Département des Manuscrits > Français > Français > Français 1-6170 [Ancien fonds] > Français 410-761

Français 606

Cote : Français 606  Réserver
Ancienne cote : Rigault II 672
Ancienne cote : Dupuy II 408
Ancienne cote : Regius 7089
XVe siècle (1407-1409)
Ce document est rédigé en français.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Paris

Écriture : Les manuscrits de Christine de Pizan ont été écrits par trois mains bien reconnaissables : P, R et X (Christine de Pizan elle-même). Le ms. Français 606 a été transcrit par R à qui l’on doit, en totalité ou dans leur majeure partie, les copies des mss Français 605, 835, 836, 1188, 2184, 10153, 24232 et Vatican Reg. Lat. 920.
Les réclames sont de plusieurs mains : P (f. 8v), R (f. 16v), X (f. 24v et 31v) : cf. G. Ouy et C. Reno, « Identification des autographes de Christine de Pizan », dans Scriptorium, 34, 1980, p. 221-238.
Titres courants : main R. Le chiffre .XIIII. ajouté à la suite du titre est d’une autre main (P ?) : cf. ibid., p. 243.
Corrections : main P sur grattage et par ajout : cf. ibid., p. 243, n. 19.

Décoration :
À l’origine, le manuscrit faisait partie d’un important recueil rassemblant plusieurs œuvres de Christine de Pizan et divisé aujourd’hui en cinq volumes conservés à la Bibliothèque nationale sous les cotes mss 835, 606, 836, 605 et 607 (Laidlaw, « Christine de Pizan : A Publisher Progress »).
Le ms. Français 606 est orné de 101 peintures.Dans sa première phase l’illustration du volume a été confiée au Maître de l’Épître d’Othéa, qui lui doit son nom de convention. Entré au service de la poétesse vers 1403, le peintre, d’origine vraisemblablement lombarde, a été influencé par Giovannino dei Grassi (déc. en 1398). On lui doit les peintures des f. 1-18, 24, 25-40v, 42r-v, 45r-v.
Le maître et son atelier se sont adjoints deux collaborateurs : le Maître d’Egertonest intervenu dans les derniers feuillets de chaque partie (ms. Français, 835, f. 74 ; ms. Français 606, f. 41 et 46 ; ms. Français 836, f. 48-76). Le troisième artiste a été identifié au Maître au safran, qui a travaillé sur le seul ms. Français 606 : f. 18v-23v, 24v, 41v, 43v-44v.

Légendes des peintures d'après Meiss, French Painting in the time of Jean de Berry. The Limbourgs and their Contemporaries, I, p. 293-295 ; et Album Christine de Pizan, p. 244-266.

Maître de l’Épître d’Othéa et son atelier : f. 1 (prologue) : présentation par Christine de Pizan de son livre à Louis d’Orléans ; f. 1v : la déesse Othea remettant son épître à Hector ; f. 2v : l’horloge de tempérance ; f. 3 : les travaux d’Hercule ; f. 4 : Minos rendant la justice ; f. 4v : Persée délivrant Andromède ; f. 5v : Jupiter et les chevaliers ; f. 6 : Vénus et les amants ; f. 6v : Saturne avec les avocats et les sages ; f. 7 : le Soleil et les fidèles de la vérité ; f. 7 : Phoebé dans un croissant de lune frappant sept victimes de mélancolie ou de frénésie ; f. 7v : Mars et les chevaliers ; f. 8 : Mercure et les sages ; f. 8v : Minerve et les hommes d’armes ; f. 9 : Minerve et Pallas ; f. 9v : les Amazones ; f. 10 : Narcisse à la fontaine ; f. 10 : folie d’Athamas ; f. 10v : Mercure et Aglauros ; f. 11 : Ulysse et Polyphème ; f. 11v : Latone et les grenouilles ; f. 12 : Bacchus et ses disciples ; f. 12v : Pygmalion implorant Vénus ; 13 : Diane et ses disciples ; f. 13v : Cérès semant ; f. 13v : Isis greffant des arbustes ; f. 14 : jugement de Midas ; f. 14v : Hercule attachant Cerbère ; f. 15 : Cadmus et le dragon ; f. 15 : Io enseignant ; f. 15v : Mercure endormant Argus ; f. 16 : combat entre Grecs et Troyens : Pyrrhus vengeant son père ; f. 16v : Cassandre au temple ; f. 16v : Neptune sauvant un navire ; f. 17 : Atropos ; f. 17v : Bellérophon et Sthénébée ; f. 18 : Memnon prêt à venger Hector.

Maître au safran : f. 18v : Laomédon chassant les Argonautes ; f. 18v : Pirame et Thisbée ; f. 19v : Esculape contre Circé ; f. 20 : mort d’Achille, f. 20 : cruauté de Busiris ; 20v : Héro et Léandre ; f. 21 : Grecs réclamant Hélène ; f. 21v : Pasiphaé et le taureau ; f. 22v : le sommeil d’Adraste troublé par le combat de Tydée et de Polynice ; f. 23 : Cupidon et le jeune Hector ; f. 23v : Apollon et Coronis.

Maître de l’Épître d’Othéa et son atelier : f. 24 : Junon et les riches.

Maître au safran : f. 24v : Adraste méprisant le conseil d’Amphoras ; f. 24v : Saturne donnant l’exemple du silence.

Maître de l’Épître d’Othéa et son atelier : f. 25 : la corneille et le corbeau ; f. 25v : mort de Ganymède ; f. 26 : Jason conquérant la toison d’or ; f. 26v : Persée tuant la Gorgone ; f. 27 : Vulcain enchaînant Mars et Vénus ; f. 27v : mort de Cyrus le Grand ; f. 28 : Jason et Médée ; f. 28 : Polyphème tentant d’écraser Acis ; f. 28v : noces de Thétis et de Pélée ; f. 29 : mort de Laomédon ; f. 29v : Sémélé trompée par Junon ; f. 30 : Diane chasseresse ; f. 30 : Pallas et Arachné ; f. 30v : mort d’Adonis ; f. 31 : prise de la première Troie ; f. 31v : Orphée charmant les animaux ; f. 31v : songe de Pâris ; f. 32 : Diane et Actéon ; f. 32v : Orphée ramenant Eurydice des enfers ; f. 33v : Achille reconnu par Ulysse ; f. 34 : course d’Atalante ; f. 34v : jugement de Pâris ; f. 35 : roue de la fortune ; f. 35 : Pâris et Hélène ; f. 35v : mort de Procris ; f. 36 : Hélénus conseillant le roi Priam ; f. 36v : Morphée ; f. 37 : Céyx et Alcione ; f. 37v : Priam écoutant le conseil de Troïlus ; f. 38 : rencontre de Chalcas et d’Achille ; f. 38v : bain d’Hermaphrodite et de la nymphe à la fontaine de Salmacis ; f. 39 : Ulysse jouant aux échecs ; f. 39v : Troïlus et Briséide ; f. 40 : mort de Patrocle ; f. 40 : Narcisse et Écho ; f. 40v : métamorphose de Daphné.

Maître d’Egerton : f. 41 : adieux d’Hector et d’Andromaque.

Maître au safran : f. 41v : prise de Babylone par Ninus.

Maître de l’Épître d’Othéa et son atelier : f. 42 : Priam retenant Hector ; f. 42v : mort d’Hector : f. 42v : mort d’Hector.

Maître au safran : f. 43 : Achille aux obsèques d’Hector ; f. 43v : mort d’Ajax ; f. 44 : trahison d’Anténor ; f. 44v : le cheval de Troie.

Maître de l’Épître d’Othéa et son atelier : f. 45 : prise de Troie ; f. 45 : métamorphose des compagnons d’Ulysse ; f. 45v : Ino semant le blé.

Maître d’Egerton : f.46 : Auguste et la Sibylle de Cumes. Un mot a été gravé au bas du manteau d’Auguste : « sachet » (écriture XVe-XVIe).

Description détaillée des images dans : Album Christine de Pizan, p.244-266.

Décoration secondaire :
Ornemanistes « à la vigne d’or ». Initiale vignettée sur fond or (4 l.), avec prolongement de vignettes, au début du texte (f. 1).
Initiales vignettées sur fond or (2 l.), avec prolongement de vignettes, au début de chaque texte.
Pieds-de-mouche champis au début de chaque glose et de chaque allégorie et des explications des peintures, à l’exception de la première (f. 1v).

Parchemin ; 47 ff. à 2 col., précédés de deux gardes de papier et d’une garde de parchemin ; suivis d’une garde de parchemin et d’une garde de papier ; 348 x 260 mm (justification : 238 x 185 mm) .

6 cahiers : 18 (ff. 1-8) ; 28 (ff. 9-16) ; 38 (ff. 17-24) ; 47 (3+4) (ff. 25-31), 58 (ff. 32-39) ; 68 (ff. 40-47).

Réclames. – Rubriques à l’encre rouge se rapportant aux divisions de l’ouvrage : « Texte », « Glose », « Allégorie » et aux citations latines à la fin des allégories. Une préparation de rubrique au f. 25v : « LIII. ». Quelques erreurs: cf. f. 25 : intitulé « Glose » au lieu d’« Allégorie » ; f. 29r : l’allégorie .LX. est numérotée .LIX. Voir l’analyse codicologique détaillée dans Album Christine de Pizan, p. 244, n. 20-24. – Rubriques à l’encre rose pourprée, annoncées par un pied-de-mouche champi sauf au f. 1v, expliquant les enluminures aux f. 1v-10v. – Titres courants rubriqués et portant le n° « XIIII », indiquant que le volume suivait dans le manuscrit originel le Français 835 (numéroté de I à XIII). – Foliotation moderne. F. 47 blanc, justifié.

Réglure à la mine de plomb.

Reliure de maroquin rouge aux armes royales XVIIe-XVIIIe s. sur les plats. Titre au dos : « L'EPIST.OTHEA ».

Aux ff. 1 et 46v, estampille de la « BIBLIOTHECAE REGIAE » (Ancien régime), correspondant au modèle Josserand-Bruno, type A, fig. 1.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Le ms. français 606 est le 2e volet du manuscrit de Jean duc de Berry qui contenait les œuvres de Christine de Pizan. On a longtemps considéré que le manuscrit, dont le prologue de l’Epître Othéa contient une dédicace à Louis d’Orléans, lui avait appartenu. Depuis les travaux de S. Hindman (« The composition of the Manuscript… », p. 108) et de J.C. Laidlaw (« Christine de Pizan. A Publisher’s Progress », p. 44, 52-53, 66), il est avéré que le volume, plus tardif, pourrait être daté des années 1407-1409 et que Jean de Berry en fut le premier possesseur : cf. G. Parussa éd., Epistre Othea, p. 92-93.
Le volume originel est répertorié dans l’inventaire de la librairie du duc de Berry dressé entre 1413 et 1416 : « Item un livre compilé de pluseurs balades et dictiez, fait et composé par damoiselle Cristine de Pizan, escript de lettre de court , bien historié et enluminé ; et au commancement du second feuillet, aprés la table dudit livre, a escript : tous mes bons jours ; couvert de drap d’or de soye noir ouvré, a deux fermouers de cuivre dorez, a .V. boullons de mesmes sur chascune aiz ; lequel livre Monseigneur a achaté de ladicte damoiselle .II.C escus » : cf. Guiffrey, I, p. 252-253, n° 959.

Selon le compte de Jean Lebourne, ancien secrétaire du duc, le manuscrit fut cédé à la mort du duc, à sa fille Marie de Berry, duchesse de Bourbon(cf. Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 841).

Le manuscrit resta dans les collections des Bourbon jusqu’au XVIe siècle. La contregarde du plat supérieur porte des dessins à la plume représentant un personnage tenant une lance et une meule ailée, dus peut-être à la main de Robertet, secrétaire de Pierre de Bourbon.
L’ouvrage se trouvait alors dans la bibliothèque de Moulins en 1523, lorsque François Ier confisqua au profit de la Couronne les biens du connétable Charles de Bourbon. Il apparaît sur l’inventaire rédigé à cette date : « Ung autre volume des epistres que Othea desse de prudence envoya a Hector de Troye, en parchemin a la main » (Le Roux de Lincy, « Catalogue de la Bibliothèque des ducs de Bourbon »…, p. 108-109, n° 289).
Ainsi qu’en témoigne l’inventaire, le manuscrit originel avait été à cette date partagé en cinq volumes. Un titre inscrit sur la contregarde du plat supérieur semble dater de cette époque : « L’epistre de Othea dedié a Monsieur d’Orleans, filz du roy Charles le Quint ; et mise en vers françoys par Cristine , file (sic) de maistre Thomas de Pizan aultrement dit de Bonlongne » (même main que le titre du ms. Français 605).

Le manuscrit fit partie de la bibliothèque personnelle deFrançois Ier , dont il porte la cote 191 dans le coin supérieur gauche de la contregarde du plat supérieur.
Mention inscrite sur la contregarde du plat supérieur: « En ce livre a cent une hystoire et .XLVI. feuilletz escriptz. Et fut rendu par Frere [...], le IIe jour de avril mil .V.C et dix » (écriture du XVIe s.).

Mention sur la contregarde inférieure : « Leo rugiens et ursus exuriens princes impius super populum pauperem ; dux indigens prudentia multos opprimit per calumpniam ».

Le ms. Français 606 est répertorié dans les inventaires de la Bibliothèque royale : inv. fin XVIe, n° 1861 ; inventaire de Nicolas Rigault (1622), n° 672 ; inventaire de Pierre et Jacques Dupuy (1645), n° 408 ; inventaire de Nicolas Clément (1682), n° 7089.
Anciennes cotes inscrites au f. 1 : [Rigault II] « six cents septante deux » ; [Dupuy II] 408, [Regius] 7089.

Présentation du contenu

F. 1-46v. Christine de Pizan, Epistre d’Othéa.
F. 1-1v.F. 1-1v. « Prologue (rubr.) ». « Tres haulte fleur par le monde louee / A touz plaisant et de Dieu avouee …-… D’escripre a vous personne si tres digne / Entreprens moy en sagece non digne ». – F. 1v-46v. [Texte]. « Ci commence l’Epistre Othea la deesse, que elle envoya a Hector de Troye quant il estoit en l’aage de quinze ans (rubr.) ». « Othea deesse de prudence / qui adrece les bons cuers en vaillance …-… Il ne prent point garde combien il ne scet mie. Ad ce propos dit le sage » : « Auris bona audiet cum omni concupistencia (et) Ecclesiastici .III.o capitulo (rubr.) ». « Explicit l’Epistre Othea » (cf. éd. G. Parussa, Epistre Othea, Genève, 1999, p. 195-341, d'après le ms. Londres, British Library, Harley 4431).

Bibliographie

Catalogues :
P. Paris, Les manuscrits françois de la Bibliothèque du roi, t. V, Paris, 1842, p. 182. – Bibliothèque impériale, Département des Manuscrits, Catalogue des manuscrits français. I : Ancien fonds, Paris, 1868, n° 606.

Sources imprimées :
Le Roux de Lincy, « Catalogue de la Bibliothèque des ducs de Bourbon », dans Mélanges de littérature et d’histoire recueillis et publiés pour la Société des bibliophiles françois, Paris, 1850, p. 109, n° 289. – J. Guiffrey, Inventaires de Jean duc de Berry (1401-1416), Paris, 1894-1896, I, p. 252-253, n° 959. – L. Delisle, Recherches sur la librairie de Charles V, Paris, 1907, II, p. 269, n° 291. – H. Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, Paris, 1908-1913, I, p. 352, n° 1861 [inv. fin XVIe]; II, p. 296, n° 672 [inv. 1622] ; III, p. 23-24, n° 408 [inv. 1645] ; IV, p. 20, n° 7089 [inv. 1682].

Édition :
G. Parussa éd., Epistre Othea , Genève, Droz, 1999 (Textes littéraires français, 517).

Fac-similé:
Christine de Pizan, Epistre d'Othea, traduction de H. Basso, préface de J. Cerquiglini-Toulet, Paris, 2008, 2 vol. [d'après le Codex Bodmer 49].

Texte :
G. Mombello, La tradizione manoscritta dell’ « Epistre Othea » di Christine de Pizan. Prolegomeni all’edizione del testo, Torino, Academia delle Scienze, 1967, n° 2, p. 13-23. – G. Ouy et C. Reno, « Identification des autographes de Christine de Pizan », dans Scriptorium, 34, 1980, p. 221-238. – S. Hindman, « The Composition of the manuscript of Christine de Pizan’s collected Works in the British Library : a Reassessment », dans The British Library Journal, 9, 1983, p. 93-123A. Kennedy, Christine de Pizan. A Bibliographical Guide, London, 1984. – J.C. Laidlaw, « Christine de Pizan : A Publisher Progress », dans The Modern Langage Review, 82, n° 1, 1987, p. 35-75, en part. p. 52-60. – J. H. M. Taylor, The making of poetry. Late-Medieval french poetic anthologies, Turnhout : Brepols, 2007, cité p. 56. – Ann Faems, Virginie Minet-Mahy (eds), Les translations d'Ovide au Moyen-Âge : actes de la journée d'études internationales à la Bibliothèque royale de Belgique le 4 décembre 2008, Louvain-la-Neuve : Brepols, 2012, cité pp. 281-282 et n. 31, n. 32 et n. 33, p. 287. – G. Ouy, Chr. Reno, I. Villela-Petit, éd., Album Christine de Pizan, Turnhout, 2012 (bibliographie générale, p. 717-733). – C. Le Cornec-Rochelois, A. Rochebouet, A. Salamon (dir.), Le texte médiéval : de la variante à la recréation , 2012, p. 241-243, 252 . –. O. Delsaux, Manuscrits et pratiques autographes chez les écrivains français de la fin du Moyen Âge: l'exemple de Christine de Pizan, Genève, 2013, cité p. 37, 209, 220 et 506. – Voir le site sur Christine de Pizan : www.arts.ed.ac.uk/french/christine/cpstart.htm.

Codicologie :
G. Ouy, C. Reno et I. Villela-Petit, Album Christine de Pizan, Turnhout, Brepols, 2012, en part. p. 241-266. – IRHT, Notices de manuscrits français et occitans ( http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1405559 ), Dossiers suspendus, Paris, CNRS-IRHT, 1937-2010. Chr. Reno et T. Van Hemelryck, « Dans l'atelier de Christine de Pizan. Le manuscrit Harley 4431 », dans Pecia. Le livre et l'écrit, Notes de bibliologie, t.13, 2010, p. 267-286 , cité p. 272.

Illustration :
M. Meiss, French Painting in the time of Jean de Berry. The Late 14th Century and the Patronage of the Duke, Londres-New York, 1967, I, p. 16, 235, 242, 300, 313, 356 ; II, figs. 817, 833, 834. – Id., French Painting in the time of Jean de Berry.The Limbourgs and their contemporaries, New York, 1974, p. I, p. 23, 25-36, 39, 40, 140, 292-295 ; II, figs. 61, 62, 75, 76, 85, 87, 91, 102, 105, 106, 108, 122, 127, 133, 134, 138, 141, 146, 149, 416, 440 n. 153. – P. De Winter, « Christine de Pizan, ses enlumineurs et ses rapports avec le milieu bourguignon », dans Actes du 104e congrès national des sociétés savantes, Bordeaux, 1979, Paris, BnF., 1982, p. 335-376. – S. Hindman, Christine de Pizan’s Epistre Othea » : Painting and Politics at the Court of Charles VI, Toronto, 1986. – Ch. Sterling, La peinture médiévale à Paris, 1300-1500, Paris, 1990, p. 310-317, n° 46. – D. Wolfthal, « Douleur sur toutes autres’, Revisualing the Rape script in the Epistre Othea and the Cité des dames », dans M. Desmond, éd, Christine de Pizan and the Categories of Difference, Minneapolis-London, UP, 1998, p. 41-70. – I. Villela-Petit, Le gothique international. L’art en France au temps de Charles VI, Éd. Hazan-Musée du Louvre, 2004, p. 56, 58, 60-61, 72-73. – U. Peters, Das Ich im Bild : Die Figur des Autors in volkssprachigen Bilderhandschriften des 13. bis 16. Jahrhunderts, Böhlau, 2008. – A.-M. Barbier, « Dessein avoué et intentions voilées dans les représentations allégoriques de l’Epitre Othea de Christine de Pizan », dans L'allégorie dans l'art du Moyen âge. Formes et fonctions : héritages, créations, mutations / dir. Chr. Heck. - Turnhout : Brepols, 2011. - (Les études du RILMA ; 2), p. 289-303 ; cité dans le cadre de l'étude p. 293-299, fig. 11. –Anne-Marie Barbier, « La mise en page de l'illustration dans un manuscrit de l'"Epistre Othea" du début du XVe siècle : Fonctions et significations », dans La pensée du regard. Etudes d'histoire de l'art du Moyen Age offertes à Christian Heck, Turnhout, 2016, p. 37-45, cité p. 42.

Histoire :
M.-J. Arn, The Poet’s Notebook : The Personal Manuscript of Charles d’Orléans (Paris BnF MS fr. 25458) ,Turnhout, 2008.

Expositions :
Les plus beaux manuscrits français du VIIIe au XVIe siècle conservés dans les bibliothèques nationales de Paris, Paris, Bibliothèque nationale, 1937, n° 164. – Les manuscrits à peinture en France du XIIIe au XVIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 1955, n° 149. – Arte Lombarda dai Visconti agli Sforza, Milan, Palazzo Reale, 1958, n° 86. – L’art européen vers 1400 (Europäische Kunst um 1400), Vienne, Kunsthistorisches Museum, 1962, n° 115. – François Avril, La passion des manuscrits enluminés. Bibliophiles français : 1280-1580, cat. exp., Paris, BN, 2-21 septembre 1991, Paris, 1991, n° 11 . – Paris 1400. Les arts sous Charles VI, Paris, Musée du Louvre, 2004, n° 62B.

Informations sur le traitement

Notice par Véronique de Becdelièvre (novembre 2012) ; mise à jour octobre 2018

Documents de substitution

Voir les images du ms. Français 606 sur la base : http://mandragore.bnf.fr

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 15912. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 17449.