Département de l'Audiovisuel > Enregistrements sonores

2012-... : Rencontres autour de l'édition phonographique

La fin Celluloïd
18 min 58 s (plage 5)

Thèmes abordés


- Le départ de Celluloïd en 1989
- de grosses difficultés financières
- la préparation de la Lambada
- le temps important passé à Paris et au Brésil aux dépens du label américain
- le lancement de la Lambada en juin 1989 : succès rapide : nécessité de s'installer à Paris
- Alexandre Escolier, engagé par Jean Karakos, s’occupe à son départ de Celluloïd
- les grandes sommes à rembourser à la Société Générale de New York
- Jean Karakos vend Celluloïd pour un dollar symbolique à condition que le repreneur rembourse la dette
- le remboursement n’est effectif que les deux premières années sur les cinq prévues
- la mise en faillite de Celluloïd (la banque hypothèque les bandes)
- le rachat par les associés hollandais de Jean Karakos de la société Adageo, société productrice de la Lambada, des bandes et des droits de Celluloïd New York en 1993
- retour sur la rupture avec Celluloïd en 1983
- la convocation du conseil d’administration de Celluloïd en présence d’Henri de Bodinat, directeur financier de Celluloïd, Jean-François Bizot et Gilbert Castro
- Jean Karakos doit céder ses parts Celluloïd France mais pas celles de New York
- le succès de "Rock it" pour lequel Celluloïd New York est éditeur
- pas d’intervention de Jean Karakos sur la compilation "Change the beat" sortie chez Strut en 2013, à l’initiative du distributeur numérique de Jean Karakos, sans son accord, qui mélange des disques Celluloïd France et Celluloïd New York.

Documents de substitution

Ecouter cet entretien sur Gallica.