Latin 14316

Cote : Latin 14316
Ancienne cote : Ba 23 (cote E. de Blémur)
Ancienne cote : 17 (cote soulignée)
Ancienne cote : Saint-Victor 3 (cote BN)
Gratianus, Decretum ; Magister Rolandus, Glossae in Decretum Gratiani ; Nicolaus Maniacutius, Versus ad incorrupta pontificum nomina conservanda.
XIIe siècle (dernier quart).
Angleterre ?

Au f. 289r en pleine page, diagramme de consanguinité se détachant sur l’image d’un ecclésiastique. Au f. 289v en pleine page, un autre diagramme de consanguinité surmonté par un couple (frère et sœur) tenant dans les mains les rameaux d’un arbre. Les deux enluminures ont été exécutées à Paris, vers 1200, et ajoutées au manuscrit.
40 initiales décorées, encadrées et placées au début du prologue et des causes, réalisées en or et argent piqueté et par peinture couvrante (couleurs : bleu, rouge, vert, rose) dans le « Channel style » à entrelacs d’animaux, rinceaux et quelques figures hybrides : f. 3 In (26 lignes), 11v Humanum (12 lignes, à rinceaux et têtes animales), 75r Quidam (11 lignes, à entrelacs d’animaux, rinceaux et un dragon), 90v Episcopus (10 lignes, à rinceaux et un dragon), 103r Episcopus (11 lignes), 108r Quidam (11 lignes, à rinceaux et un dragon), 109v In (26 lignes), 111r Duo (11 lignes, à entrelacs, deux dragons se mordant réciproquement), 113v Quadam (12 lignes, à rinceaux et un dragon), 118r In (22 lignes), 120r Sententia (12 lignes, à rinceaux et deux animaux), 122r Laicus (17 lignes, deux animaux), 124v Clericus (10 lignes), 133r Clerici (10 lignes), 141r Diocesani (11 lignes), 144v Clerici (10 lignes), 146v Sacerdos (11 lignes, un dragon), 150v Quidam (10 lignes, à entrelacs et un dragon), 161v Quidam (11 lignes, sirène jouant de la viole avec un couteau), 164v Quidam (11 lignes, un dragon), 167r Duo (10 lignes, un dragon mordant un chien), 168r Duo (11 lignes, à rinceaux et un dragon), 170r Archipresbiter (10 lignes, trois figures hybrides), 171v Quidam (11 lignes, deux figures hybrides luttant), 177r Episcopi (10 lignes, un dragon), 195r Quidam (10 lignes, un oiseau), 204v Sacrosancta (12 lignes), 207v Quidam (12 lignes, un dragon à queue de paon), 213r Quidam (11 lignes, une sirène), 219v Quidam (11 lignes), 222r Quidam (11 lignes, une figure hybride jouant du rebec), 223v Quidam (12 lignes, têtes nichées dans des feuilles), 226r Uxorem (11 lignes), 227v Quidam (11 lignes, un singe luttant avec un bouc), 234v Vir (11 lignes), 259v Quidam (9 lignes, un griffon), 260v Quidam (11 lignes), 265v Filiam (9 lignes, à entrelacs et dragons), 266v De (9 lignes), 288r Si (8 lignes).
Présence des mots et des lettres d’attente pour l’enlumineur (par ex., au f. 167r).
Lettres de couleur (rouge, vert, bleu, violet jusqu’au f. 208v ; rouge et bleu ensuite). Quelques pieds-de-mouche ornés à motifs végétaux, animaliers et filigranés aux f. 109v, 142v, 148r, 149v, 153v, 209-210, 222r, 223r, 254r, 255r, 281r.
Titres courants pour repérer la cause, la distinction ou la question en train d’être traitée. Rubriques à l’encre rouge.
Contient un système d’annotation par « roten zeichen », étudié par R. Weigand and G. Dolezalek (mais non recensé par G. Dolezalek, R. Weigand, « Das Geheimnis der roten Zeichen - Ein Beitrag zur Paläographie juristischer Handschriften des zwolften Jahrhunderts », dans Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, 100, 1983, p. 143-199).

Parchemin, épais et bien conservé (sauf le bas des f. 67 et 186 coupé).
290 ff., numérotés 1-289 (deux feuillets consécutifs numérotés 173), précédés de deux gardes en parchemin et suivis d’une garde en parchemin (cf. description de la nouvelle reliure).
430 x 312 mm (justif. 275 x 170 mm).

37 cahiers : s’ouvrant sur le côté poil, tous quaternions sauf le premier (f. 1-2, un bifeuillet ajouté) et le dernier (f. 281-289, quaternion auquel on a ajouté le f. 289 avec deux diagrammes de consanguinité). Signature des cahiers en chiffres romains dans la marge inférieure de la dernière page des cahiers 2-37 (signés I-XXXVI), surmontés par l’apostrophe et majoritairement précédés et suivis d’un point. Réclames visibles en fin des cahiers 4, 6-7, 9, 12-17, 19-23, 28, 35-36. Double série de signes d’assemblage dans la marge inférieure des recto : celle à l’encre rouge consiste en une lettre (p, s, t, q) et un signe changeant à chaque cahier ; celle à l’encre noire consiste en une signature a registro pour les premiers quatre ff. du cahier et en une croix sur le cinquième f. pour désigner la présence du fil de couture (ou le milieu du cahier). À remarquer dans la marge inférieure du f. 273r, l’annotation (XIVe s.) : « Ista pecia est correpta ». Foliotation médiévale en chiffres arabes, dans la marge supérieure externe de chaque recto (deux feuillets consécutifs numérotés 173).
Piqûres visibles dans les quatre marges. Réglure au crayon (proche de Muzerelle 211-11-11:E/5-9/1-1/AA) ; glose encadrant un texte de 50 lignes sur deux colonnes.

Nouvelle reliure de conservation réalisée en 2017 : ais de bois couverts de peau tannée à l’alun, dos à cinq nerfs (non visibles), contregardes et gardes (une supérieure et une inférieure) en parchemin. Traces d’une ancienne bélière au f. Ir.
Ancienne reliure : Demi-reliure du XIXe s. en chagrin rouge sur ais de carton couverts de papier moucheté, dos à cinq nerfs ; contregardes et gardes en papier marbré. Cette reliure, le dos et les gardes ont été déposés et constituent désormais les défets conservés dans la même boîte avec le ms.
Au f. 1r et 289v, estampille de la Bibliothèque Nationale identique au modèle Josserand-Bruno n° 17 (en usage entre 1792 et 1802).
Ce document est rédigé en latin.

Historique de la conservation

Le ms. a été copié en Angleterre ou sûrement par des copistes anglais. Il a appartenu à l’abbaye de Saint-Victor de Paris depuis le début du XIIIe siècle, comme l’atteste ex-libris au f. Iv : « Iste liber est Sancti Victoris Parisiensis quicumque eum furatus fuerit vel celaverit vel titulum istum deleverit vel extra muros tulerit, anathema sit », le même étant recopié au f. 3r et accompagné par l’escarboucle de l’abbaye. Néanmoins, il ne figure pas dans le catalogue dressé par Claude de Grandue en 1514 ; il ne porte non plus la cote attribuée par Antoine Vyon d’Hérouval vers 1690 et ensuite biffée. Anciennes cotes : f. 3r cote d’Eustache de Blémur « B. a. 23. » (vers 1660), et cote soulignée « 17 » (milieu du XVIIIe s.) ; f. Ir « S. Victor 3 » (cote BN).
En 1796, le ms. entra dans la Bibliothèque Nationale avec le fonds de l’abbaye Saint-Victor.

Ms. restauré en 2017 grâce au mécénat de la Fondation Polonsky (dossier BnF 2018-042230-01).

Présentation du contenu

F. 1r-2v (addition, Paris vers 1300) : Libellus in quo sub planis et brevibus verbis continentur omnes cause decretorum et omnes questiones cuiuslibet cause et cuiuslibet questionis solutio determinata regulariter ; inc. « Liber decretorum distinctus est in tres partes … », expl. « … in quinta de confirmatione et ieiunio et sic terminatur liber in tribus capitulis de spiritu cui dictum est » (apparemment inédit, il s’agit d’une table des matières du Décret de Gratien).

F. 3r-288r : Gratianus, Decretum (seu Concordia discordantium canonum) cum glossis magistri Rolandi ; inc. « In prima parte agitur de iusticia naturali et positiva … », expl. « … nisi quia iterum nesciunt quid faciunt ut nec facere videantur » (éd. E. Friedberg, Leipzig, 1879 ; R. Weigand, « Glossen des Magister Rolandus zum Dekret Gratians », dans Glossatoren des Dekrets Gratians, Goldbach, 1997, édition partielle aux p. 115-147). Le texte de Gratien appartient au « ∑-group » (cf. J.C. Wei, « A Discussion and List of Manuscripts », 2015).

F. 288r-v : Nicolaus Maniacurius, Versus ad incorrupta pontificum nomina conservanda ; inc. « Si vis pontifices romane discere sedis … », expl. « … sunt centum quinque necnon et septuaginta » (mentionné par P.O. Kristeller, Iter Italicum III, 1983, p. 258).

Bibliographie

1937
Stephan KUTTNER, Repertorium der Kanonistik 1140-1234, I, Città del Vaticano, 1937, p. 108.

1963
Stephan KUTTNER, « Some Gratian Manuscripts with Early Glosses », dans Traditio, 19, 1963, p. 532-536, cité p. 532.

1965
Jacqueline RAMBAUD-BUHOT, « Les paleae dans le Décret de Gratien », dans Proceedings of the Second International Confress of Medieval Canon Law (Boston College, 12-16 August 1963), éd. Stephan KUTTNER, J. Joseph RYAN, Città del Vaticano, 1965 (Monumenta iuris canonici. Series C : Subsidia, 1), p. 23-44, en part. p. 25 n. 17, 29, n. 38, 35, 36, 40-44. 

1975
Walter CAHN, « St. Albans and the Channel Style in England », dans The Year 1200, New York, 1975, p. 187-230 [repris dans Id., Studies in Medieval Art and Interpretation, London : The Pindar Press, 2000, cité p. 153].

1983
Paul Oskar KRISTELLER, Iter Italicum III, 1983, cité p. 258 : f. 288r-v, « Versus Nicolai Maniacurii ad incorrupta pontificum (Romanorum) nomina conservanda » (XIIe siècle).

1987
François AVRIL, Patricia STIRNEMANN, Manuscrits enluminés d'origine insulaire, VIIe-XXe s., Paris, 1987, p. 38, n° 62, pl. XVIII-XIX (notice du ms. : Angleterre, dernier quart du XIIe s.).

1997
Rudolf WEIGAND, « Magister Rolandus und Papst Alexander III », dans Glossatoren des Dekrets Gratians, Goldbrach : Keip Verlag, 1997 (Bibliotheca eruditorum, 18), p. 73-114, cité p. 102, note 116.
Rudolf WEIGAND, « Glossen des Magister Rolandus zum Dekret Gratians », dans Glossatoren des Dekrets Gratians, Goldbrach : Keip Verlag, 1997 (Bibliotheca eruditorum, 18), p. 115-147, cité p. 115-147, édition partielle.

2001
Françoise GASPARRI, « Bibliothèque et archives de l'abbaye de Saint-Victor de Paris au XIIe s. », dans Scriptorium, 55, 2001, p. 275-284, cité p. 277, note 4.

2008
Rudolf WEIGAND, « The Development of the Glossa ordinaria to Gratian's Decretum », dans The History of Medieval Canon Law in the Classical Period, 1140-1234. From Gratian to the Decretals of Pope Gregory IX, éd. Wilfried Hartmann, Kenneth Pennington, Washington, DC : Catholic University of America Press, 2008, p. 55-97, cité

2015
José Luis FERNANDEZ CADAVID, « Laurentius hispanus. Status questionis », dans Revista española de derecho canónico, 72, 2015, p. 395-455, cité
John C. WEI, « Gratian's Decretum in France and Halberstadt », dans Rechtshandschriften des deutschen Mittelalters. Produktionsorte und Importwege, éd. Patrizia Carmassi, Gisela Drossbach, Wiesbaden : Harrassowitz, 2015 (Wolfenbütteler Mittelalter-Studien 29), p. 363-383, cité
Giovanna MURANO, « Graziano e il Decretum nel secolo XII », dans Rivista Internazionale di diritto comune, 26, 2015, p. 61-139.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Francesco Siri (décembre 2017) dans le cadre de « France-Angleterre, 700-1200 : manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library, un programme de la Fondation Polonsky ».

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 25204. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 30784.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original

Ce manuscrit a été numérisé dans le cadre de « France-Angleterre, 700-1200 : manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library, un programme de la Fondation Polonsky ».

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple