Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2674-2780

Grec 2780

Cote : Grec 2780  Réserver
Ancienne cote : 3390 (Regius)
Hésiode,Les Travaux et les Jours et scholies.
Première décennie du XVIe siècle
Ce document est rédigé en grec .
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

203×138 mm
[I-II]+1-147+[I-II]

ECRITURE :
La majeure partie du manuscrit a été copiée par Zacharie Calliergis (RGK, II, 156) (ff. 3r-99v, 102r-105v, 108r-113v). Il a laissé plusieurs lacunes dans son texte, qu’il signale parfois par le mot λείπει en marge. Une main postérieure a annoté le texte des scholies en latin. Cet annotateur corrige le texte et comble certaines lacunes laissées par Calliergis. Quelques scholies attribuées à Tzetzès ont été ajoutées postérieurement au f. 100r.
Surface écrite 145×85 mm. Marge externe : 35 mm. Marge interne : 15 mm. Marge supérieure : 20 mm. Marge inférieure : 40 mm. 23 lignes par page.
Un second copiste est responsable des ff. 117r-147r. Son écriture est plutôt maladroite.
Surface écrite 145×85 mm. Marge externe : 30 mm. Marge interne : 20 mm. Marge supérieure : 12 mm. Marge inférieure : 36 mm. 14 vers par page.
Le poème d’Hésiode comporte des gloses rubriquées jusqu’au f. 119r.
Les folios 2r-v, 100v-101v, 106r-107v, 114r-116v, 131r-v sont blancs. Les marges inférieures des ff. 26v-27r sont occupées par des essais de plume.

DECORATION :
Dans la première unité codicologique les titres, sous-titres et initiales ornées sont rubriqués. Dans la seconde unité codicologique sont rubriquées les rares gloses qui ont été copiées.

FOLIOTATION :
Foliotation dans l’angle supérieur externe à l’encre noire par un seul et même foliotateur. La foliotation a été apposée avant la reliure, qui a entraîné des erreurs dans la disposition de certains folios de la seconde unité codicologique.

MATIERE :
Le papier est plié in-quarto. Dans la partie copiée par Zacharie Calliergis, on relève trois filigranes. Un premier filigrane représente un chapeau de cardinal accompagné tantôt de la lettre A tantôt de la lettre B. Les premiers folios étant particulièrement abîmés dans la marge interne, il est difficile d’identifier avec précision ce filigrane. Il semble qu’il y ait deux marques différentes, la première proche du numéro 32171 dans le répertoire en ligne de Piccard (attesté en 1524) et la seconde du numéro 32175 (attesté en 1519). Un second filigrane représente une balance proche du numéro 117 230 dans le répertoire en ligne de Piccard (marque attestée en 1506). Un troisième filigrane représente une balance proche du numéro 117041 dans le répertoire de Piccard (marque attestée en 1505). Entre le f. 3 et le f. 4 se trouve un bout de papier sur lequel a été apposé (par Du Cange ?) des notes concernant le contenu de ce manuscrit.
Le papier de la seconde partie est très endommagé, notamment dans la marge interne. Il est plié in-quarto. Un premier filigrane représente une main gantée surmontée d’une fleur à cinq pétales. Sur la main figurent deux lettres, probablement les initiales du papetier. Étant donné le mauvais état de conservation du papier, il est impossible d’identifier avec précision ces lettres. Le filigrane est proche du numéro 155797 dans le répertoire en ligne de Piccard (marque attestée en 1522 à Valladolid). Sur les folios qui ne portent pas de filigrane apparaît une contremarque constituée par le chiffre 3 suivi de la lettre b.

CAHIERS :
Le manuscrit copié par Zacharie Calliergis est formé d’un quinion et de treize quaternions. Il commence au f. 2. Le f. 1 a été placé juste après le f. 147.
1×9 (10-1) (11) + 13×8 (115)
Les 31 folios du poème d’Hésiode ont été reliés dans le désordre. Deux bifeuillets, les ff. 131-134, ont été introduits par erreur dans le premier cahier et le folio 142 a été placé après le f. 143. Zacharie Calliergis a inscrit des réclames dans la marge inférieure interne.

SIGNATURES :
Les cahiers copiés par Zacharie Calliergis sont numérotés à l’encre rouge de α’ à ιδ’ dans la marge inférieure, de première main. Ces signatures sont caractéristiques de ses copies (cf V. Chatzopoulou, I, p. 47). Deux signatures apparaissent dans la seconde partie du manuscrit. Une signature α’ au f. 117r et une autre, en partie effacée, dans la marge inférieure du f. 132r.

PIQÛRES :
Absence de piqûres.

REGLURE :
Dans les deux unités codicologiques le texte a été copié sur une seule colonne. La réglure a été tracée très légèrement à la pointe sèche et est du type Leroy 20D1 pour la partie copiée par Zacharie Calliergis.

RELIURE :
Demi-reliure chagrin rouge au chiffre de Louis-Philippe. Sur le dos a été inscrit le titre « J.TZETZES IN HESIODUM ».

ESTAMPILLES :
Estampille utilisée par la Bibliothèque royale au XVIIe siècle (modèle Josserand-Bruno n°1) aux ff. 3r et 147r.

Historique de la conservation

Le Parisinus gr. 2780 a donc été copié par Zacharie Calliergis. Dans sa thèse à paraître Venetia Chatzopoulou rattache ce témoin au second groupe des manuscrits de Calliergis (I, p. 68-69 et 79). Dans ce groupe de manuscrits, dans lequel figure également le Parisinus gr. 2757, l’écriture du copiste présente un état intermédiaire entre ses premiers travaux et ses copies romaines. V. Chatzopoulou situe la copie de ces manuscrits à Padoue et à Venise et les attribue à la première décennie du XVIe siècle.
Ce manuscrit a été acheté à Constantinople par l’antiquaire du roi Antoine Galland en 1687. Il a été reçu à Paris en mars 1688 (voir H. Omont, p. 952).

Présentation du contenu

(ff. 3r-113v) Scholies des Travaux et des Jours d’Hésiode attribuées en partie à Proclus, Jean Tzetzès et Manuel Moschopoulos, éd. T. Gaisford, Poetae minores Graeci, Leipzig, Kühn, 1823 : (ff. 3r-8r) Prologue de Jean Tzetzès, (ff. 8r-113v) Scholies, [titre final] Τῆς ἐξηγήσεως τῶν Ἡσιόδου ἔργων καὶ ἡ[μερῶν] τέλος.
(ff. 117r-147r) Hésiode, Les Travaux et les Jours : (ff. 117r-121v) vers 1-140, (ff. 132r-134v) vers 383-463, (ff. 122r-130v) vers 141-382, (ff. 135r-147r) vers 464-fin.

Bibliographie


V. Chatzopoulou, Un Grec de la Renaissance, copiste et éditeur en Italie : Zacharie Calliergis (+1470-1524), thèse EPHE, 2007, I, p. 68-69, 79 et II, p. 362-363.
V. Chatzopoulou, « L'étude de la production manuscrite d'un copiste de la Renaissance au service de l'histoire des textes: le cas du Crétois Zacharie Calliergis », Revue d'histoire des textes, 7, 2012, p. 1-36.
H. Omont, Missions archéologiques françaises en Orient aux XVIIe et XVIIIe siècles siècles, II, Paris, Imprimerie nationale, 1902, p. 952.

Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :
Grec 2780. Joannis Tzetzæ et Manuelis Moschopuli scholia in Hesiodi opera et dies (1) ; — Hesiodi opera et dies (117).XVI siècle. Papier. 147 fol. (Reg. 3390.) Petit format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Morgane CARIOU.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 28542. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 10376.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Voir le document numérisé
vignette simple