Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 15176-16718 [Sorbonne] > Latin 15176-15416

Latin 15322

Cote : Latin 15322  Réserver
Ancienne cote : « [10], Sentencie» (Sorbonne, 1338 )
Ancienne cote :  « 177» (Sorbonne, XVIIe s.)
Ancienne cote : « 476» (Sorbonne, XVIIIe s.)
XIIIe s (v. 1225).
Manuscrit en latin
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
Nord de la France. Une seule main pour les Sentences. 2 col. de 47 à 55 l .
Initiales champies au début du prologue du L. I (f. 4ra), des L. I (f. 5vb) et IV (f. 111ra) ; initiales-puzzle filigranées alternativement rouges à filigrane bleu et bleues à filigranes rouges pour les prologues du L. II (f. 47rb) et IV (f. 110ra) et pour les L. II et III (f. 49rb et f. 83rb) ; initiales filigranées (2 l.) alternativement rouges à filigrane bleu et bleues à filigrane rouge. Lettres d’attente. Rubriques (chapitres et grandes articulations du texte) dans le texte ; pour le L. IV, certaines des articulations du texte sont en marge ; numérotation des distinctions dans les marges (encre noire ou mine de plomb), cette numérotation figure parfois dans l’angle supérieur droit des feuillets (voir par ex. f. 60, f. 75, f. 124).
Titres courants à l’encre rouge et bleue (numérotation des livres).
Table des capitula : pour les L. I et II, sur deux col. solution de continuité entre les intitulés de chaque capitulum ; pour le L. IV, sur quatre col. solution de continuité entre les intitulés de chaque capitulum dotés de bout-de-ligne à l’encre rouge ; initiales alternativement rouges et bleues.
Parchemin, piqûres apparentes, 153 ff., 365 x 260 mm (just. 219 x 143 mm) ; marges : marge ext. = 90 mm ; marge int. = 49 mm ; marge sup. = 53 mm ; marge inf. = 110 mm ; entrecolonne = 11 mm.
Foliotation moderne ; Cahiers : 13 (1-3) ; 28 (4-11) ; 38(12-19) ; 410 (20-29) ; 510 (30-39) ; 610(40-49) ; 710 (50-59) ; 810(60-69) ; 910(70-79) ; 108 (80-87) ; 1110(88-97) ; 1212 (98-109) ; 138 (110-117) ; 1410(118-127) ; 158 (128-135) ; 1612 (136-147) ; 174 (148-151) ; 182 (152-153) ; réclames (f. 11v, 19v, 39v, 49v, 59v, 69v, 79v, 87v, 97v, 117v, 127v, 135v, 147v), 2 réclames particulières aux f. 39v, 97v ; signatures (f. 127v). Traces de restauration avec couture : f. 52, 57, 118. f108v à 109v, 150v à 151 : notes à la mine de plomb. f. 153v doté d’un texte très effacé. f. 2 mutilé et restauré. f. 152 mutilé.
Réglure à la mine de plomb.
Demie-reliure sur ais de bois avec titre à l’encre au dos « Magister/Sententiar/MS» ; traces de deux fermoirs.
Estampilles de la bibliothèque de la Sorbonne : f. 4, f. 76v, f. 150v ; Estampilles de la Bibliothèque nationale correspondant aux années 1792-1802 (cf. Josserand-Bruno, 277 type 17) : f. 4, f. 150v.

Historique de la conservation

Provenance : Collège de Sorbonne
Cote du collège de Sorbonne (f. 3v) : « [1]0, Sentencie » répétée plus bas « .Xe. » Cf. catalogue de 1338, N.a.l. 99 « Sentencie 22 », [p. 63] : « 10. Sentencie incipit in secundo folio quare [f. 5ra] in penultimo igitur [f. 149ra] Precium sex libr. ».Cote XVIIe s. « 177» (f. 4), cote XVIIIe s. « 476» (f. 3v) accompagnée de la note suivante : «Ce manuscrit du 13e s siècle contient le Maître des Sentences, prix 6 livres».
Ex-libris du collège de Sorbonne : Ex-libris de la Sorbonne, suivi de l’estimation, puis les mots situés au début du second et du pénultième feuillet permettant d’identifier le ms (f. 3v) : « Iste liber est pauperum magistrorum parisiensium studencium. VI libr. In secundo folio quare, penultimo igitur ». L’estimation est répétée sous l’ex-libris : on remarque une estimation, à la mine de plomb, qui préparait l’estimation définitive, à l’encre.
Emprunteurs : [d’après Le registre de prêt …, p. 709] : Guillelmus de Laire (avant 1404), Johannes Ladoree (1405), Philippus Moleti (1432), Johannes de Botbor (1406), Andreas Gareti (1414), Gerardus de Perfontibus (1415), Johannes de Haemestede (1415), Johannes Solerii (1444), Nicolaus de la Hermant (1475), Thomas Faverel (1500), « Guerinet ? » (f. 150v).
Prix : « … VI libr. … » (f. 3v)
Annotations : Cet exemplaire des Sentences est annoté par différentes mains de manière très irrégulière (le L. III n’est pas du tout travaillé, le L. IV l’est de manière très importante) :
Main « D » datant du XIVe s. et employant une encre marron clair, annote le début du L. I, jusqu’à la d. 27 (f. 29). Elle s’interrompt pour reprendre à la d. 35 du même livre. Elle annote aussi le L. II mais de manière moins dense et moins systématique. Elle disparaît au L. III, pour ressurgir au L. IV. Très cursive, elle a recours à des notes marginales très brèves. Ses annotations les plus longues consistent en une analyse de la démonstration du Lombard (voir par ex. f. 6rb, marge ext. « Diffinit aliter uti et frui » ; f. 7rb, marge int. « epilogat et continuat dicta dicendi »). Cette analyse se double d’une divisio textusqui figure le plus souvent dans l’angle supérieur droit de chaque feuillet. Certains des éléments de la divisio textus sont répétés dans la marge latérale au cours du texte. Les annotations qu’elle effectue au L. IV sont beaucoup plus longues : elles contiennent toujours une divisio textus mais aussi des questiones. - trois mains au moins, de la deuxième moitié du XIIIe s. ont doté le L. IV du lat. 15322 d’une glose comprenant une divisio textus, une expositio textus et des questiones.
On peut distinguer la main « A », employant une écriture de moyen module et une encre très noire. Elle est responsable de l’essentiel de la glose. Elle amorce presque toutes ses gloses d’un pied-de-mouche et d’une majuscule très soignée (voir par ex. f. 118ra, marge sup.) Elle est responsable du début de la glose au L. IV et commence ainsi : « Samaritanus etc. Nota est hystoria luce .X. Evangelii quod homo qui descendit a Ierusalem in Iherico… » (voir f. 111r, marge sup.) Cette glose est fondée sur le commentaire deThomas d’Aquin d’après Stahleder, E., Die Handschriften der Augustiner-eremiten und weltgeistlichen in der ehemaligen Reischstadt Windesheim, Würzburg, 1953, p. 59, qui relève le même incipit (Schirmer 87).
La main « B » apparaît au f. 118v, d’une écriture d’un module légèrement plus petit que A, elle s’appuie elle aussi sur une réglure. Elle emploie volontiers l’encre rouge pour signaler le début d’une phrase et écrit souvent le premier mot de la phrase en capitales (voir par exemple f. 119rb, marge sup. pour l’emploi de l’encre rouge ; f. 122r, marge sup. pour l’emploi des capitales). Elle intervient après A dont elle évite soigneusement les annotations (voir f. 124v).
La main « C » emploie une plume taillée plus finement que celles de la main A et B, les hampes et les hastes de ses lettres sont plus longues et plus raides. Ses interventions sont en général plus brèves (sauf pour le début du L. IV) et elle semble parfois compléter le travail réalisé par A notamment en rajoutant des questiones (voir f. 124v, f. 120rb, marge ext.). Elle est responsable d’un certain nombre de schémas (voir par ex. f. 111rb, marge ext.) et de versus (voir f. 128v, marge sup. et int.)
On relève l’intervention ponctuelle de plusieurs autres mains :
Une main de la fin du XIIIe s. qui présente des ressemblances avec la main « C » (il pourrait s’agir d’une forme de « C » moins soignée) et qui annote quelques feuillets du L. IV (voir f. 111v, marge sup. ; f. 116rb, marge ext. ; f. 121rb, marge ext. ; f. 124rb, marge ext.). Elle est aussi responsable des rares annotations du L. III (f. 83rb, marge ext. et f. 83v).
Un ou plusieurs annotateurs emploient la mine de plomb et utilisent les espaces laissés blancs par la glose dans le L. IV (voir par exemple f. 127v-128 ; f. 146v). La variété des modules d’écriture permet de soupçonner que l’on a affaire à plusieurs annotateurs. Les annotations à la mine de plomb figurent dans l’ensemble du ms (L. III compris).
Une main du XIIIe s. élaborant quelques schémas sous forme de distinctiones (f. 81 ; f. 81v ; f. 82v).

Présentation du contenu

F. 4ra-150rb [PETRUS LOMBARDUS Sententiarum libri IV] (P. L., CXCII, 561-962 et BRADY, 1971 et 1981). L. I : [Prologus] « Cupientes aliquid de penuria [id est quantum ad defectum habituum acquisitorum add. interlin.] ac tenuitate [quantum ad deffectum virium naturalium add. interlin.]… – … quibus singulorum [om. librorum] capitula distinguntur premisimus » (éd. cit., 3-4) (4ra-b) ; « …Capitula primi Libri (rubr.) ». « Omnis doctrina est de rebus vel de signis… – … Utrum passiones sanctorum debeamus velle » (4rb- 5vb) ; « Omnis doctrina est de rebus vel de signis. Incipit primus Liber (rubr.) ». « Veteris ac nove legis continentiam… – … quem Deus non voluit » (éd. cit., 55-328 ) (5vb-47va) . – L. II : [Prologus, sans solution de continuité avec le L. I]. « Que ad misterium divine unitatis… – … considerationem creaturarum transeamus » (éd. cit., 327) (47va) ; « Hic finitur primus Liber de misterio Trinitatis. Incipit secundus de rerum creatione et formatione corporalium et spiritualium et aliis pluribus eis pertinentibus. Incipiunt capitula (rubr.) ». « Quod unum est principium rerum… – … An aliquando resistendum sit potestati » (47vb-49ra) ; [Prologus] « … secundus Liber de creatione corporalium et formatione et spiritualium et aliis pluribus eis pertinentibus (rubr.) ». « Que ad misterium divine unitatis… – … considerationem creaturarum transeamus » ; « Creationem rerum insinuans scriptura… – … ut in malis nulli potestati obediamus ». « Explicit Liber secundus (rubr.) » (Prologus, 327-580 ) (49rb-83ra). – L. III : [Prologus] « Jam nunc his intelligendis atque pertractandis… – … gratia ad miserum accedat » (éd. cit., 23) (83ra-b) ; « … Liber tercius de incarnatione Verbi (rubr.) ». « Cum venit igitur plenitudo temporis [Gal. IIII add. interlin.]… – … ut viciorum fere occidantur » (éd. cit., 23-229) (83rb-108rb) ; [Prologus du L. IV, sans solution de continuité avec le L. III] « His tractatis que ad doctrinam rerum pertinent… – … ad doctrinam signorum accedamus ». « Explicit Liber tercius (rubr.) » (éd. cit., 231) (108rb) . – L. IV : « … Capitula quarti Libri (rubr.) ». « Quid sit sacramentum… – … vel augeat gloriam bonorum » (110ra-111ra) ; [Prologus, sans solution de continuité avec les capitula] « Hiis tractatis que ad doctrinam rerum pertinent… – … ad doctrinam signorum accedamus ». « Expliciunt capitula quarti Libri (rubr.) » (éd. cit., 231) (111ra) ; « … Quartus Liber. De sacramentis .IIIIor. prius consideranda sunt (éd. cit.) ». « Samaritanus [id est quod custos hic est Filius Dei pelt ? add. interlin.] enim vulnerato [Lu. XI add. interlin.] appropians [id est accedens add. interlin.]… – … ad pedes usque via duce pervenit ». « Liber quartus explicit (rubr.) » (éd. cit., 231-560) (111ra-150rb).
F. 1va-3rb, f. 151va-153 : [QUESTIONES SUPER SENTENTIAS] (deuxième moitié du XIIIe s.). f. 1va-1vb : [QUESTIONES fratris G. Tornacensis] « Questio fratris G. de Tornai [répété] ». « Queritur hic de creatore. Querit primo utrum in creatore sit unitas. Dico quod sic. Secundo queritur utrum sit summa unitas vel non… – … et sic soluit ad illud etc. » . - 2ra-3rb : [QUESTIONES fratris Bonaventurae] « Fratris Bonaventure Questio ». « Queritur hic utrum res converunt in esse et conservationem in esse per creatorem… – … et sit in hac libi[dine ?] » . - F. 151v-153 : [QUESTIONES SUPER SENTENTIAS]. [Questio en rapport avec IV, d. 48] « Queritur hic in qua forma Deus iudicabit utrum in divina vel humana ». « In forma divina humana videtur… –– … in prole peccatum est ».

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (Latin 15322)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

1)Texte


BRADY (éd.), PETRUS LOMBARDUS, Sententiae in IV libris distinctae, t. I pars I, Prolegomena et t. I, pars II (Liber I et II), Grottaferrata, 1971 ; t. II (Liber III et IV), Grottaferrata, 1981.

2) Codicologie


JOSSERAND, Pierre et BRUNO (Jean). "Les Estampilles du département des imprimés de la Bibliothèque nationale", dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à Monsieur Franz Calot, Paris, 1960, 261-298 et pl. XXIII-XXIV.

3) Histoire


GLORIEUX, Mgr. Palémon, Aux origines de la Sorbonne, t. I Robert de Sorbon. L’homme – Le collège – Les documents, Paris, 1966 ; t. II Le cartulaire, Paris, 1965.
DELISLE, Léopold, Le Cabinet des manuscrits de la bibliothèque impériale [puis nationale] …, Paris, 1868-1881, t. II, p. 172 et 189 et t. III, p. 24.
ROUSE, R. H., « The Early Library of the Sorbonne », Scriptorium, 21, 1967, p.64
VIELLARD, J. (éd.), JULLIEN DE POMMEROL, M.-H. (collab.), Le registre de prêt de la bibliothèque du collège de Sorbonne (1402-1536), Paris, 2000, p. 709.


2016
Aleksander HOROWSKI, "Opere autentiche e spurie, edite, inedite e mal edite di San Bonaventura de Bagnoregio : bilancio e prospettive", tiré à part de Collectanea Franciscana, n°86/3-4, (2016), p. 461-544.
MSS [8° pièce 7909

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Claire Angotti, revue par Marie-Hélène Tesnière et encodée par Delphine Mercuzot, le 19 juillet 2013.