Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2674-2780

Grec 2691

Cote : Grec 2691  Réserver
Ancienne cote : Rigault 364
Ancienne cote : Dupuy 395
Ancienne cote : Clément 2205
Scholies à l’Odyssée, Lexique de Thomas Magister, fragment de Collouthos.
1512
Ce document est rédigé en grec.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

328×227 mm
[I-IV]+1-236+[I-III]

ECRITURE :
Le manuscrit est entièrement dû à Sebastianus Ducius (RGK, II, 488), copiste du début du XVIe siècle qui s’intéressait visiblement à la poésie (cf Romanus Bibl. nat. 4 et Vaticanus gr. 118). F. Pontani écrit que le fragment du poème de Coullothos serait dû à une autre main et aurait été ajouté postérieurement, comme le prouverait le silence du pinax de Matthieu Devaris (p. 466). La comparaison paléographique entre l’écriture du f. 235r et celle du reste du manuscrit nous permet de réfuter cette affirmation et le f. 235r est bien de la main de Sebastianus Ducius : non seulement l’aspect général et le système de réglure sont les mêmes, mais encore les tracés particuliers. On retrouve ainsi les ξ particulièrement étirés, l’alternance entre λ triangulaire et λ avec une hampe qui revient vers la gauche, le petit tracé vertical sur la barre horizontale du γ, la ligature στ un peu en dessous de la ligne etc. Par ailleurs, les derniers folios forment bien un ternion (ff. 231-236) dans lequel ce folio, qui est copié sur le même papier, est inséré. Dans ce ternion, les filigranes se répartissent de la façon suivante : 0/1/1//0/0/1. Il s’agit du même filigrane que dans le reste du manuscrit et pour le f. 235 en particulier, qui ne porte pas de filigrane, l’écart des fils de chaîne est le même. Il n’y a donc aucune raison d’attribuer ce dernier texte à un autre copiste. Matthieu Devaris aura simplement omis de signaler le fragment de Collouthos au vu de sa brièveté.
Le manuscrit ne porte la trace d’aucune lecture. Sebastianus Ducius semble avoir relu a posteriori le texte du Lexique car il ajoute dans une encre plus claire des annotations marginales et des variantes.
Surface écrite : 240×130 mm. Marge externe : 70 mm. Marge interne : 25 mm. Marge supérieure : 25 mm. Marge inférieure : 20 mm. Environ 31 lignes par page. Les scholies se présentent souvent sous la forme d’un mot homérique, aligné à gauche, en regard duquel est disposée une glose, alignée à droite.
Les ff. 160v, 234v, 235v-236v sont blancs.

DECORATION :
Les scholies à l’Odyssée ne comportent aucun titre. Au f. 1r la place a été laissée pour l’insertion d’une initiale ornée, qui n’a pas été tracée. À partir du f. 14v, les sous-titres sont rubriqués (sauf pour les chant IX et XI à XIV qui n’ont pas de sous-titre). Dans le Lexique de Thomas Magister, la première lettre de chaque entrée est rubriquée et, pour un certain nombre de folios, le ou les premier(s) mot(s) de chaque lemme est (sont) recopié(s) à l’encre rouge dans la marge externe.

MATIERE :
Le papier est plié in-folio. L’écart moyen des fils de chaîne est de 36 mm. L’unique filigrane du corps du manuscrit représente une fleur en forme de tulipe sous laquelle se trouve une branche et deux feuilles, marque exclusivement italienne. Ce filigrane est reproduit exactement dans le répertoire de D. et J. Harlfinger (fleur 105). Le filigrane le plus voisin, dans les autres répertoires, est le numéro 6661 de Briquet, attesté en 1495 à Lucca.
Tous les folios de garde sont en parchemin, à l’exception du quatrième folio de garde antérieure, qui est un papier filigrané, plié in-folio. Le filigrane, dont ne se trouve aucun équivalent exact dans les répertoires, est voisin du numéro 42368 dans le répertoire en ligne de Piccard (attesté en 1496 à Dortona). Il représente un canard inscrit dans un cercle.

FOLIOTATION :
Le foliotage des ff. 1-113 a été fait dans une encre brune proche de celle utilisée par le copiste. Ces chiffres, situés dans l’angle supérieur externe, sont visibles jusqu’au numéro 113. La suite ne l’est pas, probablement à cause de la rognure. Une main postérieure a alors repris le foliotage à l’encre noire.

CAHIERS :
Le manuscrit est composé de 24 cahiers, tous des quinions à l’exception du dernier cahier, qui est un ternion. Le fil de couture n’est que rarement visible.
23×10 (230) + 1×6 (236)

SIGNATURES :
Les cahiers portant le commentaire à l’Odyssée sont signés de la main du copiste, dans la marge inférieure, de [α]’ à [ιστ]’. Le seizième cahier est signé ει’ au lieu de ιστ’. Les signatures recommencent à α’, avec le début du Lexique de Thomas Magister, et s’interrompent à στ’. Les deux derniers cahiers ne sont donc pas signés. Les signatures sont alors tracées à l’encre rouge.
Le copiste a inscrit un mot de réclame en fin de chaque cahier.

PIQÛRES :
Absence de piqûres.

REGLURE :
La réglure, tracée légèrement à la pointe sèche, est du type 20D1 Leroy-Sautel.

RELIURE :
Reliure de maroquin rouge aux armes de Henri IV, ais de bois. Les plats sont entourés d’un filet doré simple. Au centre des plats un second filet encadre un médaillon doré identique au fer 7 de la planche 2492 d’Olivier-Hermal-de Roton. Entre les filets deux fers différents représentent la capitale H surmontée d’une couronne fermée (fers 9 et 10 de la planche 2492 d’Olivier-Hermal-de Roton). Les angles du filet intérieur sont ornés d’un fer représentant une fleur de lis surmontée d’une couronne. Le plat supérieur porte la trace de quatre fermoirs, deux en gouttière, un en tête et un en queue. Sur le dos, également orné de filets, deux fers alternent, l’un étant un lis surmonté d’une couronne, l’autre la capitale H couronnée. La date de fabrication de la reliure, 1603, a été apposée en lettres dorées. Le titre « SCHOL[IA] IN ODYSSEOM (sic) » est visible dans la partie supérieure du dos. Au-dessus se trouve la cote 22. Les chants sont rainurés et les tranches dorées.

ESTAMPILLES :
Estampille utilisée par la Bibliothèque royale au XVIIe siècle (modèle Josserand-Bruno n°1) aux ff. 1r et 235r.

Historique de la conservation

Au f. 160r le copiste a inscrit, à l’encre rouge, la souscription suivante : ἐθελειώθη διὰ χειρὸς Σεβαστιανοῦ τοῦ Δουκίου ἐν ἔτει ,αω φω ιβω’. La copie des scholies à l’Odyssée a donc été achevée en 1512. Au-dessus une souscription rubriquée également a été grattée. Elle n’est pas lisible à la lampe de Wood. F. Pontani a établi que, pour le texte des scholies à Homère, le Parisinus gr. 2691, auquel il donne le sigle Vd, a été copié sur un manuscrit de la Beinecke Library, le Yalensis 278, manuscrit copié par Giovanni Scutariota (RGK I, 183) le 4 octobre 1453. Le texte est de qualité moyenne, comme l’écrit F. Pontani, p. 466 : « si tratta di una copia alquanto sciatta, che non si contraddistingue per congetture né per la minima attività di ripristino delle lezioni sane nei casi in cui Vs ha errori propri ».
Le manuscrit a fait partie de la bibliothèque du cardinal Ridolfi, où il portait le numéro 12 parmi les manuscrits poétiques. Cette cote est visible dans l’angle supérieur externe du quatrième folio de garde antérieure et au centre de cette même page en chiffres romains. Elle est suivie de la cote en toutes lettres duodecimae. Au-dessus se trouve le pinax de Matthieu Devaris : Σχόλια εἰς ὅλην τὴν ὀδύσσειαν. Καὶ Ἀττικισμῶν ἐκλογὴ θωμᾶ οἶμαι τοῦ μαγίστρου καὶ πλέον οὐδέν. Matthieu Devaris répète cette dernière attribution dans la marge supérieure du f. 161r. La cote 22, visible au dos de la reliure est celle qu’avait le manuscrit dans l’inventaire de 1589/1597.
Après la disparition du cardinal, les manuscrits de sa bibliothèque sont transmis à Pierre Strozzi puis à la reine Catherine de Médicis. Sa bibliothèque est intégrée dans la Bibliothèque royale, après l’achat de Henri IV, en 1599.

Présentation du contenu

(ff. 1r-160r) Scholies à l’Odyssée attribuées à Didyme, éd. F. Ritter, Didymi Chalcenteri opuscula, auctori suo restituta, ad codices antiquos recognita, annotatione illustrata, Coloniae, Dumont-Schauberg, 1845 : (ff. 1r-14v) Scholies au chant I, [absence de titre] ; (ff. 14v-22r) Scholies au chant II, [titre] ὑπόθεσις τῆς β’ ; (ff. 22r-29v) Scholies au chant III, [titre] ὑπόθεσις τῆς γ’; (ff. 29v-42r) Scholies au chant IV, [titre] ὑπόθεσις τῆς δ’ ; (ff. 42r-52r) Scholies au chant V, [titre] ὑπόθεσις τῆς ε’ ; (ff. 52r-57v) Scholies au chant VI, [titre] ὑπόθεσις τῆς ζ’ ; (ff. 57v-63v) Scholies au chant VII, [titre] ὑπόθεσις τῆς η’; (ff. 63v-72r) Scholies au chant VIII, [titre] ὑπόθεσις τῆς θ’ ; (ff. 72r-81r) Scholies au chant IX, [absence de titre] ; (ff. 81r-89v) Scholies au chant X, [titre] ὑπόθεσις τῆς κ’; (ff. 89v-104r) Scholies au chant XI, [absence de titre] ; (ff. 104r-111v) Scholies au chant XII, [absence de titre] ; (ff. 112r-117r) Scholies au chant XIII, [absence de titre] ; (ff. 117v-123r) Scholies au chant XIV, [absence de titre] ; (ff. 123r-127v) Scholies au chant XV, [titre] ὑπόθεσις τῆς ο’ ; (ff. 127v-131r) Scholies au chant XVI, [titre] ὑπόθεσις τῆς π’ ; (ff. 131r-136v) Scholies au chant XVII, [titre] ὑπόθεσις τῆς ρ’ ; (ff. 136v-140r) Scholies au chant XVIII, [titre] ὑπόθεσις τῆς σ’ ; (ff. 140r-145v) Scholies au chant XIX, [titre] ὑπόθεσις τῆς τ’ ; (ff. 145v-148v) Scholies au chant XX, [titre] ὑπόθεσις τῆς υ’ ; (ff. 148v-152r) Scholies au chant XXI, [titre] ὑπόθεσις τῆς φ’ ; (ff. 152r-154v) Scholies au chant XXII, [titre] ὑπόθεσις τῆς χ’ ; (ff. 154v-157v) Scholies au chant XXIII, [titre] ὑπόθεσις τῆς ψ’ ; (ff. 157v-160r) Scholies au chant XXIV, [titre] ὑπόθεσις τῆς ω’, [titre final] τέλος.
(ff. 161r-234r) Thomas Magister, Lexique des mots attiques, éd. F. Ritschl, Thomae Magistri sive Theoduli monachi ecloga vocum Atticarum, Halle, Orphantropheus, 1832 : [absence de titre].
(f. 235r) Collouthos, L’enlèvement d’Hélène, vers 1-33, éd. A.W. Mair, Oppian, Colluthus, Tryphiodorus, Cambridge, Mass., Harvard, University Press, 1928 : [titre] ἡ ἁρπαγὴ τῆς Ἑλένης.

Bibliographie


D. Muratore, La biblioteca del cardinale Niccolò Ridolfi, Hellenica 32, Alessandria, Edizioni dell'Orso, 2009, II, p. 124.

F. Pontani, Sguardi su Ulisse: la tradizione esegetica greca all'Odissea, Sussidi eruditi 63, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2005, p. 409, 456n, 465-466.

Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :
Grec 2691. [Didymi Alexandrini] scholia in Homeri Odysseam (1) ; — Thomæ Magistri ecloge dictionum Atticarum (161) ; — [Coluthi] poema de raptu Helenæ, V. 1-31. (235).
Copié en 1512 par Sebastien ὁ Δούκιος. Papier. 235 fol. (Medic.- Reg. 2203.) Moyen format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Morgane CARIOU.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 28523. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 3627.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple