Département des Manuscrits > Français > Français > Français 1-6170 [Ancien fonds] > Français 4105-4569

Français 4274

Cote : Français 4274  Réserver
Ancienne cote :  La Vallière 36bis
Ancienne cote : La Vallière 5295
XIVe siècle (vers 1353)
Naples

Littera gothica rotunda.
Enluminé par Cristoforo Orimina. Peinture à pleine page, miniatures, lettres ornées, bordures.
Parchemin et papier, [2]+55 ff., précédés de quatre gardes de papier et suivis de deux gardes de papier, 360 x 260 mm (just. 200 x 1400 mm).
Manuscrit trop fragile pour établir un relevé codicologique.
Ni réclames, ni signatures.
Les deux feuillets de parchemin non foliotés qui suivent les quatre gardes supérieures sont d'anciennes gardes.
Au f. 11, mention du XVIIe siècle : "9 feuillets peints".
Foliotation au crayon à papier, XIXe et XXe siècle.
Pas de réglure.
Reliure de maroquin rouge à décor doré à la dentelle, tranches dorées (Paris, atelier de Nicolas-Denis Derome, entre 1764 et 1768).
Reliure restaurée en 2014 : suppression des anciennes restaurations sur le mors supérieur, les coiffes et les nerfs ; rattachement du plat supérieur ; pose de deux coiffes neuves ; pose de quelques pièces de cuir (dossier BnF-ADM-2014-095808-01).
Estampille de la Bibliothèque nationale, de la Convention au Consulat, 1792-1804 (modèle Josserand-Bruno, n° 17).
Manuscrit en  français
Biblioth��que nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original : Français 4274.

Numérisation avant la restauration de 2014.

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 2039. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 58784.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution : R 58784.

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Réalisé pour Louis de Tarente, roi de Naples (au f. 2v., portrait de Louis de Tarente, et de son épouse, Jeanne de Naples, avec inscriptions, dans la bordure supérieure "LUDOVICUS DEI GRATIA REX IERUSALEM ET SICILIE", et dans la bordure inférieure, "DOMINUS LUDOVICUS REX DOMINA IOhANNA REGINA", et devise du roi, "SI DIEU PLEA" ; bordure fleurdelisée) ; offert en 1574 par la République de Venise au roi Henri III ; donné par celui-ci à Philippe Ier Hurault de Cheverny (1528-1599), chancelier de France (avec ordre de le détruire, selon Castelnau) ; Philippe Hurault (1579-1620), évêque de Chartres ; René de Longueil (1596-1677), marquis de Maisons, président à mortier du Parlement de Paris ; Nicolas de Nicolaï ( 1623-1686), marquis de Goussainville, premier président de la Chambre des comptes de Paris ; 
acquis par François-Roger de Gaignières après le 7 août 1697, date à laquelle il le fait copier chez "M. le P. de M." (BnF, Mss., Français 22290, f. 34), et même plus probablement après 1711 puisque le volume ne figure pas dans l'inventaire de la collection Gaignières alors dressé ;
non retrouvé par Pierre de Clairambault en 1715 (BnF, Mss., Clairambault 1032, p. 161 : "Un petit in folio relié en velours rouge contenant l’institution de l’ordre du Saint Esprit au droit désir par Louis d’Anjou roy de Sicile en 1352 avec le portrait de ce roy et de la reyne Jeanne sa femme a genoux devant une gloire, que les mistéres ou cérémonies de cet ordre sont peints en mignature autour des statuts ou sur les pages entières, le tout sur vélin. Cet original est fort mentionné dans nos histoires à propos de l’institution de l’ordre du Saint Esprit en 1578. Il doit aussy s’en trouver une copie faite trait pour trait par le sieur Boudan. Monsieur de Gaignieres a dit que l’original luy coutait 15 louis d’or, il en vaut davantage. [En marge : ] L’original ne fut pas trouvé"). Une lettre de Barthélemy Rémy à Clairambault, datée du 7 mars 1715, confirme la perte du manuscrit : "J'ay hier demandé à Monsieur s’il n’avait point mémoire de où estoit le livre de la Guirlande de Julie, avec le livre des chevalier du Saint Espriist [sic] institué par René d’Anjou [sic], qui estoit fort ancien, relié en velours rouge, que j’y avois pris garde et que je ne les avoient point veu. Il m’a fort bien répondu qu’il croyoit qu’ils n’estoient point sur le catalogue, mais que depuis il les avoit remis dans la bibliotèque, et que bien seurement ils y devoient estre" (Clairambault 1032, p. 165) ; 
Louis-Jean Gaignat (1697-1768), receveur général des consignations des requêtes du Palais (vente Paris, 1769, n° 3195 : "Les Statuts de l’Ordre du S. Esprit au droit désir, ou du Nœud, institué à Naples en 1352 ; par Louis, premier du nom, Roy de Jérusalem, de Naples & de Sicile, & renouvellé en 1579 par Henri III, Roy de France, sous le titre de l’Ordre du S. Esprit. MSS. Original de l’année 1352. Sur vélin, & décoré de très belles miniatures. In-fol. mar. r. * On trouve relié à la fin du volume, la Notice imprimée qu’a donnée particulièrement M. le Febvre de ce MSS. précieux & Original") ; 
acheté à cette vente par le libraire parisien Guillaume-François Debure (1732-1782) (cf. exemplaire BnF, RLR, RES-Q-539 annoté "600 livres de Bure jeune" en marge, de la main de l'abbé Jean-Joseph Rive, bibliothécaire du duc de La Vallière) pour Louis-César de La Baume Le Blanc de La Vallière (1709-1780) ; acheté par la Bibliothèque du roi à sa vente (Paris, 1784, n° 5295 : "Ces sunt les chapitres faites et trovees pour le tres excellent Prince Monseignour le Roy loys pour la grace de dieu Roy de Jerusalem et de Secille Alle honneur du saint esperit trouveur et fondeur de la tres nobles compaignie du saint esperit au droit desir Encommencee le jour de la penthecousthe lan de grace M. CCC LII. In fol. m. r. dent. Infiniment précieux manuscrit sur vélin, écrit en lettres de forme, à longues lignes. Il est enrichi de divers ornements peints en or & couleurs, & de miniatures qui représentent les cérémonies, les actes & les exercices prescrits aux Chevaliers du St. Esprit, au Droit Désir ou du Nœud […]") ; 
présenté au musée des Souverains au palais du Louvre, de 1852 à 1870 (n° 78, porté au plat supérieur) ; restitué en 1872.

Le volume a porté deux cotes La Vallière (cf. la mention "Lavall. 36bis olim 5295" à la première garde supérieure de parchemin).
La cote Supplément Français 1954, est une erreur (cf. BnF, Mss., NAF 5502, f. 161). Elle a été biffée et grattée au f. 1 et rayée au contreplat supérieur. Elle avait probablement été posée lors du retour du manuscrit en 1872. Cette cote a été utilisée pour les actuels BNF, Mss., NAF 3062-3063.

Présentation du contenu

Contient :
F. 1 : Page de titre peinte, "Institution de l'ordre du Saint Esprit par le roy de Sicile et de Hierusalem l'an mil trois cent cinquante deux. Manuscrit original sur vélin orné de très belles magnatures" (France, première moitié du XVIIIe siècle). Réalisée quand le volume se trouvait dans la collection de Louis-Jean Gaignat. 
F. 1v-2 : Blancs.
F. 2v-10v : Statuts de l'ordre du Saint-Esprit au droit désir.
F. 11-v : Blancs.
F. 12-55v : M. Le Febvre, Mémoire pour servir à l'histoire de France du quatorzième siècle, contenant les Statuts de l'ordre du Saint-Esprit au droit désir ou du Noeud, institué à Naples en 1352, par Louis premier du nom, roi de Jérusalem, de Naples et de Sicile, & renouvelé en 1579 par Henri III, roi de France, sous le titre de l'ordre du Saint-Esprit, avec une notice sur le manuscrit original qui renferme ces anciens statuts, & des remarques historiques sur cet ordre, A Paris, chez Guillaume-François de Bure, 1764.

La date du volume a été discutée par les historiens, pour savoir si le manuscrit avait été commandé pour la première réunion de l'ordre ou non. Au f. 4 figure en effet, à la place de l'enluminure qui aurait dû s'y trouver, une modification des statuts adoptée lors de la première réunion de l'ordre en 1353 (la date est donnée). Pour certains, ce texte a été copié après grattage de l'enluminure. Or l'analyse du volume tend à montrer qu'il n'y a aucune trace de grattage. Gratter proprement une aussi grande surface était très difficile ; il était rare en outre, étant donné le prix d'un tel décor, de gratter de grandes enluminures. On peut proposer l'hypothèse suivante : le manuscrit n'est pas le volume originel servant à l'ordre, mais l'exemplaire royal. Lors de la copie, le premier aurait servi de modèle au second, l'ajout de texte étant copié à la place d'une enluminure figurant dans le modèle.

François-Roger de Gaignières en fit réaliser une copie (BnF, Mss., NAF 1489) alors que le manuscrit n'était pas encore entré dans sa collection.

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (manuscrits d'origine italienne, VIIIe-XVe siècles : Français 4274)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Bibliographie

Catalogue :
Catalogue des manuscrits français, t. 3, Ancien fonds, Paris, 1881, p. 693. 

Etudes :
Michel de Castelnau, Les Mémoires de messire Michel de Castelnau, seigneur de Mauvissière […], éd. par Jean Le Laboureur, Paris, 1659, t. 2, p. 895-901.
Bernard de Montfaucon, Les monumens de la monarchie françoise, qui comprennent l’histoire de France avec les figures de chaque règne que l’injure des tems a épargnées, t. 2, Paris, 1730, p. 327-342.
M. Le Febvre, Mémoire pour servir à l'histoire de France du quatorzième siècle, contenant les Statuts de l'ordre du Saint-Esprit au droit désir ou du Noeud, institué à Naples en 1352, par Louis premier du nom, roi de Jérusalem, de Naples et de Sicile, & renouvelé en 1579 par Henri III, roi de France, sous le titre de l'ordre du Saint-Esprit, avec une notice sur le manuscrit original qui renferme ces anciens statuts, & des remarques historique ssur cet ordre, Paris, 1764.
Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. 1, Paris, 1868, p. 191-192.
Ernest Quentin-Bauchart, La bibliothèque de Fontainebleau et les livres des derniers Valois à la Bibliothèque nationale (1515-1589), Paris, 1891, p. 167-168.
Adalbert Erbach von Fürstenau, "Pittura e miniatura a Napoli nel secolo XIV", L’Arte, t. 8, 1905, p. 2-4.
Pietro Toesca, Storia dell’arte italiana, II, Il Trecento, Turin, 1951, p. 829 et 831.
Émile Léonard, Les Angevins de Naples, Paris, 1954, p. 368.
Mario Salmi, L'enluminure italienne, Paris, 1956, p. 38.
Carlo De Clercq, « Le miniaturiste napolitain Christophe Orimina », Gutenberg-Jahrbuch, 1968, p. 59-65.
Fernandino Bologna, I pittori alla corte angioina di Napoli, 1266-1414, e un riesame dell' arte nell' età fridericiana, Rome, 1969, p. 307-309.
Alessandra Perricioli Saggese, "Aggiunte a Cristoforo Orimina", dans Studi di storia dell’arte in memoria di Mario Rotili, Naples, 1984, t. 1, p. 253 et 257.
Pierliugi Leone de Castris, Arte di corte nella Napoli  angioina, Florence, 1986, p. 378.
D’Arcy Jonathan Dacre Boulton, The Knights of the crown. The monarchical orders of knighthood in Later medieval Europe 1325-1520, Suffolk, 1987, p. 219-221.
Alessandra Perriccioli Saggese, "L’enluminure à Naples au temps des Anjou", dans L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du XIIIe au XVe siècle, cat. exp., Fontevraud, abbaye royale, 15 juin-16 septembre 2001, Paris, 2001, p. 122 et 129.
Nicolas Bock, "L’Ordre du Saint-Esprit au Droit Désir. Enluminure, cérémonial et idéologie monarchique au XIVe siècle", dans Nicolas Bock, Peter Kurmann, Serena Romano et Jean-Michel Spieser (dir.), Art, Cérémonial et Liturgie au Moyen Âge, actes du colloque de Lausanne/Fribourg, 24-25 mars, 14-15 avril et 12-13 mai 2000, Rome, 2002, p. 415-460.
Alessandra Perriccioli Saggese, "Orimina, Cristoforo", dans Milvia Bollati (dir.), Dizionario biografico dei miniatori italiani, secoli IX-XVI, Milan, 2004, p. 838-840.
Alessandra Perriccioli Saggese, "Gli Statui dell’Ordine dell Spirito Santo o del Nodo. Immagine e ideologie del potere regio a Napoli alla metà del Trecento", dans Arturo Carlo Quintavalle (dir.), Medioevo. Immagini e ideologie, actes du colloque de Parme, 23-27 septembre 2002, Milan, 2005, p. 519-524.
Andreas Bräm, "Zeremoniell und Ideologie im Neapel der Anjou. Die Statuten vom Orden des Heiligen Geistes des Ludwig von Tarent. Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 4274", Römisches Jahrbuchder Bibliotheca Hertziana, t. 36, 2005, p. 45-92.
Evelyn Korsch, "Diplomatic Gifts on Henri III’s Visit to Venice in 1574", Studies in the Decorative Arts¸ t. 15, 2007, p. 83-113, p. 88 et 90.
Alessandra Perriccioli Saggese, "Christophoro Orimina. An Illuminator at the Angevin Court of Naples", dans Lieve Watteeuw et Jan Van der Stock (dir.), The Anjou Bible. A royal manuscript revealed. Naples 1340, cat. exp., Louvain, M Museum, 17 septembre 2010-5 décembre 2010, Louvain, 2010, p. 115 et 120-122.
Anne Ritz-Guilbert, "Les Statuts de l’ordre du Saint-Esprit au droit désir (Naples, 1353) et sa copie au XVIIe siècle : une entreprise méconnue de François-Roger de Gaignières", dans Claudia Rabel (dir.), Le manuscrit enluminé. Études réunies en hommage à Patricia Stirnemann, Paris, 2014, p. 281-299.
Anne Ritz-Guilbert, La collection Gaignières. Un inventaire du royaume au XVIIe siècle, Paris, 2016, p. 238-250.

Fac-similé
Horace de Viel-Castel, Statuts de l’ordre du Saint-Esprit du droit Désir ou du Nœud, par Louis d’Anjou, premier du nom, roi de Jérusalem, de Naples et de Sicile. Manuscrit du XIVe siècle, conservé au Louvre dans le musée des Souverains français ; avec une notice sur la peinture des miniatures et la description du manuscrit, Paris, 1853.

Expositions :
Henry Barbet de Jouy,  Notice des antiquités, objets du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes composant le musée des souverains, Paris, 1866, p. 133-140.
Trésors des bibliothèques d’Italie, IVe-XVIe siècles, cat. exp., Paris, Bibliothèque nationale, 4 juillet-23 octobre 1950, Paris, 1950, n° 140.
Florence Callu et François Avril, Boccace en France. De l’humanisme à l’érotisme, cat. exp., Paris, Bibliothèque nationale, 9 octobre 1975-4 janvier 1976, Paris, 1975, n° 8.
François Avril (dir.), Dix siècles d’enluminure italienne, VIe-XVIe siècles, cat. exp., Paris, Bibliothèque nationale, 8 mars-30 mai 1984, Paris, 1984, n° 61.
L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du XIIIe au XVe siècle, cat. exp., Fontevraud, abbaye royale, 15 juin-16 septembre 2001, Paris, 2001, n° 57 (notice d’A. Perriccioli Saggese).
Benedetta Chiesi, Michel Huynh et Marc Sureda i Jubany (dir.), Voyager au Moyen Âge, cat. exp., Paris, musée de Cluny – musée national du Moyen Âge, 22 octobre 2014-23 février 2015, Paris, 2014, n° 8. 

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Maxence Hermant (juillet 2020)

Dépouillement bibliographique

Ce dépouillement bibliographique est réalisé de façon systématique à partir des publications acquises par le département des Manuscrits. Il est issu de chargements périodiques (dernier chargement : février 2021).

2011

Anette CREUTZBURG, Die heilige Birgitta von Schweden. Bildliche Darstellungen und theologische Kontroversen im Vorfeld ihrer Kanonisation (1373-1391), Kiel : Verlag Ludwig, 2011, cité p. 99, 237. — 4-IMPR-3701.