Département des Manuscrits > Latin > Nouvelles acquisitions latines > NAL 1514-1867

NAL 1651

Cote : NAL 1651  Réserver
Phalaris, Epistolae, Francisco Aretino interpr.
Crates , Epistolae, Anathasio Constantinopolitano interpr.
Brutus, Epistolae, Theodorico Graeco interpr.
Milieu du XVe siècle (1458-1459)
Naples ou Catalogne ? Copié par Gabriel Altadell, bibliothécaire de Don Carlos prince de Viane (f. 122v "Altadellus, primogeniti Aragonum et Sicilie etc. bibliothecarius, qui hec scripsit."). La copie peut être datée vers 1458-1459 selon T. de Marinis : don Carlos qui s'est réfugié après de son oncle Alphonse le Magnanime, roi de Naples, a pris le titre d' "Aragonum primogenitus" à la mort d'Alphonse le 27 juin 1458 et a remplacé son bibliothécaire Altadell par un certain Juan Pedros le 15 janvier 1459.
Décor dû très vraisemblablement à trois artistes différents (pour chacune des trois oeuvres contenues dans le manuscrit, les entrelacs et surtout les putti sont de facture différente), réalisé sans doute à Naples par des artistes de la cour d'Alphonse le Magnanime.
Encadrements aux f. 1 et 93. Au premier feuillet, encadrement à bianchi girari habités de putti, trois médaillons dont le premier dans la marge supérieure représente un humaniste (le traducteur?) et les deux suivants dans les marges latérales des personnages hybrides musiciens. Dans la marge inférieure, trois écussons : à gauche les armes de Navarre écartelées d'Evreux ; celles du centre et de droite ont été martelées, mais on devine au centre les armes d'Aragon -- encadrées de la devise "Bonne foi. Qui se humiliat exaltabitur" et de deux levrettes -- et à droite les armes d'Aragon écartelées en sautoir de celles de Sicile. Au f. 93, encadrement différent qui contient, dans la marge inférieure, les mêmes écussons également agencés mais dans un décor plus léger. L'encadrement est composé d'entrelacs dorés dans la continuité de l'initiale ; trois amours dans une fontaine sont représentés dans la bordure de droite.
F. 1, initiale historiée représentant l'écrivain et son livre dans un V soutenu par deux anges. F. 112, initiale F dorée à antenne, avec entrelacs à motifs végétaux et animaux (un dragon soutenant l'initiale, un dragon au bas de l'antenne paraît cracher le décor, un lapin) ; deux putti ou grotesques sont pris dans les entrelacs.
F. 1-91 puis 112-122v, initiales ornées dorées sur fonds d'entrelacs végétaux. F. 93-110v, changement de décor dans les initiales ornées : initiales et entrelacs dorés avec motifs végétaux ajoutés de couleur pastel.
Rubriques en capitales à l'encre rouge ; numérotation des lettres dans la rubrique aux f. 1-91 et 112-122, en marge de la rubrique aux f. 93-110v. Aux f. 85v, 86v, 90 et 91, trois étoiles sont dessinées en face de l'initiale ornée. Lettres d'attente à l'encre noire. Initiales à l'encre noire par le copiste légèrement en retrait de la justification pour marquer un paragraphe.
Rares annotations marginales, nota et accolades. Ajout du copiste au f. 84. Au f. 92v, essais de dessin (deux chiens). Au f. 117, accolade en forme de tête de vieillard.

16 cahiers : 11 cahiers de 8 f. (1-88),1 cahier de 4 f. ((89-92) ; 2 cahiers de 8 f. (93-108) ; 1 feuillet (109) suivi d'un bifeuillet (110-111) puis 1 cahier de 8 f. (112-119), 1 cahier de 5 f. (120-124). Réclames du copiste à l'encre, -- à l'encre rouge au f. 108v. F. 92, 111v, 123 et 124, blancs.
Parchemin. 124 feuillets précédés de trois gardes et suivis d'une garde papier. 275 × 185 mm. Réglure à l'encre rouge.

Reliure de parchemin naturel, titre au dos à l'encre : "Phala/ris Episto/lae" ; traces de lien. Aux f. 1 et 122v, estampille de la Bibiothèque nationale (IIIe République), proche du modèle Josserand Bruno type 39.
Manuscrit en latin
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Les armes d'Aragon, celles de Navarre écartelées d'Évreux, et celles d'Aragon écartelées en sautoir de Sicile, qu'on voit sur les encadrements des fol. 1 et 93, avec les devises "bonne foi" (f. 1) / "bona foi" (f. 93) et " Qui se humiliat exaltabitur", prouvent que le livre a été copié pour don Carlos d'Aragon, prince de Viane, mort le 23 septembre 1461. Si le manuscrit n'a sans doute pas fait partie directement de la bibliothèque des rois aragonais de Naples, le décor et la copie de cette oeuvre sont caractéristiques des ateliers de copistes et enlumineurs de la cour des rois de Naples à cette période.

Le manuscrit a ensuite appartenu à Don Pedro connétable du Portugal, mort en 1466 (cf. A. Balaguer y Merino, Don Pedro el condestable de Portugual..., 1881)

Au XIXe siècle, on retrouve le manuscrit dans les collections de Louis Blancard, archiviste paléographe marseillais, qui a analysé en détail le contenu sur le feuillet de garde Av. (voir son exlibris imprimé au f. Av et manuscrit en haut du f. B)
Le manuscrit a été acquis par la Bibliothèque nationale à la suite de la vente de la bibliothèque particulière de Léon Techener en mai 1889. (Catalogue de livres précieux manuscrits et imprimés provenant de la bibliothèque particulière de feu M. Léon Techener, [Vente Hotel Drouot 20-21 Mai 1889], p. 75, art. 69.

Informations sur les modalités d’entrée

N° d'acquisition RC 8172.

Présentation du contenu


F. 1-91. Phalaris, Epistolae, Francisco Aretino interpr.
Version latine de 141 lettres de Phalaris par François d'Arezzo. " Francisci Aretini in Phalaridis tyranni Agrigentini epistolas ad illustrem principem Malatestam Novellum de Malatestis prohemium. Vellem, Malatesta Novelle, princeps illustris, tantam mihi discendi facultatem... "
Les lettres 138 à 141 (f. 88-91) ont été découvertes postérieurement. François d'Arezzo en dédie la traduction à Alphonse d'Aragon, roi de Naples :"Franciscus Aretinus, divo Alfonso Regi. Quatuor Phalaridis epistolas quas nuper in alio libro inventas in latinum traduxi...."


F. 93-111. Crates , Epistolae, Anathasio Constantinopolitano interpr.
Version latine de 41 lettres de Cratès et d'autres personnages par Athanase de Constantinople. " Athanasius Constantinopolitanus, Archiensis abbas, ad divum principem Karolum, Aragonum primogenitum. Cuom superioribus diebus me, illustrissime princeps, Panormum cum tuis litteris commendaticiis ad excellentissimum Siciliae proregem... "


F. 112-122v. Brutus, Epistolae, Theodorico Graeco interpr.
Version latine de 35 lettres de Brutus par un Grec nommé Théodore, dédié à Gaspar Pevrus : " Theodorus grecus, Gaspari Pevro, s. p. d. Feci, mi Gaspar, quod a me peciisti. Epistolas enim M. Bruti quas ille homo Romanus... "

Bibliographie

1890
Léopold DELISLE, "Un livre de la bibliothèque de Don Carlos", Revue de l'Art chrétien, année 1890, p. 91-95.

1947-1952
Tammaro De MARINIS, La biblioteca napoletana dei Re d'Aragona..., Milano : U. Hoeppli, 1947-1952, p. 15-16 et p. 36, n. 135

1967
P. BOHIGAS, La Ilustracion y la decoracion del libro manuscrito en Cataluna, t. 3, Barcelone, 1967, p. 77-81.

1982
Manuscrits enluminés de la péninsule Ibérique. Bibliothèque nationale, Département des manuscrits, Centre de recherches sur les manuscrits enluminés ; [rédigé] par François Avril, Jean-Pierre Aniel, Mireille Mentré, Alix Saulnier et Yolanta Za†uska, Paris : Bibliothèque nationale, 1982, p. 120-121.

1992
Gennaro TOSCANO, Les rois bibliophiles. Enlumineurs à la cour d'Aragon à Naples (1442-1495). Les manuscrits de la Bibliothèque nationale de Paris.Thèse nouveau régime, s. d. d'A. Prache, Université Paris IV-Sorbonne, 1992, 3 vol., recensé parmi les mss de la Librairie des rois d'Aragon de Naples, fig. 106-107.

1993
F. M. GIMENO BLAY, "Una aventura caligrafica : Gabriel Altadell y su « De arte scribendi » (ca. 1468)", Scrittura e civilta, 17 (1993), p. 203-270, cité p. 217-218, 221, 223, 229, 259, 262 + planche 4-4b.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 18445. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 11576.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Amandine Postec (août 2012).