Département des Manuscrits > Français > Français > Français 1-6170 [Ancien fonds] > Français 1-409

Français 246

Cote : Français 246  Réserver
Ancienne cote : Rigault II 413
Ancienne cote : Dupuy II 305
Ancienne cote : Regius 6890
XIVe siècle (1364-1365)
Ce document est rédigé en français.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Paris.

Un copiste : Mathias du Rivau, clerc du diocèse de Poitiers, aurait exécuté sa copie entre le 1er octobre 1364 (translation de saint Rémi) et le 24 mars 1365 (cf. colophon). On lui doit la transcription du Roman de Fauvel conservé à Dijon, BM, ms. 525 et les f. 5-15 du BnF, ms. NAF 20001 (cf. Colophons, IV, n° 13552 et R. H. Rouse and M. H. Rouse, Manuscripts and their makers…, II, p. 95) .

Décoration:
La décoration du manuscrit offre de fortes similitudes avec trois manuscrits : Londres, British Library, ms. Royal 16 G VII, Paris, BnF, ms. NAF 3576 et Dublin, Chester Beatty Library, ms. 74, qui présentent un cycle iconographique représentatif, par leur décor, le programme des illustrations et la décoration de la page du frontispice, de la production des ateliers parisiens du troisième quart du 14e siècle (sigle A selon D. Oltrogge, Die Illutrationszyklen zur « Histoire ancienne...», p. 47).
Dans les quatre ouvrages, miniature représentant le même thème sur la page frontispice: création du monde (Histoire ancienne) ; représentation de la vie de César au début des Faits des Romains ; même encadrement de baguettes avec bordure marginale à vignettes ornée de grotesques, d’animaux et de centaures se combattant ; mêmes couleurs dominantes : vert, bleu, lie de vin.
Selon D. Oltrogge, la décoration du Français 246 est l’œuvre de l’artiste qui aurait exécuté la plupart des miniatures du BnF, NAF 3576 – exception faite du frontispice de ce dernier, dû vraisemblablement auMaître de la Bible de Jean de Sy – et de la Bible moralisée de Jean le Bon (BnF, ms. Français 167). Des traits communs se dégagent : le sol, notamment, se dérobe sous les pieds des personnages. Les éléments du décor consistent surtout en une architecture faite de plusieurs tours rondes avec créneaux et toit pointu (f. 48v, 141, 204, 249v, 233, 280).
Les six premières peintures de l’Histoire ancienne sont très proches dans les deux manuscrits (cf. ms. Français 246, f. 9, 34, 36, 46v, 48v, 58 ; NAF 3576, f. 9v, 37v, 39, 51v, 53v, 64v). Le cycle iconographique diffère ensuite. L’illustration des six scènes représentant la mort de Cyrus, celle d’Holopherne, la bataille des Thermopyles, le châtiment d’Aman, le siège de Tarente et l’arrivée d’un messager à Carthage n’apparaît pas dans le ms. BnF, NAF 3576. La jeunesse d’Alexandre est symbolisée dans le Français 246 par le dressage de Bucéphale, dans le NaF. 3576 par son couronnement. Le texte des Faits des Romains est orné de trente-deux miniatures dans le NAF 3576, de cinquante dans le ms. Français 246, le programme de l’illustration commençant à la Guerre des Gaules et à la représentation des cités gauloises rendant leurs clés à César. Les silhouettes, allongées parfois à l’extrême, sont plus élancées dans le ms. Français 246 que dans le NaF. 3576. La forme des arbres reflète l’influence du Maître aux boqueteaux. Des rehaussements d’or et les nombreuses bordures de rinceaux à vignettes ornant les feuillets du ms. Français 246 en rendent la facture plus somptueuse. (D. Oltrogge,ie Illutrationszyklen zur « Histoire ancienne..., p. 32-33).

Deux miniatures ornent une grande partie de la page frontispice des f. 1 et 158 (ca 182 x 198 mm).
F. 1 : création du monde en huit scènes : Dieu mesurant l’univers ; séparation de l’eau et de la terre ; création du firmament ; création de la végétation ; création des oiseaux et des poissons, création d’Ève ; repos du créateur le septième jour ; péché originel. Encadrement de la peinture, sur fond or et représentation de grotesques et d’animaux mythologiques, de baguettes. Encadrement de la page frontispice de baguettes prolongeant l’initiale ornée avec rinceaux à vignettes et personnages mythiques (centaure et sirène au combat), dragon et animaux (lapin, oiseaux, lion, cigogne, papillon).
F. 158 : vie de César en quatre scènes : sa naissance, une audience, l’investiture du pontificat, son couronnement. À la différence de la peinture du f. 1, les scènes ne sont pas présentées dans des compartiments indépendants mais se juxtaposent dans le décor d’un palais romain (symbolisant le sénat ?) dont les éléments architecturaux séparent les quatre séquences. Encadrement de baguettes à prolongement de rinceaux à vignettes avec oiseaux (chardonneret, mésange, cigogne, chouette), animaux (lièvres), papillons, personnages hybrides. L’initiale ornée est néanmoins indépendante de l’ornementation du feuillet.

Outre les pages du frontispice, le volume comprend soixante et onze petites miniatures (ca 47 / 76 x 88 /100 mm). Introduisant les différents chapitres du texte, elles sont annoncées par une rubrique. Encadrées de baguettes dorées, elles sont peintes sur un fond de couleur le plus souvent lie-de-vin, parfois bleu (f. 83, 108) ou vert (f. 88v), à trame, rinceaux ou arabesques d’or. Deux miniatures sont représentées sur fond or (f. 85v, 128v).

Légendes des miniatures:
Histoire ancienne (21 miniatures) : f. 9 : mariage d’Abraham et de Sarah ; f. 34 : Ninus et Semiramis ; f. 36 : découverte d’Œdipe pendu; f. 46v : le roi d’Égypte Vesozès envoie ses soldats porter la guerre dans le royaume de Siche (Oltrogge, op. cit., p. 279 : le roi Minos et des soldats) ; f. 48v : retour à Iolcos (Thessalie) de Jason et des Argonautes avec la toison d’or ; f. 58 : arrivée d’Énée à Carthage d’Énée accueilli par Didon ; f. 69 : découverte par Faustulus des jumeaux Remus et Romulus ; f. 78v : Cyrus II sauvé par un berger ; f. 81v : mort de Cyrus II décapité sur l’ordre de Tomyris, reine des Massagètes ; f. 83 : meurtre d’Holopherne par Judith et sa servante ; f. 85v : bataille des Thermopyles ; f. 88v : châtiment d’Aman pendu au gibet ; f. 89 : reddition à Philippe de Macédoine d’une cité dont on lui remet la clé ; f. 92 : dressage de Bucéphale ; f. 98v : les Macédoniens face aux éléphants ; f. 102r : combat d’Alexandre et de Porus, mort de Porus ; f. 106 : siège de Tarente par les Romains ; f. 108v : arrivée d’un messager de Tarente à Carthage ; f. 117v : siège de Sagonte ; f. 128v : bataille de Cynoscéphales entre les troupes de Philippe V de Macédoine et l’armée romaine ; f. 141 :reconstruction de Carthage (cf. D. Oltrogge, op. cit. p. 279-280 ).
Faits des Romains (50 miniatures) : f. 166 : conjuration de Catilina, mort de Catilina et de ses partisans à la bataille de Pistoia ; f. 169v : entrée de Pompée à Jérusalem ; f. 170v : conjuration d’Orgetorix, helvète, pour se rendre maître de toutes la Gaule ; f. 173 : bataille de Bibracte ; f. 176v : les femmes suppliant Arioviste et les soldats marchant au combat de ne pas les livrer aux Romains ; f. 180v : bataille de la Sambre ; f. 181v : reddition d’une cité Gauloise et remise de ses clés aux Romains ; f. 183v : bataille en Normandie entre les Romains et les Unelles, conduits par Viridovix ; f. 186v : bataille et victoire des Romains sur les Germains ; f. 189v : débarquement des Romains en Angleterre ; f. 190v : bataille entre les Bretons et les Romains, mort de Quiricus Labienus d’un coup de lance ; f. 192v : attaque dans le territoire des Éburons de Quintus Titurius Sabinus et de Lucius Aurunculeius Cotta par Ambioris et Catuvolcos ; f. 201 : bataille entre Romains et Gaulois ; f. 204 : siège d’Avaricum ; f. 206v : siège de la cité de Clermont, les Romains s’emparent des tentes du camp de Vercingétorix ; f. 209v : couronnement de Vercingétorix lors du concile de Bibracte ; f. 212v : bataille d’Alésia ; f. 217 : combat de César et de Drappès lors de la bataille d’Uxellodunum ; f. 223 : César franchit le Rubicon ; f. 225r : César devant une ville romaine ; f.231v : songe de Pompée en mer ; f. 233 : César répartissant le trésor de Rome entre ses chevaliers ; f. 234v : siège de Marseille ; f. 236 : bataille de Marseille ; f. 238v : bataille de Lérida ; f. 240v : reddition de Marcus Petreius et de Lucius Affranius, légats de Pompée, à César ; f. 242 : bataille d’Utique, les cavaliers de Curion poursuivent la cavalerie pompéienne ; f. 243v :bataille du Bagrada, défaite de Curion ; f. 244 : Pompée et ses soldats ; f. 246v : débarquement de César à Dyrrachium ; f. 249v : siège de Dyrrachium ; f. 255v : Pompée recevant ou remettant un message ; f. 258v : combat singulier de César et de Pompée (bataille de Pharsale) ; f. 263v : Pompée retrouvant sa femme à Mitylène ; f. 267v : assassinat de Pompée ; f. 270 : débarquement de Caton d’Utique en Afrique ; f. 273v : Caton d’Utique au jardin des Hespérides ; f. 275v : Caton d’Utique au temple d’Amon ; f. 279v : la tête de Pompée est présentée à César ; f. 280v : Cléopâtre supplie César ; f. 284 : César, aux côtés de Cléopâtre, assiégé au palais d’Alexandrie ; f. 286 : siège du phare d’Alexandrie ; f. 286v : évasion d’Arsinoé ; f. 288v : combat de César et de Pharnace : f. 290 : siège de Péluse ; f. 292 : bataille de Thapsus ; f. 293v : bataille de Thapsus, combat de César contre les éléphants ; f. 297 : mort de Cnéius Pompée ; f. 298v : la tête de Cneius Pompée est présentée à César ; f. 305v : assassinat de César (cf. Flutre, Les manuscrits des Faits des Romains, p. 55-56).

Décoration secondaire :
Au début de chaque livre (f. 1 et 158), deux grandes initiales (8 et 9 l.), ornées de vignettes ; la première présentant en son milieu le dessin d’une tête de faune.
Au début de chaque division du texte, miniature introduite par une initiale ornée (5 à 6 l.) de décoration identique, prolongée de baguettes avec rinceaux de vignettes ou dragon dans les marges. Aux f. 57v et 68, initiales ornées (6 et 5 l) qui introduisent le texte sans être précédées de miniatures.
Au début des tables (f. B, I), trois initiales ornées (4 l.) prolongées par des baguettes avec rinceaux de vignettes pour le premier feuillet des tables du recueil (f. B). Au début de chacune des rubriques de la table, lettres champies (2 l.).
Au début de chaque nouveau paragraphe, lettres champies (2 l.) à prolongement marginal pour certaines.
Lettres effacées au f. 3. La décoration secondaire du f. 2v a été retouchée : initiales et pieds de mouche or sur fond bleu roi.
Pieds-de-mouche champis sur fond alternativement rose et bleu.
Bouts de ligne à motifs géométriques ou simple signe (fleur, cercle), peints de couleur or, bleue et rose.
Numérotation des feuillets dans les tables et dans les marges supérieures à chiffres romains alternés or et bleus à filigrane bleu et rouge.

Parchemin ;307 ff. précédés de onze feuillets de parchemin (A : feuillet blanc avec au verso le blason du duc de Bourbon ; B-Kv : tables) et suivis d’un feuillet de parchemin blanc, 415 x 295 mm (justification : 295 x 200 mm).
27 cahiers : 110 (f. A-J), 2-2612 (f. 1-300v), 276 (f. 301-306v).
Les premier et dernier feuillets de garde ont été ajoutés et cousus au début du volume. Foliotation contemporaine du manuscrit à chiffres romains alternés or et bleus à filigrane bleu et rouge au milieu de la marge supérieure des rectos, à l’exception des dix feuillets comportant les tables qui ne sont pas numérotés. 2 colonnes de 50 lignes par page. Réclames à partir du f. 12v.
Le sommaire du volume est entièrement rubriqué (f. B, col. a et début de la col. b). Bouts de ligne à motifs géométriques ou simple signe (fleur, cercle), peints de couleur or, bleue et rose (cf. table, interpolations f. 73-v, 69v). Au sein du texte, titres des chapitres et séquences rubriqués, bouts de ligne identiques à ceux des tables. Trous originels dans le parchemin (f. 18, 42, 132, 142, 160). F. 34 déchiré dans la marge inférieure.

Annotations marginales : Numérotation contemporaine en chiffres romains de références non identifiées, d’une écriture des XIVe-XVe siècles, en petits caractères. Signes dans les marges (f. 17v, 18, 68). Annotation « y », renvoyant peut-être à l’iconographie d’un autre manuscrit (f.17, 20, 25, 28, 38v, 41, 43-v, 44v, 53v, 66, 68, 197). Référence dans la marge du f. 68 : « des juges ». Annotation commentant le passage sur Judith et Holopherne dans la marge droite du f. 83 : « Regna. cadunt luxu, surgunt virtutibus urbes. Cesa vides humili colla superba manu », symbolisant la résistance de la ville juive de Béthulie face à Holophernes.

Réglure à la plume pour chacune des deux colonnes

Reliure XVIIe-XVIIIe s. de maroquin rouge avec filets dorés et armes royales sur les plats. Dos à nervures portant le titre « HIST. DE LA BIBLE ET AUTRES ». Tranche dorée où sont visibles quelques-unes des lettres composant la devise des Armagnac : « F E D M I » (cf. infra : Historique du manuscrit). Les inventaires du duc de Berry indiquent qu’il était autrefois recouvert de cuir vermeil empraint, à deux fermoirs d’argent émaillés aux armes du duc, sur tissu de soie vert (cf. infra : Historique)..

Estampilles: Les f. B et 306v portent une estampille de la Bibliothèque royale, antérieure à 1735, modèle Josserand-Bruno, type A, n° 1 (cf. « Les estampilles du département des imprimés...», 264-265, pl. XXIII, fig. 1)..

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Le manuscrit a appartenu à Jean, duc de Berry . On lit à la lampe de wood au verso du f. 306 l’ex-libris: « Ce livre est au duc de Berry, Jehan, et de présent [par sa succession au duc de Nemours, son fils, comte de la Marche], Jacques. – Pour la Marche » (cf. Flutre, « Description des manuscrits… », p. 56, et S. Blackman, op. cit., p. 42).
Le manuscrit est répertorié dans les inventaires de la librairie du duc de Berry : inventaire de 1401-1403 : « Item un livre de Suytoynne, autrement nommé Lucan, escript en françoys, commençant au livre de Genesis et finissant au livre de Lucan et a la mort de Julius Cesar ; couvert de cuir vermeil empraint, et fermant à deux fermouers d’argent esmaillez aux armes de Monseigneur, sur deux tixus de soie vert » (BnF, ms. Français 11496, fol. 74, n° 974) ; inventaire dressé par Robinet d’Étampes, garde des joyaux, entre 1413 et 1416, n° 861 : même description (Arch. nat, KK 258, fol. 133) ; compte établi à la mort du duc en 1416 par Jean Lebourne, secrétaire et contrôleur de la dépense de son hôtel, n° 461 (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 841, f. 82v). Il est alors estimé à 24 livres parisis, soit 30 livres tournois.

Il figure, sur le compte de Jean Lebourne, au nombre des tapisseries, joyaux et livres baillés au comte Bernard VII d’Armagnac, époux de Bonne de Berry, fille du duc de Berry (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 841, f. 236v, n° 1). Il reste chez les Armagnac puisqu’il est dans la seconde moitié du XVe siècle entre les mains de son arrière-petit-fils Jacques d’Armagnac, duc de Nemours et comte de la Marche , comme en témoignent deux marques de possesseur ; sur la contre-garde de la fin du manuscrit le duc a fait inscrire la mention : « En ce livre a .IIIc. .XVII. feuilles et .LXXV. histoires », qui figure généralement sur ses ouvrages (cf. S. Blackman, The manuscripts and patronage…, p. 30) ; sur la tranche du volume, sont visibles quelques-unes des lettres qui, remises dans l’ordre, formaient la devise de Jacques d’Armagnac : « FORTUNE D’AMIS » ou « D’AMOUR EST FIN » (P. Durrieu, Les Antiquités judaïques et le peintre Jean Foucquet, Paris 1908, p. 10, et S. Blackman, op. cit., p. 38-39).

Le volume devient ensuite la propriété du gendre de Louis XI, Pierre II de Bourbon, sire de Beaujeu (1438-1503), sans doute lors de l’arrestation, en 1476, de Jacques d'Armagnac. Au f. A est représenté l’emblème des Bourbon accompagné de leur devise : trois fleurs de lys sont semées sur un écu surmonté d’une couronne ducale ; au-dessous sont inscrits la devise de Louis II : « espérance » et le mot « Bourbon » en majuscules, qui figure sur beaucoup des volumes de la librairie de Moulins (cf. Delisle, ibid., p. 171). Au f. 306v, François Robertet, secrétaire particulier de Pierre II de Bourbon, a ajouté l’ex-libris du duc, sans doute entre 1488, date à laquelle Pierre II hérite du titre de duc de Bourbon, et 1503, année de sa mort : « Ce livre de Geneze, de Suetone et de Josephe et autres ystoires qui y sont contenuz est a monseigneur le duc Pierre deuxiesme de ce nom, duc de Bourbon, d’Auvergne, conte de Clermont en Beauvoisis, de Fouretz, de la Marche et de Geien, viconte de Carlat et de Murat, seigneur de Beaujouloys, de Bourbon-Lanceys et de Nonnay, per et chamberier de France, lieutenant et gouverneur de Languedoc. Robertet ».

L’ouvrage reste dans la bibliothèque de Moulins jusqu’en 1523, date à laquelle François Ier confisque au profit de la Couronne les biens du connétable Charles III de Bourbon. Il figure, en effet, sur l’état du récolement fait le 19 novembre 1523, à Moulins, par un commissaire du roi, Pierre Antoine : « Le livre de Josephus, de Geneze et de Suetone, a deux fermaus d’argent doré » (Le Roux de Lincy, « Catalogue de la Bibliothèque des ducs de Bourbon », dans Mélanges de littérature et d’histoire recueillis et publiés pour la Société des bibliophiles françois, Paris, 1850, p. 32, n° 5, cité par P. Durrieu, op. cit., p. 18).
Le manuscrit entre dans les collections royales. C’est à cette époque que fut ajouté le titre au verso de la contre-garde au début de l’ouvrage : « Genese et les faicts des Hebreus et d’aultres, Lucain, Suetone et Saluste » (écriture du XVIe s.)

Il n’est pas possible de déterminer si l’article 1380 du catalogue de la Librairie royale de Blois dressé en 1544 établi lors du transfert des ouvrages à la Librairie royale de Fontainebleau correspond bien au ms. Français 246 : « Ung autre livre en parchemyn, couvert de veloux vert, intitulé « Saluste, Lucan et Suetone » (Omont, Anciens inventaires et catalogues…, I, p. 225, n° 1380), mais il est répertorié sur le second catalogue de Nicolas Rigault de 1622, comme l’atteste la cote notée au recto du f. B, « quatre cents treze » : « Histoire compilée de Genèse, de César, de Lucain, de Suétone, Salluste, avec figures » (Omont, ibid, II, p. 282, n° 413). On le retrouve, à partir de cette date, dans tous les inventaires de la librairie du roi : inventaire de 1645 par Dupuy : même description (Omont, ibid., III, p. 19, n° 305) ; inventaire de Nicolas Clément en 1682 : même description (Omont, ibid., IV, p. 10, n° 6890). Au f. Br, inscription de trois cotes : [Rigault] « quatre cents treze », [Dupuy] « 305 », [Regius] « 6890 ».

Présentation du contenu


F. B-K. [Tables].
F. B. [Sommaire du volume] « En ce livre ci est contenu premierement le Genesy, et le fait des Hebriex, et coment il alerent en Egypte. Aprés du roy Ninus et de Semiramis sa fame et des merveilles qu’il firent en leur temps …-… Aprés comment il [Cesar] monta en si grant orgueil que il vouloit que quanque il disoit fust tenu pour loy. Et en la fin, comment il fu tuez de greffes el Capotole de Romme (rubr.) ».
F. B-I. [Table détaillée de l’Histoire ancienne]. « Ci commence la table du premier livre premierement : le prologue de ce livre et comment Dieu fist Eve et Adam » (rubr.). « De paradis terrestre .I. . Comment Adam et Eve furent mis hors de paradis pour le mors de la pome. De la division de la forme Adam et de ses vertus .II. …-…Comment Pompee se revint a Rome aprés se victoires. Ci fine la table du premier livre des anciennes hystoires romaines ».
F. I-Kv. [Table détaillée des Faits des Romains]. « Ci commence la table du secons livres des anciennes hystoires rommaines translatees de latin en françois selonc Lucan et Suestoines et Saluste, lequel secont livre parle comment Julius Cesar conquist pluseurs terres et de grans batailles de luy et de Pompee, et aprés comment il fu empereur. C’est le prologue de ce livre (rubr.) ». « De l’estrivement de chevalerie .VIxx XVIII. Quielx dignetez il ot a Rome avant, et comment Julius Cesar crut les nombres …-… Comment la mort Cesar fu juree. Comment li senateur occient Cesar. Comment Cesar fu ensevelis .CCCVI. ». « Ci fine la table du livre de Julius Cesar ». « Explicit ».

F. 1-157v : [Wauchier de Denain ?], Histoire ancienne jusqu’à César
F. 1-34 : [Livre de la Genèse]. « Quant Dieux ot fait le ciel et la terre et les yaues douces et salees et le soleil et la lune et les estoilles, et il ot chascun coumandé selon son ordre …-…Et li autre frere, si com dit Josephus, furent chascuns a sa mort portez en Ebron, et puis furent portez en Sichem ». « Cy fine le Livre Genesis (rubr.) » (éd. f. 1-v : Meyer 1885, p. 38).
F. 34-36 : [Orient I]. « Devant ce que Rome fust fondee ne coumencee ne estoree .MCCC. ans, fu li roys Ninus et porta premiers armes pour la couvoitise de conquerir houneur terrienne et seigneurie ; et si mena bien .L. ans moult male vie par toutes les parties d’Aise qu’il conquist par batailles …-… Nul n’estoit lors en Dieu creant, fors .I. pou de gens de la lignee aus Ebrieux et non pas tuit cil qui estoient issus de la lignee Israel. Et pour ce estoit li siecles en grant tribulacion et en grant angoisse, qu’il ne doubtoient Dieu ne ne tremoient » (éd. Visser-van Terwisga, I, p. 1-16, et éd. incipit d’après Français 246 : Meyer, p. 39).
F36-46v : [Thèbes]. « Des hystoires de Thebes et du roy qui lors estoit (rubr.) ». « Uns roys estoit lors a Thebes, riches et puissans. Laius fu appellez. Il avoit feme belle de son lignage, qui Jocaste fu appellee. Cilz roys ot .I. filz, moult belle creature …-… Ainsi fu recommencee la cité de Thebes la destruitte, mais puis li changierent son nom li citoien de la ville, car honte et vergoigne avoient de la destruction qui leur estoit ramenteüe. Si la nommerent par son nom Estives, et encore est elle ainsi appellee » (éd. Visser-van Terwisga, I, p. 17-75, et éd. incipit et explicit d’après Français 246 : Meyer, p. 40-41).
F. 46v-48v : [Le Minotaure, les Amazones, Hercule]. « De ceulz d’Athenes et de ceulz de l’isle de Crete qui a cel temps se guerreoient (rubr.) ». « Aprés ce que Thebes fu destruitte, bien .V. ans et .XL. droittement ains que Rome fust fondee ne coumencee, nasqui une moult grant bataille et perilleuse entre ceulz d’Athenes et de Crete …-… En ce temps aussi estoit roys en la cité de Pelopemense Poleus qui fu filz le roy Cahum, et Creteum qui fu oncles Peleus » (éd. Visser-van Terwisga, I, p. 76-89, et éd. incipit et explicit d’après Français 246 : Meyer 1885, p. 41-42).
F. 48v-58 : [Troie]. « La vraie histoire de Troye (rubr.) ». « Peleus ot .I. filz qui ot nom Euson. Cilz Euson ot .I. filz moult preux et moult vaillant et hardi sur toute c[r]eature : cilz fu nommez Jason. Cilz Jason estoit moult doubtez et amez sur touz ceulz du regne car il les herbergoit et hounouroit de quan qu’il povoit faire…-… Mais ains orrez de Eneas qui eschapa de Troie et de ceulz qui issirent de lui et de sa lignee, si come raison est et droiture pour continuer la matiere » (éd. incipit et explicit: Meyer 1885, p. 42-43).
F. 58-69 : [Énée]. « La vraie ystoire d’Eneas, comme il vint en Cartage (rubr.) ». « Quant Troie la Grant fu arse et destruite non pas toute, mais tant que li Greu virent bien que elle ne povoit jamés estre resqueusse, il s’appareillierent pour entrer en mer …-… Car Athanienos en fu roys .I. an, qui tant y fist de desloiautez que ceulz de la cité ne voldrent plus avoir roy aprés cellui, ains firent princes d’an en an pour le pueple et leur cité garder » (éd. partielle, Meyer, p. 43-46).
F. 69-78v : [Rome I]. « Ci commence la vraye histoire des Romains, c’est de empereres de Rome (rubr.) ». « Or lairrray ester des noms a ces roys et des royaumes pour ce que petit l’entent on, et diray d’un seul regne : c'est de Lombardie et de Rome, car il coumença au temps que Babiloine la Grant fu destruitte …-… Mais cilz Pirrus fu de celle lignee, et si se combati aus Romains dont je vous diray bien l’achoison certaine, quant je revendray avant a l’istoire des Romains ».
F. 78v-89 : [Orient II]. « Ci commence l’istoire de roys de Mede et des autres roys la geneologie qui toute Assire tindrent (rubr.) ». « Bien avez ouy et entendu que Arbaces regna premierement en Mede et l’achoison pour quoy il destruit Sardanapalum son seigneur …-… Mais ainçois que de lui [Alixandre] plus vous die ne de son pere, vous nommeray je les roys qui regnerent en Macedoine, pour ce que vous sachiez dont il vint et de quele lignee ».
F. 89-106 : [Macédoine, Alexandre]. « Ci commence l’istoire des roys de Macedoine qui regnere[n]t jusques a Alixandre (rubr.) ». « Li roys qui premiers fu de Macedoine si ot nom Chananus, si coume je vous ay dit tout arriere. Cilz regna en Macedoine ou temps que Prochas regna en Laurence et Arbaces en la terre de Mede qui destruit avoit le regne de Mede …-… Et si li toli Macedoine. De ce vous lairray je yci a tant et quant lieux et temps sera, je vous en parleray moult bien et de leurs lignees dont il issirent ; c’est en l’istoire des Hebrex a qui moult de maux firent, si come vous porrez entendre quant lieux sera revenu a la matiere ».
F. 106-157v : [Rome II]. « Ci revient au Fait des Romains, comme ceulz de Tarante revelerent contre eulz (rubr.) ». « Orendroit vous diray de Pirrus et des Romains, et reprendray la ou je laissay quant je coumençay a parler des roys de Perse et des Macedoniens jusques au temps le roy Alixandre …-…Et adonques, quant Pompeius fu revenus en la cité de Rome, furent si trestoutes les grans batailles apaisees, si coume Eutropius raconte, qu’il n’en estoit nulle qui granment fust grevable par trestout le monde ». « Deo gracias ». « Cy fine le Fait des Romains ». (éd. partielle : Meyer 1885, p. 46-49).

Le texte de l’Histoire ancienne jusqu’à César appartient aux manuscrits de la première rédaction ( Meyer 1885, p. 36-76) qui comprend la Genèse, et les différentes sections de l’histoire d’Orient et des Romains avec, ici, l’interpolation de l’histoire de Macédoine (Sections I-X). Le clerc auteur de cette compilation serait Wauchier de Denain (début XIIIe s). La base jonas compte 84 témoins du texte (http://jonas.irht.cnrs.fr/consulter/oeuvre/detail_oeuvre.php?oeuvre=3771). Marijke de Visser-van Terwisga a attribué le sigle P5 au manuscrit Français 246. (Histoire ancienne jusqu’à César, II, p. 2-3). Comme le souligne l’auteur, les deux premiers chapitres de la section Orient I manquent : « Segnor et dames, parlé vos ai et conté dou roi Ninus arriere et de la reine Semiramis sa feme …-…Quar ensi toz li mons esploité, quar qui plus a et plus convoité » (op. cit. I, p. i-1). Le sommaire ou table générale, placé au début du volume, ne semble pas répondre à l’ordonnancement des chapitres dans le texte : certaines rubriques sont inversées (3e rubrique : Minotaure, Amazones, Hercule) ; les divisions annoncées pour la section X (Rome II) sont plus nombreuses que celles du manuscrit et ne correspondent pas aux chapitres. Il est vraisemblable que le copiste a transcrit la table d’un autre manuscrit.

Ont été insérées trois moralisations en vers. Elles permettent à l’auteur de faire l’éloge de la largesse à travers le portrait de Romulus (f. 69v), de rappeler la miséricorde de Dieu (f. 73-v), de moraliser sur la mort (f. 118v) :
F. 69v (30 octosyllabes). « Pour ce ot Romulus le courage / Des haux, des bas, de fols, des sages …-… Mais en lui se prouva nature / Qui les gentilz cuers anature ». (éd. partielle Croizy-Naquet, Écrire l’Histoire romaine…, p. 197).
F. 73-v (60 octosyllabes). « Seigneurs or povez ci entendre / Savoir, retenir et apprendre …-… Mais ce di je ce sachiez bien / Entre .XX. maux a pou de bien ».
F. 118v (8 octosyllabes). « Dieux comme la mort est doubtee / quant prés est a une journee …-… Sachiez de voir que li respis / En est moult doucement requis » (Croizy-Naquet, op. cit., p. 192).

F. 158-306v. Les Faits des Romains. L'auteur anonyme de cette vaste compilation datée des années 1213-1214 se proposait de tracer un tableau de l'histoire romaine depuis la niassance de César jusqu'à la fin du règne de Domitien en douze livres. Seul le premier livre a été écrit (DLF, Moyen Age 1994, p. 441-442). La base Jonas cite 70 témoins du texte (http://jonas.irht.cnrs.fr/consulter/oeuvre/detail_oeuvre.php?oeuvre=6213). Le ms. a été doté du sigle P3 par Flutre 1932, p. 54-56.

F. 158. « Ci parle comment Julius Cesar regna et conquist pluseurs terres, des grans batailles de lui et de Pompee, et après comment il fu empereur (rubr.) ».
F. 158-v : [Prologue]. « Le prologue de ce livre (rubr.) ». « Chascuns homs a qui Dieux a donné sens et entendement se doit pener que il ne gaste le temps en oiseuse, et que il ne vive coume la beste qui est encline et obeissans a son ventre tant seulement …-… Et ainçois et pour mieulz continuer nostre matiere, nous toucherons tout avant quielx dignetez et quielx baillies il ot a Rome ainçois qu’il y eust empereres » (éd. Flutre et Sneyders, p. 1-2).
F. 158v-170v. [Première partie : De la naissance de César à la Guerre des Gaules]. « Quielx dignetez il ot a Rome avant et coument Julius Cesar crut les nombres (rubr.) ». « Roy gouvernerent premierement la cité de Rome. Romulus en fu li premiers roys. Cilz establi .X. cours de senateurs ; en chascune court en auoit .III. ; .X. foiz .III. font .XXX …-… Cesar ala en France. Ainsi fu esgardé. .X. legions ot Cesar ; une en y ot de gent françoise qu’il moult amoit : « alor » estoit appellee. Il la tint en guise de citoien en romaine franchise » (éd. Flutre et Sneyders, p. 5-75).
F. 170v-223. [Deuxième partie : la Guerre des Gaules]. « Yci dirons selon Julien comment Cesar conquist France et Bretaigne (rubr.) ». « France estoit moult grant au temps Juilles Cesar. Elle estoit devisee en .III. parties : les François qui manoient en une des parties estoient appellé Belgue ; ceulz de la seconde partie estoient appellé poitevin ou aquitain ; tuit estoient un ; ceulz de la tierce celte …-… Puis dist Lucans que Pompee avoit envie de ce que Cesar l’avoit si bien fait en France et doubtoit que sa victoire ne fust apetisee par la renoumee Cesar, et pour ce fist tant que li Romain ne reçurent pas Cesar a son triumphe » (éd. Flutre et Sneyders, p. 79-344).
F. 223-306v. [Troisième partie : Livre de Lucain]. « Le premier livre Lucan. Coment Cesar et li sien passerent Rubicon (rubr.) ». « Quant Cesar, qui adonques estoit a Ravanne o toute s’ost, ouy la nouvelle que li senas avoit refusee la requeste que on faisoit pour lui et que li tribun s’estoient departi par mal de la cité de Rome …-… De ceulz qui le ferirent ne sourvesqui nuls plus de .III. ans ne onques nuls n’en mouru de sa mort. Li un moururent en bataille, li autre moururent en mer. Tyelx y ot qui se occistrent de ces greffes meismes dont il orent occis Cesar ». « Cy termine Suetoines la vie et la geste Cesar » (éd. Flutre et Sneyders, p. 347-744).
F. 306v. [Colophon]. « Hic liber fuit scriptus per Mathiam Rivalli, clericum Pictavensis diocesis, a festo sancti Remigii quod fuit anno Domini .Mo. .CCCo. .LXIIIIo. usque ad Pascha inde sequens et infra, in civitate et in vico novo Beate Marie Parisius » (« in civitate… Parisius rubr. »). « Deo Gracias » (éd. Colophons, IV, n° 13552).

Bibliographie

Catalogues :
P. Paris, Les manuscrits françois de la bibliothèque du roi, Paris, II, 1838, p. 259-260, n° 6890. – Colophons des manuscrits occidentaux des origines au XVIe siècle, IV, 1976, p. 185, n° 13552.

Sources imprimées :
A. Le Roux de Lincy, « Catalogue de la Bibliothèque des ducs de Bourbon », dans Mélanges de littérature et d’histoire recueillis et publiés pour la Société des bibliophiles françois, Paris, 1850, p. 74, n° 5 (cf. infra l’article de M.-P. Laffitte). – J. Guiffrey, Inventaires de Jean duc de Berry, Paris, 1896, I, p. CLXX, n° 42 ; p. 227, n° 861 (B) ; II, 125, n° 974 (A) ; p. 236, n° 461 (S.G.). – L. Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale [puis nationale], Paris, I, p. 89, n° 246 ; I, p. 173, n° 246 ; III, p. 189, n° 232 ;id., Recherches sur la librairie de Charles V, Paris, 1907, II, p. 260, n° 232, et p. 309-310, n° 232. – H. Omont, Anciens inventaires et catalogues de la bibliothèque nationale, I, p. 225, n° 1380 ; II, p. 282, n° 413 ; III, p. 19, n° 305 ; IV, p. 10, n° 6890.

Texte :
P. Meyer, « Les premières compilations françaises d’histoire ancienne », dans Romania, 14, 1885, p. 1-85. – L.-F. Flutre, Les manuscrits des Faits des Romains, Paris, 1932, p. 54-56. – C. Pavlidès, L’Histoire ancienne jusqu’à César. Étude de la tradition manuscrite. Étude partielle de la section d’histoire romaine, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, 1989. – M. R. Jung, La légende de Troie en France au moyen âge, Basel/Tübingen, 1996, p. 335-430. – C. Croizy-Naquet, Écrire l’histoire romaine au début du XIIIe siècle : l’ « Histoire ancienne jusqu’à César » et les « Faits des Romains », Paris, 1999. – H. Tetrel, G. Veysseyre, L'Historia regum Britannie" et les Bruts en Europe, Paris, 2015, p. 194.

Éditions :
L.-F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, Li Fet de Romains compilé ensemble de Saluste et de Suetoine et de Lucan, texte du XIIIe siècle, publié pour la première fois d’après les meilleurs manuscrits, éd. L.-F. Flutre, Paris/Groningue, 1935-1938. – The Heard Word : A Moralised History. The Genesis Section of the Histoire ancienne in a Text from Saint-Jean d’Acre, éd. M. Coker Joslin, University of Mississipi Press, 1986 (Romance Monographs, 46). – Histoire ancienne jusqu’à César. Estoires Rogier [Assyrie, Thèbes, Le Minotaure, les Amazones, Hercule], éd. M. de Visser-van Terwisga, Orléans, 1995-1999, 2 vol. (Medievalia, 19, 1995 ; 30, 1999).

Codicologie :
P. Josserand et J. Bruno, « Les estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque nationale », dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à Monsieur Franz Calot, 1960, 261-298. – S. Amato Blackman, The manuscripts and patronage of Jacques d’Armagnac, Duke of Nemours (1433-1477), Ann Arbor, 1993, p. 262. – IRHT, Notices de manuscrits français et occitans ( http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1406636 ), Dossiers suspendus, Paris, CNRS-IRHT, 1937-2010.

Illustration :
M. Meiss, French Painting in the time of Jean de Berry, London/New York, 1967, I, p. 288, 403 n° 12, 312. – D. Oltrogge, Die Illutrationszyklen zur « Histoire ancienne jusqu’à César », 1250-1400, Frankfurt am Main/Bern/Paris, 1989, p. 32-33, 278-280. – M. Jacob, Dans l'atelier des Colombe, Bourges, 1470-1500 : la représentation de l'Antiquité en France à la fin du XVe siècle, Rennes, 2012, cité p. 71, 113.

Histoire :
L. Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, [puis] nationale, Paris, I, 1868, p. 56-68 ; 86-91, en part. p. 87-88 ; p. 165-175, en part. p. 170, n. 10, et 171. – Paul Durrieu, Les Antiquités judaïques et le peintre Jean Foucquet, Paris 1908. – M. Meiss et S. Off, The Bookeeping of Robinet d’Estampes and the chronoloy of Jean de Berry’s manuscripts, [s.l.], 1971 (The Art Bulletin, LIII, 1971, p. 225-235). – R. H. Rouse and M. H. Rouse, Manuscripts and their makers : commercial book producers in medieval Paris, 1200-1500, [London], 2000, II, p. 95 (notice sur Mathias du Rivau).– M.-P. Laffitte, « Les ducs de Bourbon et leurs livres d’après les inventaires », dans Le duché de Bourbon : des origines au connétable. Actes du colloque des 5-6 octobre 2000 organisé par le Musée Anne-de-Beaujeu de Moulins, Saint-Pourçain-sur-Sioule, 2001, p. 170-178, en part. p. 174 et 178.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Véronique de Becdelièvre; mise à jour septembre 2018.

Documents de substitution

Voir les légendes des peintures du Français 246 dans la base Mandragore : http://mandragore.bnf.fr

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 15881. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 10212.