Département de l'Audiovisuel > Enregistrements sonores

2012-... : Rencontres autour de l'édition phonographique

Cote : AUD 
La lambada en 1989
47 min 22 s (plage 6)

Thèmes abordés


- Présentation d'Olivier Lorsac, attaché de presse, à Jean Karakos par Pierre Barouh pour faire la promotion dufestival d’Amougies
- le départ au Brésil de Jean Karakos avec Olivier Lorsac, en avril 1988
- dans une lambataria, découverte de la danse et de la musique
- idée de faire découvrir cette musique en France avec l’aide d’une télévision
- production d’un documentaire de dix minutes sur la danse, tourné par Olivier Lorsac dans le Nordeste, en janvier 1989
- la mise en concurrence d'Antenne 2 et de TF1
- Laurence Tuitou, amie de Bernard Zekris, fan de rap, que connait Jean Karakos, devient assistante de Dominique Cantien, directrice des programmes chez TF1
- accords avec TF1 ; financement d’Orangina
- achat d'Olivier Lorsac, sur un marché, d'une cassette (Llorando se fue), parmi mille cassettes
- le rachat des droits à la société brésilienne Continental de mille chansons par Olivier Lorsac, Jean Karakos et les partenaires hollandais
- la sortie d’une compilation de lambada, de La Lambada, et du disque de Kaoma
- Continental n’a pas vendu les droits sur Llorando se fue
- vente de l'opération Lambada à CBS, Europe 1 et TF1 sans avoir choisi la chanson
- constitution du groupe Kaoma, composé des musiciens de Touré Kounda et Loalva Braz, chanteuse brésilienne vivant à Paris, accompagnée par Fania et Monica Noguera
- enregistrement au studio Acousti
- le recrutement des danseurs pour le clip et les émissions de télévision (garanties par contrat) ; le casting à Sao Paulo ;Orangina finance l’entretien des danseurs
- chez CBS, appel au directeur artistique Dominique Lefevre qui ne croit pas au projet Karakos a besoin d’une major pour développer le projet
- appel à Henri de Bodinat (devenu pdg chez CBS) qui donne son accord
- tournage du clip le 9 juin 1989 ; le 21 juin, sept passages de Kaoma au Champ de mars et à la télévision

- succès retentissent : 20 millions de disques vendus dans le monde
- le procès contre Sony pour utilisation du titre dans des compilations ultérieures sans autorisation ; la question des droits sur la chanson
- la nécessité pour Jean Karakos d’être l’éditeur de la Lambada : lors de la signature avec Continental, achat de "Llorando se fue" à 100% (y compris droits d’auteurs)
- retour sur la signature du contrat
- le dépôt à la SACEM deLa Lambada par Olivier Lorsac (sous un pseudo)
- retour sur le secret de l’opération avant la sortie de la Lambada ; le montage financier de la Lambada; la recherche des auteurs-compositeurs et ayants-droits au Brésil (sans succès)
- la rencontre les frères Carcas, boliviens auteurs prétendus de la chanson ; la signature des contrats d’édition et de cession ainsi qu’avec la société éditrice bolivienne (août 1989)
- EMI se prétend détenteur des droits ; la polémique ; le règlement à l’amiable avec le pdg d'EMI France et New York.

Documents de substitution

Ecouter cet entretien sur Gallica.