Département des Manuscrits > Latin > Latin > Latin 3858-8822 [Ancien fonds latin] > Latin 8298-8579

Latin 8329

Cote : Latin 8329  Réserver
Ancienne cote : « cotte II° 8° »
Ancienne cote : Rigault I 2048
Ancienne cote : Dupuy I 2265
Ancienne cote : Regius 4395
Petrus Riga,Aurora.
XIIIe s.
Ce document est rédigé en latin.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
. Ecriture gothique. – Rubriques de 1 à 10 lignes, réalisées après coup, d’où des oublis (« Esther » f. 87v) ou des erreurs (F. 111v « explicit hic liber secundum Lucam » alors que Luc commence au f. suivant). Initiales en rouge, réalisées elles aussi après coup, lettres d’attente visibles dans la marge intérieure, notamment f. 31. Des pieds de mouche en rouge et noir dans la marge à gauche signalent les changements de paragraphes. .

Parchemin , 159 ff. précédés et suivis de 1 f. de garde pap. Une colonne de 43 lignes , 221x147 mm (just. 165x70 mm)..
19 cahiers de 8 feuillets (f. 1 à 152), dernier cahier de 7 feuillets (f. 153 à 159) avec le f. 153 collé sur un onglet, les ff. 59 et 61 sont des ff. isolés, tout comme les ff. 99 et 102, les ff. 114 et 115 ont été recousus en sus dans le fonds (sans doute refaits pour une erreur). – Signatures au bas de la dernière page de chaque cahier, à peu près au milieu. Accompagnée pour les quatre premiers cahiers d’une autre annotation dans le coin inférieur gauche (I b, II p, III x, IIII h). Foliotation moderne.
Réglure très légère, à la mine de plomb, verticales triples encadrent le texte, entre les deux premières la première lettre de chaque vers, séparée par le deuxième interstice du reste du vers, les piqûres sont visibles à l’extérieur de la page et pour les verticales en bas et en haut (le ms a été très peu rogné).
Rel. basane teintée en rouge, tranches teintées en rouge, chasses pratiquement inexistantes, plats en carton, reliure courante du XVIe siècle. Dos arraché sous le premier double nerf, chaînette parfaitement bien visible. .

Historique de la conservation

Ce ms. provient de la famille Hurault, voir Laffitte 2008.

Présentation du contenu

L’Aurore est un commentaire versifié sur la Bible composé entre 1170 et 1200 par Pierre Riga (mort en 1209), chanoine de Reims, à la demande de ses amis étudiants à l’université de Paris (cf. préface de l’auteur). Tous les livres sont en distiques sauf les Actes des apôtres (hexamètres et rimes). Le texte est précédé d’un prologue écrit par Gilles de Paris, sur l’utilité de lire cette œuvre. Le manuscrit est une version incomplète de ce que Paul Edward Beichner identifie comme la troisième rédaction de l’œuvre. Le copiste s’est arrêté après les Actes de apôtres, il manque le livre de Job et le Cantique des Cantiques.
F. 1. [GILLES DE PARIS], préface : « Omnis scriptura divinitus inspirata, Paulo attestante, utilis est ad multa …-… Quandoque a facto, ut interfectio Golye a David interfectio diaboli a Christo ». F. 1v-158v. [PETRUS RIGA], Aurora. Tous les livres sont introduits par un prologue. Tous ces prologues figurent dans l’édition de Paul E. Beichner mentionnée ci-dessous, sauf un dont l’incipit et l’explicit sont donnés. Préf. de l’auteur : « Frequens sodalium meorum petitio quibus conversando florem infantie exegi ut librum …-… Dimitte me, aurora est, quasi dicam, finem huic operi impono, quod figuras et umbras explicui, et veritatis fulgor patenter illuxit » (1v-2). – Genèse : « Primo facta die, duo, celum, terra leguntur …-… Omnis supplicat huic frater, ille remittit eis » (2-20v). – Exode : « Hec duodena patrum sunt nomina qui quasi plebis …-… Crimina nostra lavet, nos super astra levet » (21-36v). – Prologue au Lévitique : « Libro premisso conjunctio quam legis istum necterit, nam scripta pene fuere …-… Sacrum Pneuma rogans ut mea vela regat », Lévitique : « Vox autem Domini Moysen vocat, imperat illi …-… Christi carne facta non habet ille frui » (36v-46v). – Nombres : « Alloquitur Moysen Deus et jubet ut numeretur …-… Redditur et nobis nectare terra fluens » (46v-53v). – Deutéronome : « Hec sunt verba quibus Moyses instruxit Hebreos …-… Effugiat penam, que sine fine manet » (53v-57). – Josué : « Post Moysen Josue populo dominatur Hebreo …-… Transitur ad patres dignus honore suos » (57-60). – Juges : « Post mortem Josue de judicibus narratio fiat …-… Qui cruce purpurea, qui morte sui preciosa / Extinxit Sathanam cum legione sua » (60-63v). – Ruth : « Ad Ruth festinat natis stylus, hujus ut actus / Depingat tenui carmine sermo brevis …-… Ille Booth de Ruth generavit Ober, pater iste / Efficitur Jesse, fit pater iste David » (63v-64v). – Rois I-IV : « Post librum de judicibus sacra lectio …-… septem / Nos revocat ad sua templa Deus » (64v-81v). – Tobie : « Qui legis hystoriam Thobie, discute sensum …-… Anna parens stelle maris, Anna propheta fidelis » (81v-87v). –Esther : « Donec ad Ethyopum terras veniatur ab Indis…-… Nullam senserunt regia jussa moram » (87v-90v). – Judith : « Eustochio Pauleque favens Jeronimus actus …-… plangitur et abra Judith libera facta fuit » (90v-93) puis une note rubriquée sur les quatre sortes de rois (explicit « et est quadruplex terra et quislibet istorum regum habet suam terram quantum minus ») qui ne figure pas dans le texte édité. – Daniel : « Postquam subjectos sibi rex Babilonis Hebreos …-… Cessavitque malum cum periere mali » (93-102v). –Macchabées : « Magnus Alexander quo primum Grecia rege …-… Querelam de patre facturi, Cesar, in aure tua » (102v-108). – Récapitulations sur l’Ancien Testament : « Principio rerum post quinque dies, homo primus …-… Barnabas et Tytus, hii docuere fidem » (108-111v). –Nouveau Testament : « Post legem veterem respira, Petre, refulget …-… Dat finem, Petrus finit et ipse suum » (111v-147). – Actes des apôtres : « Tyberii nono decimo regnantis in anno …-… Ense sacrat Paulum pax, lux, dux, urbs, cruce Petrum » (147-158v) (Aurora Petri Rigae Biblia versificata, a verse commentary on the Bible, Paul E. BEICHNER éd., 1965, 2 vol., des extraits dans P. L., t. 212). Cf. F. REIFFENBERG, Paléographie. Histoire littéraire, n°4 : « L'Aurore de Pierre de Riga » ; E. DÜMMLER, Zu Petrus von Riga, 1895, p. 231-232.

Quelques corrections et additions de plusieurs lecteurs, interlinéaires ou marginales (XIIIe-XIVe s., gothique cursive). F. 159 recto : vers mnémoniques pour trouver la date de Pâques, avec explications, à partir de 1311 (XIVe siècle) : « Ad inveniendum Pasca incipe ad primam dictionem …-… Sic procedo per ordinem usque ad finem istorum versuum ». Note de JOHANNES [ ]AGNOLO, qui a compté 13416 vers, non compris les vers marginaux. F. 159 verso : 9 vers sur la mort d’un Henri en 1311 « Anni dum Christi post id de virgine ventum…-…Patria quem jactat bolçani se genuisse » et épitaphe « Quicumque ades, qui morte cares, ita respice, plora. Sum quod eris, quod es ipse fui, pro me, precor, ora » ; JEAN : XII, 24 – 26 (deux fois, d’une écriture cursive, puis d’une gothique très livresque). Essais de plume f. 159v, au même endroit un court paragraphe à l’envers, au bas du feuillet, allusion à « Johannes de Tribus Montibus ». – Titre « Biblia versibus latinis » (1v).

Bibliographie

2008
voir p. 54 (équivalence des cotes Hurault), recensé (manuscrits Hurault achetés en 1622) + notice brève p. 90, recensé (manuscrits décrits par Rigault en 1622) p. 96
Marie-Pierre LAFFITTE, « Une acquisition de la Bibliothèque du roi au XVIIe siècle : les manuscrits de la famille Hurault », in Bulletin du bibliophile (2008-1), p. 42-98
Non coté

Informations sur le traitement

Notice rédigée par un élève de l'école des chartes, en 2007 et encodée par Marianne Besseyre en novembre 2011.