Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 16719-18613 [Petits Fonds] > Latin 17247-17728

Latin 17326

Cote : Latin 17326  Réserver
Evangeliarium, dit Troisième Evangéliaire de la Sainte-Chapelle  
XIIIe siècle (vers 1260-1270)
Paris

Littera textura. 
Enluminé par plusieurs artistes anonymes. Initiales historiées à antennes stylisées. 
F. 1-84 : Premier peintre, peut-être aidé d'un collaborateur.
F. 95-183 : Deuxième peintre, aidé d'un ou de plusieurs collaborateurs. Certaines initiales ont été rapprochées (notamment f. 107-130) des oeuvres précoces de l'un des meilleurs représentants du Groupe Cholet, l'enlumineur du Missel de Saint-Denis, BnF, Mss., Latin 1107).
Parchemin, [10]+183 ff.+[4], 310 x 210 mm (just. 210 x 125 mm ; reliure : 320 x 210 mm ; épaisseur des ais : 23 mm).
19 cahiers : 1 cahier de 6 ff. (garde contrecolée + 5 ff. non f.), 1 cahier de 4 ff. (n.f.), 7 cahiers de 12 ff. (1-84), 1 cahier de 4 ff. (85-88), 1 cahier de 6 ff. (89-94), 7 cahiers de 12 ff. (95-178), 1 cahier de 10 ff. (179-183 +184 blanc + 3 ff. n.f. + garde contrecollée).
Traces de réclames. Les cahiers de la seconde partie du temporal (95-183) portent en bas du premier feuillet une signature sous la forme d'un chiffre en caractères romains (allant de I à VIII).
Mention "XXXI-259" au crayon à papier au contreplat supérieur, correspondant à l'exposition du manuscrit en 1881 (Vitrine 31, n° 259).
Les ff. 85-94v sont blancs (deux cahiers complets).
Foliotation à l'encre noire, XIXe siècle.
Réglure mixte (pointe sèche et carbone)

Reliure :
Plats en or repoussé et gravé, rehaussés de gemmes, perles et intaille, sur ais de bois (atelier parisien, vers 1260-1270).
Plat supérieur : Crucifixion entre la Vierge et saint Jean ; deux anges tiennent le soleil et la lune ; le Christ en ronde-bosse a disparu ; composition ronde (en forme de corolle) de perles fines, émeraudes, intaille de sardonyx, rubis. Cette composition qui est fixée sur un trou destiné auparavant à la fixation du Christ ne provient peut-être pas de ce volume. Il s'agit peut-être d'un remploi de fermoir laïc. Originellement, trois gros saphirs se trouvaient sur cette plaque : au-dessus de la Vierge et du saint Jean, et sous la Croix (cf. inventaire de 1573-1575). Un seul camée antique figure actuellement sous la Vierge. L'inventaire de 1573-1575 en mentionne un autre, en forme de daim, sous le saint Jean (bâte vide à quatre griffes) ; il était encore présent en 1740. Le cadre extérieur du plat était originellement orné d'une succession de saphirs, de rubis balais, d'émeraudes et de primes d'émeraude, séparés chacun par deux perles.
Plat inférieur : Christ en gloire présentant la Nouvelle Loi, entre le Calice et les Tables de la Loi, accompagné des symboles des Evangélistes ; le cadre extérieur était orné de la même façon que celui du plat supérieur ; le quadrilobe entourant le Christ conserve en revanche une grande partie de ses gemmes et perles, de même type.
D'après l'état dressé en 1791, la reliure conservait alors encore 12 saphirs, 29 émeraudes, 10 rubis, 1 agate et 58 perles. On ne compte plus aujourd'hui que 10 émeraudes, 4 rubis,1 améthyste (?), 1 agate et 20 perles. En se fondant sur les percements et les pierres conservées, la reliure portait à l'origine au moins 102 gemmes et 148 perles fines. Ces disparitions témoignent de pertes progressives (classiques sur ce genre d'oeuvres), mais aussi de déprédations, pour certaines violentes, notamment après l'entrée du manuscrit à la Bibliothèque nationale en 1791. En témoigne ainsi certains arrachages de la tôle d'or, sur la bordure extérieure ou au-dessus de la Vierge et du saint Jean. Certaines marques superposées laissent en outre entrevoir des restaurations anciennes, avec des remplacements de pierres, depuis perdues ou arrachées.
Le Christ de la Crucifixion, en ronde bosse, est encore décrit en 1740 (l'inventaire de 1791 ne donne aucune précision sur le décor figuré).
Les plaques recouvrant les chants de la reliure sont fixées avec de petits clous en or qui sont d'origine et ne semblent pas avoir été ni modifiés ni démontés. Les ais de bois sont donc probablement ceux d'origine. Le plat inférieur présente la quasi-totalité de ses clous en or d'origine, alors que le plat supérieur présente de gros clous de réfection en laiton, signalant ainsi des remontages, en particulier de la partie centrale de la croix.
La reliure avait déjà perdu ses fermoirs en 1480.
Dos de samit rouge uni brodé au point couché rentré avec du filé métallique doré (alliage argent / cuivre doré) sur une âme de soie (grosses feuilles) et au point fendu avec de la soie crème, rose et verte (petites feuilles), contemporain de la reliure (samit vraisemblablement italien ; broderie anglaise ou parisienne, vers 1260-1270). Ce samit brodé ne semble pas fait expressément pour ce manuscrit, mais découpé dans une pièce plus large (cf. armorces de feuilles brodées sur les côtés).

Estampille de la Bibliothèque nationale, de la Convention au Consulat, 1792-1804 (modèle Josserand-Bruno, n° 17).
Ce document est rédigé en latin.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Informations sur le traitement

Analyse du textile par le Laboratoire de recherche des monuments historiques, 1995 (dossier BnF-ADM-2022-066435-01) [avec erreur sur l'identification de la technique du passé plat [ sic , au lieu de point couché rentré].

Reliure restaurée en 2020 grâce au mécénat d’Elizabeth A.R. et Ralph S. Brown, Jr. (dossier BnF-ADM-2021-013221-01) :
La reliure a été constatée en bon état de conservation, sans fragilité structurelle ou altération excessive. L'or était très encrassé en surface, couvert d'une épaisse couche brunâtre de poussières accumulées au fil des ans. Il a été noté un entretien régulier des plaques, se limitant cependant aux éléments lisses (présence vraisemblable d'une protection à base de résines naturelles, de gomme laque et de cire). Présence de rayures profondes. Quelques déchirures du métal le long des reliefs. Des comblements de cire verte ont été constatés dans plusieurs bâtes (mandorle autour du Christ) afin de donner l'impression de la présence d'émeraudes (disparues).
Nettoyage de surface à l'aide de compresses imbibées d'éthanol. Retrait mécanique (pointes de bois, pinceaux-brosses, gommes douces) dans les emplacements plus difficilement accessibles (reliefs, bâtes, montures). Refixation d'un élément soulevé d'une bordure (causée par un arrachage violent de gemmes).

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original : Latin 17326.

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original : Latin 17326.

Numérisation de la reliure.

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en couleur. Cote de consultation en salle de lecture : MFC 157. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : ICR 395.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Vraisemblablement réalisé pour l'usage du roi saint Louis (cf. tranches peintes, d'azur au semé de fleurs de lys d'or).

Provient du trésor du trésor de la Sainte-Chapelle de Paris : 
Inv. 1336 : "Item, inventus fuit unus textus Euvangeliorum, cum postibus aureis, in quibus deficiebant, ut dicebatur pro tempore predecessorum thesaurariorum dicti domini Petri, quatuordecim saphiri, quatuor balacii, tres smaragdines et tres alie fracte sunt ; item deficiebant decem et octo pelle ; de quibus lapidibus preciosis predictis, octo saphiri, quatuor balacii, tres smaragdines et decem et octo perle fuerunt positi, ut dicebatur, in nova cruce ; et ultra dictos lapides sic deficientes repertum fuit quod, pro tempore dicti defuncti domini Petri, duo saphiri adhuc deficiebant et sex perle et sex margarite in castraturis aureis" (AN, JJ F1, f. 43 ; éd. Vidier JJ, n° 33). 
Inv. 1341 : "Item, inventus fuit unus textus novus Evangeliorum, cum postibus aureis, in quibus defficiunt ad presens in toto novem saphiri, quatuor balacii, due smaragdines, viginti octo pelle ; et sunt ibi quatuor alie smaragdines cassate" (AN, J 155, n° 14 ; éd. Vidier F, n° 54). 
Inv 1363-1377 : " Item, un tieuxte d’evangilles aorné d’or et de pierres precieuses ouquel deffaut de lonc temps IX saphirs, IIII balaiz, II esmeraudes, XVIII perles a tout les chassis d’or, et sont demouré oudit tieuxte IIII esmeraudes quassees et, avecques ce, deffaut du temps du tresorier Buchet II autres pierres et une perle.
[Ajout : ] Item, y faut de nouvel III saphirs et de lonc temps VII balaiz et VI autres perles " (BnF, Mss., Latin 17107, f. 58 ; éd. Vidier I, n° 30). 
Inv. 1480 : "Item unus pulcherrimus Evangeliorum textus, asseribus auri coopertus, munitus XXXI smaragdis, in quo defficiunt duo firmalia auri, et est eciam munitus quatuordecim grossis saphiris et tredecim balleiis, duobus camaheys et quatuor viginti et novem perlis de compoto, suis cathonibus munitis ; et ultra predicta sunt tres parvi smaragdi cum suis cathonibus sub capite crucifixi, in dyademate scilicet, et preterea solebant ibidem esse multi alii lapides et eciam perleque defficiunt ut in precedenti inventario cavetur" (BnF, Mss., Latin 9941, f. 19-v ; éd. Vidier K, n° 345). 
Inv. 1573-1575 [à partir d'un inventaire disparu de 1536] : "Item un trés beau texte d’evangilles ou livre couvert d’une couverture d’or, auquel defaillent les fermoers, et en l’un des costez de ladite couverture y a un crucifix de bosse, ung ymage de Nostre Dame, ung sainct Jehan l’Evangeliste et deux angels de demie bosse, et commance le second fueillet d’icelluy livre "Johannes ad turbas" et le dernier fueillet "Jordanem", la croix dudict crucifix garnie depuis les piedz embas de plusieurs pierres, c’est assavoir :
au bout d’embas de ladicte croix, d’un gros saphir rond, louppeux, estimé valloir quatre vingtz escuz, pour ce 160 livres ; 
item, d'une esmeraulde longuette en table estimée quarente livres, pour ce 40 l. ; 
item, d'une table de saphir estant au dessus de lad. esmeraulde estimee aussi pareille somme de quarente livres, pour ce 40 l. ; 
item, au dessus dudit saphir, une aultre esmeraulde en table prisée trente livres, pour ce 30 l. ; 
item, au dessus de lad. esmeraulde, un balay tel quel estimé quarente solz, pour ce 40 s. ; 
item, au diadesme dud. crucifix, un balay, trois petitz grains d’esmeraude et trois petites perles, prisez, l’un portant l’autre, dix livres, pour ce 10 l. ; 
item, au dessus dud. diadesme, une esmeraulde estroicte d’ung bout, quassee en deux, prisée XXIII l., pour ce 24 l. ; 
item, au dessus de lad. esmeraulde, ung saphir rond percé, estimé huict livres, pour ce 8 l. ; 
item, au dessus d’icelluy saphir y a une esmeraulde ronde prisée seize livres, pour ce 16 l. ; 
item, au costé dextre de ladicte croix, en joignant ledict diadesme, une esmeraulde en table quarrée, prisee quarente livres, pour ce 40 l. ; 
item, auprés de lad. esmeraulde, un balay rond prisé quatre livres, pour ce 4 l. ; 
item, auprés dud. balay, au bout de la croisee, une esmeraulde demy ronde dessus, prisee quatre vingtz livres, pour ce 80 l. ; 
item, au costé senestre joynant led. dyadesme, une lozange d’esmeraulde cassee en trois pieces estimee six livres, pour ce 6 l. ; 
item, auprés de lad. esmeraulde, faulte d’un chatton ;
et aprés lad. place vuide de chatton, au bout dud. costé senestre, une esmeraulde ronde prisée cinquante livres, pour ce 50 l. ; 
item, au dessous des piedz de lad. image Nostre Dame et de sainct Jehan y a deux camahyeulx d’agathe, en l’ung desquelz y a ung dain entaillé et en l’autre ung aigle, prisez ensemble six livres, pour ce 6 l. ; 
item, au dessus de la teste de lad. ymage Nostre Dame, un beau grant saphir a fondz de cuve, plat dessus, prisé quatre cens livres, pour ce 400 l. ; 
item, au dessus de ladite teste dud. sainct Jehan y a un autre gros saphir demy rond dessus, a deux costez, prisé deux cens livres, pour ce 200 l. ; 
item, en la bordure dud. livre, du costé dud. crucifix, au bout d’embas, du costé dextre, y a une esmeraulde ronde sur laquelle y a ung petit grain d’or prisee vingt livres, pour ce 20 l. ; 
item, au dessus de ladicte esmeraulde y a faulte d’ung chatton, [et au dessus dud. chatton] defaillant, ung balay rond prisé seize livres, pour ce 16 l. ; 
item, au dessus dudict balay, une esmeraulde en table cassee en plusieurs lieux prisee huict livres, 8 l.; 
item, au dessus de ladite esmeraulde, ung saphir longquet en fondz de cuve prisee quarente livres, pour ce 40 l. ; 
item, au dessus dud. saphir defaut ung chatton, et au dessus d’icelluy chatton defaillant, une esmeraulde en table longuette prisée trente livres, pour ce 30 l. ; 
item, au dessus de la dite esmeraulde, ung saphir rond, percé, prisé huict livres, pour ce 8 l. ; 
item, au dessus dud. saphir, ung chatton d’or, sans pierre, et auprés dud. chatton, une grande table d’esmeraulde longuette, prisee cent livres, pour ce 100 l. ; 
item, et auprés de lad. esmeraulde, trois chattons d’or vuides et sans pierres, et prés desdicts chattons vuides, une table de saphir, prisée trente livres, pour ce 30 l. ; 
et aprés led. saphir, une place vuide sur le coing dudict costé d’icelluy livre par hault ; 
item, auprés de lad. place vuide y a une presme d’esmeraulde prisee quatre livres, pour ce 4 l. ; 
et prés de lad. presme y a ung chatton d’or sans pierre, et auprés dud. chatton sans pierre y a une place vuyde ; 
item, au dessoubz de ladicte place vuide y a une grosse presme d’esmeraulde cassée en deux, prisee quatre livres, pour ce 4 l. ; 
et au dessoubz de lad. presme y a deux chattons d’or sans pierres, et au dessoubz desd. chattons vuides y a une esmeraulde cassee de laquelle default une piece, prisee douze livres, pour ce 12 l. ; 
item, au dessoubz de lad. esmeraulde, une table de saphir fort glaceuze prisee aussy douze livres, pour ce 12 l. ; 
et au dessoubz dud. saphir, au coing d’embas dud. costé du livre, y a une place vuide et prés de lad. place vuide, une esmeraulde en table, rompue par ung bout, prisee vingtz livres, pour ce 20 l. ; 
item, auprés de lad. esmeraulde y a un saphir a huict costes prisé vingt quatre livres, pour ce 24 l. ; 
et auprés dud. saphir et le long du bout d’embas d’icelluy costé y a quatre places vuides ;
item, a l'entour de ladicte bordure selon led. inventaire precedent debvoit avoir vingt six petites perles parmy lad. pierrerie, mais n’en a esté trouvé que vingt cinq qui sont estimees avec l’or ; 
item, en l’autre costé dud. livre y a un Dieu de Majesté de demye bosse et quatre evangelistes aux quatre coings d’icelluy, d’or, et a l'entour dud. Dieu de Majesté y a une bordure en maniere de fleur a quatre pampes, sur laquelle sont assizes plusieurs pierres, et au bout des piedz d’icelluy Dieu de Majesté y a un chatton sans pierre, vuide ; 
item, auprés dudit chatton vuide, au costé dextre, y a une presme d’esmeraulde, demye ronde dessus, prisée trente deux livres, pour ce 32 l. ; 
item, au dessus de lad. esmeraulde, ung balay longuet prisé quatre livres, cy 4 l. ; 
item, au dessus dud. balay y a une table d’esmeraulde longuette prisee douze livres, pour ce 12 l. ; 
item, au dessus de lad. esmeraulde, ung saphir prisé quatre livres, pour ce 4 l. ; 
item, au dessus dud. saphir y a une esmeraulde en table, rompue en trois lieux, prisee six livres, pour ce 6 l. ;
item, au dessus de lad. esmeraulde, un balay prisé quarente solz, pour ce 40 s. ; 
item, au dessus dud. balay, une esmeraulde en table prisee trente deux livres, pour ce 32 l. ; 
item, au dessus de lad. esmeraulde et au hault de ladicte fleur, ung saphir a fondz de cuve, prisé douze livres, pour ce 12 l. ; 
item, au dessoubz dud. saphir, du costé senestre, y a une table d’esmeraulde quarree, demy ronde dessus, prisee vingt livres, pour ce 20 l. ;
item, au dessoubz de ladicte esmeraude y a un balay prisé quatre livres, pour ce 4 l. ; 
et au dessoubz dud. ballay, lors dud. inventaire non signé, y avoit deux chattons d’or vuides sans pierres, et lors de celuy de ladicte année Vc XXXVI n’y avoit plus que l’ung desd. chattons, au dessoubz duquel y a une petite esmeraulde ronde, cassée, prisee quarente solz, pour ce 40 s.t. ; 
item, au dessoubz de lad. esmeraulde y a un balay tel quel, prisé vingt solz, pour ce 20 s. ; 
et au dessoubz dudit balay, un chatton d’or vuide ;
item, sur la bordeure dud. livre, au coing d’embas, y a ung saphir rond cabochon, prisé seize livres, pour ce 16 l. ; 
item, au dessus dud. saphir y a une table d’esmeraulde, prisee huict livres, pour ce 8 l. ;
[Ajout :] Default lad. esmeraulde ; 
item, au dessus de lad. esmeraulde y a deux places vuides ;
item, au dessus desdictes deux places vuides, une esmeraulde presmeuse et guignollee d’ung coing, prisee seize livres, pour ce 16 l.
[Ajout : ] Default lad. esmeraulde ;
et au dessus de lad. esmeraulde, deux places vuydes ; 
item, au dessus desd. deux places vuydes, une esmeraulde en table, cassee en plusieurs lieulx, prisee huict livres, pour ce 8 l. ;
item, au dessus de lad. esmeraulde, un balay percé, prisé quatre livres, pour ce 4 l. ;
item, au dessus dud. balay, une place vuide faisant le coing d’en hault dud. costé, et auprés de ladicte place vuide, une table d’esmeraulde, prisee trente livres, pour ce 30 l. ;
item, auprés de ladicte esmeraulde, un balay rond a huit costes, prisé huict livres, pour ce 8 l. ;
et auprés dud. balay, une place vuide ; 
item, auprès de ladite place vuyde, une table d’esmeraude longuette, prisee cinquante livres, pour ce 50 l. ;
et auprés de lad. esmeraulde y a une place vuide ; 
item, auprés d’icelle place vuide, deux chattons d’or sans pierres ; 
item, auprés desd. deux chattons, ung balay percé, prisé huict livres, pour ce 8 l. ;
item, auprés dud. balay, ung saphir en table, prisé seize livres, pour ce 16 l. ; 
et auprés dud. balay, une place vuyde ; XXXXXXXX
item, auprés de ladite place vuyde, une table d’esmeraulde longuette, prisée 50 l. ; XXXXXXXXX
et auprés de ladite esmeraude y a une place vuide ; XXXXX 
item, auprés d’icelle place vuyde, deux chattons d’or sans pierres ; XXXX
item, auprés desdits deux chattons, un balay percé, prisé 8 l. ; XXXX
item, auprés dudit balay, un saphir en table, prisé 16 l. ; XXX
item, au dessoubz dud. saphir, une table d’esmeraulde presmeuze, longuette, prisee six livres, pour ce 6 l. ; 
item, au dessoubz de lad. esmeraulde, lors dudict inventaire non signé, y avoit une table de balay qui estoit prisé 8 l., laquelle lors de celluy de ladite année M Vc XXXVI defailloit et ne s’est a present trouvé ; 
et au dessus de la place dud. balay y a une autre place vuide ; 
au dessoubz de laquelle place vuide y a une esmeraulde cassee en plusieurs pieces, prisee quarente solz, pour ce 40 s. ; 
et au dessoubz de lad. esmeraulde y a une place vuide soubz laquelle, lors dud. inventaire non signé, soulloit avoir ung chatton d’or sans pierre qui fesoit un des coings dudit livre, lequel chatton default ; 
item, auprés dud. chatton y a une esmeraulde en table longuette, cassee, prisee six livres, pour ce 6 l. ; 
et auprés de lad. esmeraulde y a une place vuide, et prés d’icelle place vuide ung chatton sans pierres ; 
item, auprés dud. chatton y a une table d’esmeraulde demy ronde dessus, percee, prisee trente livres, pour ce 30 l. ; 
item, auprés de ladicte esmeraulde y a une place vuide ;
item sur lesd. bordures d’icelluy costé, selon led. inventaire precedent non signé, soulloit avoir cinquante trois perles, toutesfoys il n’y en a que cinquante une qui seront prisees avec le pris de l’or du dit livre ; 
[Ajout :] De present il ne se trouve que quarante neuf perles, partant defaillent deux.
Laquelle couverture d’or d’icelluy livre et texte d’evangilles est prisee par led. precedent inventaire non signé huict marcs d’or au pris de six vingtz livres tournois le marc, vallans neuf cens soixante livres, pour ce 960 l. ; 
lequel livre poize ainsy qu’il est comprins le livre de parchemyn et boys comme il se comporte dix huict marcs sept onces ;
et ladite pierrerie montoit oud. precedent inventaire non signé dix sept cens quatre vingtz unze livres, et par celluy de lad. année Vc XXXVI, a cause d'aulcunes pierres deffaillans comme il appert cy dessus, dix sept cens quatre vingtz trois livres, pour ce 1783 l. ;
somme de la valleur dud. livre tant en or que pierrerie, 2743 l." (AN, LL 636, f. 25v-33v ; éd. Vidier N, n° 9). 
Inv. 1740 : "Item, un livre d’Evangile, couvert d’une couverture a plaques d’or, sans fermoir, sur l’un des cotes duquel est un Crucifix en bosse, une image de Notre Dame, un saint Jean l’Évangeliste et deux anges de demi bosse ; la croix dud. crucifix garnie de plusieurs pierres ; et sur le revers est une figure de Notre Seigneur en bosse et les quatre Evangélistes ; la couverture du livre garnie de douze saphirs, vingt six emeraudes, dix rubis balais, deux agatonix et soixante perles ; estimé le tout 10000 l. ; et est a observer qu'il y a plusieurs chatons et places vuides" (AN, LL 620, n° 27, f. 5 ; éd. Vidier Q, n° 41). 
Inv. 1783 (Vidier U, n° 41). 

Réclamé par le roi le 10 mars 1791 pour être déposé à la Bibliothèque nationale : "Un livre d’Evangiles enrichi de pierres précieuses" (AN, S 943A, liasse 3 ; éd. Vidier CC, grande sacristie, n° 38).
Déposé à la Bibliothèque nationale le 9 mai 1791 : "Evangiles en latin, manuscrit du XIVe siecle sur velin, in fol. de 182 feuillets, orné de vignettes et de miniatures, garni d’une couverture a plaque d’or enrichie de 12 saphirs, 29 émeraudes, 10 rubis balais, une agathe onix et 58 perles" (AN, O1 609 ; éd. Vidier GG, n° 2).

Les anciennes cotes placées au f. 1 ("S. Victor olim 543 nunc 366bis") qui correspondent au classement du volume entre son entrée à la Bibliothèque nationale sous la Révolution et son reclassement dans le fonds Latin au milieu du XIXe siècle sont issues d'une méprise. Le manuscrit n'a jamais fait partie des livres saisis à l'abbaye de saint-Victor.

Présentation du contenu

Cet évangéliaire est le plus récent des trois réalisés sous le règne de saint Louis pour la Sainte-Chapelle de Paris.
Comme le deuxième évangéliaire (Latin 9455), ce manuscrit regroupe toutes les fêtes de l'année liturgique. Les leçons sont identiques et celles du jour des Cendres sont dans les deux cas insérées après le 25e dimanche après la Pentecôte, ce qui diffère de l'usage commun. Comme pour le premier évangéliaire (Latin 8892), quelques leçons supplémentaires, pour la vigile de Noël et l'Epiphanie, sont accompagnées de musique.
Contrairement aux autres, le présent volume ne contient cependant aucune des fêtes parisiennes récentes adoptées durant le second tiers du XIIIe siècle, ce qui laisse supposer que le manuscrit qui a servi de modèle pour la copie était antérieur à cette date.
Le sens du colophon au f. 183v ("explicit liber iste in quo continentur omnia evangelia anni ad usum et consuetudinem ecclesie Parisiensis") est controversé : le manuscrit était-il destiné à une autre église parisienne ou cela renvoit-il au manuscrit qui a servi de modèle pour la copie ? Cette mention figure aussi dans l'évangéliaire de Londres (British Library, MS Add. 17341) qui est une copie du présent manuscrit.

Les ff. 85-94v laissés en blanc pourraient avoir été destinés à recevoir des additions particulières à la Sainte-Chapelle qui n'ont jamais été réalisées après la copie d'après un modèle antérieur.

Bibliographie

Catalogue :

Léopold Delisle, "Inventaire des manuscrits latins de Notre-Dame et d'autres fonds conservés à la Bibliothèque nationale sous les numéros 16719-18613", Bibliothèque de de l'Ecole des chartes, t. 31, 1870, p. 500.

Sources :

Sauveur-Jérôme Morand, Histoire de la Ste-Chapelle royale du Palais, Paris, 1790, p. 49.

Alexandre Vidier, Le trésor de la Sainte-Chapelle. Inventaires et documents, Paris / Nogent-le-Rotrou, 1911, inv. JJ, n° 33 ; F, n° 54 ; I, n° 30 ; K, n° 345 ; N, n° 9 ; U, n° 41 ; CC, Grande sacristie; n° 38 ; GG , n° 2.

Etudes :

Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. 2, Paris, 1874, p. 261, 264 et 323.

Henri Bouchot, Les reliures d'art à la Bibliothèque nationale, Paris, 1888, pl. VIII.

Jean Porcher, L'enluminure française, Paris, 1959, p. 46.

Robert Branner, "Two Parisian Capella Books in Bari", Gesta, t. 8/2, 1969, p. 18.

Robert Branner, "Le premier Evangéliaire de la Sainte-Chapelle", Revue de l'Art, t. 3, 1969, p. 37.

Marie-Madeleine Gauthier, "Les couvertures précieuses des manuscrits à l'usage de la Sainte-Chapelle", dans Septième centenaire de la mort de saint Louis, actes des colloques de Royaumont et de Paris (21-27 mai 1970), Paris, 1976, p. 159-162.

Robert Branner, Manuscript Painting in Paris during the Reign of Saint Louis. A Study of Styles, Berkeley / Los Angeles / Londres, 1977, p. 6, 85, 118, 122-131, 135-136 et 236.

Ellen J. Beer, "Pariser Buchmalerei in der Zeit Ludwigs der Heiligen und im letzten Viertel des 13. Jahrhunderts", Zeistchrift für Kunstgeschichte, t. 44, 1981, p. 75, 79 et 80.

Charles Sterling, La peinture médiévale à Paris, 1300-1500, t. 1, Paris, 1987, p. 28.

Marie-Pierre Laffitte et Valérie Goupil, Reliures précieuses, Paris, 1991, p. 21-22 et 101.

Jean-Michel Leniaud et Françoise Perrot, La Sainte-Chapelle, Paris, 1991, p. 63-64.

Marie-Pierre Laffitte, Odile Valansot, Dominique de Reyer et Witold Novik, "Trois reliures médiévales à éléments de tissu", Bulletin du CIETA, n° 74, 1997, p. 50, 52 et 59-61.

Marie-Pierre Laffitte, "Les manuscrits répertoriés dans les inventaires du trésor de la Sainte-Chapelle", dans Jannic Durand et Marie-Pierre Laffitte (dir.), Le trésor de la Sainte-Chapelle, cat. exp., Paris, musée du Louvre, 31 mai-27 août 2001, Paris, 2001, p. 145.

Claus Michael Kaufmann, "The Sainte-Chapelle Lectionaires and the Illustration of the Parables in the Middle-Ages", Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, n° 67, 2004, p. 1-22.

Sabrina Zonno, "Un témoin exceptionnel de l'art parisien du temps de Saint Louis : le Psautier de la Bibliothèque du Séminaire de Padoue", Art de l'enluminure, n° 44, 2013, p. 25-26.

Pierre-Yves Le Pogam, "Dépouillement et expressivité"', dans Pierre-Yves Le Pogam (dir.), Saint Louis, cat. exp., Paris, Conciergerie, 8 octobre 2014-11 janvier 2015, Paris, 2014, p. 178-179.

Expositions :

Bibliothèque nationale, département des Manuscrits, chartes et diplômes. Notice des objets exposés, cat. exp., Paris, BN, 1881, Paris, 1881, n° 259.

Les primitifs français exposés au palais du Louvre (pavillon de Marsan) et à la Bibliothèque nationale, cat. exp., Paris, musée du Louvre et Bibliothèque nationale, Paris, 1904, manuscrits à peintures, n° 3.

Les plus belles reliures de la Réunion des bibliothèques nationales, cat. exp., Paris, BN, janvier-mars 1929, Paris, 1929, n° 19.

Emile-Aurèle Van Moé, Les plus beaux manuscrits français du VIIIe au XVIe siècle conservés dans les Bibliothèques nationales de Paris, cat. exp., Paris, BN, 1937, Paris, 1937, n° 49.

Jean Porcher, Les manuscrits à peintures en France du XIIIe au XVIe siècle, cat. exp., Paris, BN, 17 décembre 1955-30 septembre 1956, Paris, 1955, n° 13.

Saint Louis, cat. exp., Paris, Sainte-Chapelle, mai-août 1960, Paris, 1960, n° 219.

Cathédrales. Sculptures, vitraux, objets d'art, manuscrits des XIIe et XIIIe siècles, cat. exp., Paris, musée du Louvre, février-avril 1962, Paris, 1962, n° 168.

Philippe Verdier, Peter Brieger et Marie Farquhar Montpetit, Art and the Courts. France and England from 1259 to 1328, cat. exp., Ottawa, The National Gallery of Canada, 27 avril-2 juillet 1972, Ottawa, 1972, nos 2 et 37.

Viviane Huchard, Hiltrud Westermann-Angerhausen et Robert Didier (dir.), Un trésor gothique. La châsse de Nivelles, cat. exp., Cologne, Schnütgen-Museum, 24 novembre 1995-11 février 1996 / Paris, musée national du Moyen Âge-Thermes de Cluny, 12 mars-10 juin 1996, Paris, 1996, n° 15 (notice Elisabeth Antoine).

Sabine Coron et Martine Lefèvre (dir.), Livres en broderie. Reliures françaises du Moyen Âge à nos jours, cat. exp., Paris, BnF, Arsenal, 30 novembre 1995-25 février 1996, Paris, 1995, n° 1.

Danielle Gaborit-Chopin (dir.), L'art au temps des rois maudits. Philippe le Bel et ses fils, 1285-1328, cat. exp., Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 17 mars-29 juin 1998, Paris, 1998, n° 169 (notice François Avril).

Jannic Durand et Marie-Pierre Laffitte (dir.), Le trésor de la Sainte-Chapelle, cat. exp., Paris, musée du Louvre, 31 mai-27 août 2001, Paris, 2001, n° 37 (notice Marie-Pierre Laffitte et Elisabeth Taburet-Delahaye).

Pierre-Yves Le Pogam (dir.), Saint Louis, cat. exp., Paris, Conciergerie, 8 octobre 2014-11 janvier 2015, Paris, 2014, n° 66 (notice P.-Y. Le Pogam).

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (Latin 17326)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Maxence Hermant (août 2022 ; mise à jour en janvier 2023)