Fonds Dupuy, Françoise et Dominique (danse)

Cote : COL-191 
Fonds Françoise et Dominique Dupuy
1950-1979
10 mètres linéaires
Bibliothèque nationale de France. Département des arts du spectacle
Le fonds contient des documents majoritairement en français

Biographie ou histoire

Françoise et Dominique Dupuy sont tous deux danseurs, chorégraphes et pédagogues. Pionniers et témoins de la naissance de la danse moderne en France dans les années 1950 et les décennies suivantes, ils ont signé, chacun ou ensemble, en tout une cinquantaine de ballets.
Dominique Dupuy est né à Paris en 1930. Il grandit dans un milieu très ouvert aux arts. Dans les années d’avant-guerre, son père Roger-Louis Dupuy, recueille juifs et communistes allemands qui fuient le nazisme. Il vient en aide notamment au danseur Jean Weidt, réfugié d’Allemagne, créateur des Ballets 38, une des rares troupes professionnelles de danse moderne en France avant-guerre. Jean Weidt devient le professeur de danse de Dominique Dupuy et de ses frères. Dominique Dupuy commence ainsi la danse à huit ans. Puis fait du théâtre chez Charles Dullin où il rencontre Marcel Marceau, et de la danse classique avec, entre autres, Olga Préobrajenska, Madame Illic, et Nicolas Zvereff...
Françoise Dupuy est née à Lyon en 1925. Elle grandit également dans un milieu artistique. Son père, Marcel Michaud, est directeur d’une galerie de peinture, critique d’art et spécialiste d’art contemporain. Françoise commence la danse à cinq ans à l’Opéra de Lyon, puis suit des cours de rythmique Dalcroze chez Madame Birmelet et travaille ensuite de nombreuses années chez Hélène Carlut. Adolescente, elle étudie la musique avec César Geoffray et la peinture avec Albert Gleizes. Pendant la guerre, elle travaille le théâtre avec Jean-Marie Serreau, 0’Brady, Jacquemont, et la danse classique avec Youri Algaroff et Youra Lobov. A la fin de la guerre, elle monte à Paris. Elle est soutenue par Pierre Tugal, le directeur des Archives Internationales de la danse (A.I.D.) ainsi que par Roger Blin. Elle travaille avec Marguerite Bougai, Nicolas Zvereff et Etienne Decroux et fait un bref passage au Ballet des Champs-Elysées.
C’est chez Jean Weidt, en 1946, que Françoise et Dominique Dupuy se rencontrent. Durant trois ans, ils font partie du Ballet des arts, troupe créée par le « danseur rouge » à son retour de guerre. En 1949, Jean Weidt, déçu par Paris, rejoint le Komische-Oper de Berlin-Est. Françoise et Dominique, orphelins, tentent de constituer une troupe, mais sans véritable succès. Ils décident alors de former un duo sous le simple nom de « Françoise et Dominique ». Commence une longue pérégrination à travers les théâtres parisiens où le couple se produit dans des spectacles de cabaret et music-hall, participe à des galas et nuits de toutes sortes, jusqu’aux attractions de cinéma. Ils dansent sous leur deux prénoms jusqu’en 1955, année de création de leur compagnie Les Ballets modernes de Paris.
Les Ballets modernes de Paris se produisent pour la première fois au Festival international d’Aix-les-Bains, en août 1955, puis au théâtre Marigny (en septembre 1955) et au théâtre Daunou et, dans les 1960, partent en tournée jusqu’en Afrique noire. A la fin des années 1950, les chorégraphes Deryk Mendel et Jerome Andrews composent des chorégraphies pour les Dupuy. Dominique Dupuy fait une incursion dans le jazz, en collaboration avec Katleen Henry d’Epinoy, et crée de nombreuses chorégraphies dans ce style. D’autre part Françoise et Dominique reprennent des œuvres du répertoire du XXe siècle : Parade, L’après-midi d’un faune, Jeux...
En 1962, Françoise et Dominique Dupuy créent le premier festival en France entièrement consacré à la danse : le Festival des Baux-de-Provence. Durant sept ans, Les Ballets modernes de Paris y présentent leurs créations. Y sont invités aussi de nombreuses compagnies étrangères, notamment en 1964, celle de Merce Cunningham dont c’est la première venue en France. Les Ballets modernes de Paris rayonnent en province, et sont accueillis aussi dans les théâtres parisiens, au Théâtre de l’Est parisien notamment, plusieurs années de suite. La compagnie donne plus de cent représentations par an. Spectacles, mais aussi animations, les Dupuy s’investissent énergiquement dans la sensibilisation d’un plus large public à la danse. De 1967 à 1969, par exemple, les Dupuy collaborent au projet interdisciplinaire du Musée d’art moderne de la Ville de Paris, nommé ARC (Animation, recherche, confrontation) qui associe arts plastiques, jazz et danse. En deux saisons, les Dupuy présentent quinze manifestations, regroupant vingt-deux chorégraphes et quatre-vingts danseurs, rencontres qui ont pour thèmes : danse et musique concrète, danser dans le silence, la danse et sa pédagogie…
Françoise et Dominique Dupuy participent en outre à nombre de comités, débats, actions corporatives et syndicales : au SNAC, Syndicat national des auteurs compositeurs, dès 1965, à l’AFREC, Association française de recherches et d’études chorégraphiques, avec Dinah Maggie, pour la promotion et la reconnaissance de la danse moderne et des danseurs.
Les Ballets modernes de Paris sont dissous en 1979. De 1978 à 1986, Françoise et Dominique Dupuy animent le Mas de la danse à Fontvieille et poursuivent leur activité aujourd'hui, notamment avec l'association Ode après l'orage.

Informations sur les modalités d’entrée

Donné au département des arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France en décembre 2010 par Françoise et Dominique Dupuy. Numéro d'entrée : DON-ASP-2010-21.

Présentation du contenu

Le fonds contient des documents sur les activités de Françoise et Dominique Dupuy, notamment celles des Ballets modernes de Paris et du Festival des Baux-de-Provence, durant la période 1950-1979 : photographies de spectacles, articles de presse, programmes, documents administratifs, documents de production, archives sonores, films, maquettes de décors et de costumes, affiches.

Informations sur le traitement

Les archives administratives, ainsi que les maquettes, font l'objet d'un traitement de conservation et ne sont pas consultables actuellement. Les films et les enregistrements sonores sont en cours de numérisation et ne sont pas consultables actuellement.
Les affiches sont en cours d'inventaire.

Conditions d'accès

Vous pouvez préparer votre venue au département des Arts du spectacle en réservant vos documents à distance à partir du présent inventaire, en cliquant sur l'icône "Calendrier" qui figure à gauche des descriptions de documents.
Pour pouvoir réserver à distance, vous devez posséder une carte de lecteur en cours de validité et donnant accès à la Bibliothèque de recherche, et créer votre propre espace personnel sur le site Web de la BnF à cette adresse.
Ce fonds est consultable uniquement en place réserve (à demander à l'entrée de la salle de lecture).
Il est conservé dans les magasins d'un site distant. Un délai de 48 à 72 heures est donc nécessaire pour obtenir la communication des documents qui le constituent. Un document demandé jusqu'à 17 h 45 est disponible le surlendemain à 10 h (pour les demandes effectuées du vendredi 17 h 45 au lundi 10 h, compter 1 jour de plus).
Les demandes portant sur les sections encore non inventoriées de ce fonds sont à adresser par courriel à l'adresse arts-spectacle [at] bnf.fr. Un délai d'au moins quinze jours est à prévoir.

Bibliographie

  • Dupuy, Françoise et Dupuy, Dominique. Une danse à l'oeuvre. Pantin, Centre national de la danse, 2002
  • Dupuy, Dominique. Danse contemporaine, pratique et théorie, "Marsyas", écrits pour la danse. Recueil de textes extr. de la revue "Marsyas", 1989-1995. Marseille : Images en manoeuvres éd. ; Fontvieille : le Mas de la danse, impr. 2007
  • Dupuy, Dominique. La sagesse du danseur. Paris, J.-C. Béhar, DL 2011
  • Dupuy, Françoise. On ne danse jamais seul : écrits sur la danse. Coeuvres-et-Valsery, Ressouvenances, 2012.
  • Robinson, Jacqueline. L'aventure de la danse moderne en France (1920-1970). Paris, Bougé, 1990