Latin 1173

Cote : Latin 1173  Réserver
Ancienne cote : Regius 4461(4.4)
Ancienne cote : Colbert 4821
Horae ad usum Parisiensem, dites Heures de Charles d'Angoulême
XVe siècle (vers 1480-1496)
Angoulême (ou Cognac ?) et Tours

Gothique batarde.
Enluminé par Robinet Testard et Jean Bourdichon. 24 miniatures au calendrier, avec lettres historiées et marges ornées. 7 grandes peintures. 17 gravures mises en couleur. Miniatures, bordures, lettres historiées, ornées et champies.
Parchemin, [2]+115 ff., précédés et suivis d'une garde de parchemin, 210 x 155 mm (just. 145 x 100 mm).
Collation impossible à établir en raison d'une couture trop serrée.
Ni réclames, ni signatures.
Marques de numérotation des gravures pour guider leur intégration dans le volume (cf. "VIII", f. 105v et 106, originellement collés l'un à l'autre).
Foliotation à l'encre brune, XIXe siècle.
Réglure à l'encre rouge pâle.
Reliure de maroquin rouge aux armes et chiffre royaux, XVIIIe siècle.
Reliure restaurée en 2005 : retrait des restaurations antérieures (XXe siècle), refixation des plats détachés, dépose et repose du dos sur un demi de chagrin, réalisation de deux tranchefiles pékinées, restauration des coins (dossier BnF-ADM-2005-010654-01).
Estampille de la Bibliothèque royale avant 1735 (modèle Josserand-Bruno, n° 5).
Manuscrit en latin
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en couleur. Cote de consultation en salle de lecture : MFC 140. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : ICR 408.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 2585. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 50886.

Historique de la conservation

Réalisé pour Charles d'Angoulême (armes aux ff. 9v et 10 : d’azur à trois fleurs de lis d’or, au lambel d’argent chargé d’un croissant de gueules sur le pendant du milieu, répétées de manière simplifiée aux ff. 17v et 24v ; poème formant acrostiche au f. 53 : "CHARLES DE VALLOYS") ; peut-être transmis à son fils François d'Angoulême (?) ; cabinet privé de François Ier (?) ; Jean Ballesdens ; acheté à celui-ci par Jean-Baptiste Colbert (BnF, Mss., Baluze 100, f. 178v : "Heures à l'usage de Paris avec des vignettes et miniatures, 6 livres") ; entré en 1732 avec les manuscrits de celui-ci ; ancien fonds royal.

Le volume ne figure pas dans l'inventaire des livres de Charles d'Angoulême, ce qui n'est pas étonnant s'agissant d'un livre d'heures (cf. Edmond Sénemaud, "La bibliothèque de Charles d’Orléans, comte d’Angoulême, au château de Cognac, en 1496", Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, 3e série, t. 2, 1862, p. 130-218).

Présentation du contenu

Contient :
F. I-v : Notes de Jean Duchesne sur les enluminures du volume, XIXe siècle.
Par défaut et sauf indication contraire, la mise en couleur des gravures et les miniatures sont de Robinet Testard. Pour la description de la totalité des images, voir la base Mandragore.
F. 1-6v : Calendrier franciscain. Chaque feuillet est décoré d'une miniature en partie basse et de marges végétales ornées d'une signe du zodiaque. Plusieurs miniatures dérivent de gravures qui ont été copiées et adaptées : mois d'avril (f. 2v), couple d'amoureux dans un jardin clos, d'après le Maître du Cabinet d'Amsterdam ; mois de mai (f. 3), joute de deux cavaliers en hommes sauvages, d'après Israhel Van Meckenem, copiant lui-même le maître du Cabinet d'Amsterdam ; mois d'août (f. 4v), paysan poussant une vieille femme dans une brouette, d'après le Maître du Cabinet d'Amsterdam (aucun exemplaire connu, copié par le Maître BxG) ; mois de septembre (f. 5), couple mal assorti, d'après le Maître du Cabinet d'Amsterdam.
F. 7v-9 : Péricopes des Evangiles. Introduites (f. 7v) par une gravure d'Israhel Van Meckenem, collée sur le parchemin, mise en couleur. Testard y a remplacé la figure de saint Jean-Baptiste par celle du Christ et a complété la scène au-delà de la gravure, celle-ci étant de format circulaire.
F. 9v-16 : Matines et Laudes des Heures de la Vierge. L'Annonciation (f. 9v) a été commencée par Robinet Testard et achevée par Jean Bourdichon. Cette enluminure pourrait correspondre à la somme de 10 livres tournois "payee a Jean Bourdichon, enlumineur, pour avoir painct une ystoire pour mondit seigneur [Charles d'Angoulême]" en 1484-1485 (AN, K 5305, n° 14 ; éd. Durrieu 1908, p. 57).
F. 16v : Gravure d'Israhel Van Meckenem, feuillage habité d'oiseaux, mise en couleur.
F. 17-18 : Matines des Heures de la Croix et du Saint-Esprit.
F. 18v-28 : Prime, Tierce, Sexte, Nones, Vêpres des Heures de la Vierge, de la Croix et du Saint-Esprit.
F. 28v : Oraison a Nostre-Dame retrogradee en touz sens. Tableau poétique en français et en latin.
F. 29-30v : Complies des Heures de la Vierge, de la Croix et du Saint-Esprit.
F. 31-32 : Obsecro te.
F. 32v-34 : Blancs.
F. 34v-38v : Psaumes de la pénitence.
F. 39-40v : Litanies.
F. 41 : Blanc.
F. 41v-51v : Office des morts, à l'usage de Paris. Est précédé par une miniature, La Mort et le combat d'un centaure avec des hommes en armes (f. 41v), partiellement copiée d'après une estampe du Maître IAM.
F. 52 : Alphabet, partiellement inspiré du Maître E. S. et d'un alphabet gravé néerlandais anonyme dont on conserve plusieurs versions, dont une par un buriniste flamand ou allemand, le Maître aux banderoles.
F. 52v : Diagramme pour trouver la date de Pâques.
F. 53 : Prière au Christ ressuscité.
F. 53v- 57 : Suffrages. Le f. 56 est blanc. Introduits (f. 53v) par une gravure d'Israhel Van Meckenem, collée sur le parchemin et mise en couleur.
F. 57v-58v : Blancs.
F. 59 : Oraison Domine Jesu Christe, rex angelorum et hominum [...].
F. 60-115 : Passion Isabeau , en français. Illustrée de douze gravures d'Israhel Van Meckenem, collées sur le parchemin et mises en couleur.
F. 115v : Pièce de vers dialoguée, en français.

Le manuscrit semble avoir été conçu à Angoulême (ou Cognac) au début des années 1480. Assez tôt dans la mise en oeuvre, l’Annonciation (fol. 9v.) commencée par Robinet Testard, a été modifiée ou achevée par Jean Bourdichon, enlumineur résidant à Tours (reprises et changements visibles dans l'oculus central, occulté par une épaisse couche de peinture grise, dans les vêtements de la Vierge et de l'ange Gabriel, dans le meuble entre les deux personnages, au bois originellement veiné). Ce travail de Bourdichon correspond vraisemblablement au paiement de 1484-1485 (cf. supra). Celui-ci a longtemps été mis en rapport avec l'Adoration des mages (f. 22v), ce qui est impossible du point de vue stylistique. Aujourd'hui rendue au jeune Bourdichon, l'Annonciation a un temps été attribuée à un assistant (Plummer 1982).
L'essentiel de la décoration du volume a cependant été réalisée par l'enlumineur attitré de la famille d'Angoulême, Robinet Testard, actif à Angoulême (ou Cognac). Son travail dans le manuscrit se répartit en trois grands ensembles : des enluminures de sa composition, des copies et adaptations de gravures, des mises en couleur (plus ou moins couvrantes) de gravures collées sur les feuillets de parchemin. L'achèvement du manuscrit peut-être daté dans les années 1490 (Charles d'Angoulême décédant en 1496), avec l'Adoration des mages, de nouveau par Jean Bourdichon, et la Circoncision du Christ (f. 24v) de Robinet Testard (vraisemblablement d'après un modèle de Jean Bourdichon).

Outre une réalisation semblant cahotique et parfois illogique, l'originalité du volume tient surtout à la présence de nombreuses gravures flamandes ou germaniques qui ont été mises en couleur, en laisssant parfois transparaître les traits gravés ainsi que la signature du graveur. Ces gravures peuvent peut-être être mises en relation avec le goût que Charles d’Angoulême semble avoir eu pour cette nouveauté qu’était alors l’imprimerie et à laquelle sa femme Louise de Savoie ne fut pas non plus insensible (cf. Français 1686).

Bibliographie

Catalogue :
Philippe Lauer (dir.), Bibliothèque nationale. Catalogue général des manuscrits latin, t. 1, nos 1-1438, Paris , 1939, p. 430-431.
Victor Leroquais, Les livres d'heures manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, 1927, t. 1, n° 38.
Charles Samaran et Robert Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. 2, Bibliothèque nationale, fonds Latin (nos 1 à 8000), Paris,1972, p. 528.
Colophons des manuscrits occidentaux des origines au XVIe siècle, t. 1, Colophons signés A-D, Fribourg, 1965, n° 2498.
Jean Sonnet, Répertoire d'incipit de prières en ancien français, Genève, 1956, n° 69.

Etudes :
Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale [nationale], t. 1, Paris, 1868, p. 149 n. 2 / t. 3, Paris, 1881, p. 349.
Paul Durrieu, "Nouvelle miniature de Bourdichon", Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1905, p. 213.
Paul Durrieu, "Le peintre Jean Bourdichon et le comte Charles d’Angoulême, père de François Ier", Chronique des arts, 1908, p. 57.
Paul Durrieu, "Miniature de Bourdichon", Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1908, p. 112-114.
André Blum, "Des rapports des miniaturistes français avec les premiers artistes graveurs", Revue de l’art chrétien, t. 22, 1911, p. 357-369.
Paul Durrieu, "La peinture en France depuis l’avènement de Charles VII jusqu’à la fin des Valois (1422-1589)", dans André Michel, Histoire de l’art depuis les premiers temps chrétiens jusqu’à nos jours, IV, La Renaissance, 2e partie, Paris, 1911, p. 724-725.
Léopold Delisle, Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne et l’atelier de Jean Bourdichon, Paris, 1913, p. 64.
Henry Martin, Les Joyaux de l'enluminure à la Bibliothèque nationale, Paris / Bruxelles, 1928, p. 115.
André Blum et Philippe Lauer, La miniature française aux XVe et XVIe siècles, Paris / Bruxelles, 1930, p. 45 et 86-88.
David MacGibbon, Jean Bourdichon, Glasgow, 1933, p. 80 et 98-99.
Raymond Limousin, Jean Bourdichon, Lyon, 1954, p. 59-60.
Jean Porcher, L’Enluminure française, Paris, 1959, p. 79.
John Plummer, The Last Flowering. French Painting in manuscripts, 1420-1530, from American collections, New-York / Londres, 1982, p. 47, 83 et 85.
François Avril, "Etude codicologique", dans Le Livre des simples médecines, d'après le manuscrit français 12322 de la Bibliothèque nationale de Paris, éd. Ghislaine Malandin (dir.), Paris, 1986, p. 281 n. 26.
Anne Matthews, "The use of Prints in the Hours of Charles d’Angoulême", Print Quaterly, t. 3, mars 1986, p. 4-18.
François Avril, "De quelques reflets italiens dans les manuscrits enluminés à la cour de René d'Anjou", dans "Il se rendit en Italie". Etudes offertes à André Chastel, Rome / Paris, 1987, p. 44 n. 23.
Sheila Edmunds et Mary B. Winn, "Vérard, Meckenem and BN Fr. 1686", Romania, t. 108, 1987, p. 295-296.
Ahuva Belkin, "La mort du Centaure. A propos de la miniature 41v du Livre d'heures de Charles d'Angoulême", Artibus et Historiae, t. 11, n° 21, 1990, p. 31-38.
Fritz Oskar Schuppisser, "Israhel van Mechenems "Grosse Passion" als Illustration in Gebetbüchern des französischen Hochadels", Unser Bocholt, a. 42, 1991/1, p. 18-20.
Myra D. Orth, "Radical Beauty : Marguerite de Navarre's Illuminated Protestant Catechism and Confession", The Sixteenth Century Journal, t. 24/2, 1993, p. 417 n. 54.
Christiane Raynaud, "Le Massacre des Innocent : évolution et mutations du XIIIe au XVe s. dans les enluminures", dans Bernard Ribémont (dir.), Le corps et ses énigmes au Moyen âge, actes du colloque d'Orléans, 15-16 mai 19, Caen, 1993, p. 171 n. 35, 176 n. 91, 177 n. 107 et 108, 178 n. 117.
François Avril, Jean Fouquet. Peintre et enlumineur du XVe siècle, cat. exp., Paris, BnF, 25 mars-22 juin 2003, Paris, 2003, p. 347.
Leslie C. Jones et Johnathan J. G. Alexander, "The Annunciation to the Sherpherdess", Studies in Iconography, t. 24, 2003, p. 180, 181, 184 et 185.
Kathrin Giogoli et John Block Friedman, "Robinet Testard, Court Illuminator. His Manuscripts and His Debt to the Graphic Arts", Journal of the Early Book Society for the Study of Manuscripts and Printing History, t. 8, 2005, p. 145 et 161.
Martine Clouzot, "Les allégories de la musique dans les livres peints (XIe-XVe siècle) : mouvements, musicalités et temporalités d’une herméneutique », dans Christian Heck (dir.), L'allégorie dans l'art du Moyen âge. Formes et fonctions : héritages, créations, mutations, Turnhout, 2011, p. 262-263.
Nicholas Herman, « ‘Ut certius et melius ipsum depingeret’ : observations sur la production et l’activité tardive de Jean Bourdichon », dans Frédéric Elsig (dir.), Peindre en France à la Renaissance. Les courants stylistiques au temps de Louis XII et de François Ier , Milan, 2011, p. 217.
Kathryn M. Rudy, "L'interface entre l'imprimé et le manuscrit", dans Séverine Lepape (dir.), Les origines de l'estampe en Europe du Nord, 1400-1470, cat. exp., Paris, musée du Louvre, 17 octobre 2013-13 janvier 2014, Paris / New York, 2013, p. 133-136.
Nicholas Herman, Jean Bourdichon (1457-1521). Tradition, Transition, Renewal, thèse de doctorat, New York University, dir. Jonathan Alexander, s.l., [2014], p. 18-19 n. 46,150-152, 157 et n° 17.
Maxence Hermant et Marie-Pierre Laffitte, "L'héritage Angoulême", dans Maxence Hermant (dir.), Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier , cat. exp., Blois, château royal, 4 juillet-18 octobre 2015, Rennes, 2015, p. 45.
Maxence Hermant, "Les livres de dévotion du roi", dans Maxence Hermant (dir.), Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier , cat. exp., Blois, château royal, 4 juillet-18 octobre 2015, Rennes, 2015, p. 217 (cité aussi dans une notice p. 78).

Fac-similé :
Maxence Hermant et Séverine Lepape, Les Heures de Charles d'Angoulême, Barcelone, 2016 [avec volume de commentaires].

Expositions :
Emile-Aurèle van Moé (dir.), Les plus beaux manuscrits français du VIIIe au XVIe siècle conservés dans les bibliothèques nationales de Paris, cat. exp., Paris, BN, 1937, Paris, 1937, n° 191.
L'art du Val de Loire de Jean Fouquet à Jean Clouet. 1450-1540, cat. exp., Tours, musée des beaux-arts, 9 juillet-30 septembre 1952, Paris, 1952, n° 35 (notice de J. Porcher).
Jean Porcher (dir.), Les manuscrits à peintures en France du XIIIe au XVIe siècle, cat. exp., Paris, BN, 17 décembre 1955-30 septembre 1956, Paris, 1955, n° 343.
François Avril et Nicole Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, cat. exp., Paris, BN,16 octobre 1993-16 janvier 1994, Paris, 1993, n° 229 (notice de F. Avril).
Marie-Hélène Tesnière, Bestiaire médiéval. Enluminures, cat. exp., Paris, BnF, 11 octobre 2005-8 janvier 20, Paris, 2005, n° 111.
Martha Wolff (dir.), Kings, Queens and Courtiers. Art in Early Renaissance France, cat. exp., Chicago, The Art Institute, 27 février-30 mai 2011, Chicago, 2011, n° 19 (notice de M. Hermant).
Séverine Lepape (dir.), Les origines de l'estampe en Europe du Nord, 1400-1470, cat. exp., Paris, musée du Louvre, 17 octobre 2013-13 janvier 2014, Paris / New York, 2013, n° 66.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Maxence Hermant (janvier 2019)