Latin 10483-10484

Cote : Latin 10483-10484
Breviarium ad usum fratrum Predicatorum, dit Bréviaire de Belleville.
XIVe siècle (1er quart, entre 1323 et 1326 : le manuscrit a été exécuté après l’adoption, en 1323, de la Fête-Dieu par la liturgie dominicaine au chapitre général de Barcelone ; l’office de saint Thomas d’Aquin, adopté en 1326 par les Dominicains, ne figure pas dans le sanctoral)
Ce document est rédigé en latin .
Paris.
Ecriture gothique.

Diverses notes de paiement inscrites en bas de page dans le premier volume révèlent le nom des artistes qui collaborèrent à la décoration du manuscrit. L’une d’elles, au f. 33, fait apparaître Jean Pucelle comme chef d’atelier et rétribuant le travail des enlumineurs de son équipe : Mahiet, Ancelot et Jean Chevrier : cf. f. 33, Mahiet. – J. Pucelle a baillé .XX. et .III. s. VI d. » ; f. 62 : « Ancelot, pro .I. p[ecia] » ; f. 300 : « J. Chevrier, pro .I. p[ecia] ».
L’examen stylistique confirme le rôle essentiel de Jean Pucelle dans la décoration du manuscrit. Sa main se reconnaît dans l’agencement des scènes, la découpe des personnages, la multiplication des éléments architecturaux traités à l’italienne et la variété des figures grotesques. On note la peinture de l’œillet du f. 17v, d’un étonnant naturalisme.
Il semble, toutefois, que l’artiste se soit fait seconder pour l’achèvement des peintures. « Les détails du dessin, l’exécution picturale et les coloris aux tons riches et saturés » ne correspondent pas aux œuvres connues du peintre. Selon K. Morand, plusieurs illustrations reflètent le style du Maître du Cérémonial de Gand, qui collabora avec Jean Pucelle dans la décoration du Bréviaire de Jeanne de France conservé à la Bibl. Apostolica Vaticana (Urb. Lat. 603) : cf. Fastes du gothique, p. 300-301, cat. 248 (Cérémonial de l’abbaye Saint-Pierre au Mont Blandin).
Malgré les dégradations que le manuscrit a subies, on compte, outre les pages du calendrier, 76 petites peintures (39 x 43 mm.) et trente scènes représentées dans les marges inférieures des pages, ainsi qu’il est noté dans la notice de l’inventaire de 1413 : « et en sont les feuillez par dehors ystoriez a ymages » (cf. infra Historique) .

Par son extrême raffinement et son iconographie élaborée, le bréviaire « apparaît comme une de œuvres capitales de l’enluminure parisienne de l’époque » (Fastes du gothique1981, p. 293). En tête du premier volume (Latin 10483), une introduction de trois feuillets (f. 1-4) expose « les ymages des figures qui sunt au kalendier et au sautier, et est proprement l’acordance du Viel Testament et du Nouvel (rubr.) ». Seul un feuillet du calendrier a été conservé chacun des volumes : le f. 6 (novembre ; décembre) dans le volume I ; le f. 2 (janvier ; février) dans le vol. II.
Afin d’établir une correspondance entre les articles du Credo et les douze mois de l’année, sont représentés au bas de chaque feuillet du calendrier du ms. Latin 10483 un apôtre et un prophète tenant chacun un phylactère comportant, l’un une citation prophétique, l’autre un article de la Foi: Malachie et Taddée (f. 6) ; Zacharie et saint Mathias. Dans la marge inférieure du f. 2 du Latin 10484 (calendrier) : Janus à table et buvant (f. 2r) ; vieillard se chauffant les pieds devant une cheminée. Représentation des signes du zodiaque dans les marges supérieures : le Sagittaire (Latin 10183, f. 6) ; le Verseau (Latin 10484, f. 2) ; les Poissons (ibid., f. 2v).
Deux autres peintures décrites dans l’exposition : une allégorie de l’Église et une allégorie de la Croix, s’intercalaient dans le vol. I entre le calendrier et le cycle des sept sacrements : cf. Fastes du gothique, p. 294.
Voir les légendes des peintures infra, dans la description des volumes.

Décoration secondaire :
À chaque page, luxueux encadrements de baguettes ornées de rinceaux de vignettes, avec parfois grotesques (Lat. 10483, f. 14v, 20v), dragons (en part. f. 24, 37), personnages : tireur à l’arc (ibid., f. 8) ; évêque avec goupillon (f. 13v) ; musiciens (ibid., f. 24) etc.
Initiales historiées au début des Psaumes 1 et 26 : Latin 10483, f. 7, 17v ; au début de l'office de saint Dominique (Sanctoral d'été): Latin 10484, ff. 270 et 271.
Initiales ornées de vignettes sur fond or, avec décor animalier : dragon (Latin 10483, f.33v, 43v) ; lapin (Lat. 10483, f.102v, 294v), chauve-souris (Lat. 10484, f. 10, ) ; lettres antropomorphes (Lat. 10484, f. 14).
Bouts-de-lignes ornés : poisson (Latin 10483, f. 72v ; Latin 10484, f. 5v), chat (Latin 10483, f. 114), hybride (Latin 10484, f. 9).

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Historique de la conservation

Ce Bréviaire en deux volumes est cité pour la première fois dans l’inventaire général des joyaux rédigé en 1380. Il y est précisé que ses fermoirs portaient les armes de Belleville. Léopold Delisle a identifié leur première destinataire comme étant Jeanne de Belleville, épouse d’Olivier de Clisson, l’un des seigneurs qui participèrent en 1343 à la rébellion de la Normandie et de la Bretagne contre le roi Philippe de Valois : cf. Les Fastes du gothique.., p. 293. Ses biens furent confisqués peu après par le roi de France et ce fut, peut-être, à cette occasion que le manuscrit entra dans les collections royales.
Le volume a, en efet, appartenu aux rois Charles V et Charles VI. Il est répertorié dans la collection des joyaux de Vincennes :
1° inventaire de 1380 : « Ung tres beau Breviaire tres parfait, bien escript, tres noblement enluminé et tres richement ystorié, lequel est en deux volumes, et est a l’usaige ders Freres Prescheurs, et est appellé le Breviaire de Belleville ; et se commance le second fueillet du premier volume : et scitote, et du second volume : justice, et en sont les feuillez par dehors ystoriez a ymages, et sont les fermoirs d’argent doré, esmaillez des armes de Belleville. Et sont en deux estuiz de cuir bouilly, ferrez. En la grant chambre du roy a Vincennes » (inv. de 1380, ms. Français 2705, art. 3294 ; cité par Labarte 1879, p. 338, art. 3294).
2° inventaire de 1391 : même description (BnF, ms. Français 21445, f. 104v).
L’incipit du début du texte peut être repéré au f. 8 du 1er volume (ms. Latin 10483) : « Et scitote [quoniam mirificavit…] ». À la première ligne du f. 3 du vol. II (ms. Latin 10484), figurent ces mots : « justicie ; [et sperate…] ».

Le volume reçut une luxueuse couverture de soie brochée de motifs floraux, ainsi que l’indique l’inventaire de 1391 : « Item une autre piece de soye d’outremer, royé du long a royes noires, et est ouvree de soye blanche a feuilles de chesne et autres fleurettes, et n’est pas entiere, laquelle contient .III. au[nes] et un quartier largement ».
Addition en marge droite : « Rex confitetur habuisse pro copertura Breviarii de Belleville, per litteras datas .X.a octobris .CCC. .IIII.xx .XV( ?), superius in prima parte, fo .CCXV. redditorum » (BnF, ms. Français 23931, f. 108).
Une pièce de cendal blanc fut aussi extraite du coffre pour la même reliure : « Item une piece de cendal blanc, qui n’est pas entiere et contient environ .IIII.a et demie. ». Addition en marge gauche : « Rex confitetur habuisse pro forratura repert. Breviarii de Belleville, per litteras datas X.a .CCC. .IIII.xx .XVI. superius in prima parte, fol. .CC. .XV. redditorum » (ibid., f. 108v).

Une addition dans la marge du f. 104v de l’inventaire de 1391 indique que le volume fut offert par le roi Charles VI à son gendreRichard II d’Angleterre : « Rex confitetur habuisse dictum Breviare per litteras datas prima octobris .CCC. .IIII.xx .XVII., signatas :" Par le Roy …", qui datus (sic pro datum) fuit regi Angliœ ».

Selon une note calligraphiée en lettres cadelées dans les deux volumes par Jean Flamel, secrétaire de Jean de Berry, le successeur de ce dernier, le roi d'AngleterreHenri IV, renvoya le manuscrit au duc Jean de Berry :
« Cest breviaire est a l’usaige des Jacobins, et est en deux volumes, dont cest cy, le premier, est nommé le Breviaire de Belleville. Et le donna le roy Charles le .VI.e au roy Richart d’Angleterre. Et quant il fut mort, le roy Henry son successeur l’envoya a son oncle, Jean de Berry, auquel est a present. – Flamel » (ms. Latin 10483, f.444v) ; « Lesquelz deux volumes mondit seigneur a donnez a madame suer Marie de France, sa niepce. – Flamel » (ibid., f. 445).
Une note identique apparaît aux f. 1 et 1v du vol. II (Latin 10484) : « C’est le second volume des livres appelez les breviaires de Belleville a l’usaige des Jacobins, lequel est a Jehan, filz de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poitou, d’Estampes, de Bouloingne et d’Auvergne. Et lui furent envoyez de Angleterre. – Flamel » (f. 1). « Lesquelz breviaires mondit seigneur a donnez a madame sa suer Marie de France, sa niepce. – Flamel » (f. 1v).

Le manuscrit est répertorié dans l’inventaire de la librairie du duc de Berry rédigé en 1413 :
« Item d’un Breviere en deux volumes, appellez les Breviere de Belleville, a l’usaige de Jacobins, tres bien et richement historiez, enluminez, declairez en la premiere partie du .III.c XXXVe fueillet du livre desdiz comptes precedens, est deschargié ledit Robinet d’Estampes du premier desdiz volumes pour les causes contenues en la correction faicte sur ladicte partie. Pour ce icy seulement le second desdiz volumes, et au commancement du second fueillet du psautier a escript : justicie et sperate, couvert de drap de soye vert ouvré a bestes estranges, et par-dessus une chemise d’autre drap de soye noir ouvré a fueillaiges de blanc et de bleu, fermans a deux fermoirs d’or esmaillés aux armes de France » (Guiffrey 1894, t. I, p. 254-255, n° 963).
On note que les fermoirs n’étaient plus ornés des armes des Belleville.

Comme il est indiqué dans l’inventaire de 1413, le volume fut donné par Jean de Berry à sa nièce, Marie de France, prieure du couvent de Poissy (1393-1438) : « dicta duo volumina breviarii in presenti articulo declarati data fuerunt domine Marie de Francia, religiose de Poissiaco, per mandatum domini super penultima parte .LXVIII. folii hujus compoti redditum. Et ideo acquittatur hic dictus Robinetus de presenti volumine » (Guiffrey 1894, I, p. 255).

Une mention figurant au ff. 1 et 446v du premier volume (Latin 10483) indique que le manuscrit passa ensuite entre les mains de différentes religieuses du même couvent appartenant à la famille Jouvenel des Ursins, Marie Jouvenel des Ursins (élue prieure en 1462, déc. 1479), puis ses nièces Guyonne Jouvenel des Ursins, Michèle Jouvenel des Ursins, Claude Jouvenel des Ursins, Marie des Ursins et enfin Antoinette de Ranty : « Ces belles legendes apartiennent a seur Marie Juvenel des Ursins, religieuse en l’eglise de monseigneur saint Loys de Poissy. Et les acheta du couvent, l’an mil .CCCC. cinquante quatre, la somme de six vingtz escus d’or, de laquelle somme monseigneur le patriarche en paia cent, et ladicte seur en paya vingt. Et aveq ce, a fait faire les fermaus de ceste partie, desquielx l’asiete des ymages est de fin or (écriture XVe s.). Une autre main a ajouté : « Lesquelles elle donna a ses nieces, seurs Guionne et Michelle des Ursins, qui les donna a ses nieces, seurs Claude et Marie des Ursins, et ladicte seur Claude demeurant la derniere d’elles toutes les a donneez a son escoliere et belle niece Antoinete de Ranty, apres le decés de laquelle sont demeureez pour estre mises en la memoire d’elles toutes a l’office de prieure. Faict le .XXIII.e d’octobre mil cinq cens cinquante neuf » (écriture XVIe s.). On distingue les armes Jouvenel des Ursins peintes sur les tranches des deux volumes.

Le manuscrit entra tardivement dans les collections de la Bibliothèque nationale dont les deux volumes portent l’estampille utilisée entre 1792 et 1802 (Josserand-Bruno, n° 17). Au f. 2 de chaque volume est inscrite la cote du Supplément latin, fonds constitué vers 1820 pour les manuscrits latins acquis après 1744 (date de parution du Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecae regiae ) : cf. Catalogue général des manuscrits latins, nos 8823-8921, Paris, 1997, Introduction, p. IX-XII.

Bibliographie


Catalogues :
L. Delisle, Inventaire des manuscrits conservés à la Bibliothèque impériale sous les numéros 8823-11503 du fonds latin, Paris, 1863, p. 79, n° 10483-10484. – V. Leroquais, Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France, III, Paris, 1934, p. 198-210.

Sources imprimées :
J. Labarte, Inventaire du mobilier de Charles V, roi de France, Paris, 1879. – J. Guiffrey, Inventaires de Jean de Berry (1401-1416), Paris, 1894-1896, I, p. 254. – L. Delisle, Recherches sur la librairie de Charles V, Paris, 1907, I, p. 182-185 ; II, p. 29, n° 152 ; p. 231, n° 55 ; p. 278, n° 55.

Codicologie :
P. Josserand et J. Bruno, « Les estampilles du département des imprimés de la bibliothèque nationale », dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à Monsieur Franz Calot, 1960, 261-298. Richard H. Rouse — Mary A. Rouse, Manuscripts and their makers : commercial book producers in medieval Paris 1200-1500, London, 2000, 2 vol., cité t. I, p. 350 (note 90) ; t. II, pp. 14, 66, 87, 94, 101, 116.

Etudes:
Andrea Lai, "Il Brevario di Martino I d'Aragona (1396-1410). Contributo alla storia del MS. Paris, BNF, Rothschild 2529", dans Revue d'histoire des textes, nouvelle serie Tome XII, (2017), pp. 289-320, cité p. 307.

Illustration:
K. Morand, « Jean Pucelle. A re-examination of the Evidence », dans Burlington Magazine, 103, 1961, p. 206-209 . – Id., Jean Pucelle, 1962, p. 9-12, 34-36, 43-45, pl. IVa et b, V-VII, XXIIb, XXIIId, XXVIIb, XXVIIId, XXXIIa. – M. Meiss, French Painting in the Time of Jean de Berry. The Late XIV Century and the Patronage of the Duke, London-New York, 1967, I, p. 20 et passim, fig. 260, 344, 374. – F. Avril, L'enluminure à la cour de France au XIVe siècle, Paris, 1978, p. 17-18, 34-35, pl. 11, 12. – J. Hamberger, «The Waddeston Psalter and the Shop of Jean Pucell», Zeistchrift für Kunstgeschichte, 44 (1981), p. 243-257, cité p. 255. – Ch. Sterling, La peinture médiévale à Paris (1300-1500), I, Paris, 1987, n° 9, p. 71-88, fig. 27, 28, 29, 39. – Janet Robson, « Fear of Falling : Depicting the Death of Judas in late medieval Italy », dans Fear and its representations in the Middle Ages and Renaissance, éd. A. Scott — C. Kosso, Turnhout, Brepols, 2002, p. 33-65, cité p. 58, n°73. Judith Raeber, Buchmalerei in Freiburg im Breigsau. Ein Zisterzienserbrevier aus dem frühen 14. Jahrundert Zur Geschichte des Breviers und seiner Illumination, Wiesbaden, 2003, utilisé dans le cadre de l'étude p. 183, 184, notice p. 265. – Y. Pinson, « Devil and God, Filth and Purity in Pucelle's Hours of Jeanne d'Evreux (ca. 1325-1328) », dans Manuscripts in Transition. Recycling Manuscripts, Texts and Images, éd. B. Dekeyzer — J. Van der Stock, Leuven, Peeters, 2005, p. 159-171, cité p. 166, 169-170. –Eberhard König, « Innovation et tradition dans les livres d'heures du duc de Berry », dans La création artistique en France autour de 1400. Actes du colloque international, École du Louvre 7 et 8 juillet 2004, Musée des Beaux-Arts de Dijon — Université de Bourgogne 9 et 10 juillet 2004, É. Taburet-Delahaye, éd., Paris, École du Louvre, 2006, p. 25-44, cité comme source de conception pour le calendrier des Grandes Heures du duc de Berry p. 36. – Rainer Kampling, « Hinsehen — Biblische Grundlagen und patristische Quellen als Hintergrund antijüdischer Motive in religiöser Kunst », M. Hofmann, C. Zöhl (dir.), Von Kunst und Temperament. Festschrift für Eberhard König, Turnhout, 2007, p. 119-130, cité p. 127, 130 (note n° 30) + fig. n° 10 (f. 6v). – Colum Hourihane, Time in the Medieval World : Occupations of the months and signs of the zodiac in the index of Christian art , Penn State University Press, 2007. – N. Morgan, « A French Franciscan Breviary in Lisbon and the Breviaries by Jean Pucelle and his Followers », dans Quand la peinture était dans les livres. Mélanges en l'honneur de François Avril, éd. S. d. M. Hofmann — C. Zöhl, Turnhout, Brepols, 2007, p. 203-221, cité pp. 203, 211. – A. Postec, "Un exemplaire singulier du De animalibus d'Albert le Grand et son illustration. (Paris, BnF, Manuscrits, Latin 16169)", tiré à part de Reinardus. Yearbook of the International Reynard Society, n° 26 (2014), pp. 137-160. – K. Pyun et A. D. Russakoff, éd., Jean Pucelle, Innovation and collaboration in Manuscript Painting, Turnhout, 2013, p. 8, 20, 20 n. 27, 35 n. 50, 37 fig. 66, 91, 96 fig. 2, 97 fig. 3, 99 fig. 4, 100 fig. 5, 101 fig. 6, 112, 112 n. 10, 114 fig. 1, 116 n. 21, 129, 132 n. 9. Chr. de Hamel, Meetings with remarkable manuscripts, London : Penguin books, 2016, cité p. 405-406, 411, 599.

Histoire :
L. Delisle, Notice de douze livres royaux du XIIIe et du XIVe siècle, Paris, 1902, p. 81-88. – M. Naughton, Manuscripts from the Dominican Monastery of Saint-Louis de Poissy, A thesis submitted in total fulfilment of the requirements of the degree of Doctor of Philosophy, October 1995, Department of Fine Arts, University of Merlbourne, 2 vol. – F. Avril, « Les livres de Charles V au château de Vincennes », dans Vincennes aux origines de l'état moderne. Actes du colloque scientifique sur les Capétiens et Vincennes au Moyen Age, 8, 9, 10 juin 1994, Paris, 1996, p. 329-340, en part. p. 331, 333.– M.-H. Tesnière, « Les livres de Charles V », dans Vincennes : du manoir capétien à la résidence de Charles V, Dossier d’archéologie, n° 289, décembre 2003-janvier 2004, p. 96-103, en part. p. 99. Mary A. Rouse, « Archives in the Service of Manuscript Study : The Well-Known Nicolas Flamel », dans Patrons, Authors and Workshops. Books and Book Production in Paris around 1400, éd. G. Croenen — P. Ainsworth, Louvain, 2006, p. 69-89, cité pp. 77-78. Joni M. Hand, Women, manuscripts and identity in northern Europe, 1350-1550, Farnham, Surrey ; Burlington, VT : Ashgate, 2013, cité p. 223

Expositions:
Les manuscrits à peintures en France du XIIIe au XVIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 1955, p. 52, n° 106. – La Librairie de Charles V, exposition à la Bibliothèque nationale, Paris, 1968, p. 67-68, n° 132. – Les Fastes du gothique : le siècle de Charles V, Paris, éditions de la Réunion des musées nationaux, 1981, p. 293-296.

Informations sur le traitement

Notice par Véronique de Becdelièvre (décembre 2011) ; mise à jour octobre 2018

Documents de substitution

Voir les images du ms. Français 10483-10484 sur la base; htpp:// mandragore.bnf.fr