Français 24287

Cote : Français 24287  Réserver
Jean de Salisbury, Policratique , traduction en français parDenis Foulechat.
1372
Ce document est rédigé en français.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Paris

Trois copistes:
Raoulet d’Orléans copie les ff. 2-82v : ff. 2-5v : « Prologue a la commendacion du livre et du tres noble roy qui le fist translater » ; ff. 5v-6 : « Preface sur Policratique » ; ff. 6-9v : « Euthetique sur le livre qui est appellé Policraticon qui est bonne position ou argumentacion sur ledit livre » ; ff. 9v-82v : Livres I-III, 8.23.
Henri de Trevou copie les ff.83-269 : ff. 23-269 : Livre III.8.23 -VIII.17.140. Le 3ème copiste copie les ff. 270-296v : ff. 276-296: VIII.17.140- à la fin du livre VIII ; ff. 296-296v : Colophon et Épilogue-Dédicace.
Nous avons pu lire aux U.V. au f. 296: « R…Orliens la [retourne ?] » ; sans doute le copiste devait-il vérifier que les initiales de premiers paragraphes de l’Euthetique formaient bien le nom de Denis Foulechat.

Le manuscrit est illustré par l'artiste que l'on désigne d'après ce manuscrit même le Maître du Policratique de Charles V. L'artiste est actif à Paris entre 1366 ( cf. charte de fondation par le chapitre de la cathédrale de Rouen de messes à l'intention de Charles V, cf. Archives Nationales, A E II, 385) et (Jacques de Voragine traduit en français, Légende dorée, ms. Genève, Bibliothèque Publique et Universitaire, fr. 57) 1402.
F. 2 : Le manuscrit s’ouvre par un remarquable portrait du roi « dans sa Librairie », qui est une mise en image du Prologue du traducteur : le roi « aime vraie science », c’est-à-dire « vraie et parfecte philosophie » ; il est « ymage de divinité » . Le roi est assis devant une roue à livres qui évoque la Librairie qu’il fit installer dans la tour de la fauconnerie au palais du Louvre, en 1368 : « les tres nobles et grans livres asquelz le vostre tres haut, cler et subtil entendement, si veille jour et nuit de franc cuer, ardant et enflambé de la tres noble amour de noble sapience » . Il pointe le doigt sur un livre ouvert devant lui sur les pages duquel est inscrit le verset de l’Ecclésiastique XIV, 20 : « Beatus vir qui in sapientia morabitur et in justitia meditabitur (et in sensu cogitabit circonspectionem Dei) ». C’est précisément sur ce lemme biblique qu’est construit le Prologue du traducteur.

Parchemin ; 297 ff. précédés et suivis d'1 f. de parchemin; les f. 1 et 297 sont blancs ; 310 x 212 mm. Justification 201 x 130 mm ; 45 lignes par colonne.
Raoulet d’Orléans copie les ff. 2-82v, soit 10 cahiers réguliers de 8 ff ; réclame à la fin de chaque cahier ; 8e cahier signé « h » (f. 58) ;
Henri de Trévou copie les ff. 83-269, soit 24 cahiers : les 22 premiers cahiers sont de 8 ff. ; le 23e cahier est de 6 ff. ; le 24e cahier de 5 ff ; réclame à la fin de chaque cahier ; et signature « x » au 21e cahier (f. 243);
Le 3e copiste copie les ff. 270-296v, soit 4 cahiers, les trois premiers de 8ff, et le dernier de 5 ff. ; réclame à la fin de chaque cahier.
Réglure à la pointe sèche et à l'encre

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

C’est le roi Charles V qui fit traduire Le Policraticon de Jean de Salisbury par Denis Foulechat. Le présent manuscrit qui est l'exemplaire de dédicace offert au roi Charles V, a fait partie de laLibrairie du Louvre. Il est répertorié dans les différents inventaires :
1) Inventaire de Gilles Maletétabli en 1373 et récolé en 1380 par Jean Blanchet, BnF, fr. 2700 [inv. A], f. 12, n° 227 : « Policraticon, translaté en françois par frere Denys Foulechat, couvert de telle soie [ynde et blanche] a queue, et fermoers d’argent » et noté en marge gauche : « [T] A lui [monsseingneur d’Anjou] .VIIe. dessus dit [d’octobre .IIIIxx.] »; BnF, Baluze 397 [inv. B], f. 8, n° 231: « Policraticon, translaté en françoiz par frere Denis Foullechat, couvert de telle soye a queue, et fermouoirs d’argent ».
Le manuscrit Françai 24287 fut emprunté, le 7 octobre 1380, par Louis d’Anjou, frère du roi, avec un certain nombre d’autres manuscrits.
Le récolement de la Librairie royale en 1411, sous la direction de Jean Lebègue, par constate l’absence des volumes : BnF, Français 2700 [inv. C], f. 43v, n° 61 : « Policraticon, translaté en françois par frere Denis Foulechat, couvert de tele soye a queue, et fermouers d’argent. Addition : lequel fut baillié audit monseigneur d’Anjou le dit .VIIe. jour d’octobre et par ladite lettre signee T».
On perd ensuite la trace du manuscrit avant de le retrouver au XVIIe s. dans la bibliothèque ducardinal de Richelieu dont il porte les armes sur les plats et au dos de la reliure ("d'argent à t rois chevrons de gueules" : cf. Olivier, Hermal,Roton, Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises, 4e série, Paris, 1925, pl. 405). Il est répertorié dans les catalogues rédigés du vivant de Richelieu (avant 1643) : cf. Catalogus Bibliothecae cardinalis Richelii : "114. Le Policratique de Jean de Sarisbery, traduict en franços par le commandement du roy Charles V, l'an 1372 avec un prologue de translateur, sur velin, couvert de bois avec figures enluminés, in fol." (BNF, Latin 10384, f. 58v , n°114). La cote inscrite dans la marge supérieure du f. 1v est accompagné du titre "Le Policratique de Jean de Salisbery". Le manuscrit porte au verso du f. A la signature du libraire Blaise qui, assisté de Vitré, parapha les livres du cardinal, en 1643 et 1644, et en dressa un inventaire (n°2700) avec les prix d'estimation.
En 1660, à la suite d'un arrêt du Parlement du 14 février, la collection du cardinal de Richelieu fut transférée à la Bibliothèque de la Sorbonne. Le manuscrit en porte l'estampille aux f. 2 et 296v. Il est répertorié sous le n°385 dans Catalogi altera pars continens codices manuscriptos e bibliotheca Richeliana in Sorbonicam translatos: " 385. Codex Gallicus membraneus in folio continet Le Polycraique composé par Maistre Jehan de Salisbery et traduit en 1372 du tems de Charles V." avec addition biffée "Ad calcem haec leguntur : le traducteur ne se nomme pas" (BNF, NAL 100, f. 288)
La Bibliothèque de la Sorbonne fut confisquée en 1791. Une partie des collections entra en 1796 à la Bibliothèque nationale.


Anciennes cotes inscrites au f. B [Sorbonne] "385" et [Richelieu] " 114"; au f. Av : paraphe du libraire Blaise accompagné du n° 2700

Présentation du contenu

Le manuscrit BNF, Français 24287 est non seulement l’exemplaire de dédicace au roi, il présente aussi une version aboutie de l’œuvre, car le texte français a été annoté et corrigé.
Accusé dans son commentaire des Sentences de tenir des positions non orthodoxes, Denis Foulechat, frère mineur, dut se rétracter, en 1365, puis de nouveau en 1369. C'est la raison pour laquelle, il ne donne plas clairement son nom mais le signale par un acrostiche au début de l''Entheticus. On connaît seulement 3 manuscrits de ce texte : outre le présent manuscrit, Bibliothèque de l'Arsenal ms. 2692 + Bibliothèque Sainte-Geneviève 1145 et Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève 1144.
F. 2-11v : Prologue

F. 11v-12 : Table des chapitres du Livre I
F. 12-30v : Livre I

F. 30v-31 : Table des chapitres du Livre II
F. 31-72v : Livre II

F. 72v-73 : Table des chapitres du Livre III
F. 73-98v : Livre III

F. 98v : table des chaptires du Livre IV
F. 99-115v : Livre IV

F. 115v-116 : Table des chapitres du Livre V
F. 116-146v : Livre V

F. 146v-147v : Table des chapitres du Livre VI
F. 147v-176 : Livre VI

F. 176-176v : Table des chapitres du Livre VII
F. 176v-222v : Livre VII

F. 222v-223 : Table des chapitres du Livre VIII
F. 223-295v : Livre VIII

F. 296-296v : Nom de l'auteur et Epilogue
Le f. 78 est une addition contenant un extrait du Livre III (chapitre 4, § 14 à chapitre 6, § 36).

Bibliographie

La Librairie de Charles V, exposition à la Bibliothèque nationale, Paris, 1968, p. 119, n° 206
C. Brucker, Denis Foulechat. Le Policratique de Jean de Salisbury (1372), Livre I-III, Édition critique avec introduction, notes et glossaire…, Genève, 1994.
C. BRUCKER, « Denis Foulechat. Tyrans, princes et prêtres (Jean de Salisbury, Policratique IV et VIII [.17-23] », dans Le Moyen Français, n° 21 (1987).
C. Brucker,Denis Foulechat, Le Policratique de Jean de Salisbury (1372), Livre V, Genève, Droz, 2006.
R. H. and M. ROUSE, Manuscripts and their Makers, Commercial Book Producers in Medieval Paris, 1200-1500, London, Harvey Miller Pulishers, 2000, t. II, p. 51-52 (Henri de Trévou) et p. 121-122 (Raoulet d’Orléans.
J.-L. Deuffic, « Livres d’heures et manuscrits du Moyen Âge identifiés (XIVe-XVIe s.) », dans Pecia. Le livre et l'écrit, Notes de bibliologie, t. 7, 2009, cité p. 279. F. AVRIL, « Le Parcours exemplaire d’un enlumineur parisien de la fin du XIVe siècle : la carrière et l’œuvre du maître du Policratique de Charles V », dansDe la sainteté à l’hagiographie : genèse et usage de la Légende Dorée , éd. B. Fleith et F. Morenzoni, Droz, 2001, pp. 265-282..
M.-H.Tesnière, « Un cas de censure dans la Librairie du Louvre », dansCultura neolatina, t. 65 (2005), p. 271-285.
M.-H. Tesnière, « Livres et pouvoir royal au XIVe siècle : la Librairie du Louvre », dans J.-F. Maillard, I. Monok, D. Nebbiai, éd., De Bibliotheca Corviniana : Matthias Corvin, les bibliothèques princières et la genèse de l'état moderne, Budapest, 2009, p. 251-264, en particulier p. 256-257, ill. p. 258.
B. Rou, « Charles V et Charles VI en miroir(s) », Le Moyen Age, t. CXVI, 3/2010, p. 679-695. URL : www.cairn.info/revue-le-moyen-age-2010-3-page-679.htm.
J. Devaux, « Introduction. Littérature et politique sous les premiers Valois », Le Moyen Age, t. CXVI, 3/2010, p. 533-543. URL : www.cairn.info/revue-le-moyen-age-2010-3-page-533.htm
O. Delsaux, Manuscrits et pratiques autographes chez les écrivains français de la fin du Moyen Âge: l'exemple de Christine de Pizan , Genève, 2013, cité p. 366.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Marie-Hélène Tesnière (avril 2012) ; mise à jour par Véronique de Becdelièvre (octobre 2018)