Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 1-3857 [Ancien fonds latin] > Latin 953-1253

Latin 1152

Cote : Latin 1152  Réserver
Ancienne cote : Colbert 1339
Ancienne cote : Regius 4559(3)
Psalterium Caroli Calvi ou Psalterium ad usum monasterii Sancti Dionysii, dit Psautier de Charles le Chauve
IXe siècle (entre 842 et 869)
École du palais de Charles le Chauve

Copié par Liuthard (f. 172v : "Hic calamus facto Liuthardi fine quievit"). Écriture en onciale d'or, sauf 6 ff. en minuscule caroline d'or (41, 56, 69v 87v, 103 et 121).
Peintures également attribuées à Liuthard.
Trois peintures avec légendes en vers, tracées en or sur des bandes pourpres. F. 1v : David accompagné de ses musiciens jouant du psaltérion, des cymbales, de la cithare et des cordes (Quattuor hic socii comitantur in ordine David). F. 3v : Charles le Chauve, destinataire du psautier, assis sur un trône et tenant sceptre et globe ; au-dessus de lui se trouve la main de Dieu (Cum sedeat Karolus magno coronatus honore / Est Josiae similis parque Theodosio). F. 4 : saint Jérôme, traducteur des psaumes. Initiales peintes (dont 8 grandes) et incipits en or sur fond pourpre. Encadrements. Bordures pourprées et titres en capitales rustiques d'or sur fond pourpre.
Parchemin, [2]+173 ff. à longues lignes, précédés de deux gardes de parchemin, 240 x 190 mm (just. 150 x 120 mm ; reliure 240 x 195 mm)
Relevé codicologique impossible à établir en raison de la grande fragilité du volume.
Ni réclames, ni signatures.
Foliotation à l'encre noire, XIXe siècle.
Mention "XXX/267" au crayon à papier au recto de la garde supérieure, correspondant à l'exposition du manuscrit en 1881 (Vitrine 30, n° 267).
Réglure à la pointe sèche.

Reliure :
 Reliure d'origine pour Charles le Chauve, à plaques d'ivoire d'éléphant et monture d'argent doré et d'argent, ornées de gemmes (Ecole du palais de Charles le Chauve, milieu du IXe siècle).
Réfection de l'époque moderne : traces de fermoirs en laiton, dos et oreilles de textile, XVIIIe siècle (?). Les ais de bois de chêne datent probablement de cette réfection. Les deux plaques d'ivoire (une sur chaque plat), débitées chacune dans une pièce d'ivoire d'éléphant, sont placées dans une cuvette taillée dans les ais de bois. Elles sont retenues par les bordures de métal qui viennent plus ou moins en recouvrement.
Il n'est pas certain que la reliure ait été dotée à l'origine de fermoirs.

Plat supérieur :
Plaque d'ivoire sculpté (140 x 90 mm). Dans un cadre de feuilles d'acanthes, sur quatre registres, illustration du psaume 56, 5-6 : "Anima mea [celle de David, assise sur les genoux de l'ange] in medio leonum dormivit ferocientium filii hominum dentes eorum lancea et sagittae et lingua eorum gladius acutus exaltare super caelos Deus in omni terra gloria tua !". Bordure d'argent doré ornée de filigranes et de gemmes (émeraude, calcédoine, saphirs, grenats, cristal de roche, quartz rose, améthystes, perles fines, verres rouges, verts, bleus).

Plat inférieur :
Plaque d'ivoire sculpté (140 x 90 mm). Dans un cadre de feuilles d'acanthes, sur trois registres, Nathan reproche à David et Bethsabée la mort d'Urie, sous forme de la parabole de l'homme riche volant la brebis de l'homme pauvre (II Samuel 12, 4-15). Bordure d'argent ornée de filigranes et de gemmes (grenats, saphirs, verre (?)).

Reliure restaurée en 2019, grâce au mécénat de Michael I. Allen (ivoire : dossier BnF-ADM-2019-052948-01 ; orfèvrerie : BnF-ADM-2019-016104-01).

Ivoire :
Il a été impossible d'examiner les revers et les chants lors de la restauration, en raison du montage de la reliure. Il a en revanche été constaté que la plaque avait été prélevée vers l'extérieur de la défense. Le plat inférieur a été prélevé de la même façon et on a pu constater que la partie sculptée se trouve côté externe de la défense. Traces d'outils (lignes de repère tracées avant la réalisation des bordures de feuilles d'acanthes ; traces de ciseaux de différentes largeurs pour les personnages, par endroits reprises par polissage ou abasion ; perçoirs pour détacher les fonds des éléments sculptés en relief ; percements à la pointe). Aucune trace de polychromie n'a été détectée à la surface sous lunette-loupe. Ivoire dans un état de conservation remarquable, peu de manques et d'usures (au plat supérieur, la queue du lion à gauche est fragmentaire, la pointe d'une épée a disparu ainsi que le pouce de la main gauche de l'ange de gauche ; au plat inférieur, le ruban que tient Bethsabée présente deux éclats et le pouce droit du prophète Nathan a disparu). Le plat supérieur ne présente aucune fente ; le plat inférieur présente deux courtes fissures fermées devant la jambe gauche de David. Avant la restauration, la surface des deux plaques d'ivoire était très empoussiérée, avec des amas de poussière épais et durcis dans les creux ; présence d'une tache brun rouge (oxyde de fer ?) entre les jambes du prophète Nathan. Nettoyage réalisé à l'aide de mucine, rendu difficile par la présence d'une vieille couche de colle vieillie peu réversible.

Orfèvrerie :
L'oeuvre a été constatée comme étant en bon état de conservation, sans fragilités structurelles. La monture du plat supérieur est formée de quatre plaques rectangulaires d'argent dont les bords sont repliés sur les chants de l'ais de bois. La partie repliée sur les bords est clouée, mais on note peu d'autres clous pour fixer les plaques à leur suport de bois. Quatre clous d'argent doré à tête ronde semblent avoir été utilisés aux quatre angles extérieurs. Les autres fixations n'apparaissent pas à la surface des plaques. Les lacunes de pierres ont permis de constater que des fixations n'étaient pas cachées sous les bâtes. Il s'agit donc d'un montage très raffiné, car invisible.
Le plat supérieur s'est révélé particulièrement encrassé, avec une épaisse couche de dépôts noirs recouvrant la totalité de la surface en argent doré (accumulation de poussières et de salissures au cours des siècles, ce qui tend à prouver que ce plat a été peu nettoyé, notamment du fait que le décor recouvre le moindre espace de la surface du plat, ne laissant que peu d'accès). La surface de l'argent doré présente des aspérités sous forme de bulles, dont certaines ont éclaté, ce qui laisse apparaître l'argent sulfuré sous la dorure. L'hypothèse la plus vraisemblable est que ces bulles se sont formées par excès de chaleur sur le métal lors de la soudure des bâtes et des filigranes. La dorure des plaques et des divers éléments du décor a été réalisée avant les opérations de soudure. On a également noté après le nettoyage un voile rougeâtre, vraisemblablement composé d'oxydes de cuivre. Ces oxydes sont peut-être la conséquence d'une chauffe excessive, mais pourrraient également provenir de l'oxydation du cuivre présent dans l'argent ou la dorure. Le plat supérieur ne présente que peu d'accidents, à l'exception de cinq emplacements où les pierres montées en bâtes et les décors ont disparu, notamment au coin inférieur droit (chute ou choc important ?). Il n'y a que très peu de clous de réfection, à l'exception de trois sur la partie lacunaire en bas à droite et entre les tenons de fixation des fermoirs disparus. 
Le plat inférieur s'est aussi révélé particulièrement sale, tout en présentant moins de parties inaccessibles. Il est composé de quatre plaques d'argent rectangulaires, dont trois d'entre elles ont une surface étonnamment altérée, avec de petites crevasses. La plaque de gauche est lisse et ne présente pas les mêmes aspérités, à l'exception de petites bulles, mais en moins grand nombre qu'au plat supérieur. Le même voile rougeâtre qu'au plat supérieur est également apparu au plat inférieur après nettoyage. Il ne peut ici s'agir d'une oxydation due à une chauffe excessive en raison de la dorure (ce plat en étant exempt). Le plat inférieur présente peu de lacunes, à l'exception notable de l'angle inférieur gauche où le décor manque (même accident qu'au plat supérieur) et de quelques manques dans les feuilles d'argent ; quelques pierres ont également disparu. Il a été procédé à un premier dépoussiérage à l'aide de pinceaux brosses, puis à des tests de nettoyage à l'aide de divers solvants. L'épaisse couche noire s'est avérée soluble par voie enzymatique. Il est possible qu'une couche de protection d'origine animale ait été précédemment posée. Les emplacements les moins accessibles ont été nettoyés par divers outils (pointes, scalpels etc). 
Il a été décidé de laisser en l'état deux emplacements, un au plat supérieur, un au plat inférieur, comme témoins de l'état avant restauration et pour permettre des analyses ultérieures.
Des emplacements fragiles ont été consolidés à l'aide d'une résine acrylique. Une résine époxy a également été utilisée dans le cas d'une plaque plus épaisse à stabiliser. Trois petits fragments détachés des bâtes et coincés sous des arcatures ont été dégagés lors du nettoyage et replacés à l'aide d'une résine acrylique.
Il a été constaté lors de la restauration que les plaques d'orfèvrerie des deux plats ont subi à une date ancienne un démontage et un remontage. Des clous de réfection sont visible sur les deux plats et sur les bandes des chants. Il semble également que les ais aient été raccourcis : la bande d'argent du côté gauche du plat inférieur a été rabbatue sur le dos de la reliure avec un important ressaut ; le corps d'ouvrage dépasse légèrement de la reliure par endroits ; l'angle supérieur gauche du plat inférieur est déformé et écrasé pour s'adapter à un ais plus petit qu'à l'origine ; sur cette même plaque, la bordure torsadée a été éliminée pour prendre en compte les nouvelles dimensions du plat et deux plaques se chevauchent en partie supérieure droite (avec un gros clou de réfection). Des stries de scie sont visibles sur les chants inférieurs des deux ais (reprise par sciage plus récente que la fabrication des ais actuels ?). De cette réfection datent probablement les restes de fermoirs en laiton ainsi que les tenons de fixation de même métal présents sur le chant du plat supérieur (XVIIIe siècle ?).

Estampille de la Bibliothèque nationale, de la Convention au Consulat, 1792-1804 (modèle Josserand-Bruno, n° 17).
Ce document est rédigé en latin.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original : Latin 1152.

Numérisation de la reliure après la restauration de 2019.

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Numérisation avant la restauration de 2019.

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 2185. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 11985.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution : R 11985.

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

D'après les litanies, le manuscrit a été copié pour Charles le Chauve entre 842, date de son mariage avec Ermentrude, et 869, date de la mort de celle-ci ; offert par le souverain au chapitre cathédral de Metz, peu après son couronnement comme roi de Lotharingie dans cette église et la mort d'Ermentrude en 869 ; trésor de la cathédrale Saint-Etienne de Metz (Inv. 1604 : "Item, un psaltier en velin de lettres d'or couvert d'yvoir richement entaillé, enrichy d'argent et de pierreries", éd. Pelt, n° 741) ; offert en 1674-1675 à Jean-Baptiste Colbert ; acquis en 1732 avec les manuscrits Colbert ; ancien fonds royal.

Présentation du contenu

Contenu :
F. 1 : Note d'Etienne Baluze indiquant que le manuscrit a été donné par les chanoines de Metz à Colbert en 1674.
F. 1v : Peinture à pleine page représentant David et ses musiciens.
F. 2-v : Préface du psautier. Commence par : "Origo psalmorum David prophetae. David filius Jesse, cum esset in regno suo [..]" (Ascoli, dans Arch. glott. ital., V, p. 4-5 avec variantes).
F. 3 : Blanc.
F. 3v-4 : Diptyque représentant Charles le Chauve assis sur son trône face à saint Jérôme.
F. 4v-154v : Psautier gallican. Les divisions liturgiques sont marquées par de grandes initiales d'or à entrelacs. Il ne contient ni hymnes ni antiennes, mais seulement les versets, leçons et répons de l'office férial qui se lisent à la fin de chaque férie. Au bas du f. 106 : "Rex regum Karolo pacem tribuatque salutem".
F. 155v-169v : Cantiques bibliques.
F. 170-172v : Litanies de Saint-Denis, avec invocations à l'usage de Charles le Chauve et de sa femme Ermentrude, dont celle au f. 172, "ut Hirmintrudem coniugem nostram conservare digneris te rogamus audi nos".
F. 173-v : Feuillet de remploi, monté par la marge supérieure, marque de l'ancienne pliure à l'emplacement de l'ancien fond de cahier. F. 173v : fragment de l'Officium Stellae, noté en neumes (voir Bibl. Éc. Ch., XXXIV, 1873, p. 657-658).

La reliure de ce volume, en dépit de quelques manques et accidents et d'au moins un remontage, est la seule reliure d'orfèvrerie carolingienne à nous être parvenue en l'état.

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (manuscrits latins, VIIIe-XIIIe siècles : Latin 1152)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Bibliographie

Catalogues :
Camille Couderc, Bibliothèque nationale. Album de portraits, d’après les collections du département des Manuscrits, Paris, [1908], pl. 3.
Philippe Lauer (dir.), Bibliothèque nationale. Catalogue général des manuscrits latins, t. 1, nos 1-1438, Paris , 1939, p. 420.
Victor Leroquais, Les psautiers manuscrits latins des bibliothèques publiques de France, t. 2, Mâcon, 1940-1941, n° 314.
Charles Samaran et Robert Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. 2, Bibliothèque nationale, fonds Latin (nos 1 à 8000), Paris,1972, p. 59.
Colophons des manuscrits occidentaux des origines au XVIe siècle, t. 4, Colophons signés L-O, Fribourg, 1976, n° 12562.
Roger Gryson, Altlateinische Handschriften. Répertoire descriptif. Deuxième partie, Mss 300-485 (Manuscrits du psautier), Fribourg, 2004, n° 432.

Sources
Jean-Baptiste Pelt, Études sur la cathédrale de Metz. Textes extraits principalement des registres capitulaires (1210-1790), Metz, 1930, nos 741 et 845-846.

Etudes (volume) :
Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale [nationale], t. 1, Paris, 1868, p. 5-6, 449 et 479 / t. 3, Paris, 1881, p. 320-321.
Samuel Berger, Histoire de la Vulgate pendant les premiers siècles du Moyen Age, Paris, 1893, p. 404-405.
Percy Ernst Schramm et Florentine Mütherich, Denkmale der deutschen Könige und Kaiser, I. Ein Beitrag zur Herrschergeschichte von Karl dem Grossen bis Friedrich II., 768-1250, Munich, 1962, p. 131, n° 44.
Jean Hubert, Jean Porcher et Wolfgang F. Volbach, L'Empire carolingien, Paris, 1968, p. 350.
Rosamond McKitterick, "Charles the Bald (823-877) and His Library: The Patronage of Learning", The English Historical Review, t. 95, n° 374, 1980, p. 38.
Wilhelm Koehler und Florentine Mütherich, Die Karolingischen Miniaturen, t. 5/1, Die Hofschule Karls des Kahlen, Berlin, 1982, p. 132-143.
Dominique Alibert, "La majesté sacrée du roi : images du souverain carolingien", Histoire de l'art, nos 5-6, 1989, p. 23-36.
Eric Palazzo,  "L'enluminure à Metz au Haut Moyen Age (VIIIe-XIe siècles)", dans Metz enluminée. Autour de la Bible de Charles le Chauve. Trésors manuscrits des églises messines , cat. exp., Metz, bibliotèque-médiathèque, 10 novembre 1989-7 janvier 1990, Metz, 1989, p. 29.
Rosamond McKitterick, "The Palace School of Charles the Bald", dans Margaret T. Gibson et Janet L. Nelson (dir.), Charles the Bald. Court and Kingdom, Aldershot, 1990, p. 334-336.
Rosamond McKitterick, "Text and image in the Carolingian world", dans Rosamond McKitterick (dir.), The uses of literacy in early mediaeval Europe, Cambridge, 1990, p. 311.
William J. Diebold, "Verbal, visual and cultural literacy in medieval art. Word and image in the Psalter of Charles the Bald", Word & Image, t. 8/2, 1992, p. 89-99.
Eric Palazzo, Les sacramentaires de Fulda. Etude sur l'iconographie et la liturgie à l'époque ottonienne, Münster, 1994, p. 12, 18, 27, 31, 69 et 79.
Genevra Kornbluth, Engraved gems of the Carolingian empire, Philadelphie, 1995, p. 80.
Hervé Pinoteau, "Le globe dans la symbolique royale et impérle française", Emblemata, t. 1, 1995, p. 40.
Kathleen A. Corrigan, "Early medieval Psalter illustration in Byzantium and the West», dans The Utrecht Psalter in medieval Art. Picturing the Psalms of David, cat. exp., Utrecht, Museum Catharijneconvent, 31 aout-17 novembre 1996, Utrecht, 1996, p. 87-88, 90, 93 et 95.
Fabrizio Crivello, "Un evangelario Ottoniano a Lucca (Biblioteca statale, ms. 1379) ", Annali della scuola normale superiore di Pisa, serie IV, 1-2, 1996, p. 7.
Claudia Höhl,  Ottonische Buchmalerei in Prüm, Francfort-sur-le-Main, 1996, p. 177, 181, 382 et 394.
Florentine Mütherich, "Carolingian Manuscript Illumination in Rheims", dans The Utrecht Psalter in medieval Art. Picturing the Psalms of David, cat. exp., Utrecht, Museum Catharijneconvent, 31 aout-17 novembre 1996, Utrecht, 1996, p. 106.
William Noel, "The Utrecht Psalter in England : Continuity and Experimentation", dans The Utrecht Psalter in medieval Art. Picturing the Psalms of David, cat. exp., Utrecht, Museum Catharijneconvent, 31 aout-17 novembre 1996, Utrecht, 1996, p. 128-129.
Hervé Pinoteau, "Encore Charles II le Chauve et sa symbolique", Emblemata, t. 2, 1996, p. 31.
Koert van der Horst, "The Utrecht Psalter : Picturing the Paslms of David", dans Koert van der Horst, William Noel, Wilhelmina C. M. Wüstefeld (dir.), The Utrecht psalter in medieval art. Picturing the psalms of David, cat. exp., Utrecht, Museum Catharijneconvent, 31 aout-17 novembre 1996, Utrecht, 1996, p. 70 et 82.
Paul E. Dutton et Herbert L. Kessler, The Poetry and Paintings of the first Bible of Charles the Bald, Ann Arbor, 1997, p. 72.
Wilhelm R. W. Koehler et Florentine Mütherich, Die Karolingischen Miniaturen, sechster Band, zweiter Teil, Die Schule von Reims, von der Mitte bis zum Ende des 9. Jahrhunderts, Berlin, 1999, p. 49 et 51.
Isabelle Marchesin, L'image organum. La représentation de la musique dans les psautiers médiévaux 800-1200, Turnhout, 2000, p. 12, 14, 54, 59, 61, 63 et 88.
Celia Chazelle, "Violence and the Virtuous Ruler in the Utrecht Psalter", Frank O. Büttner (dir.), The Illuminated Psalter. Studies in the Content, Purpose and Placement of its Images, Turnhout, 2001, p. 340, 345 et 348.
Frank O. Büttner, "Der illuminierte Psalter im Westen", dans Frank O. Büttner (dir.), The Illuminated Psalter. Studies in the Content, Purpose and Placement of its Images, Turnhout, 2001, p. 43, 47, 51, 77, 101 et 103.
Matthias M. Tischler, Einharts Vita Karoli. Studien zur Entstehung, Überlieferung und Rezeption, t. 2, Hanovre, 2001, p. 214.
Dominique Alibert, "Figures du David carolingien", dans Simon Claude Mimouni (dir.), Apocryphité. Histoire d'un concept transversal aux religions du livre, en hommage à Pierre Geoltrain, Turnhout, 2002, p. 213 et 216.
Stephan Waldhoff, Alcuins Gebetbuch für Karl den Grossen. Seine Rekonstruktion und seine Stellung in der frühmittelalterlichen Geschichte der Libelli precum, Münster, 2003, p. 417.
Florentine Mütherich, Studies in Carolingian Manuscript Illumination, Londres, 2004, p. 309, 542 et 544.
Anne-Orange Poilpré, "Charles le Chauve trônant et la Majestas Domini. Réflexion à propos de trois manuscrits", Histoire de l’art, t. 55, 2004, p. 45-54.
Massimiliano Bassetti, "Le Bibbie imperiali d'età carolingia ed ottoniana", dans Paolo Cherubini (dir.), Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, Cité du Vatican, 2005, p. 204.
Isabelle Marchesin, « Les images musicales occidentales aux VIIIe et IXe siècles : une exégèse visuelle », dans Claudio Leonardi and Giovanni Orlandi (dir.), Biblical Studies in the Early Middle Ages, Florence, 2005, p. 264-265, 270 et 279.
Jean Vézin, "I libri dei Salmi e dei Vangeli durante l'alto medioevo", dans Paolo Cherubini (dir.), Forme e modelli della tradizione manoscritta della Bibbia, Cité du Vatican, 2005, p. 277-279.
Jean-Pierre Caillet, "Le livre et l'art des Carolingiens dans la culture de l'Occident médiéval", dans Marie-Pierre Laffitte et Charlotte Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, cat. exp., Paris, BnF, 20 mars-24 juin 2007, Paris, 2007, p. 13-14.
Marie-Pierre Laffitte, "Pourquoi tant de manuscrits carolingiens à la Bibliothèque nationale de France", dans Marie-Pierre Laffitte et Charlotte Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, cat. exp., Paris, BnF, 20 mars-24 juin 2007, Paris, 2007, p. 22.
Marie-Pierre Laffitte, ""Portraits" d'empereurs, entre symbole et réalité", dans Marie-Pierre Laffitte et Charlotte Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, cat. exp., Paris, BnF, 20 mars-24 juin 2007, Paris, 2007, p. 33.
Marie-Pierre Laffitte, "La poltique religieuse et la réforme liturgique", dans Marie-Pierre Laffitte et Charlotte Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, cat. exp., Paris, BnF, 20 mars-24 juin 2007, Paris, 2007, p. 46.
Charlotte Denoël, "D'or et de pourpre, la couleur dans les manuscrits carolingiens", dans Marie-Pierre Laffitte et Charlotte Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, cat. exp., Paris, BnF, 20 mars-24 juin 2007, Paris, 2007, p. 49.
Charlotte Denoël, "L'épanouissement de la création artistique", dans Marie-Pierre Laffitte et Charlotte Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, cat. exp., Paris, BnF, 20 mars-24 juin 2007, Paris, 2007, p. 53.
Marie-Pierre Laffitte, "Les manuscrits impériaux", dans Marie-Pierre Laffitte et Charlotte Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, cat. exp., Paris, BnF, 20 mars-24 juin 2007, Paris, 2007, p. 87 et 88.
Marie-Pierre Laffitte, "Metz, ville impériale", dans Marie-Pierre Laffitte et Charlotte Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, cat. exp., Paris, BnF, 20 mars-24 juin 2007, Paris, 2007, p. 189 (cité aussi p. 115 et 118).
Tobias Frese, Aktual- und Realpräsenz . Das eucharistische Christusbild von der Spätantike bis ins Mittelalter, Berlin, 2013, p. 159.

Etudes (reliure) :
Adolph Goldschmidt, Die Elfenbeinskulpturen aus der Zeit der karolingischen und sächsischen Kaiser (VIII.-XI. Jahrhundert), t. 1, Text, Berlin, 1914, p. 24-25, n° 40a-b.
Frauke Steenbock, Der kirchliche Prachteinband im frühen Mittelalter von den Anfängen bis zum Beginn der Gotik, Berlin, 1965, n° 19.
Amy L. Vandersall, "The Relationship of Sculptors and Painters in the Court School of Charles the Bald", Gesta, t. 15, n° 1/2, 1976, p. 201-210.
Jean-Pierre Caillet, "Metz et le travail de l'ivoire vers l'an Mil", dans Dominique Iogna-Prat et Jean-Charles Picard (dir.), Religion et culture autour de l'An mil. Royaume capétien et Lotharingie, tes du colloque d'Auxerre et Metz, 26-27 juin et 11-12 septembre 1987, Paris, 1990, p. 316.
Danielle Gaborit-Chopin et Elisabeth Taburet, Objets d'art du Moyen Âge, Paris, 1991, n° 11.
Marie-Pierre Laffitte et Valérie Goupil, Reliures précieuses, Paris, 1991, p. 8, 12, 14, 18, 89, 92, 93, 94, 96 et 98.
Celia Chazelle, "Archbischops Ebo and Hincmar of Reims and the Utrecht Psalter", Speculum, t. 72, n° 4, 1997, p. 1056 et 1076.
Frauke Steenbock, "Psalterien mit kostbaren Einbänden", dans Frank O. Büttner (dir.), The Illuminated Psalter. Studies in the Content, Purpose and Placement of its Images, Turnhout, 2001, p. 436, 438.
Danielle Gaborit-Chopin (dir.), Musée du Louvre. Département des Objets d'art. Catalogue. Ivoires médiévaux Ve-XVe siècle, Paris, 2003, p. 133-134.

Expositions :
Bibliothèque nationale, département des Manuscrits, chartes et diplômes. Notice des objets exposés, cat. exp., Paris, BN, 1881, Paris, 1881, n° 267.
Les plus belles reliures de la Réunion des bibliothèques nationales, cat. exp., Paris, BN, janvier-mars 1929, Paris, 1929, n° 2.
Jean Porcher, Les manuscrits à peintures en France du VIIe au XIIe siècle, cat. exp., Paris, BN, juin-septembre 1954, Paris, 1954, n° 52.
Roger Pierrot et Marcel Thomas (dir.), Le livre, cat. exp., Paris, BN,17 mai-octobre 1972, Paris, 1972, n° 635.
Un village au temps de Charlemagne. moines et paysans de l'abbaye de Saint-Denis du VIIe siècle à l'an Mil, cat. exp., Paris, musée national des Arts et Traditions populaires, 29 novembre 1988-30 avril 1989, Paris, 1988, n° 9.
Koert van der Horst, William Noel, Wilhelmina C. M. Wüstefeld (dir.), The Utrecht psalter in medieval art. Picturing the psalms of David, cat. exp., Utrecht, Museum Catharijneconvent, 31 aout-17 novembre 1996, Utrecht, 1996, n° 14.
Marie-Pierre Laffitte et Charlotte Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, cat. exp., Paris, BnF, 20 mars-24 juin 2007, Paris, 2007, n° 15 (notice de M.-P. Laffitte).

Fiches bibliographiques numérisées

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Maxence Hermant (juillet 2020)