Département de l'Audiovisuel > Enregistrements sonores

2012-... : Rencontres autour de l'édition phonographique

Départ de chez Barclay et débuts chez Warner France
27 min 19 s (plage 6)

Thèmes abordés

  • Départ de Barclay et débuts chez Warner France : montage financier, locaux et premières embauches
  • Proposition d’emploi chez Disc Az et considérations sur Lucien Morisse
  • Proposition d’emploi par Nesuhi Ertegun quatre mois plus tard (explication sur la vente d’Atlantic à Warner)
  • Nesuhi Ertegun lui demande un an avant la création de la filiale de faire la liste des gens que Bernard de Bosson verrait à la tête de WEA France : Pascal Farcouli
  • Repas avec Nesuhi Ertegun à New York en avril 1970, bœuf avec Zouti et annonce de sa nomination au poste de directeur de WEA France
  • Signature du contrat en mai 1970
  • Entretien avec Eddie Barclay (l’international représentait à l’arrivée de Bernard de Bosson 6% du chiffre d’affaire chez Barclay : en 1970, il représente 61%)
  • Montage financier WEA France : Filipacchi (10%), Philips (39%) et Warner (51%)
  • Retour sur Georges Meyerstein-Maigret et sa conception de la continuité d’une entreprise
  • Rencontre entre Daniel Filipacchi et Nesuhi Ertegun (rencontre de Daniel Filipacchi avec sa femme Sondra Peterson, via la pochette de l’album de Modern Jazz Quartet, Lonely Woman, est publié chez Atlantic)
  • Considérations sur Daniel Filipacchi : son intérêt pour le jazz, l'organisation des concerts de l’émission Pour ceux qui aiment le jazz, enregistrement de la Blues march d’Art Blakey, directeur artistique chez Decca (a signé Sylvia Vartan, Alain Barrière et Jean Ferrat), anecdote sur le lancement d’une revue, choix de ses collaborateurs (Jean-Marie Moreau (rédacteur en chef de la revue Salut les copains))
  • Démarrage de Warner France le 1er février 1971 (sans Atlantic, toujours sous licence Barclay, ni Elektra et Warner toujours chez Vogue)
  • Signature en avril 1971 des Rolling Stones à Cannes pour la sortie de Sticky fingers
  • Bernard de Bosson engage une vingtaine de personnes au départ dont un directeur financier fourni par Philips, Dominic Lamblin (ami des Rolling Stones, directeur de l’international chez Decca) pour diriger l’international, Jean Mareska, comme responsable d’Atlantic, Benoit Gautier, responsable des relations avec les artistes, et Josette Sainte-Marie qui connait un peu les médias (a travaillé dans l’émission Pour ceux qui aiment le jazz)