Français 782

Cote : Français 782  Réserver
Ancienne cote : Regius 7189
Ancienne cote : Dupuy II 793
Ancienne cote : Rigault II 1613
Ancienne cote : François Ier 191
XIV e siècle (vers 1340-1350)
Manuscrit en français
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits


Décoration:
200 peintures de la largeur d’une ou de deux colonnes ; 1 initiale historiée « S » au f. 1 (prologue), représentant Salomon en juge.
Pour François Avril, à l’exception du second cahier, le cycle pourrait avoir été dessiné par un seul artiste, la pose de la couleur ayant ensuite été confiée à plusieurs enlumineur : A (cahiers 1, 3, 4, 5, 6, 10) ; B (cahier 2) ; C (cahiers 19, 20, 21), D (cahier 15), E (cahiers 16, 17, 18), F (cahiers 19, 20, 21). Au f. 110v, se lit le nom de l’artiste « Turlon », inscrit en capitales et à la peinture blanche dans l’angle droit inférieur de la scène de l’enterrement d’Hector (voir Cipollaro 2012). Le style de B est proche de celui des artistes bolonais qui ont décoré deux autres mss du Roman de Troie : le ms. fr. v. XIV. 3 de la Bibliothèque publique de Saint-Pétersbourg et le cod. 2571 de l’Österrichische Nationalbibliothek de Vienne. Plus soigné que le ms. de Vienne, le ms. Français 782 en reprend la structure de plusieurs scènes.
Les personnages des miniatures sont désignés par des tituli rubriqués, tracés sur la peinture, sur son cadre ou à l’extérieur, parfois à des emplacements qui ont été grattés (f. 11v, 22v, 102v, 179).

Technique : peinture gouachée à dominantes vives ; or bruni, or mat.

Légendes des peintures : voir Avril – Gousset 2012, p. 153-158 et : http://www.mandragore.bnf.fr

Marques de fabrication : brèves mentions alphabétiques et numériques (« a i, a ii, s (barré) i, s ii à l’encre sous de nombreuses peintures, le chiffre correspondnt au nombre de peintures par bifolium et la lettre servant à distinguer le recto du verso d’un même bifolium (Avril – Gousset 2012, p. 159). Numérotation alphabétique continue tracée à la mine de plomb au-dessus des peintures à partir du 7e cahier, souvent effacée ou peu lisible : voir f. 116 (a), 118 (b), 119 (c), 119v (d), 120 ([e]), 129 ([m] recouvert par le sommet du pavillon etc.

Indications pour l’enlumineur. Indication iconographique « nave » inscrite à la mine de plomb au-dessus de l’image du f. 6. Indications de couleur : « R » barré sous la couche picturale des robes rose aux f. 10, 33, 35, 40v, 44v, 48, 54, 56v, 59v, 99, 118, 119v, 123v, 125v. – « b » pour bianco visible sur le cou du cheval blanc d’Agamemnon (f. 35) et indiquant la couleur des étoiles du f. 58. – Inscription du mot « bisa » sur le cou du cheval caparaçonné de brun clair rosé au f. 58. – « r » pour rosso sous la peinture du rideau rouge du f. 99.
Traces de décharges dans le 15e cahier : f. 144 et 147.

Décoration secondaire:
46 initiales ornées (3 à 4 lignes), à antennes végétales environnées de sequins d’or et de motifs végétaux, attribuables à la même main : f. 3, 6v, 15v, 22v (2), 34v, 35v, 38, 38v, 68, 71v, 77v, 83, 84v, 85v, 91(2), 96, 99v, 100, 113, 116, 122, 124, 137v, 140v, 143v, 145, 149v, 153, 156v, 157, 158v, 162v, 165, 166v, 168, 180, 183v, 185v, 187, 191v, 192v, 196, 197v, 203v.
Initiales filigranées (2 lignes) dues à deux mains, l’une étant responsable du second cahier, l’autre du reste de l’ouvrage. Au f. 9 : le champ de la lettre « Q » est occupé par un visage barbu. Dans le second cahier : enroulements festonnés à la manière bolonaise, lettre accompagnée d’un petit motif floral à cinq pétales ronds (Avril – Gousset 2012, p. 159).

Parchemin ; 207 feuillets, précédés de 3 gardes de papier moderne et de 2 gardes de parchemin, suivis d’une garde de parchemin et de 3 gardes de papier moderne ; contregardes en papier reliure ; 2 colonnes de 41-42 lignes par page ; 335 x 240 mm (justification : 225 x 165 mm)

20 quinions réguliers (f. 1-201) et 6 feuillets (f. 202-20) ; au 6e cahier (f. 51-61), erreur de numérotation et omission du f. 55 ; au 12e cahier (f. 112-122), erreur de numérotation et omission du f. 121 ; au 17e cahier (f. 163-170), erreur de numérotation : il y a deux f. 164 et 165 ; f. 191 manquant : on passe du f. 190 au f. 192.

Réclames. – Foliotation moderne, parfois fautive : il n’y a pas de f. 55, 121, 191 ; les f. 164 et 165 sont numérotés deux fois.
Inversion des 3e et 4e bifolia du premier cahier à la suite d’une erreur de pliage. Lire le texte dans l’ordre suivant : f. 1, 2, 4 et 5 (v. 306-622), 3 (v. 623-812), 8 (813-963), 6 (v. 964-1086), 7 (1087-1230), 9 (v. 1231 sq), 10.

Mentions (écriture moderne) inscrites au verso du premier feuillet de garde de parchemin : « Destruction de Trois ». – « Rithme. Destruction de Troye en vieil françois ». – Poëme commençant à l’expédition des Argonautes par Benevois de Sainte-More. Voyez la pag[e] 2e colonne 2, vers 29, et la page 8e. Voyez aussi le manuscrit 7624 et comparez les touts deux avec le Ms. grec 33522 (main du XIXe siècle) », « auj[ourd’hui] 2878 (addition postérieure) ». Petite feuille de papier collée, portant la transcription des v. 1301-1322 (« Si l’ot li rois a lui mandee …-… Merci vos rent sor toute rien ») copiés aux f. 9, col. 2 et10, col. 1 du ms. C et du passage correspondant du ms. BnF, Grec 7624.


Reliure de veau racinée, restaurée en 1970. Dos de maroquin rouge au chiffre de Napoléon Ier (1804-1815). Tranche dorée. Titre au dos : « LA DESTRUCTION DE TROYES ».

Réglure : encre rouge (premiers feuillets de garde) ; mine de plomb (f. 1-207).

Aux f. 1v et 207v : estampille de la Bibliothèque royale (Ancien Régime) : Josserand Bruno type A, n° 1.
Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

La provenance du manuscrit est mal connue. Trois mentions (prix, titre et décompte des feuillets) écrites en hébreu au verso du dernier feuillet de garde indiquent que, dès le XIVe siècle, le ms. fut déposé en gage : « quarante ducats / storia troiana / Les parchemuins ci-inclus, ils sont deux-cent-six parchemins » (Avril –Gousset 2012, p. 159-160).
Le manuscrit a appartenu au roi François Ier . On ignore comment il entra dans sa Bibliothèque personnelle, dont il porte la cote « 191 » dans les deux angles supérieurs du verso du premier feuillet de garde de parchemin. Il ne figure pas dans les inventaires des ducs de Milan. Maxence Hermant suggère deux hypothèses : acquisition à Venise par un des ambassadeurs ou envoyés du roi de France, héritage de Louise de Savoie (?) (Hermant 2015, cat. 94, p. 243).
Le volume est répertorié dans la Librairie royale de Fontainebleau(inv. fin XVIe, n° 2621) et dans l’ancien fonds royal : Rigault II (1622), n° 1613 ; Dupuy II (1645), n° 793 ; Regius (1682).
Anciennes cotes inscrites au f. 1 : [Rigault II ] MD[C]XIII (tache rendant illisible le "C") , [Dupuy II] 793, [Regius] 7189.

Présentation du contenu

Le manuscrit contient le Roman de Troie rédigé vers 1165 par le poète tourangeau Benoît de Sainte-Maure. Le ms. qui a reçu le sigle C appartient à la deuxième famille, section z, dont nous sont parvenus dix mss complets et deux fragments (Jung 1996, p. 27-37). On note une lacune de 840 vers (v. 9179-10018) commune aux mss B (BnF, ms. Français 375), C (BnF, Français 782), M (BnF, Français 19159) et W (Wien, ÖNB, Cod. 2571).
Manquent les v. 12275-334, lacune propre à C et W (Jung 1996, p. 177).
Inversion des 3e et 4e bifolia du premier cahier. Lire le texte dans l’ordre suivant : f. 1, 2, 4 et 5 (v. 306-622), 3 (v. 623-812), 8 (813-963), 6 (v. 964-1086), 7 (1087-1230), 9 (v. 1231 sq), 10.

F. 1-207v. Benoît de Sainte-Maure, [Roman de Troie]. « Salomon nos enseigne e dit / E si trovons an suen escrit …-… Celui gard Deus et tiegne et voie / Qi bien essauce et monteploie » (éd. Constans, t. I-IV).

Bibliographie

Catalogue :
François Avril et Marie-Thérèse Gousset, Manuscrits enluminés d'origine italienne, t. III, 2 : XIVe siècle, Emilie, Vénétie, Paris, 2012, n° 96, p. 152-160.

Sources imprimées :
Henri Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale ; t. II, 1909, p. 493, n° 1613 ; III, 1910, p. 43, n° 793 ; t. IV, 1913, p. 25, n° 7189.

Éditions :
Aristide Joly, éd., Benoît de Sainte-More et le Roman de Troie ou les métamorphoses d’Homère et de l’épopée gréco-latine au moyen âge [d’après le ms. BnF, Français 2181, complété par le ms. BnF, Français 1610], Paris, 1871, 2 vol. – Léopold Constans, éd., Le Roman de Troie par Benoît de Sainte-Maure, publié d’après tous les manuscrits connus, Paris, 1904-1912, 6 vol..

Texte :
Léopold Constans, « Notes pour servir au classement des manuscrits du roman de Troie », dans Études romanes dédiées à Gaston Paris, Paris, 1891, p. 195-237. – Emmanuèle Baumgartner, Benoît de Sainte-Maure et le modèle troyen, Modernité au Moyen Age. Le défi du passé, Recherches et rencontres Publ de la Fac de Genève, 1, Genève, 1990, p. 101-111. – Marc-René Jung, La légende de Troie en France au moyen âge. Analyse des versions françaises et bibliographie raisonnée des manuscrits, Tübingen, 1996, p. 177-180 (Romanica Helvetica, vol. 14). – Keith Busby, Codex and Context. Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, New York, 2002.

Illustration :
Hugo Buchthal, Historia Trojana, studies in the history of mediaeval secular illustration, London-Leiden, 1971, p. x (4-FAC SIM-824). – Christiane Raynaud, « Hector dans les enluminures du XIIIe au XVe siècle », dans Bien dire et bien aprandre, 10, 1992, p. 137-156. – Claudia Rabel, « L'estude d'un tres noble seigneur garny a planté de pluseurs beaulx livres», dans L'iconographie des bibliothèques médiévales dans les manuscrits enluminés, Le goût du lecteur a la fin du Moyen Age. Etudes réunies par Danielle Bohler, Cahiers du Léopard d'Or, 11, Paris, 2006, p. 245-289, en particulier p. 251. – Ursula Peters, Das Ich im Bild : Die Figur des Autors in volkssprachigen Bilderhandschriften des 13. bis 16. Jahrhunderts, Böhlau, 2008. – Costanza Cipollaro, « Turone di Maxio, miniatore del Roman de Troie di Parigi (BnF, ms. Français 782) », Codices Manuscripti, Heft 85-86, Dezember 2012, pp. 16-22. – Giordana Mariani Canova et Alessandra Perricciolo Saggese, éd., Il codice miniato in Europa.Libri per la chiesa, per la città, per la corte, Padoue, 2014, cité p. 279, 287, 291, 301, 302.

Exposition :
Maxence Hermant, dir., avec la collaboration de Marie-Pierre Laffitte, Trésor royaux. La bibliothèque de François Ier , cat. exposition château royal de Blois, 4 juillet-18 octobre 2015, Rennes, 2015, cat. 94, p. 243-244 (notice par Maxence Hermant).

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 18136. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 172518.

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Accéder au manuscrit numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Voir les images sur la base: http//www.mandragore.bnf.fr

Documents de substitution

Notice par Véronique de Becdelièvre (avril 2019)