Département des Manuscrits > Grec > Ancien fonds grec > Grec 2674-2780

Grec 2677

Cote : Grec 2677  Réserver
Ancienne cote : 46 Telleriano-Remensis
Ancienne cote : 2765.2 Regius
Traités de métrique
Première moitié du XVIe siècle (et fin du XVIe siècle pour les ff. 91-[95]).
Ce document est rédigé en grec.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

295×205 mm
[I-III] + 1-94+ [I-III]

ECRITURE :
Le manuscrit (ff. 1-89v) a été copié par Constantin Mesobotès (RGK II, 315), copiste actif dans la première moitié du XVIe siècle. Sa main apparaît dans plus de trente manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale de France.
Surface écrite : 190×110 mm. Marge externe : 65 mm. Marge supérieure : 35 mm. Marge inférieure : 65 mm. Marge interne : 30 mm. Nombre de lignes par page : en moyenne 29.
Les cinq derniers folios, qui sont un ajout, portent deux écritures différentes, à peu près contemporaines de celle de Mesobotès. L’écriture du f. 91r-v est peu soignée. En revanche les ff. 92-95 sont copiés avec application. Les lettres sont d’un petit module. Les gammas sont penchés vers la droite, les thêtas ouverts dans leur partie inférieure gauche.
Surface écrite : 215×160 mm. Marge externe : 30 mm. Marge supérieure : 20 mm. Marge inférieure : 38 mm. Marge interne : 5 mm. Nombre de lignes par page : en moyenne 33.
Folios blancs : 2v, 90r-v, 94v.
Enfin un annotateur intervient trois fois dans les marges des ff. 81r-89v, notamment au f. 81r, pour inscrire le nom de Cassius Longin.

DECORATION :
Les titres, initiales et majuscules sont rubriqués. Il en va de même des signes de scansion qui surmontent certains mots. Plusieurs schémas et diagrammes viennent illustrer les traités de métrique (ff. 10r, 21r, 22v, 65r-66r).

MATIERE :
(ff. 1-89) : papier à fines vergeures et très opaque. Les fils de chaînette sont à peine visibles. Pliage in-quarto. Le filigrane, représentant une grosse fleur à huit pétales, est voisin de Briquet 6597 (attesté à Chiavenna en 1465).
(ff. 91-[95]) : cinq folios ont été ajoutés à la fin du manuscrit. D’un format inférieur (280×200 mm), ils ont été pliés in-folio. L’écart moyen des fils de chaînette est de 26 mm. Le filigrane représente un pèlerin compris dans un cercle. Il porte un chapeau et, sur son épaule, un bâton qui se termine en forme de crochet. Le filigrane ne se retrouve pas dans le recueil de Briquet. Aucune lettre ne se trouve autour du cercle. La marque la plus proche, dans Briquet, est le 7571, attestée à Milan en 1580. Le numéro 21423 du répertoire en ligne de Piccard, attesté en 1574 à Côme, est voisin de celui que l’on peut observer dans le Paris. gr. 2677.
Les ff. 2v, 90r-v et 94v sont blancs.

FOLIOTATION :
Foliotation moderne dans l’angle supérieur externe de 1 à 94.

CAHIERS :
Le manuscrit est principalement composé de quinions : 6×10 (60) + 1×4 (64) + 2×10 (84) + 1×6 (90) + 1×5 (1+4) (95).
Le manuscrit original s’étend des ff. 1 à 90. Il comporte donc 10 cahiers. À la suite de ce manuscrit 5 folios ont été ajoutés. Il s’agit d’un folio seul et d’un binion.

SIGNATURES :
Les cahiers sont signés dans la marge inférieure. Les sept premiers cahiers sont signés de α’ à ζ’, puis la foliotation reprend à α’ (f. 65r) pour se terminer à γ’ (sénion des ff. 85-90). Les derniers folios ne sont pas signés.

PIQÛRES :
Non conservées.

REGLURE :
La réglure a été tracée à la pointe sèche très légèrement. Elle correspond au type Leroy-Sautel 12D1. La marge interne est délimitée par deux lignes verticales et la marge externe par une seule. Les marges supérieure et inférieure contiennent chacune une ligne horizontale.

RELIURE :
Le manuscrit a été relié sous Charles X (1824-1830). Les plats, en veau raciné, sont décorés par un filet doré. Le dos porte le titre «HEPHAESTIONIS ENCHIRIDION », les chiffres de Charles X (Olivier-Hermal-de Roton, planche 2498, fer n°9) et des lis. La cote actuelle a été apposée à l’encre noire dans la partie inférieure du dos.

ESTAMPILLES :
Estampilles utilisées par la Bibliothèque royale au XVIIe siècle (modèle Josserand-Bruno n°1) aux f.1r et 89v et au début du XVIIIe siècle au f. 94v (modèle Josserand-Bruno n°7).

Historique de la conservation


Le Paris. gr. 2677 a appartenu à Charles de Montchal, archevêque de Toulouse. Le catalogue de sa bibliothèque en donne la description sous le numéro lxxviii (Paris. lat. 10380, p. 42-43). Après la mort de Charles de Montchal (1651), ses héritiers mettent en vente les manuscrits qui finissent par être achetés, au plus tôt en 1655, par Foucquet. Lors de la dispersion de la bibliothèque de Foucquet après sa disgrâce en 1661, le manuscrit est acquis par l'archevêque de Reims Charles-Maurice Le Tellier. En décembre 1700, celui-ci fait don au roi de presque tous ses manuscrits. Parmi ceux-ci figuraient 111 volumes grecs (cf H. Omont, p. XX). Dans l'inventaire dressé à cette occasion par Nicolas Clément et conservé dans le Paris. lat. 9369, f. 3v, le manuscrit figure au numéro 46 de la première section (libri manuscripti graeci).
La cote 2765.2 a été attribuée à ce manuscrit à son arrivée dans la bibliothèque royale par l’abbé de Targny, chargé du département des manuscrits de la Bibliothèque du roi jusqu’en 1737. Cette cote fut éphémère puisque l’actuelle cote date de 1740.
Sur le verso du folio de garde [II] se trouve la table des matières écrite par Du Cange.

Présentation du contenu

(ff. 1r-2r) Traité de métrique anonyme : [titre] περὶ κοινῆς συλλαβῆς, [incipit] Ὁμὸν τεχνικός.
(ff. 3r-14r) Traité de métrique anonyme : [titre] Ἀρχὴ σὺν θεῷ ἁγίῳ τῆς περὶ τῶν ἐμμέτρων λόγων διδασκαλίας, ἡ παροῦσα πραγματεία ἐκ διαφόρων ἤθροισται βιβλίων, [incipit] Πόσα στιχεῖα λόγου ;
(ff. 14r-53v) Héphestion, Manuel, éd. M. Consbruch, Hephaestionis enchiridion cum commentariis veteribus, Leipzig, Teubner, 1906, p. 1-58 : [titre] Ἡφαιστίωνος ἡ παροῦσα πραγματεία, Ἡφαιστίωνος ἐγχειρίδιον.
(ff. 53v-66r) Jean Tzétzès, Poème sur la métrique : [titre] διδασκαλία σαφεστάτη Ἰώανου γραμματικοῦ τοῦ Τζέτζου περὶ τῶν ἐν στίχοις μέτρων ἁπάντων διὰ στίχων πολιτικῶν.
(ff. 66v-81r) Cassius Longin, Prolégomènes au manuel d’Héphestion, et scholies au manuel d’Héphestion, éd. M. Consbruch, Hephaestionis enchiridion cum commentariis veteribus, Leipzig, Teubner, 1906 : [sans mention de titre], [incipit] Μέτρον ἐστὶ ποδῶν ἢ βάσεων σύνταξις ; [titre final] τέλος.
(ff. 81r-89v) Traité de métrique anonyme : [titre] ἔτι περὶ τῶν αὐτῶν ἐν συνόψει, [incipit] Ἰστέον ὅτι πούς ἐστι μετρικόν σύστημα συλλαβῶν ; [titre final] τέλος.
(f. 91r-v) Notices anonymes sur douze orateurs : [incipit] Εὔδημος ῥήτωρ · ἔγραψε διάφορα.
(ff. 92r-94r) Traité anonyme sur la comédie : [titre] Περὶ κωμῳδίας, [incipit] κωμῳδίαι λέγονται τὰ τῶν κωμικῶν ποιήματα.

Bibliographie

Notice d'H. Omont issue de l'Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale (1888) :
Grec 2677. Anonymi opusculum de syllabarum quantitate : Ὁμόν τεχνικός... (1) ; — Anonymi recentioris tractatus de metris : Πόσα στιχεῖα λόγου ; Κδ'... (3) ; — Hephæstionis enchiridion de metris, cum scholiis (14 v°) ; — Joannis Tzetzæ opusculum de metris (53 v°) ; — Scholia ad Hephæstionem : Μέτρoν ἐστὶ ποδῶν... (66 v°) ; — [Dionysii Longini] epitome de metris (81) ; — Notitiæ breves de Eudemo rhetore, Helladio Alexandrino, Eugenio, Zosimo, Cecilio, Longino, Luperco, Justino Julio, Pacato Minucio, Pamphilo, Polione et Hesychio (91) ; — Anonymi opusculum de comœdia : Κωμῳδίαι λέγονται τὰ τῶν κωμικῶν... (92).
XVI siècle. Papier. 94 fol. (Teller. Rem.-Reg. 2765, 2.) Moyen format.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Morgane CARIOU.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 13409. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 222536.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Voir le document numérisé
vignette simple