français 1454

Cote : Français 1454
Ancienne cote : Rigault II 937
Ancienne cote : Dupuy II 749
Ancienne cote : Regius 7537
Wace, Roman de Brut.
XVe siècle (début, av. l413)
Ce document est rédigé en français.
Paris. Un copiste.
Décoration: Trois miniatures, encadrées de baguettes rouge, bleues et or (f. 1r, 64vb, 72ra), attribuées au Maître de l’Apocalypse de Berry (cf. M. Meiss, French painting in the time of Jean de Berry, I, 314) ; avec prolongement de baguettes dorées autour de la page et dans l’entrecolonne, avec feuillage et fleurs couleur bleue et or. Les deux premières miniatures sont suivies d’une initiale ornée sur fond or (f. 1r et 64vb).
Légende des miniatures: F. 1r : enlèvement d’Hélène par Paris. F. 64vb : Arthur découvrant Excalibur (cf. Le roman de Brut par Wace…, éd. Le Roux de Lincy ; La légende du roi Arthur..., p. 10). F. 72ra : duel entre Arthur et Frollo, dans l’île de la cité, pour conquérir la France et épargner le peuple de Paris assiégé par Arthur (cf. Le Roux de Lincy, éd. cit.).
Décoration secondaire:Initiales alternativement rouges filigranées bleues et bleues filigranées rouges, à prolongements marginaux. La postface est annoncée par une initiale bleue filigranée rouge (6 lignes).

Parchemin ;106 ff. précédés et suivis d’une contre-garde en papier marbré et d’un feuillet de garde de papier moderne, 300 x 220 mm (justification 200 x 150 mm).

Cahiers non numérotés composés de quaternions et de ternions : 1-98 (f. 1r-72v), 10-116 (f. 73r-84v), 12-138 (f. 85r-100v), 146 (f. 101r-106v). Le folio 106 est blanc et mutilé et seule la partie gauche du feuillet subsiste. Réclames. Traces de restauration ancienne (f. 19r, 29r, 69r). 2 colonnes de 35 à 36 lignes.

Réglure à la mine de plomb.

Reliure de veau marbré à encadrement de filet et dentelle dorés. Dos en maroquin rouge au chiffre de Napoléon Ier et titre en capitales dorées : « LE ROMAN / DE BRUT / D’ANGLETERRE/ PAR / M. WISTACE ». Signature du relieur au bas du dos en petites capitales dorées : « REL. P. LEFEBVRE » (donné à relier à Le Fèvre le 19 décembre 1809, BnF., Archives modernes 624).

Estampille de la Bibliothèque royale f. 1r et f. 195v (Ancien Régime, XVIIe s.), modèle identique à Josserand-Bruno, type A, n° 1 (art. cit. 264-265, pl. XXIII, fig. 1)..

Historique de la conservation

Le volume est entré le 4 septembre 1413 dans la librairie du duc de Berry qui l’acheta pour 10 écus au scribe et libraire Jean Colin : « Item a maistre Jehan Colin, escolier, ledit jour [le .IIII.e jour de septembre] pour un livre en parchemin appellé le Bruit d’Angleterre que mondit seigneur a fait prendre et acheter de lui X escuz, pour ce XI l. 6 s. t. » (Comptes de la trésorerie générale du duc de Berry, Arch. nat., KK 250, fol. 74). Il est catalogué dans les inventaires de 1413 et de 1416 : 1° Inv. de 1413 : « Item ung livre appellé le Brut d’Angleterre, escript en françoys, rimé, de lettre de court ; et au commancement du second fueillet a escript : Ung filz avoit ; couvert de cuir vermeil empraint, a deux petis fermouers de cuivre et cinq boillons de memes sur chascune aiz » (Arch. nat., KK 258, fol. XXXII, n° 1231) ; 2° Bibl. Sainte Geneviève, ms. 841, Compte de Jean Lebourne de 1416, n° 517). Il est prisé à cette date 100 s. L’incipit indiqué dans l’inventaire de 1413 correspond à celui du 2ème feuillet du manuscrit : Un filz avoit [Aschanius]. La marque finale du possesseur a été grattée : subsiste la mention : « Monssr de Berry » (f. 105r).
D’après l’inventaire établi en 1416, à la requête des exécuteurs testamentaires de Jean de Berry, le manuscrit fut cédé à sa fille Marie, duchesse de Bourbonnais.
Il resta dans la bibliothèque de Moulins jusqu’en 1523, date de la confiscation des biens du connétable Charles de Bourbon par François Ier. Le manuscrit figure, en effet, sur l’état du récolement fait le 19 novembre 1523, à Moulins, par un commissaire du roi, Pierre Antoine : « Le Brut d’Angleterre » (Le Roux de Lincy, « Catalogue de la Bibliothèque des ducs de Bourbon »..., p. 90, n° 112).
Il entra alors dans la bibliothèque royale, comme l’atteste sa mention dans le catalogue établi à la fin du XVIe siècle à l’occasion du transfert de la bibliothèque de Fontainebleau à Paris : « 756. Le Brut d’Angleterre » (Omont, Anciens inventaires…, I, 300, n° 756). Il est répertorié dans les catalogues postérieurs dont il porte les cotes sur le premier feuillet : [Rigault II] « neuf cent trente sept », cancellé, [Dupuy] « 749 », [Regius] « 7537 ».

Présentation du contenu

[WACE, Le Roman de Brut]. F. 1ra-105ra, l. 11 [Texte] : « Qui vieult oïr / Et vieult savoir / De roy en roy / Et d’oir en hoir / Qui cil furent et dont vinrent / Qui Angleterre primes tinrent …-…L’ame monta en paradis / Ou nous soions o lui assis » (éd. Arnold, Le roman de Brut de Wace... ; éd. Weiss, Wace’s Roman de Brut…, v. 14842-14843).
F. 105ra, l. 12-105rb, l. 1 [Postface] : « Ivor Yvorin mer passerent / Grant navie et grant gent menerent …-… Prist pour nostre redempcion / .M CL. et cinq ans. / Fist maistre Wistace cest rommans ». « Cy fenist le Brut d’Engleterre. Deo gratias ».(éd. cit. v.14863-14866).

Il s’agit du manuscrit doté du sigle N dans les éd. Arnold (p. XI) et Weiss (p. XXVIII), proche des mss. dotés des sigles O (BnF., Français 12556) et V (Vienna, ONB, Cod. 2603).

Notes marginales : répétition des v. 9941-9942 des éd. citées (f. 71r) ; restitution de vers manquant : v. 10456 (f. 75r), 10991 (f. 78r), 11954 (f. 85r), 12521 (f. 89r), 14490 (f. 102v) des éd. citées.

Bibliographie

Catalogues:
Bibliothèque impériale, Département des ManuscritsCatalogue des manuscrits français, I: Ancien fonds, Paris, 1868, n° 1424.

Sources imprimées :
Le Roux de Lincy, « Catalogue de la Bibliothèque des ducs de Bourbon », dans Mélanges de littérature et d’histoire recueillis et publiés pour la Société des bibliophiles françois, Paris, 1850. – J. Guiffrey, Inventaires de Jean duc de Berry : 1401-1416, I, Paris, 1894, CLXXIV, n° 59 ; I, 330, n° 1231 ; II, 338. – L. Delisle, Recherches sur la librairie de Charles V, II, Paris, 1907, 268-269, n° 271 ; 315, n. 271. – H. Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, II, Paris, 1909, n° 937 [Rigault II, 1622] ; III, Paris, 1910, 40, n° 749 [Dupuy, 1645] ; IV, Paris, 1913, 43, n° 7537 [Clément, 1682].

Éditions :
Le roman de Brut par Wace, poète du XIIe siècle publié pour la première fois d’après les manuscrits des bibliothèques de Paris, éd. Le Roux de Lincy, Rouen, 1836-1838, pl. – Le roman de Brut de Wace, éd. I. Arnold, Paris, 1938-1940.

Texte:
B. Woledge, « Un scribe champenois devant un texte normand. Guiot copiste de Wace », dans Mélanges de langue et de littérature du Moyen Age et de la Renaissance offerts à Jean Frappier, Genève,1970, p. 1139-1154.

Codicologie:
P. Josserand et J. Bruno, « Les estampilles du département des imprimés de la bibliothèque nationale », dans Mélanges d’histoire du livre et des bibliothèques offerts à Monsieur Franz Calot, 1960, 261-298.

Illustration :
M. Meiss, French painting in the time of Jean de Berry, I, New York, 1969, 314.

Histoire:
Comte de Toulgouët-Tréanna, "Les comptes de l'hôtel des ducs de Berry, 1370-1413", dans Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, t. XVII, 1889-1890, 82. – R. H. Rouse and M. A. Rouse, Manuscripts and their Makers. Commercial Book Producers in medieval Paris, 1200-1500, Londres, 2000, II, 66. – M.-P. Laffitte, "Les ducs de Bourbon et leurs livres d'après les inventaires", dans Le duché de Bourbon: des origines au connétable. Actes du colloque (5-6 octobre 2000) organisé par le Musée Anne de Beaujeu de Moulins, Saint-Pourçain-sur-Sioule, 2001, p. 170-178.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Véronique de Becdelièvre.

Documents de substitution

voir les images du Français 1454 dans la base Mandragore: http://mandragore.bnf.fr

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 18326. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 22150.