Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 15176-16718 [Sorbonne] > Latin 15417-15858

Latin 15701

Cote : Latin 15701  Réserver
Ancienne cote : « 26 » (Sorbonne, 1338)
Ancienne cote : « 167 » (Sorbonne, XVIIe s.)
Ancienne cote : « 475 »(Sorbonne, XVIIIe s.)
XIIIe siècle (v. 1250)
Manuscrit en latin
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Paris . Une seule main, malgré les changements de module d’écriture (comparer les f. 63 et f. 93 par ex.). On note de nombreux essais de plume de la part du copiste, le plus souvent situés dans les marges supérieures (voir f. 2, f. 115v, f. 182v). 2 col. de 42/44 l.
Lettre historiée à fond doré au début du L. I, représentant l’Église et la Synagogue (f. 4rb) ; lettres ornées à rinceaux au début du prologue et de chacun des livres (f. 2ra, f. 54va, f. 94ra, f. 95ra, f. 130ra) ; lettres filigranées alternativement rouges à filigrane bleu et bleues à filigrane rouge (2 l.) ; lettres d’attente. Rubriques dans le texte (chapitres, subdivisions, auctoritates ). Titres courants à l’encre rouge et bleue (numérotation des livres) ; numérotation des distinctions en marge à l’encre rouge et bleue. Table des capitula : sur 2 colonnes, initiales alternativement rouges et bleues ; copie en solution de continuité entre les intitulés de chaque capitulum. Numérotation des distinctions en marge, à l’encre noire d’une main plus tardive (L. I) .
Parchemin, piqûres apparentes , I + 183 ff. (le premier et le dernier f. sont collés aux contreplats) , 317 x 226 mm ( just. : 180 x 115 mm) ; marge sup. = 38 mm ; marge inf. = 100 mm ; marge int. = 36 mm ; marge ext. = 75 mm ; entrecolonne = 10 mm .
Foliotation moderne ; cahiers : les deux premiers feuillets consistent en un bifeuillet dont le premier feuillet est collé au contreplat supérieur ; 1 12 (2-13) ; 2 10 (14-23) ; 3 10 (24-33) ; 4 10 (34-43) ; 5 10 (44-53) ; 6 12 (54-64) ; 7 12 (65-77) ; 8 10 (78-87) ; 9 6 (88-93) ; 10 12 (94-105) ; 11 10 (106-115) ; 12 12 (116-127) ; 13 12 (128-139) ; 14 10 (140-149) ; 15 10 (150-159) ; 16 10 (160-169) ; 17 12 (170-181) ; ce dernier cahier est suivi d’un bifeuillet dont le dernier f. est collé au contreplat inférieur (f. 183). Réclames pour tous les cahiers sauf cahiers 9, 12, 17 (voir f. 13v, f. 23v, f. 33v, f. 43v, f. 53v, f. 65v, f. 77v, f. 87v, f. 105v, f. 115v, f. 139v, f. 149v, f. 159v, f. 169v). Système de signature complexe : dans l’angle inférieur droit des premiers feuillets de chaque cahier, figure une lettre tracée à la mine de plomb (de « a » à « e » pour les cahiers de 10 feuillets, de « a » à « f » pour les cahiers de 12 feuillets). Un système de signe accompagne la lettre pour indiquer l’ordre du cahier dans l’ensemble des cahiers constituant le manuscrit. Ces signes consistent en une croix, un cercle, un ou plusieurs traits. C’est la place du signe par rapport à la lettre qui indique l’ordre du cahier dans un groupe de quatre cahiers : pour le premier cahier du groupe, le signe est toujours placé au dessus de la lettre, pour le second cahier, il est toujours sous la lettre, pour le troisième il est avant la lettre, pour le quatrième après la lettre. Par ex. pour le groupe de cahiers 10 à 13 : cahier 10, lettre « b » surmontée du signe « + » (f. 195), cahier 11, lettre « e » sous laquelle figure le signe « + » (f. 110), cahier 12 lettre « a » précédée du signe « + » (f. 116), cahier 13 lettre « e » suivie du signe « + » (f. 132).
Réglure à la mine de plomb. On note que les marges des f. 4-13v sont équipées d’une réglure .
Reliure en parchemin sur ais de bois, trace d’une double couvrure. Traces de fermoirs en haut, en bas du volume et sur le côté. Traces de boulons aux angles et au milieu sur le plat supérieur comme sur le plat inférieur .
Estampilles de la bibliothèque de la Sorbonne : f. 2, f. 83v, f. 171v, f. 181v ; Estampilles de la Bibliothèque nationale correspondant aux années 1792-1802 (cf. Josserand-Bruno 277 type 17) : f. 2, f. 181v .

Historique de la conservation

Collège de Sorbonne . Ex libris de la Sorbonne accompagné de l’estimation (f. 1v) : « Iste liber est collegii pauperum magistrorum Parisium in theologica facultate studentium. Quicumque delebit hunc titulum delebitur de libro viventium. VII. lib. », puis de la cote du catalogue de 1338 : « 26 ». Cf. catalogue de 1338, N.a.l. 99 « Sentencie 22 », [p. 63] : « 26. [ms non décrit] ».
Emprunteurs : [d’après Le registre de prêt …, p. 720] : Johannes de Meysnillo (avant 1404) ; Victor Baeust (avant 1414) ; Johannes Soquet (1417) ; Johannes Benedicti (1461) ; Cornelius Audendick (1479). Prix : « … VII lib. … » (f. 1v)
Ancienne cote : Cote de 1338 : « 26 » (f. 1v) ; cote XVIIe s. « 167 » (f. 1) ; cote XVIIIe s. « 475 » (f. collé au contreplat supérieur) avec la mention « Ce ms du 13e siècle contient le Maître des Sentences avec des notes marginales ».
Deux mains principales annotent le ms :
1) La première (main A), emploie des lettres aigües, de petit module, date de la fin du XIIIe s. Elle effectue un travail extrêmement complet même si ses remarques semblent plus denses pour les L. I et IV. Elle apparaît au f. 2v, inscrivant des règles d’usage du vocabulaire théologique extraites du « Prologue I » du commentaire des Sentences d’Hugues de Saint-Cher (voir B. Faes de Mottoni, « Les manuscrits du commentaire des Sentences d’Hugues de Saint-Cher », Hugues de Saint-Cher bibliste et théologien …, p. 273-298) : « Persona quicquid habet, quicquid facit, quicquis est… – … ut Patre et Filius sunt equales non essentialis » (éd. F. Stegmüller, « Commentarius in I et IV Sententiarum », Analecta Upsaliensia, Theologiam Medii Aevi Illustranti a, t. 1, Lundequist, 1953, précisément p. 35 pour les regule [1.] et [2.] du lat. 15701, p. 36 pour les regule [3] à [5], p. 37 pour la regula [6], p. 38 pour les regule [7] et [8]).
Elle s’appuie sur la réglure prévue en marge probablement dès la confection du ms (cf. supra « Mise en page »). Ses interventions sont particulièrement structurées et hiérarchisées : dans les marges inférieure et supérieure, elle développe des questiones circa litteram (voir p. ex. f. 4rb, marge inf. : « Primum de rebus : Contra. Per signa venitur in cognitionem rerum ut in littera dicitur ergo de signis prius agendum. Responsio : quamvis signa sint priora secundum ordinem cognitionis… ») ou indique la divisio textus (voir par ex. f. 4ra : « Veteris ac nove Legis : In hoc primo libro magister more sapientis artificis duo facit : primo inquirit subjectum seu materiam de qua debet agere ; Secundo de ea inventa incipit tractare, infra, secunda distinctione. Prima pars dividitur in tres... »). Les remarques plus brèves, qui sont en général en rapport avec l’ expositio litteralis figurent dans les marges latérales (voir par ex. f. 4rb, marge ext. : « Studiosa : contra, torpentes ; modesta : contra, presumentes »). Cette organisation méthodique cède toutefois la place à plus de désordre à partir du f. 15 : la divisio textus est négligée, au profit de schémas sous forme de distinctiones placés dans la marge inférieure (voir f. 7r ; f. 7v ; f. 11r ; f. 26v ; f. 33v ;f. 51v ; f. 56r ; f. 131r ; f. 134r ; f. 136r ; f. 138v ; f. 143r ; f. 150r ; f. 153r ; f. 154v) et de nota comportant soit des remarques, soit des questiones .
Elle se livre aussi à des remarques proches de la critique textuelle : commentant la présence d’une glosa volatilis (voir f. 5va, marge sup. ; f. 10vb, marge sup.), signalant les lacunes du texte qu’elle travaille (voir par ex. f. 8, marge ext.), précisant les renvois aux autorités scripturaires et patristiques effectués par Pierre Lombard, indiquant dans les marges à l’encre noire le numéro des distinctions et parfois des chapitres. Remarquons le grand nombre d’autorités patristiques (très fréquentes) et magistrales (plus rares) mentionnées en marge et qui lui permettent souvent d’amorcer un développement (Isidore : f. 6v, marge sup. ; Hilaire : f. 9v, marge inf. ; f. 13r, marge sup. ; f. 24rb, marge sup. etc. ; Jean Damascène : f. 9v , f. 24rb, marge inf. . f. 25ra, marge inf., etc. ; Jérôme : f. 12r, marge sup. ; Boèce : f. 12vb, marge inf. ; Augustin (très abondamment cité) : f. 13r marge ext. et int. ; f. 14v, marge ext ; f. 15v marge inf. ; f. 16, marge sup. etc. ; Denys : f. 21rb, marge inf. etc. ; Gilbert de la Porrée, f. 37vb, marge inf. ; Hugues de Saint-Victor, f. 130va, marge ext.) Elle amorce ses remarques les plus longues d’un pied-de-mouche et souligne systématiquement les lemmes des Sentences qu’elle commente.
2) Une main du XIVe s. (main B) intervient moins abondamment mais constamment dans les marges du ms. Elle emploie une encre marron, tirant presque sur le jaune. Ses remarques les plus longues consistent en un découpage des Sentences accompagné de résumés du propos du Lombard (les conclusiones ). Voir par exemple f. 3v, marge inf. ; f. 38r, marge sup ; f. 5r, marge ext. ; f. 8v, marge ext. ; f. 9, marge inf. etc.). Elle se contente parfois d’indiquer en marge le numéro de la conclusio , sans en indiquer le contenu (f. 130 à 137 par exemple).
On peut relever l’intervention d’au moins trois autres mains :
- une main du XIIIe s. qui annote seulement le prologue.
- une main du XIVe s. qui annote abondamment le prologue et intervient ensuite ponctuellement dans les marges (voir p. ex. 39r, marge ext. ; f. 44rb, marge ext. ; f. 131, marge ext. ; f. 143 marge ext. etc.). Elle est peut-être en partie responsable de l’indication des numéros de conclusiones dans le L. IV. La brièveté de ces annotations ne permet pas de lui attribuer en toute certitude ce qui est peut-être aussi le fait de la main B.
- une main écrivant à la mine de plomb, parfois responsable d’annotations relativement denses (voir par exemple f. 3, marge sup. ; f. 73r ; f. 180v ; f. 181v ; f. 182v). C’est elle qui, vraisemblablement, a dessiné un chat regardant avec gourmandise un poisson (f. 164v).

Présentation du contenu

F. 2ra-181vb. [PETRUS LOMBARDUS Sententiarum libri IV ] (P. L., CXCII, 561-962 et BRADY, 1971 et 1981). L. I : [ Prologus ] « Cupientes aliquid de penuria [sciencie add. interlin. ] ac tenuitate [ingenii add. interlin. ]… – … librorum capitula distinguntur premisimus ». « Explicit prologus. Incipit [sic] capitula primi libri ( rubr. ) » ( éd. cit. , 3-4) (2ra-2rb) ; « Omnis doctrina est de rebus vel de signis. De rebus quibus… – … Utrum passiones sanctorum debeamus velle » (3va-4ra) ; « Veteris ac nove legis continentiam diligenti… – … voluerunt quem Deus non voluit ». « Hic finitur primus liber de misterio Trinitatis( rubr. ) » ( éd. cit. , 55-328) (4rb-52vb). – L. II : « … secundus de rerum creatione et formatione corporalium et spiritualium et aliis pluribus pertinentibus (rubr.) ». « Quod unum est principium rerum non plura. Quid sit creare… – … An aliquando resistendum potestati » (52vb-54rb) ; « Unum esse principium rerum ostendit non plura ut quidam putaverunt ( rubr. ) ». « Que ad ministerium divine unitatis atque Trinitatis… – … nunc ad considerationem creaturarum transeamus » ( éd. cit. , 327) (54rb-54va) ; « Explicit primus. Incipit liber secundus (rubr.) ». « Creationem rerum omnium insinuans Scriptura [istud est Strabi in glosa super primum Gen. add. interlin. ]… – … ut in malis nulli potestati obbediamus ». « Explicit Liber secundus ( rubr. ) » ( éd. cit. , 327-580) (54va-93vb). – L. III : [ Prologus ] « Jam nunc hiis intelligendis… – … medicus ad infirmum gratia ad miserum accedat » ( éd. cit. , 23) (93vb) ; « … Capitula tercii Libri ( rubr. ) ». « Quare Filius carnem assumpsit non Pater vel… – … De legis et evngelii [sic] distancia » (94ra-95ra) ; « … Liber tercius de Incarnatione Verbi ( rubr. ) ». « Cum venit igitur plenitudo temporis… – … sunt ut vitiorum fere occidantur ». ( éd. cit. , 23-229) (95ra-127vb). – L. IV : [ Prologus , copié sans solution de continuité avec le L. III] « Hiis tractatis que ad doctrinam rerum pertinent… – … ad doctrinam signorum accedamus ». « Explicit Liber tertius. Incipiunt capitula quarti Libri ( rubr. ) » ( éd. cit. , 231) (127vb) ; « De sacramentis. Quid sit sacramentum… – … vel augeat bonorum gloriam ». « Expliciunt capitula quarti Libri ( rubr. ) » (127vb-129va) ; « … Liber quartus de sacramentis ( rubr. ) ». « Samaritanus [interpretatur custos add. interlin. ] enim vulnerato [Lucas .X. add. marg. ] approprians curationi ejus sacramentorum… – … ad pedes usque via duce pervenit » ( éd. cit. , 231-560) (130ra-181rb).
F. 1r, f. 181v, f. 182, f. 183r : blancs à l’origine (quelques notes brèves XIIIe s., XIVe s., XIXe s.)

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (Latin 15701)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Bibliographie

1) Texte
BRADY (éd.), PETRUS LOMBARDUS, Sententiae in IV libris distinctae , t. I pars I, Prolegomena et t. I, pars II (Liber I et II), Grottaferrata, 1971 ; t. II (Liber III et IV), Grottaferrata, 1981.

2) Codicologie
JOSSERAND, Pierre et BRUNO, Jean, "Les Estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque nationale", dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à Monsieur Franz Calot , Paris, 1960, 261-298 et pl. XXIII-XXIV.

3) Histoire
GLORIEUX, Mgr. Palémon, Aux origines de la Sorbonne , t. I Robert de Sorbon. L’homme – Le collège – Les documents , Paris, 1966 ; t. II Le cartulaire , Paris, 1965.
DELISLE, Léopold, Le Cabinet des manuscrits de la bibliothèque impériale [puis nationale ] …, Paris, ms. non identifié par Delisle
ROUSE, R. H., « The Early Library of the Sorbonne », Scriptorium , 21, 1967, p.64
VIELLIARD, J. (éd.), JULLIEN DE POMMEROL, M.-H. (collab.), Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne (1402-1536) , Paris, 2000, p.720, cité parmis les mss empruntés

Dépouillement bibliographique

Consulter la fiche bibliographique numérisée

Consulter la fiche bibliographique numérisée

2010
Claire ANGOTTI, « Formes et formules brèves : enjeux de la mise en page. L'exemple des manuscrits des théologiens (XIIe-XIVe) », dans Qu'est-ce que nommer ? L' image légendée entre monde monastique et pensée scolastique ; actes du colloque du RILMA, Institut Universitaire de France (Paris, INHA, 17 - 18 octobre 2008), dir. Christian HECK, Turnhout : Brepols, 2010, p. 59-86, cité passim.

2013
Claire ANGOTTI, Monica BRINZEI, Mariken TEEUWEN (dir.), Portraits de maîtres offerts à Olga Weijers, Turnhout : Brepols, 2013, cité p. 244.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Claire Angotti, revue par Marie-Hélène Tesnière et encodée par Delphine Mercuzot, le 24 juillet 2013.