Département des Manuscrits > Français > Français > Français 22885-25696 [Petits fonds] > Français 24033-24422

Français 24406

Cote : Français 24406  Réserver
Ancienne cote : La Vallière 59
Chansonnier français — Traité des quatre necessaires — Richard de Fournival, Bestiaire d'Amour — Chansons à la Vierge.
Fin du XIIIe - XIVe siècle
Parchemin. Une garde ancienne en parchemin A + 155 feuillets. 285 × 195 mm. 2 colonnes. Musique notée. Manuscrit composite.
En tête du volume, au f. 1r, une enluminure représentant un trouvère jouant de la vièle devant un couple de personnages couronnés dont les habits évoquent les armes de Champagne et de Navarre. Nombreuses lettrines enluminées entre les feuillets 1r et 119v. A partir du f. 120v, les initiales sont à l'encre brun ou les emplacements prévus ont été laissés vides.
14 cahiers de 8 feuillets (ff. 1-112) et 1 cahier de 7 feuillets (ff. 113-119 ; manque le feuillet solidaire du f. 113) commençant par le côté chair : 1 (1-8) ; 2 (9-16) ; 3 (17-24) ; 4 (25-32) ; 5 (33-40) ; 6 (41-48) ; 7 (49-56) ; 8 (57-64) ; 9 (65-72) ; 10 (73-80) ; 11 (81-88) ; 12 (89-96) ; 13 (97-104) ; 14 (105-112) ; 15 (113-119). La collation n’est pas assurée à partir du f. 120 : les anciens fascicules devant être fragilisés, des fonds de cahier en papier ont été rajoutés lors de la restauration (1971) ; on peut identifier avec certitude un cahier de 12 feuillets (n°16, ff. 120-131) et un cahier de 10 feuillets (n° 22, ff. 146-155). Une manicula dans la marge inferieure du f. 135v et dans la marge supérieure du f. 136r. 
Foliotation moderne à l'encre rouge dans la marge supérieure. Numérotation des cahiers en chiffres arabes (XVe-XVIe s.) pour l'ensemble du volume au recto en haut à gauche (1-9, x-xi, 12-22), sur le premier feuillet de chaque cahier aux feuillets : 1, 9, 17, 25, 33, 41, 49, 57, 65, 73, 81, 89, 97, 105, 113, 120, 132, 133, 136, 143, 144 et 146. Numérotation des cahiers en chiffres romanes, partielle, réalisée au moment de la copie du chansonnier, à la fin des cahiers n° 3 (f. 24v), 4 (f. 32v), 5 (f. 40v) 6 (f. 48v), 7 (f. 56v), 8 (f. 64v), 10 (f. 80v), 11 (f. 88v, visible malgré rognage). Réclames au dernier feuillet des cahiers n° 5 (f. 40v), 8 (f. 64v), 11 (f. 88v, visible malgré rognage). 
Reliure en maroquin rouge.
Manuscrit en ancien français et en occitan. 
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Le manuscrit est composé d'au moins deux unités codicologiques distinctes, correspondantes aux ff. 1-119 et ff. 120-155, associées au plus tard au début du XVIe siècle.

La date d’assemblage du volume pose question : on peut supposer qu’elle soit postérieure à 1427 en raison d'une note relative aux fiançailles entre Raoulet Berthelot et Perrine de Fougerays le 20 octobre 1427 et à leur mariage célébré en l'église Saint-Pierre-le-Puellier de Tours le 17 novembre suivant, peut-être apposée au moment où ce feuillet était le dernier du manuscrit : f. 119v « le mercredi avant la Toussains .xxix.e jour d'ottobre l'an mil .cccc. vingt et sept furent ...onnez Raoulet Berthelot et Perrine de Fougerays fille de Fe... et Anne la.... ... et le lundi .xvii.e jour de novembre ... furent expousez en l'eglise de Saint Peire Pulier de Tours et les donna messere Martin de la S... et les espousa et dist la messe messere Guy Lecoq et avoit ladicte Perrine pres de .xiiii. ans ». Quatre titres, attribuables à une même main, sont situés dans la marge inférieure du dernier folio de chaque texte du recueil : f. 119v : « […] des chançons de Navarre » ; f. 140v : « Dou trestié des .iiii. necessaires » ; f. 147v : « […] dou bestiaire ») ; f. 155v : « Chançons Notre Dame ».

Toujours au f. 119v, on retrouve une pièce ajoutée par une main plus tardive (XVe-XVIe s.) : « Bele et sage sanz folour » (cf. dans ce manuscrit f. 100v).

Au f. 140rA, plusieurs inscriptions imitant des passages de ce même manuscrit ont été rajoutées et partiellement effacées : « tu folie fez non pas , « tu folie fez », « tu folie fez non pas a escient tu n'en doiz pas blasmer ta conscience pource se ele... ne la tamentut. Cd G fis »; au f. 140rB : « Dieus , « D'une youce d...». A 140vB est recopié un extrait du Traité des quatre necessaires correspondant dans ce manuscrit au début du f. 134rA.

Au-dessous de la miniature de tête (fol. 1r) sont les armes suivantes : 1- De gueules, à la croix d'or, au francquartier d'hermines (non identifiée) ; 2- D'or, à la croix de sable, au lambel de gueules à trois pendants brochant sur le tout ; cette dernière semble attribuable au "seigneur de Barnastre" (pour Barastre dans le Pas-de-Calais) d'après l'armorial conservé dans le manuscrit fr. 5232f. 184r

Le manuscrit a fait partie de la bibliothèque de Claude d'Urfé (1501-1558), dont les armes ont été rajoutées au f. I au verso.

Acheté en 1777 par le duc de La Vallière (n° 2719 du Catalogue de La Vallière, t. II, p. 193 - cote portée au f. I et note apposée sur la garde antérieure), le manuscrit est rentré dans les collections de la Bibliothèque Royale en 1784, lors de la vente de la première partie de la collection La Vallière ; il recût la cote "La Vallière 59" (cote portée aux ff. I et 1) qu'il garda jusqu'en 1868, lorsqu'il intégra le fonds français.

Plusieurs annotations du XIXe s. concernant l'identification des auteurs des pièces lyriques (ex. ff. A, 29r, 56r, 59v, etc.).

Présentation du contenu

ff. 1r - 119v : Chansonnier V.
Recueil de 301 pièces lyriques, anonymes dans ce manuscrit, mais qui se trouvent, néanmoins, groupés par auteur selon un ordre similaire à celui des chansonniers KNX ; ce chansonnier contient des pièces anonymes ainsi que des pièces que la tradition attribue à : Thibaut de Champagne, Gace Brulé, Chrétien de Troyes, Guillaume de Ferrières dit le vidame de Chartres, Guillebert de Berneville, Richard de Semilly, Thibaut de Blaison, Philippe de Remi, Thierry de Soissons, Martin Le Béguin, Gautier d'Espinal, Guillaume de BéthuneChâtelain de Coucy, Moniot d'Arras, Eustache Le Peintre, Pierre de Molins, Jehan de Roucy,  Perrin d'Angicourt, Blondel de Nesle, Raoul de Soissons, Adam de La Halle, Guyot de Dijon, Hugues de Bregi et Gautier de Dargies.

Bien que cette attribution ne fasse pas l’unanimité, il a été supposé l’existence d’un ensemble lyrique de 11 chansons de Philippe de Remi au ff. 52r-57r. En effet, le nom de Philippe de Remi apparait sous la forme de autonominationes dans la première (Quant plus me voi por bone amour grever, Linker 199,7 ; RS 859) et dans la troisième (Tout autresi con descent la rosee, Linker 199,10 ; RS 554) pièce de cette section. On signale aussi, au f. 57r, l'inscription "Phelippes de Remi" après l'envoi de Or me respondez, Amours (Linker 199,6 ; RS 2029).

Manuscrit Pb14 de Raynaud, C de J. Brakelmann (Les plus anciens chansonniers français, Paris, 1870-1896, 2 vol.) et J de A. Scheler (Trouvères belges, Paris, 1876).


f. 1a. Amours m'a fet commencier
f. 1c. Seigneur, sachiez qui or ne s'en ira
f. 1d. J'aloie l'autrier errant
f. 2b. En chantant vueil ma dolour descouvrir
f. 2d. L'autre nuit en mon dormant
f. 3b. Dame, c’est vostre finz amis
f. 3c. Contre le tenz qui devise
f. 4a. Pour froidure ne por yver felon
f. 4b. Je ne puis pas bien metre en non chaloir
f. 4d. Por se se d'amer me dueil
f. 5c. Por conforter mon corage
f. 5d. A envis sent mal, qui ne l'a apriz
f. 6b. De ma dame souvenir
f. 6c. Chanson ferai que talens m'en est priz
f. 7b. Tout autresi con fraint nois et yvers
f. 7d. Nus hons ne puet bon ami reconforter
f. 8b. Douce dame, tout autre pensement
f. 8d. Une chançon encor vueil
f. 9a. De grant joie me sui touz esmeüz
f. 9c. Je n'o ne voi pas nului qui se chant
f. 10a. Pour mau tenz ne pour gelée
f. 10b. De nouviau m' esteut chanter
f. 10c. Li douz penssers et li douz souvenirs
f. 11a. De touz maux n’est nus plesanz
f. 11c. Chanter m'esteut, que ne m'en puis tenir
f. 12a. Li rousignos chante tant
f. 12b. Conmencerai a fere .i. lai
f. 13a. Empereres ne rois n'ont nul pooir
f. 13c. Au tenz plain de felonnie
f. 14a. Tout autresi con l'ente fet venir
f. 14c. Mauvés abre ne puet florir
f. 15a. Aussi conme unicorne sui
f. 15c. De grant travail et de petit esploit
f. 16a. L'autrier par la matinee
f. 16c. Du trés douz non a la virge Marie
f. 17a. Les douces dolours
f. 17b. Dame, merci, une rienz vous demant
f. 17d. Dieus est ainsi conme li pellicanz
f. 18b. Une douleur enossee
f. 18d. De chanter ne me puis tenir
f. 19a. Phelippe, je vous demant : | Dui ami de cuer verai
f. 19c. Phelippe, je vous demant | Que est devenue amours
f. 20a. Par Dieu, sire de Champaigne et de Brie
f. 20c. Quens, je vous part .i. geu par aatie
f. 21a. Sire, ne me celez mie
f. 21c. Robert, veez de Perron
f. 21d. Bons rois Tibaut, sire, conseilliez moi
f. 22b. Sire, loez moi a choisir
f. 22d. Rois Tibaut, sire, en chantant responnez
f. 23b. Quant fine amour me prie que je chant
f. 23d. Je n'os chanter trop tart ne trop souvent
f. 24a. Tant ai amours servie longuement
f. 24c. Coustume est bien quant on tient un prison
f. 25a. De jenne amour vient seance et biauté
f. 25c. Je me cuidoie partir
f. 25d. Qui plus aime, plus endure
f. 26a. Tuit mi désir et tuit mi grief torment
f. 26c. Dame, l'en dist que l'en muert bien de joie
f. 27a. Fueille ne flours ne vaut rienz en chantant
f. 27c. Au renouvel de la douçor d'esté
f. 28a. Cil qui d'amours me conseille
f. 28b. Contre tanz que voi frimer
f. 28d. Chanter m'esteut ireement
f. 29a. D'amours qui m'a tolu en moi
f. 29c. De bien amer grant joie atent
f. 29d. Avril ne mai, froidure ne let tenz
f. 30c. J'ai oublié poine et travaus
f. 30d. Je ai esté lonc tenz hors du païz
f. 31b. Ire d'amours qui en mon cuer repere
f. 31d. N'est pas a soi qui aime corieument
f. 32b. Grant pechié fet qui de chanter me proie
f. 32d. Mainz ai joie que je ne sueil
f. 33a. Ne mi sont pas achoison de chanter
f. 33c. Ne puis faillir a bone chanson fere
f. 33d. Iriez destroiz et pensiz
f. 34b. Li plus desconfortez du mont
f. 34c. Les oiseillons de mon païs
f. 34d. Quant bonne dame et fine amour me prie
f. 35a. Quant voi paroir la fueille en la ramée
f. 35c. A l'entrant du douz termine
f. 36a. Encor a si grant puissance
f. 36b. Bien ait l'amour dont l'en cuide avoir joie
f. 36d. Quant je voi l'erbe reprendre
f. 37b. De bonne amour et de loial amie
f. 37d. Li pluseur ont d'amours chanté
f. 38a. Tant m'a mené force de seignorage
f. 38c. En douz tenz et en bonne heure
f. 39a. Quant voi la flour boutonner
f. 39b. Quant je voi la noif remise
f. 39d. Chanter me plest qui de joie est norriz
f. 40a. Quant noif et gel et froidure
f. 40c. Seurpriz d'amours et plains d'ire
f. 40d. Je ne puis pas si loing foïr
f. 41b. Quant define fueille et flor
f. 41c. Pensis d'amours vueil retraire
f. 41d. A la douçor de la bele seson
f. 42b. Douce dame, grez et graces vous rent
f. 42d. Sanz atente de guerredon
f. 43a. Elaz ! je sui refusez
f. 43b. J'ai souvent d'amours chanté
f. 43d. Onques d'amours n'oi nule si grief poine
f. 44a. Tant me plest a estre amis
f. 44c. Au nouviau tens que yvers se debrise
f. 45a. Au besoing voit on l’ami
f. 45b. L'autrier chevauchoie delez Pariz
f. 45d. De chanter m'est priz corage
f. 46b. Par amours ferai chançon
f. 46c. Mout ai chanté, rienz ne m'i puet valoir
f. 47a. Chanson ferai plainz d’ire et de pesance
f. 47b. Je chevauchoie l’autrier la matinée
f. 47d. Quant la sesons renouvele
f. 48a. L’autrier touz seus chevauchoie mon chemin
f. 48b. Tant ai d'amours qu'en chantant me fet plaindre
f. 48d. Quant la sesons du douz tens s'asseüre
f. 49a. Quant florissent li boscage
f. 49c. Chascuns me semont de chanter
f. 50a. Hui matin par .i. jornant
f. 50b. Bien voi que ne puis guerir
f. 50c. Destrece de bien amer
f. 51a. Quant avril et li biaux estez
f. 51c. Senz et reson et mesure
f. 52a. Quant plus me voi por bonne amour grever
f. 52c. La volenté est isnele
f. 52d. Tout autresi com descent la rousee
f. 53b. Au tens que noif, pluie et gelee
f. 54a. Bonne amour veut touz jorz c'on demaint joie
f. 54c. Aussi com l'eschaufeüre
f. 55a. Quaut voi l'iver departir 
f. 55d. Quant voi venir le trés doz tenz d'esté
f. 55d. Ne flnerai tant que j'aurai trouvee
f. 56b. Je ne sui pas esbahiz
f. 56d. Or me respondez, amours
f. 57a. L'autrier contre le tenz Pascor
f. 57b. Loiau desir et pensee jolie
f. 57c. Je n'ai loisir d'assez penser
f. 58a. Aymanz fins et vraiz
f. 58b. Quaut l'aube espine florit
f. 58d. Desconfortez et de joie parti
f. 59a. Pluseurs genz ont chanté
f. 59c. Se je ai esté lonc tenz en Romenie
f. 60a. Quant la seson desirree
f. 60b. Sanz guerredon ne puet amanz amer
f. 60d. Ja quier amours pour la grande merite
f. 61b. Ja de chanter ne me fust talenz priz
f. 61c. Amours est et male et bonne
f. 62a. On me reprent d'amours qui me mestroie
f. 62b. Aprés aoust que fueille de bosquet
f. 62d. Chant d'oisel ne pré flori
f. 63a. Anui et dure pesance
f. 63b. De jolie entencion
f. 63c. Au conmencier de la seson florie
f. 64a. Se ma dame ne refraint son courage
f. 64b. Qui trop haut monte et qui se desmesure
f. 64d. Pour folie me vois esbaïssant
f. 65a. En reprouvier ai souvent oï dire
f. 65b. Onques mes ne vi amant tenir
f. 65d. S'amours m'eüst jugié a droit
f. 66a. Bele dame me prie de chanter
f. 66b. Force d'amours mi destraint et mestroie
f. 66d. Ferm et entier, sanz fausser et sanz faindre
f. 67a. Tant est amours puissanz que que nus die
f. 67c. Amours, comment de cuer joli porroie
f. 68a. Chanter me fet pour mes maus alegier
f. 68c. Ne plus que droiz puet estre sanz reson
f. 68d. Cil qui chantent de fleur ne de verdure
f. 69b. L'autrier m'estoie montez
f. 69c. Trop est destroiz qui est desconfortez
f. 70a. Quant li cincenis s'escrie
f. 70b. Contre la froidour
f. 70c. Jamés ne cuidai avoir
f. 70d. Il feroit trop bon morir
f. 71a. Honor et bonne aventure
f. 71c. Bonne amour, conseilliez moi
f. 71d. Chanson voeil fere de moi
f. 72a. Puisqu'amours dont m'otroie a chanter
f. 72b. Se savoient mon torment
f. 72c. Tant ai en chantant proié
f. 73a. Oiez porquoi plaing et soupir
f. 73b. Quant l'erbe meurt, et voi la feuille chaïr
f. 73c. Tant de soulas com je ai de chanter
f. 73d. Qui sert de fausse priere
f. 74b. Haï ! amours, con dure départie
f. 74c. Conmencement de douce seson bele
f. 75a. Dame, ainsi est qu'il m'en couvient aler
f. 75b. Li nouviaus tens et mais et violete
f. 75d. Mout m'est bele la douce conmençaille
f. 76a. Mout ai esté longuement esbahis
f. 76c. Nouvele amour ou j'ai mis mon penser
f. 76d. La douce vois du roussignol sauvage
f. 77b. L’an que rose ne fueille
f. 77c. Car quel forfet et par quele achoison
f. 77d. Quant li rousignos jolis
f. 78b. Tant ne me sai de ma dolor conplaindre
f. 78c. Merci clamans de mon fol errement
f. 79a. Je chantasse volentiers liement
f. 79c. S'onques nus hom pour dure departie
f. 80a. A vous, amours, plus qu'a nule autre gent
f. 80c. Amours, que porra devenir
f. 80d. Chanter m'esteut, si crieng morir
f. 81a. Quant je voi esté venir
f. 81b. Chanter et renvoisier sueil
f. 81c. Li douz termines m'agree
f. 82a. Bonne amour sanz tricherie
f. 82b. Amours, s'onques en ma vie
f. 82d. Ce fu en mai au douz tenz gai
f. 83a. Nus n’a joie ne soulas
f. 83b. Amours n'est pas, que qu'en die
f. 83d. De joli cuer enamouré
f. 84a. Chançonnete voeil fere et conmencier
f. 84c. Rois de Navarre et sires de vertuz
f. 85a. Quant je voi et fueille et flor
f. 85c. A la plus sage et a la mieus vaillant
f. 86a. Amis Archier, cil autre chanteour
f. 86d. Chançon legiere a chanter
f. 87b. Clianter m' esteut pour fere contenance
f. 87c. Onques ne fui sanz amour
f. 87d. Quant li biaus estez repaire
f. 88b. Quant voi le felon tenz finer
f. 88c. Quant je voi l'erbe amatir
f. 88d. Trés haute amour qui tant s'est abessie
f. 89b. Amours, dont sens et cortoisie
f. 89d. Quant voi en la fin d'esté
f. 90a. Onques pour esloignement
f. 90c. J'ai un joli souvenir
f. 90d. Li jolis mais ne la flour qui blanchoie
f. 91b. Il ne me chaut d'esté ne de rousee
f. 91d. Je ne chant pas pour verdour
f. 92a. Quant partis sui de Prouvence
f. 92c. Lors quant je voi le buisson en verdure
f. 93a. Biau m'est du tenz de gaïn qui verdoie
f. 93b. Haute esperance garnie
f. 93c. Elas ! Or ai je trop duré
f. 94a. Quens d'Anjo, prenez
f. 94b. En voit souvent en chantant amenrir
f. 94d. Au tens nouvel que cil oisel
f. 95a. L'autrier aloie pensant
f. 95c. L'autre jour en .i. jardin / M'en aloie esbanoiant
f. 95d. Puisque je sui de l'amoureuse loy
f. 96b. Des ore més est reson
f. 96c. Nus hom ne set d'ami qu'il puet valoir
f. 96d. Quant li tenz pert sa chalour
f. 97a. Liez et jolis et en amours mananz
f. 97c. Pour quoi se plaint d'amors nus
f. 98a. Bonne amour fet senz et valeur doubler
f. 98b. Aucun qui voelent leur vie
f. 98d. Puisqu'amours me fet amer
f. 99a. Bonnement au conmencier
f. 99b. Biau maintien et cortoisie
f. 99c. J'ai par maintes fois chanté
f. 100a. Amours mi fet resbaudir
f. 100b. Joliement me demaine
f. 100c. Ma mort ai quise, quant je onques pensai
f. 101a. Sages est cil qui d'amours est norriz
f. 101b. Chançon ferai que talent m'en est priz
f. 101d. J’ai par maintes fois
f. 102a. Tant atendrai le secors
f. 102b. Pour moi deduire voeil d'amours conmencier
f. 102c. Or m'a mandé ma dame que je chant
f. 103a. Qui plus a ferme corage
f. 103b. Plus pensis et en esmai
f. 103d. Je me cuidoie partir
f. 104a. Qui plus aime, plus endure
f. 104b. Chanter me fet ce dont je crieng morir
f. 104d Desconfortez, plainz de dolour et d'ire
f. 105b. En chantant m’esteut conplaindre
f. 105c. Conment que longue demeure
f. 105d. A la douçour du tenz qui reverdoie
f. 106b. Bien doit chanter qui fine amor adrece
f. 106d. De mon desir ne sai mon mieus eslire
f. 107a. Amours dont sui espriz
f. 107b. J'aing par coustume et par us
f. 107c. Conment que d'amer me dueille
f. 108a. Cil qui touz les maus essaie
f. 108b. Chanter m'esteut que joie ai recouvree
f. 108d. Ma joie me semont
f. 109a. Li plus se plaint d'amours, mes je n'os dire
f. 109b. Li joliz maus que je sent ne doit mie
f. 109c. Li desirs qu'ai d'achever
f. 109d. Li granz desirs de deservir amie
f. 110b. En chantant plaing et soupir
f. 110d. Je ne chant pas sanz loial achoison
f. 111b. En demande mout souvent qu'est amours
f. 111d Amours, vostre seiguourage
f. 112a. Se j'ai chanté sanz guerredon avoir
f. 112c. Pour demeurer en amors sanz retrere
f. 113a. Tant ai d'amours apriz et entendu
f. 113d. Quant fleurs et glais et verdure s'esloigne
f. 114b. Fine amour et bonne esperance
f. 114c. Quant je plus sui en poor de ma vie
f. 115a. Bien doit chanter qui fine amor adrece
f. 115c. A l’entrant d'esté que li tenz conmence
f. 116a. Quant li buisson et li pré
f. 116b. La bonne amour qui en mon cuer repere
f. 116d. On ne porroit de mauvese reson
f. 117a. On dist que j'aing et pour coi n'ameroie
f. 117c. Au repairier en la douce contree
f. 118a. Quant voi la glaje meüre
f. 118c. D'amourous cuer voeil chanter
f. 118d. Anui et desesperance
f. 119a. Or voi je bien qu'il souvient
f. 119b. En loial amour ai mis 

ff. 120r - 140r : Traité des quatre necessaires : « Sesdisanz, ja soit ce que il aient plusors foiz destornees les bones oevres a faire ... — ... quant il trenche la compagnie de precieuse vertu de permanance. Explicit ».

Au f. 120rb : « An l'an de la grace de nostre Seignor .m. .ii. cenz et .lxvi. fu commenciez cest livre et achevez auquel nos metons non "le traitié des quatre neccessaires" ».

(Cf. Les bibliothèques françoises de La Croix-du-Maine et de Du Verdier …, par Rigoley de Juvigny, 1773, t. V, pp. 148-149).

 ff. 141r - 148r, Richard de Fournival,Bestiaire d'Amour en prose : « Moutes genz desierrent par nature a savoir et por ce que nus ne puet savoir tout par nature ... — ... ne me porroient vers vos valoir, si ne vous requiert vostre loiaus serjanz moi meesmes nule riens fors merci, merci, merci. Ci faut le bestiaire d'amours mestre Richart de Furnival ».
Publié par C. Hippeau (Paris, 1860, in-8°) ; cf. Histoire littéraire, t. XXIII (1856), p. 724 (art. de P. Paris).

ff. 148r - 155r : Chansons à la Vierge
Recueil de 30 chansons anonymes en l'honneur de la Vierge, dont une chanson en occitan au f. 151v. Les cinq dernières chansons sont des unica.

f. 148b. Vivre touz temps et chascuo jour morir
f. 148c. Chanter m'estuet de la sainte pucelle
f. 149a. Quant Dieus ot formé l'omme a sa semblance
f. 149b. L'autrier m'iere rendormiz
f. 149b. Quant froidure trait a fin
f. 149c. De la glorieuse fenix
f. 150a. Le volentez donc mes cuers est raviz
f. 150b. Cuers, qui son entendement
f. 150c. Tout ensement con retraient a l'aire
f. 150d. De fin cuer et d'aigre talent
f. 151a. Quant glace et nois et froidure s'esloigne
f. 151a Loee tant que loer
f. 151b. Rose cui nois ne gelee
f. 151c. Par vos m’esjau, done du firmament (Pillet 461, 192a)
f. 151c. Talent me rest pris de chanter
f. 151d. A la mere Dieu servir
f. 152a. Avuegles, muez et sourz
f. 152b. En plourant me couvient chanter
f. 152c. De la mere Dieu doit chanter
f. 152d. Dame, s’entiere entencions
f. 153a. De la mere Dieu chanterai
f. 153b. Bien est raison puisque Dieus m'a donné
f. 153c. Toute riens out commencement
f. 153d. Ja ne verrai le desir acomplir
f. 154a. Droiz est que la creature
f. 154a. De l'estoile mere au soloil
f. 154b. L'estoile qui tant est clere
f. 154c. De la volenté desierree
f. 154d. En la vostre maintenance
f. 155a. Tant me plaist toute phylosophye.

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (Français 24406, ff. 1-119)

Consulter la fiche numérisée (Français 24406)

Consulter la fiche numérisée (Français 24406)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 15071. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 144937.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution : R 144937.

Voir le document numérisé
vignette simple

Bibliographie

Catalogues et inventaires

Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. le duc de La Vallière. Première partie contenant les manuscrits, les premières éditions, les livres imprimés sur vélin & sur grand papier, les livres rares, & précieux par leur belle conservation, les livres d'estampes, & c. dont la vente se fera dans les premiers jours du mois de décembre 1783 par Guillaume de Bure, fils aîné, A Paris, chez Guillaume De Bure, fils aîné, libraire, quai des Augustins, 1783, II, pp. 193-197 [Gallica].

Bibliothèque nationale. Catalogue générale des manuscrits français. Anciens petits fonds français. II : Nos 22885-25696 du fonds français, Paris, Leroux, 1902, pp. 345-346, n° 24406.

Section romane, notice de "Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, fr. 24406" dans la base Jonas-IRHT/CNRS [consulté le 29/11/2022]

Editions du chansonnier V

Alfred JEANROY, "Les chansons de Philippe de Beaumanoir", dans Romania, t. 26 n°104 (1897), pp. 517-536.

Alfred JEANROY, Arthur LANGFORS, "Chansons inédites tirées du manuscrit français 24406 de la Bibliothèque nationale ?", dans Romania, t. 45 n°179-180 (1919), pp. 351-396.

Philippe de Rémi, Jehan et Blonde, Poems and Songs, edited from Paris BNF fr. 1588, Paris BNF fr. 24006[i.e. 24406], and Paris BNF fr. 837 by Barbara N. Sargent-Baur with an English translation of Jehan et Blonde, Amsterdam et Atlanta, Rodopi (Faux titre, 201), 2001.

Etudes concernant le chansonnier V

Gaston RAYNAUD, Bibliographie des chansonniers français des XIIIe et XIVe siècles comprenant la description de tous les manuscrits, la table des chansons classées par ordre alphabétique de rimes et la liste des trouvères, Paris, Vieweg, 1884, t. 1, pp. 186-198 (ms Pb14).

Eduard SCHWAN, Die altfranzösische Liederhandschriften, ihr Verhältnis, ihre Entstehung und ihre Bestimmung, eine litterarhistorische Untersuchung, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1886, pp. 108-117 (ms V).

Louis GAUCHAT, « Les poésies provençales conservées par des chansonniers français », Romania, 22 (1893), pp. 364-404 (ms H) – DOI: 10.3406/roma.1893.5784.

Alfred JEANROY, Bibliographie sommaire des chansonniers français du Moyen Âge (manuscrits et éditions), Paris, Champion, 1918, pp. 11-12 (ms V).

Clovis BRUNEL, Bibliographie des manuscrits littéraires en ancien provençal, Paris, Droz (Société de publications romanes et françaises, 13), 1935, p. 59, n° 195 [809.02 BRUN].

Nico VAN DEN BOOGAARD, « Les insertions en français dans un traité de Gérard de Liège », tiré à part de Mélanges de philologie et de littératures romanes offerts à Jeanne Wathelet-Willem, Liège : Marche romane, 1978 (pp. 680-697), cité p. 692. 

Susan M. JOHNSON, « The Lyrics of Richard de Semilli : a critical edition and musical transcription », State University of New York at Binghamton, 1992 (Medieval and Renaissance Texts an Studies, 81, Binghamton, New York, 1992.

Yvan G. LEPAGE, L'œuvre lyrique de Blondel de Nesle. Textes. Edition critique, avec introduction, notes et glossaire, Paris, Champion, 1994 (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Age, 22).

Samuel N. ROSENBERG, « The Lyric Poetry of Philippe de Remy », Romance Philology, (49/1) 1995, pp. 13-24.

Marcia J. EPSTEIN, "Prions en chantant": Devotional Songs of the Trouvères, Toronto, University of Toronto, 1997.

Pascale BOURGAIN, « La place de Philippe de Beaumanoir dans la littérature médiévale » dans Aspects de la vie au XIIIe siècle, histoire, droit, littérature. Actes du colloque international Philippe de Beaumanoir et les Coutumes du Beauvaisis, 1283-1983, Groupe d'étude des monuments et oeuvres d'art du Beauvaisis, 1983, pp. 111-115.

Maria Carla BATTELLI, « Le antologie poetiche in antico-francese », Critica del Testo, II, 1999, pp. 141-180.

Francesca GAMBINO, « L'anonymat dans la tradition manuscrite de la lyrique troubadouresque », Cahiers de civilisation médiévale, 43 (2000), pp. 33-90.

Mary O'NEILL, Courtly love songs of medieval France, Oxford, Oxford University Press, 2006.

Ursula PETERS, Das Ich im Bild : Die Figur des Autors in volkssprachigen Bilderhandschriften des 13. bis 16. Jahrhunderts, Böhlau, 2008.

Christopher CALLAHAN, « Collecting Trouvère Lyric at the Peripheries. The lessons of MSS Paris, BnF fr. 20050 and Bern, Burgerbibliothek 389 », tiré à part de Textual Cultures, n°8,2 (2013), pp. 15-30.

Jean-Baptiste CAMPS et Florian CAFIERO, « Genealogical Variant Locations and Simplified Stemma : A Test Case », dans Analysis of Ancient and Medieval Texts and Manuscripts : Digital Approaches, dir. Tara Andrews et Caroline Macé, Turnhout : Brepols, 2014, p. 69-94, manuscrit F du stemma. — 8-IMPR-12103.

La Formule au Moyen Âge. II, Actes du Colloque international de Nancy et Metz, 7-9 juin 2012, dir. Isabelle Draelants et Christelle Balouzat-Loubet, Turnhout : Brepols, 2015, cité p. 180, 186. — 8-IMPR-12282.

Helen DEEMING et Elizabeth Eva LEACH (dir.), Manuscripts and medieval song: inscription, performance, context, Cambridge : Cambridge University Press, 2015, cité p. 243-244. — 8-IMPR-12350.

Madeleine TYSSENS, Le chansonnier français U, publié d'après le manuscrit Paris, BnF, fr. 20050, Paris : Société des anciens textes français ; Abbeville : F. Paillart éditeur, 2015 (manuscrit V de l'édition critique). — 8-IMPR-12132.Georges VEYSSIERE, « Copie, authenticité et originalité dans les chansonniers de trouvères : un bref panorama », Questes, 29 (2015) [en ligne].

Stefano RESCONI, « Canoni, gerarchie, luoghi, tradizioni : le strategie compilative del canzoniere francese M (BNF, fr. 844), dans A. DECARIA, C. LAGOMARSINI (dir.), I confini della lirica tempi, luoghi, tradizione della poesia romanza, Florence : SISMEL - Edizione del Galluzzo, 2017, cité p. 168 n., p. 173 n., pp. 178-179, p. 189 n. 8-IMPR-12907.

Thibaut de Champagne, Les chansons textes et mélodies, Paris : Honoré Champion, 2018, cité p. 43. — 16-IMPR-3516.

Etudes sur le Bestiaire d'amour

C. SEGRE, Li Bestiaires d'amours di maistre Richart de Fornival e li Response du Bestiaire, Milano, 1957.

Ludmilla EVDOKIMOVA, « Disposition des lettrines dans les manuscrits du Bestiaire d'amour et sa composition : des lectures possibles de l'œuvre », Le Moyen Age, 102 (1996), pp. 465-498.

Jean-Baptiste CAMPS et Florian CAFIERO, « Genealogical Variant Locations and Simplified Stemma : A Test Case », dans T. Andrews et C. Macé (dir.), Analysis of Ancient and Medieval Texts and Manuscripts : Digital Approaches, Turnhout, Brepols, 2014, p. 69-94 (manuscrit F) — [8-IMPR-12103].

Sarah JAY, « Chant et désenchantement dans le Bestiaire d'Amours de Richard de Fournival », Le moyen français : revue d'études linguistiques et littéraires, vol. 76-77 (2016), cité p. 157.

Christopher LUCKEN, « Amours, suites et fins. Le Bestiaire d'Amours à la frontière du discours amoureux dans la tradition manuscrite », Medioevi. Rivista di letterature e culture medievali, 5 (2019), pp. 21-58.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Graziella Pastore (septembre 2023).

Adam De La Halle, dit le Bossu d'Arras. • Poésies.

Angecourt, Perrin d'. • Poésies.

Blondel de Nesle. • Poésies.

Brabant, Henri, duc de. • Poésies.

Charles Ier, roi de Naples et de Sicile, comte d'Anjou et de Provence. • Chansons.

Charles II, roi de Naples et de Sicile, comte d'Anjou et de Provence. • Chansons.

Eustache Le Peintre, de Reims. • Poésies.

Gace Brulé. • Poésies.

Gautier d'Argies. • Poésies.

Gautier d'Épinal Ou d'Espinaus. • Poésies.

Guillaume de Béthune. • Chansons.

Guyot de Dijon. • Poésies.

Hugues de Berzy, Bregi ou Bregui. • Poésies.

Jeux-partis.

Marie, Vierge. A. B. C. • Poésies en son honneur, chansons.

Martin le Béguin. • Chansons.

Moniot, Pierre, d'Arras. • Chansons et poésies.

Musique. • Musique notée.

Pierre de Molaines. • Chansons.

Quatre nécessaires, Traité des.

Raoul de Soissons. • Poésies.

Richard de Fournival. • Bestiaire d'amour.

Richard de Semilly. • Poésies.

Robert du Chastel. • Poésies.

Thibaut de Blaison. • Poésies.

Thibaut IV de Champagne, roi de Navarre. • Poésies.

Thierry de Soissons. • Poésies.