Département de l'Audiovisuel > Audiovisuel et multimédia

Fonds GALLET, Pascal-Emmanuel

Journaux Latino américain en France [image animée]

Présentation du contenu

1. Bonjour la France (25 min) de Magali Meneses - 1985
Premère vidéaste débarquée de Santiago, Magali visite Prado, Fargier, Belloir, Jaffrennou, Cahen, déjà familiers du Chili, les portraiture, filme leurs tournages, les provoque à des autoportraits. Sur fond d'emballage de Pont-neuf, avec Joséphine Baker au refrain.
Au catalogue général sous la cote VK-106424

2. Tour Eiffel (11 min) de Juan Enrique Forch, René Gonzalez et Marcelo Pechaza (montage), Jaime de Aguirre (musique) - 1986
Entremêlée d'un poême de Vicente Huidobro écrit en français à Paris dans les années 20, une vision intérieure de la tour, fragmentée, sensuelle, aérienne
Au catalogue général sous la cote VK-106410

3. Paris, c'est trop ! ( 21 min) de Jorge Said-Maldonado - 1987
L'enthousiasme d'un jeune homme avide de tout voir , de tout vivre : un printemps ébloui, des caves rovkeuse aux jardins de la Loire.
Au catalogue général sous la cote VK-106427

4. J'attendrai (27 min) de Jean Francisco Vargas - 1988
Télévision abstraite, son dévorant, peinture en action, tourbillon d'images, vidéo grottis et avec ça le goût de Paris cette saison là... Puis un fantôme brise la télévision sur un quai de Seine et l'image de la chanteuse : il ne reste plus dans l'image que l'image d'un bord de Seine , tour Eiffel sur fond de nuage, plan large et humide
Au catalogue général sous la cote VK-106494

5. Paris - Stalingrad (25 min) de Pablo Lavin - 1988
Par le regard d'un Malien , rêvée depuis l'Afrique , Paris la fiancée. L'intégration dure, le regard des autrre, mais le grand enjeu. Paysages détruits, crottes de chiens, love burgers et traversées d'une patineuse maniérée à robe flottante qui l'enlève dans le métro et s'enroule aux colonnes de Buren.
Au catalogue général sous la cote VK-106429

6. Mort au roi (6 min) de Francisco Arevalo, Laurent Rebezade (montage), Marcela Obregon (narration) - 1989
Partir quand on ne sait plus comment s'en sortir. Le temps ne vous lâche pas, mais on se retrouve à Paris pour encore décapiter le vieux cadavre, pour regarder le Chili depuis la Défense, s'assurer que rien, nulle part, n'est si différent.
Au catalogue général sous la cote VK-106431

7. La mémoire du ciel (10 min 30 s) de Francisco Fabrega - 1990
Peut-être la couleur d'un ciel garde-t-elle quelque chose de l'agitation des hommes, peut-être les pierres, sages ou folles, de Paris gardent -elle quelque chose de sa lumière ?
Au catalogue général sous la cote VK-106432

8. Poème n°1 Ventura/fenêtre (11 min) de Gerardo Silva, Patrcia Bardin (montage) - 1991
Dans la chambre des images et la fenêtre : Paris, fenêtres et toits, un fleuve et ses reflets sur les falaises d'immeubles. Puis on glisse à nouveau, par la fenêtre, dans la chambre.
Au catalogue général sous la cote VK-106433

9. Miradas desviadas / Regards déroutés (15 min 30 s) de Claudia Aravena, Gilles Marchesi (son), Jean-Claude Lourniet (montage et mixage), Vicente Huidobro (texte) - 1992
"J'aimerais qu'une pluie d'ailes couvre la terre. " V. Huidobro. Au fil du fleuve, d'un fluide regarde, une jeune femme meurtrie cherche l'apaisement.
Au catalogue général sous la cote VK-106434

10. Son oeil plongeait dans la ville... (10 min 19 s) de Marcela Poch, Nestor Olhagaray (images) - 1993
... pour s'y perdre et y mêler le souvenir de l'enfant laissé à l'autre bout du monde, pour qui le joyeux émerveillement du regard.

Au catalogue général sous la cote VK-106436

11. Discours sur le peu de réalité (6 min) de Patricio Pereira - 1994
Ville d'espace et de ciel dont les sons s'étirent en un chant étrange, où dans les lentes rues vides, s'incrustent des foules souterraines.
Au catalogue général sous la cote VK -106437

12. Vidéo d'automne (11 min) de Sabrina Farji, Pablo Salas, Stéphane Calleton et Cathy Vogan (montage) Jorge Haro (musique), Philippe Wojtowicz (mixage), Marina Wainer (voix et traduction) - 1994
Morceaux rebrisés de la ville, liés par le passage des rails, par un refrain de sirène alentie, mêlés d'images de l'enfance, d'odeur de marrons chauds, du corail des arbres et de froideur grise, pour s'essayer au paradoxe d'écrire un journal intime avec les images du réel.
Au catalogue général sous la cote VK-106438