Département des Manuscrits > Persan > Supplément Persan 1-1000

Supplément persan 151 B

Cote : Supplément persan 151 B  Réserver
Ancienne cote : Blochet 308
RAWZAT al-ṢAFĀ FĪ SĪRAT al-ANBIYYĀ VA l-MULŪK VA l- HULAFĀ. Muḥ. b. Hāvand-Šāh b. Maḥmūd, dit Mīr Hwānd
1601-02
1604 ( 3 juillet)
Ecritures persanes Nasta‛līq de 25 lignes à la page ; titres rubriqués (bleus aux f. 357v-8) ; réclames ; surface écrite 105 x 210 mm (f. 1v- 356) puis (f. 357v- 407). Ms. de 200 x 320.Réglure au mistara. Encadrements constitués (f. 1v- 356 et 357v- 407) d’un filet bleu, d’un filet brun, d’un trait noir, d’une bande dorée et de filets vert, carmin, blanc et doré ; ils sont souvent très effacés. Aux f. 1v- 2, 30v, 31, 59v, 60, 79v, 80, 123v, 154v, 155, 166v, 167, 184v, 185, 222v, 223, 230v, 231, 253v, 254, 310v, 311, 357v et 358 le texte est écrit dans des sortes de nuages se détachant d’un fond doré (avec des motifs floraux, mais seulement aux f. 1v- 2, 357v- 8). Les marges de ces mêmes folios ont un décor doré de motis floraux peints ou - aux f. 166v-7 et 222v-3 – de nuages de divers types. Des sarlawḥ de frontispice enluminés se rencontrent aux f. 1v (100 x 137 mm ; les encadrements sont formés d’une bande bleue à croix blanche et d’une tresse dorée ; le dôme polylobé bleu est richement décoré d’une arabesque formée de nuages bleu, rose et or et de volutes florales ; le titre est inscrit sur le cadre) et 357v (103 x 95 ; le cadre est de même décor ; en bas se trouve un rectangle bleu à écoinçons et médaillon central dorés à décor d’arabesque, avec le titre Hātima-i Tārīh-i Mīr Hwānd en blanc ; au-dessus, dôme polylobé or et bleu) [les deux frontispices sont dans le style de Šīrāz]. Papier oriental vergé (20 vergeures occupent 28 mm environ), perpendiculairement à la couture du f. 1 à. 356, puis (avec 20 vergeures pour 27 mm environ) parallèlement à celle-ci du f. 357 à 407 (excepté aux f. 387- 396 où il est employé dans l’autre sens). 407 feuillets, plus les folios A et B préliminaires. Le volume était constitué originellement de quinions du f. 1 à 356 et 357 à 407, avec quelques exceptions toutefois ; ces cahiers ont été modifiés lors de la restauration du ms. Les marges sont d’ailleurs souvent restaurées et le papier a été doublé. Demi-reliure restaurée, avec dos de maroquin brun au chiffre de Louis-Philippe.
Textes en persan.
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits

Présentation du contenu

Cf. Persan 55.
Volume contenant une copie du tome (qism) VI (f. 1v- 356) et une copie de la conclusion (hātima) (.f. 357v- 407). La composition de cette dernière avait commencé en 900H.(/1494-5) et elle avait été achevée après la mort de l’auteur, sans doute par Mīr Ġiyyās al-Dīn Hwānd Amīr [comparer à Supplément persan 168, etc.].

La copie du qism VI a été achevée (f. 356) le 5 Ṣafar 1013H. par Maḥmūd b. Ḥāğğī Muḥ. [ qui a également copié, à Šīrāz, en Ša‛bān 1012H.(/février 1604) un exemplaire illustré de onze peintures du qism IV du même Rawzat al-ṣafā, qui est conservé aujourd’hui à la Staatsbibliothek de Berlin sous la cote Ms. or. Fol. 169, comparer à W. Pertsch, Verzeichniss der Persischen Handschriften, Berlin, 1888, n° 389, p. 393-4 ; T.W. Arnold – A. Grohmann, The Islamic Book (...), Leipzig, 1929, n° 67- 69 et I. Stchoukine – B. Flemming et alii, Illuminierte islamische Handschriften, Wiesbaden, 1971, n° 28, p. 80- 82]. [Les deux ms. sont probablement une commande du sultan de Golconde]. La copie du hātima a, pour sa part, été achevée (f. 407) en 1010H. par Nūr al-Dīn ‛Alī al-Lāhīğī al-Nūrbahšī.

Le ms. renferme en outre onze peintures (cf. E. Blochet, Revue des bibliothèques, 1898, p. 138) [ ; elles sont très comparables à celles du ms. de Berlin du même copiste et probablement toutes sorties du même atelier de Šīrāz].Ce sont :
1°.-F.31 (263 x 132 mm) « On amène auprès du trône de Timur en 771H.(/1370), au pied d’un minaret, près de Balh, son beau-frère Amīr Ḥusayn, les mains liées ; Timur décide de son sort avec ses compagnons ».
2°.-F.59v (253 x 147) « Après la prise de la forteresse de Tiflis en 788H.(/1386) par les armées de Timur, on emmène, sur ordre du sultan, des prisonniers géorgiens ».
3°.-F.79v (248 x 165) « Au cours d’un combat survenu en 793H.(/1391) dans la plaine de Qipčāq, l’armée de Tuġtamiš Hān s’oppose à celle de Timur dans laquelle se trouvent Amīr ‛Ayyās, Šayh ‛Alī Bahādur, Hudādād Ḥusaynī et Amīrzāda ‛Umar ».
4°.-F.124 (242 x 158) « En Inde, dans la vallée de Kavīlah, près des rives du Gange, se déroule en 801H.(/1398) un combat qui voit la victoire des armées de Timur et la déroute des Indiens ; un guerrier s’est fracassé la tête en tombant ».
5°.-F.155 (251 x 144) « En 803H.(/1401), juste après avoir pris Bagdad, l’armée de Timur y a perpétré un massacre, comme l’évoque la pyramide de têtes. Les archers criblent de flèches les fugitifs, parmi lesquels Farruh qui tente de s’enfuir en bateau avec sa fille en remontant le Tigre dans lequel nagent des habitants de Bagdad ».
6°.-F.166v (248 x 150) « Le sultan ottoman Bayazıt a été battu en 804H.(/1402) près d’Ancyre par l’armée de Timur. Tombé de cheval et fait prisonnier, on l’a amené à Timur qui le traite avec déférence et le fait relâcher ».
7°.-F.184v (242 x 136) « Dans la mosquée ancienne (Masğid-i ‛aṭīq) de Šīrāz, Mawlānā Quṭb al-Dīn est enchaîné au pied du minbar où est assis Mawlānā Sa‛īd ; des sacs contenant 300 000 dinars indûment prélevés au Fārs par Quṭb al-Dīn sont posés là et la population apprend qu’il vont lui être restitués ».
8°.-F.223 (245 x 139) « En 809H.(/1407), au cours d’un combat, trois des douze fantassins de l’armée de Mīrzā Abū Bakr tentent de jeter à bas de son cheval l’amīr turcoman Qarā Yūsuf, qui est armé d’un fouet ».
9°.-F.230v (244 x 140) « Fait prisonnier entre Kirmān et Šīrāz en 811H.(/1409), l’amīr Ḥusayn Šarbat-dār, précédé d’un tambour, est envoyé sur le dos d’un buffle à Mīrzā Iskandar les bras liés par la planche d’une cangue et la tête couverte d’un énorme bonnet ».
10°.-F.253v (260 x 158) « En 1411 près de Tchalagan, l’armée turcomane a été victorieuse des troupes d’élite géorgiennes qui étaient venues au secours du Širvānšāh ; le roi Constantin Ier (Gūsbandīl) de Géorgie a été fait prisonnier par les gens de Qarā Yūsuf ».
11°.-F.310v (242 x 137) « Le sultan Uluġ Bēg est décapité en 853H.(/1449), après un simulacre de procès, sur l’ordre de son fils rebelle ‛Abd al-Laṭīf, tandis qu’un personnage tient la couronne du souverain déchu ».

On lit au f. A des prédictions réalisées au moyen du souffle ; au f.Av des prières avec leurs propriétés ; au f. B des prédictions par les lettres (fāl) attribuées à ‛Alī ; au f. Bv des recettes et un ġazal persan de Muḥ. Karīm ; au f. 407v des essais de plume et une note sur différentes étoffes.

Historique de la conservation

Ce ms. provient de la bibliothèque des sultans de Golconde. Il porte au f. 1 l’ex-libris autographe, daté du 20 Ramazān 1023H.(/24 octobre 1614) du sultan Muḥammad Quṭbšāh (1020H./1612 – 1035H./1626), ainsi que le timbre de ce souverain [que l’on retrouve sur d’autres ms., notamment à la Salar Jung Library de Haydarabad, cf. M. Ashraf, A Concise Descriptive Catalogue of the Persian Manuscripts in the Salar Jung Museum and Library, Hyderabad, IV, 1967, pl. de la p. 161 et VII, 1980, pl. de la p. 105]. On trouve également une marque – surchargée – et le timbre de son successeur, ‛Abd-ullāh Quṭbšāh (1626 – 1672), semble-t-il.Le ms. porte au f. Bv l’ex-libris, daté du 14 Rağab 1166H.(/1753) de Muḥ. Karīm b. Ḥāğğī Šīr Bēg, qui a noté (ibidem), outre le texte d’un poème, la date de naissance de son fils Mīrzā Muḥ. Kāżim (1170H.).Ms. provenant de la collection constituée en Inde par Pierre de Brueys ; on lit à la 7ème garde « n° 66. Sixième et 7ème partie de Rozat-al-Saffa » [ ; le ms. est dépourvu de notice de Qanbar ‛Alī].

Informations sur les modalités d’entrée

Acquis le 1er janvier 1802 (11 nivôse an X) par la B.N. [Anc. cote, Brueys 1.3].

Informations sur le traitement

Translittération utilisée, voir Catalogue de Francis Richard, p. [27]