NAL 3213

Cote : NAL 3213
numéro d’entrée : Achat 1994-12
Horae ad usum romanum.
XVe s. (vers 1460)
France (Lyon ?). A-159 ff.190 x 135 mm (just. 95 x 65 mm).Parchemin. Réglure à l’encre rose. Rel. fin XVe s., basane brune sur ais de bois, dont les coiffes sont manquantes ; à noter que les 14ème et le dernier cahiers ont été raccrochés grossièrement au dos. Le décor, estampé à froid, est constitué de petits fers rangés en huit bandes verticales de façon symétrique : fleur de lis ; tige feuillée dans un rinceau formant guirlande ; deux arcs de cercle entrelacés ; deux quadrilobes dans un damier en diagonale. Au dos, restes de décor doré, contemporain du décor à froid ou de peu postérieur, composé de petits fleurons dans les entrenerfs, alternativement une feuille de chêne et une coquille Saint-Jacques. On distingue encore un petit fragment de ce qui semble être un surlignage à l’or sur le nerf de queue. Un ajout similaire de fleurons dorés (fleur de lis) au dos d’une reliure estampée à froid se remarque sur un livre d’heures à l’usage de Mâcon (ms. nal 3190).
Décoration due à plusieurs enlumineurs travaillant dans un style apparenté, parmi lesquels François Avril identifie le peintre de la Vierge à l’Enfant du f. 79 avec le Maître du Roman de la Rose de Vienne, dont il a localisé la carrière à Lyon dans les années 1430-1460 ; cf. F. Avril, Manuscrits à peintures, p. 199-201. 9 peintures: s. Jean à Patmos, robe bleue, manteau rouge fourré d’hermine, le visage tourné vers l’aigle à gauche, tandis qu’à droite un petit diable aux ailes rouges renverse son encrier (13) ; [les ff. initiaux de Mathieu et de Luc ont été découpés] ; Marc, avec robe verte et manteau rouge doublé d’hermine, lion portant une banderole, roue à livres, dans une architecture antiquisante (17) ; Annonciation, dans une architecture à pinacles en camaïeu doré, ange agenouillé à droite de la Vierge, sol en carrelage à damier noir et vert (19, matines) ; Visitation, Anne la tête voilée agenouillée devant la Vierge, au deuxième plan, maison forte avec deux tours (38, laudes) ; Nativité, sol de la crêche carrelé de vert avec bordures noires (50, prime) ; [les ff. initiaux portant peintures ont été découpés pour les heures de tierce à vêpres] ; couronnement de la Vierge, Dieu le Père à la barbe brune, robe bleue et manteau beige mordoré trônant sur une chaire couverte d’un brocart vert et noir et la Vierge, robe beige et manteau bleu, ange en buste, ailes et habit vert (74, complies) ; Vierge à l’Enfant, robe beige et manteau bleu, assise sur un coussin dans un paysage, et, agenouillée à sa gauche, dame agenouillée, coiffée d’un hennin, livre de prière ouvert dans une aumônière (79, Obsecro te) ; Crucifixion entre la Vierge et s. Jean (83, heures de la Croix) ; scène d’enterrement à l’intérieur d’une église, deux chanoines coiffés d’une aumusse, diacre en surplis blanc portant la croix, pleurant en noir et personnage laïc habillé en bourgeois, robe courte bleue, coiffe à turban rouge (108, office des morts). Liteaux en équerre autour des peintures, parfois décorés de tiges fleuries sur fond or ; listels dorés aux ff. 74 et 83. Encadrements à décor de rinceaux d’acanthe or, bleu, rouge et vert, rinceaux filiformes à vignettes d’or, oiseaux, fruits et fleurs, parfois en bouquets (ff. 19 et 69). Bordures à chaque page, de largeur variable, à décor d’acanthes, vermicules, feuilles et points d’or, fleurs et fruits. Initiales à rinceaux vignetés sur fond or ; petites initiales champies sur fond rouge et bleu. Rubriques. Peinture écaillée aux ff. 17 et 83. L’exposition du volume à l’humidité a parfois entraîné des reports de peinture sur le verso du f. précédent, par exemple au f. 18v.
Cahiers : 1 bifolium (contregarde et garde) ; 16-26 (1-12) ; 36 (13-18), incomplet de deux ff. 14 bis et 15 bis; 48-88 (19-57) ; 96 (58-63), lacune des ff. 58 bis et 62 bis ; 107 (64-70), lacune du f. 66 bis ; 118 (71-78) ; 124 (79-82) ; 138 (83-90) ; 147 (91-97), lacune du premier f. ; 158-218 (98-153) ; 226 (154-159), le bifolium final été farci de quatre ff. qui portent des additions ; contregarde. — Réclames à la fin des 4e, 5e et 14e cahiers. — F. 18v blanc. — Les premiers ff. sont tachés par l’humidité et le parchemin de l’ensemble des feuillets est jauni et usagé. Petits trous d’usure du parchemin, ff. 4, 105, 118, 119, 145 et 153. Marge supérieure du f. 25 découpée. — Un petit feuillet de parchemin (95 x 48 mm), portant une oraison, a été cousu à grands points, au fil beige, au verso du f. 158. — De nombreuses traces de piqûres, dans les marges ou dans les parties restées blanches des ff. 18v, 66v, 86v, 90v, 107, 131 et notamment 154, correspondent certainement à la couture d’enseignes de pélerinage ; deux traces circulaires noirâtres sont visibles au f. 18v (diamètres : 19 et 25 mm). Une ligne de 17 trous rapprochés, au f. 1, suggère plutôt la couture d’un tissu. Sur cet usage, voir Denis Bruna, « Témoins de dévotions dans les livres d’heures à la fin du Moyen Age », Revue Mabillon, n. s., IX (1998), 127-161 ; autre exemple dans le ms. nal 3214.
Manuscrit en latin

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document original

Historique de la conservation

Essais de plume du XVIIIe siècle, sur la contregarde inférieure : « pour » « vout ».

Informations sur les modalités d’entrée

Acheté à la vente Paris, Hôtel Drouot, 28 octobre 1994, n° 57, et signalé dans Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 1 (janvier 1999), p. 85.

Présentation du contenu

F. 1-12v. Calendrier d’Autun en français, inscrit à l’or et à l’encre, alternativement rouge et bleue : 1er juin, « s. Reverien » [év. d’Autun] ; 12 juin, en or : « s. Nazaire » [révélation] ; 28 juil., « ss. Nazaire et Celse » ; 4 août, « s. Cassien [év. d’Autun] » ; 1er sept., « s. Ladre » [Lazare] ; 5 sept., «ste Royne » [Reine d’Alise] ; 19 sept., « s. Soigne » [Seine] ; 24 sept., « Andoche » [év. d’Autun] ; 2 oct., « Legier » [év. d’Autun] ; 20 oct., « revelacion s. Ladre » ; 17 déc., « s. Lazaire » ; 20 déc., « s. Nasaire » [21 déc., dédicace de Saint-Nazaire d’Autun].

F. 13-18. Péricopes évangéliques : Io 1, 1-14, suivi du suffrage adressé à l’apôtre ; Mt 2, 1-12 ; Lc 1, 26-38 ; Mc 16, 14-20. Les évangiles de Mathieu et de Luc sont incomplets du début par suite de la perte du premier fol.

F. 19-78v. Heures de la Vierge à l’usage de Rome. Les heures de tierce, sexte, none et vêpres sont incomplètes du début par suite de la perte du premier feuillet. F. 79-82v. “Obsecro te…”, prière au masculin (éd. Leroquais, Livres d’heures, II, 347).

F. 83-86v. Office de la Croix « De sancta cruce ».

F. 87-90v. Office du Saint Esprit « De sancto Spiritu ».

F. 91-107v. Psaumes de la pénitence , suivis des Litanies, incomplet du premier feuillet. A noter, parmi les confesseurs, « sancte Ludovice », Louis d’Anjou, év. de Toulouse.

F. 107v-154. Office des morts à l’usage de Rome. « In agenda mortuorum ad vesperas ».

F. 154v-159. Addition du XVe siècle : « Oraison de saint Sebastien », suffrage ; [Oraison pour les trépassés] « Avete omnes fideles anime quorum corpora… coronemur... Domine Jhesu Christe salus et liberatio animarum... jubeas. Per... » (154v et 159). — Additions du début du XVIe siècle. « Veni creator Spiritus... spiritus. Amen » ; « De s. Johanne Baptista » ; « Salve regina misericordie vita... ostende » ; « Domine non sum digna… animeam meam », à noter la forme féminine (156-158). — Sur le verso du f. 158, a été cousu un petit feuillet de parchemin portant l’oraison « O passio magna, o profunda vulnera, o effusio sanguinis, o dulcis dulcedo, o mortis amaritudo, da michi vitam eternam. Amen. Pater. Ave Maria. Credo ».

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Marie-Françoise Damongeot (02/05/2006).