du poème didactique d’Hésiode et l’on peut reconstituer un système allant de [α’] à [στ’]. Ce système est recommencé à partir du f. 45 jusqu’au f. 109. En dépit des nombreuses lacunes de ces signatures, on peut reconstituer un système allant de [α’] à [η’]. Enfin il reprend une troisième et dernière fois au f. 110 à la lettre [α’]. Le dernier cahier est logiquement signé ζ’.

PIQÛRES :
Pas de piqûre conservée.

REGLURE :
La réglure, tracée fermement à la pointe sèche, est du type 20D1 Leroy-Sautel. Les vers sont copiés une rectrice sur deux.

RELIURE :
Reliure à la grecque en maroquin rouge et aux armes de Henri IV. Les ais sont en bois. Les plats sont entourés d’un triple filet doré. Au centre des plats un second filet encadre un médaillon doré identique au fer 6 de la planche 2492 d’Olivier-Hermal-de Roton. Entre les filets deux fers de taille différente représentent la capitale H surmontée d’une couronne fermée (fers 9 et 10 de la planche 2492 d’Olivier-Hermal-de Roton). Les angles du filet intérieur sont ornés d’un fer représentant une fleur de lis surmontée d’une couronne. Le plat supérieur porte la trace de quatre fermoirs, deux en gouttière, un en tête et un en queue. Sur le dos, également orné de filets, deux fers alternent, l’un étant un lis surmonté d’une couronne, l’autre la capitale H couronnée. La date de fabrication de la reliure, 1608, a été apposée en lettres dorées dans la partie inférieure du dos. Le titre HESIODVS ET DIONYSIVS PERIEGETES est visible dans la partie supérieure du dos. Au-dessus se trouve la cote 105, qui est celle du manuscrit dans l’inventaire de 1589. Cette cote se retrouve au f. Cr. Les chants sont rainurés et les tranches dorées.

ESTAMPILLES :
Estampille utilisée par la Bibliothèque royale au XVIIe siècle (modèle Josserand-Bruno n°1) aux ff. 1r et 164v. Une autre estampille apparaît sur la notice volante (modèle Josserand-Bruno n°43).

Historique de la conservation

Ce manuscrit a donc été copié par un certain Jean, qui se nomme deux fois. Il a dans un premier temps été rattaché au XVe siècle (Vogel-Garthausen, copiste 212) puis à la première moitié du XIVe siècle par les auteurs du Repertorium. L’examen du filigrane, qui est propre à la seconde moitié du XIVe siècle, permet d’ajuster la proposition de datation. Cette datation ne rend pas impossible l’hypothèse selon laquelle le manuscrit aurait été copié pour Guarino Guarini (1374-1460), ancien possesseur qui se nomme au f. 165v : Ἡ παροῦσα βίβλος ἐστὶν ἐμοῦ Γαρίνου βεροναίου. Cette phrase est copiée trois fois au f. 165v et deux fois au f. Cr. Là n’est pas le seul manuscrit d’Hésiode qui figurait dans les collections de Guarino Guarini. D’après les recherches d’A. Diller, le Vaticanus gr. 1507, manuscrit du quinzième siècle, appartenait également à cet éminent humaniste. Après sa mort, ses manuscrits furent légués à son fils Battista. Après la disparition de ce dernier, certains manuscrits restèrent un temps à Ferrare avant d’être acquis en partie par le duc de Mantoue pour disparaître lors du sac de la ville en 1630. Le Parisinus gr. 2772 a quant à lui été acquis par le cardinal Ridolfi et, dans sa bibliothèque, il portait la cote 28 parmi les manuscrits des poètes grecs. Cette cote est inscrite deux fois en chiffres arabes et une fois en chiffres romains sur le f. Cr. Sur ce même folio son bibliothécaire, Matthieu Devaris, a inscrit un pinax.
Après la disparition du cardinal, les manuscrits de sa bibliothèque sont transmis à Pierre Strozzi puis à la reine Catherine de Médicis. La bibliothèque de Catherine de Médicis est intégrée dans la Bibliothèque royale, après l’achat de Henri IV, en 1599.

Présentation du contenu

(ff. Av-Bv) Libanios, Lettres, éd. R. Foerster, Libanii opera, vols. 10-11, Leipzig, Teubner, 1921-1922 : (f. Av) Lettre 918 À Eusèbe, Lettre 812 À Cléarque, Lettre 719 À Acacios, (f. Br) Lettre 1087 À Aristainetos, Lettre 850 À Eusèbe, (f. Bv) Lettre 277 À Modeste .
(ff. 1r-44r) Hésiode, Les Travaux et les Jours avec le commentaire de Manuel Moschopoulos, éd. S. Grandolini, Commentarium in Hesiodi opera et dies Manuelis Moschopuli, Rome, Herder, 1991 : [titre] Ἡσιόδου ἔργα καὶ ἡμέραι. Ἐξήγησις τοῦ Μοσχοπούλου κυροῦ Μανουήλ.
(ff. 45r-64v) Pseudo-Hésiode, Le Bouclier et scholies : [titre] ὑπόθεσις τῆς ἀσπίδος Ἠσιόδου, [titre final] Τέλος τῆς Ἡσιόδου ἀσπίδος.
(ff. 65-103v) Hésiode, La Théogonie et scholies : [titre] Ὁ τῆς θεογονίας λόγος τοῦ Ἡσιόδου, [titre final] Τέλος τῆς Ἡσιόδου θεογονίας.
(ff. 104r-112v) Commentaire anonyme à La Théogonie d’Hésiode, éd. H. Flach, Glossen und Scholien zur hesiodischen Theogonie, Leipzig, Teubner, 1876, p. 369-413 : [absence de titre].
(ff. 113r-164v) Denys le Périégète, Périégèse et scholies : [absence de titre].

Bibliographie


M. Bandini, «Contributo all’identificazione di codici greci appartenuti a Guarino Veronese», Studi classici e orientali, 44, 1994, p. 395-398.
A. Diller, « The Greek codices of Palla Strozzi and Guarino Veronese », JWI, 24, 1961, p. 313-321.
D. Muratore, La biblioteca del cardinal Niccolò Ridolfi, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2009, II, p. 131-132.

Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :
Grec 2772. Hesiodi opera et dies, cum Manuelis Moschopuli commentario (1) ; — præmittuntur Libanii epistolæ tres (B) ; — Hesiodi scutum Herculis, cum scholiis (45) ; — ejusdem theogonia, cum scholiis (65) ; — Anonymi explicatio allegorica in Hesiodi theogoniam : Μουσάων Ἑλικωνιάδων. Μούσας λέγουσι... (104) ; — Dionysii Alexandrini orbis descriptio, cum [Demetrii Lampsaceni] prolegomenis et scholiis (113).
XV siècle. Papier. 165 fol. (Medic.-Reg. 3301.) Petit format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Morgane CARIOU.

Documents de substitution

Ce manuscrit est microfilmé (MF 29 345).

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 29345. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 24087.