Français 5715

Cote : Français 5715  Réserver
Ancienne cote : Regius 10309
Ancienne cote : Dupuy I 1736
Ancienne cote : Rigault II 2699
Ancienne cote : François Ier 270
Etienne Le Blanc, Gestes de Blanche de Castille
XVIe siècle (vers 1520-1522)
Paris

Ecriture française imitant l'humanistique italienne.
Enluminé par Noël Bellemare. 1 miniature, lettres ornées, bandeaux et phylactères peints.
Parchemin, A + 21 ff., 245 x 170 mm (just. 165 x 100 mm).
5 cahiers : 1 cahier de 4 ff. (contregarde + 2 gardes volantes + A), 2 cahiers de 8 ff. (1-16), 1 cahier de 4 f. (17-20), 1 cahier de 4 ff. (f. 21 + 2 gardes blanches + contregarde).
Réclames. Pas de signatures.
Foliotation à l'encre noire, XVIIIe siècle.
Réglure à l'encre rouge pâle.
Reliure de velours de soie noire brodée et figurée, tranches dorées (Paris ou Val de Loire, atelier anonyme, vers 1520-1522).
Reliure consolidée en 1981-1982 : refixation de feuillets, refixation des parties décollées du tissu (dossier 2011/071/275).
Reliure restaurée avant 1957 : restauration du dos et des mors.
Velours coupé, 3 coups au fer, fond satin de 6, brodé. Le velours est rasé dans les parties sans décor. Un taffetas noir a été appliqué sur le velours non rasé pour supporter la broderie. Broderie de soie beige, grise, noire ou brune au passé empiétant par rangées régulières. Certains traits sont relevés par un point fendu. Au plat supérieur, restes de soie rouge. Ganse couchée sur les bordures des plats, formant encadrement (rapport LRMH 20/10/1995).
Estampille de la Bibliothèque royale au XVIIe siècle.
Manuscrit en français
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 1325. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 23625.

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Exemplaire de présentation offert par Etienne Leblanc à Louise de Savoie (portrait au f. Av et dédicace) ; François Ier ; bibliothèque personnelle de François Ier (n° et titre au contreplat supérieur : "270. Geste de Blanche mere de monseigneur sainct Loys") ; librairie royale de Fontainebleau ; ancien fonds royal (Inv. fin XVIe siècle, n° 861 : "Les gestes de la royne Blanche, mere de saint Loys" ; titre de la fin du XVIe siècle, "Traicté adressant a madame la regente mere du roy, Françoys premier de ce nom" et du XVIIe siècle, "Les gestes de la royne Blanche mere de sainct Loys roy de France", tous deux au contreplat supérieur).

Présentation du contenu

Ce traité a été écrit par Etienne Le Blanc pour flatter la mère du roi Louise de Savoie, en faisant un parallèle entre celle-ci et Blanche de Castille, épouse de Louis VIII et mère de Louis IX. Louise a été par deux fois régente du royaume, en 1515-1516 et en 1523-1526. La date du manuscrit a été grandement débattue. Myra Orth a proposé en dernier lieu de la placer vers 1520-1522, en prenant en compte l'interprétation de la miniature frontispice, la chronologie des offices d'Etienne Le Blanc et la date des Généalogies des Bourbons (Français 5719) qui lui sont postérieures et qui sont datées vers 1521-1522. Les Gestes ont longtemps été datées vers 1525-1526, considérant l'homme au sol sur le frontispice comme représentant les souffrances de la France pendant la captivité du roi à Madrid. Or, en 1525, Etienne Le Blanc était secrétaire de Louise, office qu'il n'aurait certainement pas omis de mettre en avant. Anne-Marie Lecoq a proposé de remonter la date vers 1515-1516, sous la première régence de Louise, puis l'a reculée à 1521-1522.
Au frontispice, Louise, dotée d'ailes (son symbole et celui des Bourbons) dirige le gouvernail de la France. Quant à l'homme au sol, il s'agit d'une métaphore de l'humilité de l'auteur, qui apparaît dans le texte du Français 1738, f. 6v : " trés humble subject et serviteur desployant les voylles de votre munificence pour subvenir au pauvre paralitique qui desire entrer en la piscine de vostre grace".

F. 1 : Début de la dédicace. "Madame, considerant que sçavoir est le plus grant tresor que l'homme puisse en ce monde acquerir, j'ay consummé mes biens et ma jeunesse en son service, cuydant par son moyen trouver vostre grace et faire tourner voz yeulx de pitié et de clemence vers moy, ce que toutes fois ne m'est encores advenu, dont je puis bien dire ce qui est escript en Hieremie [...]".

Il existe une copie du XVIIe siècle de ce texte (Français 2830).

Au plat supérieur : un cerf poursuivi par les chiens approche d'un bassin rempli d'eau, ce qui rappelle le verset : "Sicut cervus ad fontes aquarum". La présence de fibres de soie rouge indique que ce cerf était figuré blessé, évoquant ainsi le sacrifice du Christ. Le bassin évoque aussi la fontaine de jouvence. Debout, Louise de Savoie reçoit l'hommage d'Etienne Le Blanc. Au plat inférieur : un oiseau sur une des branchages. Les deux plats sont ceints d'une cordelière, symbole du veuvage de Louise de Savoie et de sa vénération à saint François.

Bibliographie

Catalogues :
Catalogue des manuscrits français, t. 5, ancien fonds. Nos 5526-6170, Paris,1902, p. 74.
Camille Couderc, Bibliothèque nationale. Album de portraits, d’après les collections du département des Manuscrits, Paris, [1908], pl. 138.
Myra D. Orth, Renaissance Manuscripts. The Sixteenth Century, Londres, 2015, t. 2, n° 37.

Etudes :
Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. 1, Paris, 1868, p. 185.
Ernest Quentin-Bauchart, Les femmes bibliophiles de France (XVIe, XVIIe & XVIIIe siècles), Paris, 1886, t. 1, p. 20-21, n° 11.
Henri Bouchot, Les femmes de Brantôme, Paris, 1890, ill. face p. 44.
Ernest Quentin-Bauchart, La bibliothèque de Fontainebleau et les livres des derniers Valois à la Bibliothèque nationale (1515-1589), Paris, 1891, p. 179, n° 16.
Paul Durrieu et Jean-Joseph Marquet de Vasselot, Les manuscrits à miniatures des Héroïdes d'Ovide, traduites par Saint-Gelais, et un grand miniaturiste français du XVIe siècle, Paris, 1894, p. 31-36.
René de Maulde La Clavière, Louise de Savoie et François Ier, trente ans de jeunesse (1485-1515), Paris, 1895, p. 392 n. 6.
Cyril Davenport, English embroidered bookbindings, London, 1899, p. 20.
Léopold Delisle, "Traductions d’auteurs grecs et latins offertes à François Ier et à Anne de Montmorency", dans Journal des savants, 1900, p. 482-483.
Amédée Boinet, "Le livre d'heures de Marguerite de Valois", Bulletins et mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France. Mémoires, série 7, t. 5, a. 1904-1905, 1906, p. 282.
Léon Mirot, "Notes sur Etienne Le Blanc et ses compilations historiques", Bulletin la Société de l'Histoire de Paris et de l'ïle de France, t. 36, 1909, p. 38 n. 1.
André Blum et Philippe Lauer, La miniature française aux XVe et XVIe siècles, Paris / Bruxelles, 1930, p. 99.
John Plummer (dir.), The Last Flowering. French Painting in Manuscripts, 1420-1530, cat. exp., New Yok, Pierpont Morgan Library, 18 novembre 1982-30 janvier 1983, New York / Londres, 1982, p. 104.
Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire. Symbolisme et politique à l'aube de la Renaissance française, Paris, 1987, p. 477-479 et 492.
Sheila Edmunds, "Catalogue des manuscrits savoyards", dans Agostini Paravicini Bagliani (dir.), Les manuscrits enluminés des comtes et ducs de Savoie, Turin, 1990, p. 212, n° 50.
Anne-Marie Lecoq, "Les images symboliques de Louise de Savoie dans les manuscrits", dans Agostino Paravicini Bagliani (dir.), Les manuscrits enluminés des comtes et ducs de Savoie, Turin, 1990, p. 135.
Elizabeth McCartney, "The King's Mother and Royal Prerogative in Early-Sixteenth-Century France", dans John Carmi Parsons (dir.), Medieval queenship, New York, 1993, p. 133-135.
Robert Lembright, "Louise de Savoie. Etude de son mécénat artistique et littéraire", Bulletins et mémoires. Société archéologique et historique de la Charente, 1994, p. 100.
Élizabeth Brown, "A Sixteenth-century defense of saint Louis’crusades : Etienne Le Blanc and the legacy of Louis IX", dans Michael Goodich, Sophia Ménache et Sylvia Schein (dir.), Cross-cultural convergences in the crusader period. Essays presented to Aryeh Grabois on his sixty-fifth birthday, New York, 1995, p. 20-48.
Élizabeth Brown et Sanford Zale, "Louis Le Blanc, Estienne Le Blanc and the defense of Louis IX’s crusades, 1498-1522", Traditio, t. 55, 2001, p. 235-292.
Guy-Michel Leproux, La peinture à Paris sous le règne de François Ier , Paris, 2001, p. 137.
Mary B. Winn, "Louise de Savoie, ses enfants et ses livres : du pouvoir familial au pouvoir d'Etat", dans K. Wilson-Chevalier (dir.), Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Saint-Etienne, 2007, p. 266 et 279.
Maxence Hermant et Marie-Pierre Laffitte, "L'héritage Angoulême", dans Maxence Hermant (dir.), Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier , cat. exp., Blois, château royal, 4 juillet-18 octobre 2015, Rennes, 2015, p. 53 (cité aussi p. 189 et 303).
Maxence Hermant, "Les reliures de la famille d'Angoulême", dans Maxence Hermant (dir.), Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier , cat. exp., Blois, château royal, 4 juillet-18 octobre 2015, Rennes, 2015, p. 94.
Aubrée David-Chapy, "Le gouvernement de Louise de Savoie", dans Thierry Crépin-Leblond et Muriel Barbier (dir.), Une reine sans couronne ? Louise de Savoie, mère de François Ier , cat. exp., Ecouen, musée national de la Renaissance,14 octobre 2015-1er février 2016, Paris, 2015, p. 19.
Guy-Michel Leproux, "Godefroy le Batave et l'art parisien", dans Laure Fagnart et Isabelle Lecocq (dir.), Arts et artistes du Nord à la cour de François Ier , actes du colloque de Bruxelles, Institut royal du patrimoine artistique, 25-26 février 2016, Paris, 2017, p. 223.

Expositions :
Exposition de portraits peints et dessinés du XIIIe au XVIIe siècle, cat. exp., Paris, BN, avril-juin 1907, Paris 1907, n° 91.
Jean Porcher, Les manuscrits à peintures en France du XIIIe au XVIe siècle, cat. exp., Paris, BN, 17 décembre 1955-30 septembre 1956, Paris, 1955, n° 360.
Michel Laclotte et Adeline Cacan (dir.), Le XVIe siècle européen. Peintures et dessins dans les collections publiques françaises, cat. exp. Paris, Petit Palais, octobre 1966-janvier 1966, Paris, 1965, n° 342.
François Avril, La passion des manuscrits enluminés. Bibliophiles français : 1280-1580, cat. exp., Paris, BN, 2-21 septembre 1991, Paris, 1991, n° 45.
Sabine Coron et Martine Lefèvre (dir.), Livres en broderie. Reliures françaises du Moyen Âge à nos jours, cat. exp., Paris, BnF, Arsenal, 30 novembre 1995-25 février 1996, Paris, 1995, n° 7.
Maxence Hermant (dir.), Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier , cat. exp., Blois, château royal, 4 juillet-18 octobre 2015, Rennes, 2015, n° 44 (notice M. Hermant).

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Maxence Hermant (mars 2019)