Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2674-2780

Grec 2702

Cote : Grec 2702  Réserver
Ancienne cote : 1858 [Clément]
Eustathe de Thessalonique,Commentaire à l’Odyssée .
Fin du XIIe siècle.
Ce document est rédigé en grec .
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

402×280 mm
[II]+1-240

ECRITURE :
Tout le manuscrit est dû à un seul et même copiste qui est identifié par le Repertorium avec Eustathe de Thessalonique (RGK II, 153). Son écriture est régulière, dense et il recourt à de nombreuses abréviations. C’est la même main qui est responsable de deux manuscrits de parchemin conservés à la Bibliothèque laurentienne, les Laurentiani 59.2 et 59.3, manuscrits du Commentaire à l’Iliade. Outre la main, on peut y reconnaître la façon de tracer des bandeaux, des renvois ou encore l’abréviation de ὅτι en début de lemme. Cette main se retrouve également dans le Marcianus gr. 460, exemplaire sur parchemin du Commentaire à l’Odyssée d’Eustathe.
Les languettes qui ont été collées, dans les premiers folios, dans la marge extérieure portent des annotations de Janus Lascaris (RGK, II, 197), qui, environ trois siècles après la copie, a lu ce manuscrit (B. Mondrain, Rapport, p. 75). Les derniers folios laissent voir l’intervention d’un contemporain de Janus Lascaris : Démétrios Trivolis (RGK, II, 135) (voir B. Mondrain, Rapport, p. 75).
La surface écrite est de 350×245 mm. Marge supérieure : 25 mm. Marge inférieure : 40 mm. Marge interne : en moyenne 10 mm. Marge externe : en moyenne 40 mm. 44 à 47 lignes par page.

DECORATION :
La décoration de ce manuscrit est très sobre : les titres et sous-titres sont rubriqués ainsi que le premier mot de certains lemmes. Certains mots sont soulignés à l’encre rouge. Un titre courant a été tracé à l’encre noire dans la marge supérieure.

MATIERE :
Le manuscrit est copié sur papier oriental. Les vergeures sont horizontales. Vingt vergeures occupent environ 33 mm. Un certain nombre de folios ont été restaurés à date ancienne dans les marges.
Le premier folio de garde antérieure et le folio 240 sont faits du même papier, qui porte en filigrane une grappe de raisin simple accompagnée d’une contremarque qui représente, pour le f. [I], deux lettres L encadrant un cœur et pour le f. 240 une lettre L accompagnée d’un cœur. Le filigrane est proche, sans être identique, du numéro 128749 dans le répertoire en ligne de Piccard (filigrane attesté en 1541, sans contremarque). L’écart moyen des fils de chaîne est de 27 mm. Les vergeures sont horizontales. Le second folio de garde antérieure représente une tête de bœuf surmontée d’une fleur. Le filigrane est difficilement observable car l’étiquette portant la notice d’Henri Omont a été collée par-dessus. Le papier est relativement opaque. Les vergeures sont horizontales et l’écart moyen des fils de chaîne est de 40 mm.

FOLIOTATION :
Foliotation dans l’angle supérieur externe à l’encre noire.

CAHIERS :
29×8 (232) + 1×7 (239)
Le manuscrit est composé de 30 cahiers, tous des quaternions. Le trentième et dernier cahier est un quaternion auquel un folio a été ôté, le commentaire d’Eustathe s’achevant au f. 239v. Le fil de couture n’est pas visible pour les premiers cahiers, qui sont montés sur onglet. Par la suite il l’est sporadiquement.

SIGNATURES :
Les cahiers sont signés de α’ à λ’ dans l’angle interne de la marge inférieure du recto du premier folio et du verso du dernier folio. Certaines signatures sont manquantes. Les dernières signatures sont tracées à l’encre rouge.

PIQÛRES :
Des piqûres apparaissent dans la marge externe uniquement à partir du f. 143. Les autres ont disparu au moment du rognage.

REGLURE :
La réglure, tracée à la pointe sèche, est du type 00D1 Leroy-Sautel.

RELIURE :
Reliure aux armes de Louis XIV, due à l’abbé de Louvois. La couvrure est en maroquin brun. Sur le dos se trouvent six fers dorés représentant deux L en majuscules fleuronnées, surmontées de la couronne royale (Olivier-Hermal-de Roton, XXV, pl. 2494, fer n° 21). Celui de queue est masqué par l’étiquette portant la cote actuelle. Un titre en majuscules dorées apparaît sur le dos, entre deux fers : EVSTATHII IN ODYSSEAM MS. GRAEC. Au centre des plats supérieur et inférieur se trouve un médaillon doré (proche d’Olivier-Hermal-de Roton, XXV, pl. 2494, fer n° 2) comportant un collier de Saint-Esprit avec la lettre H et en son centre les deux L en majuscules fleuronnées. Le tout est encadré de filets dorés. Les tranches portent la trace d’une ancienne coloration à l’encre rouge.
Comme beaucoup de manuscrits reliés par l’abbé de Louvois, Camille Le Tellier, le Parisinus gr. 2702 porte un distique qui garde le souvenir de cette reliure (cf H. Omont, p. XI, note 1). Il se trouve au f. 240v et indique :
Γυμνὸς ἐγὼ τὸ πάροιθεν, ἀτάρ μ’ ἐλέησε Κάμιλλος
Τελλερίδης, καλὸν δ’ ἔσθος ἐπαμφίεσεν.
Au-dessus de ces vers tracés à l’encre noire se trouve un cadre qui dissimule les deux mêmes vers, tracés par la même main. Ce distique est mot pour mot celui que l’on trouve dans un autre manuscrit relié par l’abbé de Louvois, le Parisinus gr. 2861 (f. 121v).

ESTAMPILLES :

Historique de la conservation

Ce manuscrit porte le sigle P dans la tradition du Commentaire à l’Odyssée d’Eustathe de Thessalonique. Avec le Marcianus gr. 460 (M), le manuscrit P passe pour être un autographe d’Eustathe de Thessalonique, sur la foi de la note apposée par le cardinal Bessarion au début du manuscrit de Venise, qui est lui-même un apographe de P (Εὐσταθίου ἀρχιεπισκόπου θεσσαλονίκης ἐξήγησις εἰς ὅλην τὴν Ὀδύσσειαν. Εἰσὶ δὲ τὰ γράμματα τῆς χειρὸς αὐτοῦ ἐκείνου). Les deux manuscrits ont vraisemblablement été copiés à la fin de la vie de l’archevêque, soit dans les deux dernières décennies du XIIe siècle. La question de l’attribution de la copie à Eustathe lui-même est encore discutée. F. Pontani remarque que les particularités orthographiques même de ce manuscrit sont compatibles avec l’usage du grammairien byzantin, tel qu’on peut le deviner d’après ses écrits (note 48, p. 48). B. Mondrain remarque toutefois que quelques erreurs sont surprenantes (« Rapport sur les conférences 1995-1996 », p. 75).
Le Laurentianus 59.6, qui est un apographe du manuscrit M, semble être un autre apographe de P, pour ce qui est des premiers folios, manquants dans M.
Ce manuscrit a appartenu à Janus Lascaris, avec deux autres manuscrits des œuvres d’Eustathe de Thessalonique, les Parisini gr. 2695 et 2701. B. Mondrain a d’ailleurs reconnu la main de l’érudit dans certaines notes marginales (p. 420) ainsi que celle de Démétrios Trivolis, érudit avec lequel Lascaris a eu des relations. F. Pontani a identifié dans les marges de ce manuscrit la main de Niccolò Maiorano, qui le premier a édité à Rome les deux commentaires homériques d’Eustathe. Pour le Commentaire à l’Odyssée, imprimé en 1542-1550, il s’est basé sur deux manuscrits, M et P et les chiffres arabes que l’on peut observer dans la marge interne et qui semblent jalonner des chapitres de l’œuvre sont peut-être liés à cette activité éditoriale. Dans le catalogue de Matteo Devaris, ce manuscrit apparaît sous les numéros 19, 20, 21. Après la mort de Janus Lascaris, le manuscrit est passé dans la bibliothèque du cardinal Ridolfi, où il portait le numéro 23 parmi les manuscrits de contenu grammatical. Il intégrera ensuite les collections de Pierre Strozzi puis Catherine de Médicis avant d’arriver dans l’ancien fonds grec de la Bibliothèque royale de France, en 1599.

Présentation du contenu

(ff. 1r-239v) Eustathe de Thessalonique, Commentaire à l’Odyssée, éd. G. Stallbaum, Eustathii archiepiscopi Thessalonicensis commentarii ad Homeri Odysseam, Leipzig, Weigel, 1825-1826 : [titre] Εὐσταθίου μαίστορος τῶν ῥητόρων, τοῦ ὕστερον θεσσαλονίκης παρεκβολαὶ τῶν εἰς τὴν Ὀδύσσειαν, (ff. 1r-22v) commentaire au chant I, [titre final] τέλος τῶν τῆς α’ ; (ff. 22v-32r) commentaire au chant II, [titre] ἀρχὴ τῶν τῆς βῆτα ; (ff. 32r-41r) commentaire au chant III, [titre] ἐκ τῶν τῆς γάμμα ; (ff. 41r-57r) commentaire au chant IV, [titre] ἐκ τῆς δέλτα ; (ff. 57r-68v) commentaire au chant V, [titre] ἐκ τῆς ε’ ῥαψῳδίας ; (ff. 68v-76v) commentaire au chant VI, [titre] ἐκ τῆς ζῆτα ῥαψῳδίας ; (ff. 76v-83v) commentaire au chant VII, [titre] ἐκ τῆς ἦτα ῥαψῳδίας ; (ff. 83v-95r) commentaire au chant VIII, [titre] ἐκ τῶν τῆς θῆτα ῥαψῳδίας ; (ff. 95r-108r) commentaire au chant IX, [titre] ἐκ τῆς ἰῶτα ῥαψῳδίας ; (ff. 108r-117v) commentaire au chant X, [titre] ἐκ τῆς κάππα ῥαψῳδίας ; (ff. 117v-132r) commentaire au chant XI, [titre] ἐκ τῶν τῆς λ’ ῥαψῳδίας ; (ff. 132r-143v) commentaire au chant XII, [titre] ἐκ τῆς μῦ ῥαψῳδίας ; (ff. 143v-150v) commentaire au chant XIII, [titre] ἀρχὴ τῶν τῆς νῦ ῥαψῳδίας ; (ff. 150v-160v) commentaire au chant XIV, [titre] ἀρχὴ τῶν τῆς ξῖ ῥαψῳδίας ; (ff. 160v-167v) commentaire au chant XV, [titre] ἐκ τῶν τῆς οῦ ῥαψῳδίας; (ff. 167v-174v) commentaire au chant XVI, [titre] ἀρχὴ τῶν τῆς πῖ ῥαψῳδίας ; (ff. 174v-183r) commentaire au chant XVII, [titre] ἐκ τῶν τῆς ῥῶ ῥαψῳδίας ; (ff. 183v-191r) commentaire au chant XVIII, [titre] ἐκ τῶν τῆς σίγμα ῥαψῳδίας ; (ff. 191r-202v) commentaire au chant XIX, [titre] ἀρχὴ τῶν τῆς ταῦ ῥαψῳδίας ; (ff. 202v-209v) commentaire au chant XX, [titre] ἀρχὴ τῶν τῆς υ’ ῥαψῳδίας ; (ff. 209v-217v) commentaire au chant XXI, [titre] ἀρχὴ τῶν τῆς φῖ ῥαψῳδίας ; (ff. 217v-225v) commentaire au chant XXII, [titre] ἀρχὴ τῶν τῆς χῖ ῥαψῳδίας ; (ff. 225v-231v) commentaire au chant XXIII, [titre] ἐκ τῶν τῆς ψῖ ῥαψῳδίας ; (ff. 231v-239v) commentaire au chant XXIV, ἀρχὴ τῶν τῆς ω’ ῥαψῳδίας.

Bibliographie


M. Formentin, « La grafia di Eustazio di Tessalonica », Bollettino della Badia greca di Grottaferrata, 37, 1983, p. 19-50.
E. Gamillscheg, « Autoren und Kopisten », JöByz, 31/2, 1981, p. 384-390.
E. Martini, « Eustathianum », Rheinisches Museum, 62, 1907, p. 273-294.
B. Mondrain, « Rapport sur les conférences 1995-1996 », livret 11, Paris, EPHE, p. 74-76.
B. Mondrain, « Janus Lascaris copiste et ses livres », dans G. Prato, I manoscritti greci tra riflessione e dibattito, atti del V colloquio internazionale di paleografia greca (Cremona, 4-10 ottobre 1998), Firenze, Gonnelli, 2000, p. 417-426.
D. Muratore, La biblioteca del cardinale Niccolò Ridolfi, Alessandria, Edizioni dell'Orso, 2009, II, p. 109.
H. Omont, Catalogue des manuscrits grecs de Fontainebleau sous François Ier et Henri II, Paris, Picard, 1889, p. XI.
F. Pontani, « Il proemio al Commento all’Odissea di Eustazio di Tessalonica (con appunti sulla tradizione del testo) », BollClass, 21, 2000, p. 5-58.

Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :
Grec 2702. Eustathii Thessalonicensis commentarius in Homeri Odysseam.
XIII siècle. Bombycin. 240 fol. (Medic.-Reg. 1858.) Grand format.


2016
Cité p. 72-73
The Arts of editing medieval greek and latin : a casebook, Toronto : PIMS, (2016).
MSS [8 impr 12543

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Morgane CARIOU.

Documents de substitution

Microfilm 29328.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 29328. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 23674.