Latin 9474

Cote : Latin 9474
Ancienne cote : Musée des Souverains 72
Ancienne cote : Supplément latin 635
Horae ad usum Romanum, dites Grandes Heures d'Anne de Bretagne
XVIe siècle (vers 1508)
Manuscrit en latin
Tours.
Enluminé par Jean Bourdichon. 2 pages héraldiques, 1 diptyque avec portrait, 12 miniatures au calendrier, 47 enluminures à pleine page, 1 lettre historiée, nombreuses bordures florales et végétales, lettres ornées, bouts de lignes.

Corps d'ouvrage :
Parchemin, 238 ff., 300 × 190 mm.
Le parchemin employé est relativement épais et rigide. Ce choix s'explique probablement par la volonté d'avoir un support résistant, supportant les nombreuses peintures à pleine page et l'abondante illustration marginale. La peau a été soigneusement préparée, mais les deux côtés sont clairement différenciés, le côté poil étant bien lisse alors que le côré chair est plus rugueux et légèrement duveté.
Les nombreuses manipulations à travers le siècles ont occasionné des dégradations sur le parchemin, la couche picturale et le texte, en particulier dans les coins inférieurs et en bordure.
En dehors des feuillets aux armes de la reine (ff. 1v. et 238), les enluminures à pleine page sont peintes sur des feuillets intégrés dans la composition des cahiers et non sur des feuillets ajoutés. Les pleines pages figurent toujours au verso des feuillets, sur le côté poil lisse, le recto (côté chair) étant laissé blanc, évitant les risques de transparence et de superposition du texte et du décor. Les textes commencent ainsi toujours au recto des feuillets, avec une image en frontispice. Ce choix explique que certains versos de feuillets soient restés blancs à la fin des textes, l'espace laissé pour le copiste ayant été mal évalué.
32 cahiers, précédes de deux gardes de papier blanc : 1 f. (1), 1 cahier de 2 ff. (2-3), 2 cahiers de 6 ff. (4-15), 8 cahiers de 8 ff. (16-79), 1 cahier de 7 ff. (80-86 ; il manque un feuillet, arraché, entre les ff. 84 et 85), 1 cahier de 5 ff. (87-91 ; le premier f. du cahier a été coupé), 7 cahiers de 8 ff. (92-147), 1 cahier de 7 ff. (148-154 ; le dernier f. du cahier a été coupé), 1 cahier de 6 ff. (155-160), 7 cahiers de 8 ff. (161-216), 1 cahier de 10 ff. (217-226), 1 cahier de 6 ff. (227-232), 1 cahier de 5 ff. (233-237 ; le dernier f. du cahier a été coupé).
La date de la disparition du feuillet entre les ff. 84 et 85 est antérieure à la foliotation actuelle, et donc aux années 1850 (peut-être dès le XVIIe siècle ?). On aperçoit en fond de cahier un mince onglet de parchemin teinté de noir, caractéristique des encadrements des peintures à pleine page de Bourdichon. Cette peinture perdue, placée au début de Complies, devait représenter une Assomption. Aucun feuillet pouvant correspondre n'est à ce jour connu en collections publiques ou privées.
Aucun élément ancien de mise en ordre des cahiers et feuillets n'est visible.
La foliotation à l'encre, d'un petit module, reprenant une foliotation contemporaine encore partiellement visible, est probablement de la main de Léopold Delisle.
La numérotation au crayon au revers des grandes peintures date du XIXe siècle et est peut-être contemporaine de l'éditon du premier fac-simile en 1846.
Réglure à l'encre rouge (17 lignes par page), vraisemblablement posée au compas (cf. marques par ex. au f. 232). Cette réglure encadre exclusivement le texte, l'espace pour le décor des marges étant donc prévu en amont de la mise en peinture.
Estampille Josserand-Bruno n° 17 (1792-1802).

Reliure :
Reliure de galuchat (peau de poisson) noir, gardes de papier dominoté, tranches dorées, fermoirs d'argent doré au chiffre d'Anne de Bretagne, 1684.
Comptes des bâtiments du roi : "20 avril [1684]. Au sr Dalencé, 132 livres 5 sous pour son remboursement de la dépense faite pour la reliure des Heures d'Anne de Bretagne, pour mettre au Cabinet des curiosités du Roy, et 500 livres de gratification, en considération de ses services. [Somme totale] 632 livres 15 sous". Cette mention a été copiée, sans doute par Léopold Delisle, au verso de la seconde garde volante de papier blanc en tête du volume. Jacques d'Alencé n'est pas le relieur mais un intermédiaire. Astronome et physicien mort à Lille en 1707, il apparaît à plusieurs reprises dans les comptes royaux, entre 1684 et 1688, comme pourvoyeur d'objets, de livres, de médailles ou d'estampes.
Cette reliure diffère de celles généralement réalisées pour le roi, en général en maroquin rouge à décor de fers et armes dorés. Trois autres manuscrits ont reçu une reliure identique de galuchat noir : les deux Heures du roi, 1688 et 1693 (Latin 9476 et 9477) et les Heures de Louis de Savoie, milieu du XVe siècle (Latin 9473). Seul ce dernier volume conserve encore son dos d'origine, à façonnage presque carré.
En 1684, des serpentes de papier ont été posées dans le volume (filigrane en forme de serpent). Il s'agit de bifeuillets inserrés entre chaque bifeuillet de parchemin, ou d'un simple feuillet placé au milieu de ce cahier. Quelques serpentes ont été arrachées (par ex. entre les ff. 154 et 155).
Les quatre gardes volantes de papier, deux en tête du volume, deux en fin, ont un filigrane en forme de pot d'étain (proche de Briquet 12492, 12497 et 12499), figurant sur des papiers français d'origine champenoise utilisés entre 1484 et 1508. On peut donc supposer que ces gardes de papier proviennent la reliure originelle du volume.
Les deux contregardes de papier doré-gauffré à motifs de guirlandes de feuillages, de fleurs et de fruits, sont d'origine hollandaise ou allemande, et contemporaines de la reliure de 1684. Les motifs sont différents, ce qui indique qu'il ne s'agit pas d'une feuille coupée en deux. Ces feuilles étaient en effet souvent commercialisées en des formats ne dépassant que rarement 30 sur 40 cm. Dans les deux cas, un long fragment de papier dominoté ancien a été placé à une date inconnue (début du XXe siècle ?) afin de masquer les dégradations le long des charnières.
La reliure a été restaurée en 2015 dans les ateliers de la BnF (dossier 2014-095812-01), grâce au soutien de Madame Danielle Helias et de Madame Simone Rosa-Cubertefond-Manem (†). Il a été décidé de déposer le dos de chagrin devenu inadapté, car mal façonné (il datait d'une restauration mal datée, peut-être du début du XXe siècle), et de le remplacer par un dos de même type, en réduisant l'éffet de courbure donné au dos. La pièce de titre du XVIIe siècle, qui avait été remployée dans cette ancienne restauration, a été replacée dans le nouveau dos. Le dos du XIXe siècle est actuellement conservé en défet (dans la boîte de conservation). Lors de cette restauration, des fragments d'ais de bois ont été découverts (également conservés en défets), provenant de la reliure initiale réalisée pour Anne de Bretagne. L'analyse réalisée par le laboratoire de la BnF (RIL 2015-039 / 2015-038482-01) a montré qu'il s'agissait de bois de hêtre.
Les fermoirs d'argent doré ont été nettoyés en 2015 par une restauratrice extérieure (F. Dall'Ava) (dossier 2016-080136-01). En bon état, ils présentaient des traces d'usages importantes, des plages de sulfurations noires et épaisses, ainsi que de nombreuses rayures et usures. Des constatations techniques ont pu être faites lors de ce nettoyage. Les fermoirs ont été réalisés dans une plaque d'argent reprise en gravure et ciselure à l'aide de burins de formes variées. La dorure est au mercure. Des différences de facture ont été notées entre les deux fermoirs, l'un étant plus usé que l'autre. Une des hypothèses pourrait être que le fermoir le moins usé a été changé, au cours du XVIIIe siècle. Dans tous les cas, l'observation des fermoirs a pu invalider l'hypothèse de la réutilisation au XVIIe siècle de parties des fermoirs du XVIe (l'ovale contenant le A couronné) qui auraient juste été reserties pour Louis XIV. Aucune trace de soudure n'a en effet été observée.

Documents de substitution

Ce document possède une version numérisée.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Numérisation effectuée avant la restauration de 2015.

Documents de substitution

Ce document possède une version numérisée.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Numérisation effectuée après la restauration de 2015.

Documents de substitution

Microfilm en couleur. Cote de consultation en salle de lecture : MFC 65. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : ICR 314

Historique de la conservation

Réalisé pour Anne de Bretagne ; vraisemblablement passé à sa fille Claude de France , puis à François Ier (cabinet privé de François Ier ) ; cabinet de curiosités de Louis XIV au palais de Versailles ; cabinet de Louis XV ; cabinet de Louis XVI (NAF 2622, Catalogue des livres du Cabinet du roy à Versailles, p. 388 : 25e armoire A) ; saisie révolutionnaire à Versailles, 25 messidor an III [13 juillet 1795] (Archives modernes 494, Note de quelques manuscrits provenant de la bibliothèque de Louis Capet à Versailles) ; présenté de 1852 à 1872 au Musée des Souverains au musée du Louvre (étiquette "N [couronné] 72" au verso de la seconde garde supérieure de papier) ; de retour à la Bibliothèque nationale en 1872.

Présentation du contenu

Contenu :
F. 4-15v : calendrier
F. 16v-25v : Fragments des quatre Evangiles
F. 26v-46v : Matines et Laudes de la Vierge
F. 47v-48v : Matines de la Croix
F. 49v-50v : Matines du Saint-Esprit
F. 51v-90 : Petites heures. Vêpres et complies de la Vierge, de la Croix et du Saint-Esprit
F. 91v-101v : Psaumes de la pénitence
F. 102-110v : Litanies et prières
F. 111v-154v : Office des morts
F. 155v-212 : Suffrages et oraisons. F. 156 : " De la benoite Trinité. [Ant.] Benedicta sit [...] ". F. 157 : " De la divine sapience. [Ant.] Da michi, Domine, secundum tuarum assistricem sapientiam [...] ". F. 157v : " Le chapellet de Nostre Seigneur. Iesu piissime, salvator mundi, miserere mei. Et se doit dire cinquante foiz avec cinq Ave Maria. L'oraison du publicain. Deus, propicius esto michi peccatori. L'oraison des dix ladres ". F. 157-v : " L'oraison de l'aveugle. Iesu, fili David, miserere mei. L'oraison de la Chananée. Domine, adiuva me, Iesu Nazarene, rex Iudeorum, miserere mei". F. 160 : " Oraisons de Nostre Dame ; et y a grans pardons pour les dire. [Ant.] Ave, sanctissima Maria, mater Dei, regina celi [...] et ora pro peccato meo. Amen ". F. 160-v : " Oratio. Domine Iesu Christe, rogo te amore illius gaudii quod dilecta Maria [...] omnibus diebus vite mec. Qui [...] ". F. 161-162 : " De Nostre Dame de pitié. O dame trés piteuse, Vierge Marie, je recommande au jourduy au sein de ta pitié mon corps et mon ame [...] que tu m'as aidée et consolée. Amen ". F. 164 : " Oraison des anges. [Ant.] Laudemus Dominum [...] ". F. 166 : " Oraison a son bon ange. [Ant.] Angele, qui meus es custos [...]. Oratio. Deus qui michi indigne famule tue angelum tuum custodem dare [...] —...valeam pervenire. Per [...] ". F. 168 : " Oraison de monsieur saint Gabriel". F. 170 : " Des apostres ". F. 172 : " De touz les martirs ". F. 174 : " De saint Cosme et saint Damian ". F. 176 : " De monsieur saint Sebastien ". F. 178 : " Des dix miles martirs ". F. 180 : " De monsieur saint Pierre le martir ". F. 182 : "De touz le confesseurs ". F. 184 : " De monsieur sainct Nicolas ". F. 186 : " De monsieur saint Liphart ". F. 188 : " De monsieur saint Anthoine de Padoue ". F; 190 : "De monsieur saint Martin ". F. 192 : " De monsieur saint Hubert ". F. 194 : " De monsieur saint Anthoine ". F. 196 : " De toutes les vierges ". F. 198 : " De madame saincte Anne ". F. 200 : " De madame saincte Ursule ". F. 202 : " De la benoiste Magdalene ". F. 204 : " De sancta Katherina ". F. 206 : " De madame saincte Marguerite ". F. 208 : " De madame saincte Helene ". F. 210 : " De tous les sainctz ". F. 212 : " De la saincte coronne de Nostre Seigneur ".
F. 212v-226 : Oraisons diverses. F. 212v-213v : " Oraison d'avant que recepvoir le sainct sacrament de l'autel. Omnipotens et misericors Deus, ecce accedo ad sacramentum filii tui Domini Nostri Iesu Christi, accedo, inquam, infirma ad medicum vite [...] revelata facie in patria contemplari [...] ". F. 213v-214 : " Gracias tibi ago, omnipotens, eterne Deus, qui me indignem peccatricem saciare digatus [...] me indignam peccatricem perducere digneris [...] ". F. 216-v : " Oraison a la glorieuse mere de Dieu emprés la communion. Serenissima ac inclita mater Domini Nostri Iesu Christi [...] ego misera et indigna perccatrix sumere presumpsi [...] michi indulgere dignetur. Qui [...] ". F. 216v-217 : " Oraison entre la consecration et la communion, et a deux mil ans de pardon. Domine Iesu Christe, qui hanc sacratissimam carnem et preciosum sanguinem [...] presentibus, preteritis et futuris. Qui [...] ". F. 217-v : " Oraison du bon larron. O beatissime Domine Iesu Christe, respicere digneris super me miseram peccatricem [...] Et cum latrone in secula seculorum. Amen [...] ". F. 219-221v : " Obsecro te, domina sancta Maria, mater Dei, pietate plenissima [...] Et in omnibus illis rebus in quibus ego sum facturus, locuturus aut cogitaturus [...] Et michi famulo tuo impetres a dilecto filio tuo complementum [...] mater Dei et misericordie. Amen ". F. 223-226 : " Oratio de beata Maria. O intemerata et in eternum benedicta [...] De te enim unigenitus Dei filius [...] Et esto michi miserrimo peccatori pia et propicia in omnibus auxiliatrix [...] vitam et requiem conferat sempiternam. Amen ".
F. 228-236v : Passion selon saint Jean.
F. 236v-237 : " Oratio. Deus qui manus tuas et pedes tuos et totum corpus tuum [...] usque in finem, Iesu Christe, salvator mundi. Qui [...] ".

L'office de la Vierge, l'office des morts et les litanies suivent l'usage de Rome. La plupart des formules de prières sont rédigées au féminin ; cependant, anomalie repérée par V. Leroquais, les prières "obsecro te" et "O intemerata" sont rédigées au masculin. Autre anomalie, ces deux textes sont relégués à la fin du livre d'heures au lieu de figurer en tête ou dans la première partie comme dans la plupart des livres d'heures. On observe en outre que le nom de sainte Anne est transcrit en lettres d'or dans le calendrier et les litanies.

Le scientifique Antoine de Jussieu a consulté les Grandes Heures au palais de Versailles pour rédiger son mémoire lu en 1722 à la séance de rentrée de l'Académie des Sciences.

Le mandement de paiement du manuscrit est conservé sous la cote NAF 21192

Bibliographie

Catalogues :

Léopold Delisle, Inventaire des manuscrits conservés à la Bibliothèque impériale sous les n os 8823-11503 du fonds latin, Paris, 1863, p. 35
.
Henry Martin, Les Joyaux de l'enluminure à la Bibliothèque nationale, Paris / Bruxelles, 1928, p. 115
.
Charles Samaran, Robert Marichal et marie-Thérèse d'Alverny (dir.), Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. 3, Paris, 1974, p. 121
.

Contenu :

Victor Leroquais, Les livres d'heures manuscrits de la Bibliothèque nationale. Etude et description, Paris, 1927, t. 1, n° 144
.
François Duine, Inventaire liturgique de l'hagiographie bretonne, Paris, 1922, n° CCXVI
.
Kieth Val Sinclair, Prières en ancien français. Nouvelles références, renseignements complémentaires, indications bibliographiques, corrections et tables des articles du "Répertoire" de Sonet, Hamden (Conn.), 1978, n° 1310
.
Knud Ottosen, The responsories and versicles of the latin office of the dead, Copenhague, 1993, p. XXIX
.

Codicologie :

Comptes des bâtiments du Roi sous le règne de Louis XIV, t. 2, Colbert et Louvois, 1681-1687, éd. Jules Guiffrey, Paris, 1887, col. 537
.
Marie-Pierre Laffitte, « Quelques exemples de serpentes anciennes dans les manuscrits à peintures », dans M. Hofmann et C. Zöhl (dir.), Quand la peinture était dans les livres. Mélanges en l'honneur de François Avril, Turnhout, 2007, p. 139
.
Marie-Pierre Laffitte, "Description du manuscrit", dans Grandes heures d'Anne de Bretagne, Barcelone, 2010, p. 13-24
.

Décor :

Emile Mâle, "Jean Bourdichon et son atelier", Gazette des Beaux-Arts, 1904, t. 2, p. 441-457
.
Léopold Delisle, Un double des Grandes Heures d'Anne de Bretagne, Nogent-le-Rotrou, 1909
.
Léopold Delisle, Les Grandes Heures de la reine Anne de Bretagne et l'atelier de Jean Bourdichon, Paris, 1913
.
André Blum et Philippe Lauer, La miniature française aux XV e et XVI e siècles , Mâcon, 1930, p. 84
.
David Mac Gibbon, Jean Bourdichon, a court painter of the fifteenth century, Glasgow,1933, p. 61-73 et 151-155
.
Emile Mâle, Jean Bourdichon. Les Heures d'Anne de Bretagne, Paris, 1946
.
Raymond Limousin, Jean Bourdichon, peintre et enlumineur, son atelier et son école, Lyon, 1954, p. 74-76 et 117-123
.
Elizabeth L'Estrange, "Le mécénat d'Anne de Bretagne", dans Kathleen Wilson-Chevalier (dir.), Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Saint-Etienne, 2007, p. 178 et 182-192
.

Botanique :

Jules Camus, « Les noms des plantes du Livre d'Heures d'Anne de Bretagne », Journal de Botanique, t. 8, n° 19-23,‎ 1894, p. 325-336, 345-352, 366-375 et 396-401
.
Michele Bilimoff, Promenade dans des jardins disparus. Les plantes au Moyen Âge d'après les "Grandes Heures d'Anne de Bretagne". Bibliothèque nationale, Ms. latin 9474, Rennes, 2001
.

Fac-similés :

Le livre d'heures de la reine Anne de Bretagne, traduit et accompagné de notice par l'abbé Delaunay, Paris, 1861.

Heures d'Anne de Bretagne. Reproduction réduite des 63 peintures du ms. latin 9474 de la Bibliothèque nationale, éd. Henri Omont, Paris, 1906
.
Le Livre d'heures d'Anne de Bretagne : manuscrit latin n° 9474 de la Bibliothèque nationale, éd. par Henri Delaunay et Joseph Decaisne, Paris, 1979
.
Jocelyn Bouquillard, "Les fac-similés d'enluminures à l'époque romantique", Nouvelles de l'estampe, n°160-161, 1998, p. 6-17
.
Grandes heures d'Anne de Bretagne, Barcelone, 2010 (2 volumes : fac-simile et volume de commentaires)
.

Histoire :

Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale [inationale], Paris, t. 1, 1868, p. 124 ; t. 3, 1881, p. 346-347
.
André Steyert, "Jehan Bourdichon. Prix et quittance du livre d'heures d'Anne de Bretagne, 14 mars 1508", Nouvelles archives de l'art français, 1880-1881, p. 1-11
.
Michael Jones, "Les manuscrits d'Anne de Bretagne, reine de France, duchesse de Bretagne", Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, t. 55, 1978, n° 7
.
Diane Booton, Manuscripts, market and the transition to print in la medieval Brittany, Farnham, 2010, p. 255
.
Tours 1500, capitale des arts , cat. exp., Tours, musée des beaux-arts,17 mars-17 juin 2012, Tours / Paris , 2012, p. 49 (Pierre-Gilles Girault)
.

Expositions :

Henry Barbet de Jouy, Notice des antiquités, objets du Moyen Âge, de la Renaissance et des temps moderne composant le musée des souverains, Paris, 1866, n° 51
.
Henry Martin et Léopold Delisle, Les Primitifs français à la Bibliothèque nationale, cat. exp., Paris, BN, 1904, n° 178
.
Emile-Aurèle Van Moé, Les plus beaux manuscrits français du VIII e au XVI e siècle dans les Bibliothèques nationales de Paris, cat. exp., Paris, BN, 1937, n° 190
.
L'art du Val de Loire de Jean Fouquet à Jean Clouet. 1450-1540, cat. exp., Tours, musée des beaux-arts, 9 juillet-30 septembre 1952, Paris, 1952, n° 38 (notice de J. Porcher)
.
Jean Porcher, Les manuscrits à peintures en France du XIII e au XVI e siècle, cat. exp., Paris, BN, 17 décembre 1955-30 septembre 1956, Paris, BN, 1955, n° 349
.
Anne de Bretagne et son temps, cat. exp., Nantes, musée Dobrée, avril-juin 1961, Nantes, 1961, n° 53 (notice de J. Porcher)
.
Roseline Bacou, Marie-Rose Séguy et Hélène Adhémar, Collections de Louis XIV. Dessins, albums, manuscrits, cat. exp., Paris, Orangerie des Tuileries, 7 octobre 1977-9 janvier 1978, Paris, 1977, n° 116
.
Marie-Pierre Laffitte (dir.), 1789. Le Patrimoine libéré. 200 trésors entrés à la Bibliothèque Nationale de 1789 à 1799, cat. exp., Paris, BN, 6 juin-10 septembre 1989, Paris, n° 147 (notice de M.-P. Laffitte)
.
La Bretagne au temps des ducs, cat. exp., abbaye de Daoulas, 15 juin-6 octobre 1991 ; Nantes, musée Dobrée, 9 novembre 1991-9 février 1992, Daoulas, 1991, n° 205
.
François Avril et Nicole Reynaud, Les manuscrits à peintures en France,1440-1515, cat. exp., Paris, Bibliothèque nationale, 16 octobre 1993-16 janvier 1994, Paris, 1993, n° 164 (notice de N. Reynaud)
.
Elisabeth Delahaye, Geneviève Bresc-Bautier et Thierry Crépin-Leblond (dir.), France 1500. Entre Moyen Âge et Renaissance, cat. exp., Paris, Grand Palais, 6 octobre 2010-10 janvier 2011, Paris, 2010, n° 50 (notice de Mark Evans)
.
Maxence Hermant (dir.), Trésors royaux. La bibliothèque de François I er , cat. exp., Blois, château royal, 4 juillet-18 octobre 2015, Rennes, 2015, n° 84 (notice de M. Hermant)
.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Maxence Hermant (août 2017)