Département des Manuscrits > Français > Français > Français 1-6170 [Ancien fonds] > Français 1-409

Français 34

Cote : Français 34  Réserver
Ancienne cote : Regius 6719
Ancienne cote : Dupuy II 73
Ancienne cote : Rigault II 73
Tite-Live, Ab Urbe condita ,traduction française parPierre Bersuire (Première Décade)
Manuscrit en français
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
XVe siècle (vers 1470-1480)
 Flandre (Bruges).
Ecriture bâtarde. Lettres cadelées dans les marges .

 La décoration a été attribuée au Maître de Marguerite d'York ainsi dénommé d'après un recueil de dévotion de Marguerite d'York (Bruxelles, KBR, ms. 9305-9306), actif à Bruges autour de 1470-1480. Louis de Bruges fut son principal commanditaire (voir Hans-Collas ― Schandel 2009, t. I, p. 98-99).
106 peintures : 11 peintures à mi-page (205-235 x 205mm) en tête du prologue et au début de chaque livre (f. 1, 9, 63, 122v,185v, 233, 276, 313v, 352v, 390v, 436v) et 95 petites de la largeur d'une colonne (f. 14v, 18v, 23v, 30, 34v, 39v, 44v, 49, 50v, 59, 60, 68, 74, 79, 84, 91v, 99, 102v,106, 110,116v, 119v, 124,126v, 132v, 141v, 145, 158,159, 162v, 164,169v, 171v,174,179v,190v, 193, 198, 201v, 203v, 207, 210, 211v, 215, 218, 223v, 227, 234v, 241v, 244, 249, 253v, 258v, 261v, 266v, 268v, 278, 283, 287, 291v, 295v, 298v, 302v, 309, 235v, 334, 339v, 343v, 346v, 358, 361, 367, 369v, 375, 383, 391v, 394, 398v, 401v, 404, 406, 413, 415, 418v, 423v, 426, 428, 234v, 441v, 446, 449v, 458, 463, 467, 471). 
La décoration secondaire a été attribuée à deux ornemanistes. Le premier a œuvré pour les f. 1 à 141v : les encadrements sont ornés d'acanthes bicolores bleu et or, délinées de mauve, de fleurs variées, de fruits (fraises et framboises). La main du deuxième ornemaniste se distingue aux f. 145-471 : acanthes plus maigres, davantage endentées, fruits (fraises et raisins), feuilles plus renflées, nombreux oiseaux (Hans-Collas ― Schandel 2009, t. I, p.106). Pour le décor champi, au moins trois mains intervenant au changement de cahier ou sur des bifeuillets illustrés. 
Initiales champies sous les miniatures et les rubriques avec vignettes à fleurs, pieds-de-mouche et bouts-de-ligne champis.

Parchemin. 476 f. précédés de trois gardes de parchemin (la 1re garde étant collée sur un f. de papier), suivis d'une garde de papier, 2 colonnes de 37 lignes par page , 445/450 x 340/350 mm (justification: 280/285 x 205 mm).
60 cahiers, quaternions réguliers, à l'exception du dernier cahier : 1er au 59e cahier de huit feuillets (f. 1-472), 60e cahier de quatre feuillets (f. 473-476). Quelques réclames apparentes. ― Foliotation originale en chiffres romains. ― Incipits et explicits rubriqués. ― Titres courants, incipits et explicits rubriqués.
Titre sur la garde de parchemin (écriture du XVIe siècle) : « Premiere Decade de Tite Live contenante dix livres ».
Réglure à l'encre rose.
Aux f. 1 et 476v estampille de la « BIBLIOTHECA REGIA » (Ancien Régime),correspondant au n°1 (type A) de Josserand-Bruno.
Reliure de maroquin rouge aux armes et chiffres royaux (XVIIe-XVIIIe s.), tranches dorées et ciselées, titre doré au dos : « TITE LIVE ».
Volume restauré en 2021 : mise à plat des feuillets froissés ; restauration des gardes ; restauration des déchirures du corps d'ouvrage ; dépose du dos ; retrait des anciennes claies ; débrochage du volume ; confection de nouveaux nerfs (septain + peau tara) ; couture comblée refaite sur sept nerfs ; restauration des plats carton ; remise en forme du dos ; pose de nouvelles claies ; réalisation de nouvelles tranchefiles pékinées ; passure en carton ; réalisation d'un demi en chèvre ; incrustation des mors et repose du dos (dossier BnF-ADM-2021-001397-01).

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original : Français 34.

Numérisé sur co-financement du Connecting Europe Facility dans le cadre du projet européen ARMA.

Conditions spécifiques d'utilisation (sous convention Europeana ARMA - CC BY-SA 2.0).

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Le ms. Français 34 a appartenu à Louis de Bruges, seigneur de Gruuthuse, dont les armoiries aujourd'hui recouvertes de l'écu de France sont visibles en transparence au f. 1. Contrairement aux mss commandités par le bibliophile, elles ne font cependant pas partie du décor de l'encadrement mais ont été ajoutées dans l'entrecolonne : il est vraisemblable que le ms. ne fut pas une commande mais un achat destiné à compléter le ms. BnF, Français 267 qui contient les IIIe et IVe Décades.

Il entra dans des circonstances indéterminées, peut-être par un don par Jean de Bruges de la collection de son père au roi Louis XII, dans la Bibliothèque du roi. Il est répertorié dans l'inventaire de la Librairie royale de Blois de 1518 sous le n° 225 : « Tite Live, premier volume, contenant la premiere Decade » (Omont 1908, t. I, p. 35). Il est aussi cité dans l'inventaire dressé en 1544 avant le transfert des collections à la Librairie royale de Fontainebleau sous le n° 1373 : il était alors couvert de velours noir » (Omont 1908, t. I, p.224). Une fenêtre découpée dans un feuillet de papier collé sur la contregarde laisse apparaître une mention localisant le volume dans la Librairie de Blois : « Des histoyres et livres en françoys, au pulpitre second par terre, du cousté devers la cour ». Il est de même répertorié dans la Bibliothèque du roi à Paris, fin XVIe sous le n° 1027 (Omont 1908, t. I, p. 313, n° 1027). Il correspond à la notice n° LXXXVII des mss de Louis de Bruges conservés à la Bibliothèque royale en 1831 inventoriés par Joseph Van Praet (Van Praet 1831, n° LXXXVII).

Anciennes cotes figurant au f. 1 : « [Rigault II] vingt » (Omont 1909, II, p. 262) ; « [Dupuy II] 73 » (Omont 1910, t. III, p. 7) ; « [Regius] 6719 » (Omont 1913, t. IV, p. 2).

Présentation du contenu

F. 1-476. Titus Livius, Ab Urbe condita, traduction française par Pierre Bersuire : Ire Décade (Livres I à X).

F. 1-2. [Prologue du translateur]. « A prince de tres souveraine excellence, Jehan roy de France par la grace divine, frere Pierre Berteure, son petit serviteur …-… affin qu'en celluy cappitre chascun puisse sçavoir en lisant tout le livre queles significations ont les mos qu'il trouvera etc ».

F. 2-8. [Glossaire]. « C'est le chapitre de la declaration des mos qui n'ont point de propre françois ou qui autrement ont mestier d'estre declarairiés en ceste translation (rubr.) ». « Augure » / « Auguremens » / « Inauguracion » …-… « Velitez » … « Et furent appellez velitez pour leur velocité et pour leur legieretté ».

F. 9-62v. [Livre I]. « Cy commence Titus Livius translaté de latin en françois a la requeste de tres noble et tres souverain prince Jehan, par la grace de Dieu roy de France, par frere Pierre Berteure a present pri. de saint Eloy de Paris, l'an mil .CCC. .L. et deux (rubr.) ». « Se je me prens a escripre les choses faictes par les Rommains des le commencement que Romme fu fondee, je ne say pas se ce sera chose convenable …-… Et furent esleuz par les centuries selonc la fourme de l'ordonance que fist jadis le roy Servius Tullius, lesquelz consulles furent les dessus dis Junius Brutus et Tarquinius Collativus ». « Cy fine le premier livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr.) ».

F. 63-122. [Livre II]. « Ci parle du gouvernement de Romme aprés les roys dechassés et comment ilz creerent premierement consulz (rubr. f. 62v) ». « Desoresmais me prenderay a traictier les fais du peuple rommain ainsi delivré comme dessus est fit …-… mais pour ce que leurs couraiges leur estoient cheuz, leurs tentes prinses en la dessus dicte bataille infortunee ». « Cy fine le second livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr., f. 122) ».

F. 122v-185. [Livre III]. « Comment Quincius Fabius apaisa la sedicion des peres et des consules (rubr., f. 122) ». « Puis que la cité d'Autie fu prinse par les Rommains, Titus Emilius et Quintus Fabius furent fais consules. Celluy Quintus Fabius estoit cilz qui estoit tout seul demouré …-… Si fut le demourant de cestui an paisible et en respo(n)s de tous esmouvemens urbains et forains ». « Cy fine le tiers livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr.) ».

F. 185v-232v. [Livre IV]. « Comment Camillus, tribun du peuple, requist au senat que mariages se traittassent et se feissent entre les peres et le peuple. Chappitre premier (rubr., f. 185) ». « Des consules dessus dis ensievyrent deux autres. Ce furent Marcus Gemicius et Publius Curatius …-… Mais c'est certain que ceste n'est pas celle, comme ceste soyt assise ou champ des Volques et non pas des Veyens, de laquelle nous avons raconté la destruction ». « Cy fine la quart livre de la premiere decade de Titus Livius. Et commence le .V.e cy aprest (rubr.) ».

F. 233-275v. [Livre V]. « Comment les Rommains creerent nouveaux tribuns (rubr., f. 232v) ». « Combien que autre part les Rommains eussent paiz, toutefois eulz et les Veiens estoient en armez par si grant yre …-… et les conduis soustrais qui souloient aler droitement par les ruees vont orendroit soubz les maisons privees, et que la forme et la figure de la cité est plus samblable a cité occupee que a cité devisee et ordonnee ». « Cy fenist le quint livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr.) ».

F. 276-313. [Livre VI]. « Comment les Rommains creerent nouviaux tribuns. Chappitre premier (rubr., f. 275v) ». « Les choses faites par les Rommains des le temps que Romme fu fondee jusques au temps que elle fu prinse par les Gaules …-… et que par toute celle annee les peres fussent aucteurs et gouverneurs en tous les comices qui seroient fais ». « Cy fine le VIe livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr.) ».

F. 313v-352. [Livre VII]. « Cy commence le septieme livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr., f. 313) ». « Celui an sera renommés et notable pour cause du consulat du nouvel homme et pour cause des .II. (.II. : souligné à l'encre rouge) magistras nouviaux …-… Car oultre l'aliance des Latins fallace et non fiable, le Privernate pillerent et gasterent par diverses courses Ecie, Secie et Norle, colonie rommainnes ». « Cy fine le .VII.e livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr.) ».

F. 352v-390. [Livre VIII]. « Cy commence le .VIII.e livre de la premiere decade de Titus Livius. Chappitre premier (rubr., f. 352) ». « Comment les Rommains desconfirent les Privernates et les Auciates (rubr.) ». « La estoient consules nouveaux Gayus Plaucius, Lucius Emilius Mamertus, quant le message des Sedins et des Norbains vint a Romme …-… mesmement on ne treuve point aucun certain aucteur qui soit de celui temps a qui en ceste matiere on puisses assez croire ». « Cy fine le .VIII.e livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr.) ».

F. 390v-436. [Livre IX]. « Cy commence le .IXe livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr., f. 390) ». « Chappittre premier. « Comment les legas des Sanniciens alerent a Romme requerir paix pour les trieves qu'ilz avoient rompues (rubr., f. 390) ». « Aprés ceste annee, la paix caudine qui fu noble et notable pour cause de la desconfiture rommainne sous les consules Titus Veturius Calvinus et Spurius Postumus …-… lequel seurnom il n'avoit oncques peu acquerre par touttes les victoires qu'il avoit eues ou temps passé. Et si dist on que par lui fut establi que les chevaucheurs fussent transporté es ydez quinciliennes ». « Cy fine le nueufiesme livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr.) ».

F. 436v-476v. [Livre X]. « Comment les Rommains peuplerent plusieurs contrees. Chappitre premier (rubr., f. 436) ». « Cy aprés s'ensuit le .X.e livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr., f. 436v) ». « « Sous les consules Lucius Gemicius et Servius Cornelius, l'en eust aussi comme sejour et repos des batailles forainnes …-… mais neantmoins en ceste annee n'en peut estre riens fait, pour ce que les consules furent occupés es guerres, mais que touttefois on fist supplication par ung jour seullement a Esculapius ». « Cy fine le .X.e livre de la premiere decade de Titus Livius (rubr.) ».   

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 11842. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 9273.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Voir le document numérisé
vignette simple

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (Français 34)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Catalogues :

Paulin Paris, Les manuscrits françois de la Bibliothèque du roi, Paris, 1836-1848, t. I, p. 37.

Bibliothèque impériale, Département des Manuscrits, Catalogue des manuscrits français, t. I : Ancien fonds, Paris, 1868, p. 2, n° 34. 

Henri Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, Paris, 1908-1913, t. I, p. 35, n° 225 ; p. 224, n° 1373 ; p. 323, n° 1027 ; t. II, p. 262, n° 20 ; t. III, p. 7, n° 73 ; t. IV, p. 2, n° 6719.

Ilona Hans-Collas et Pascal Schandel, Manuscrits enluminés des Pays-Bas méridionaux, t. 1 : Manuscrits de Louis de Bruges, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2009, cat. 24, p. 102-107.

Editions :

Curt J. Wittlin (éd.), Ab Urbe condita, I, 1-13, Tübingen, 1970.

Marie-Hélène Tesnière, Le livre IX des "Décades" de Tite-Live traduites par Pierre Bersuire, suivi du commentaire de Nicolas Trivet. Édition critique, diplôme d'archiviste paléographe, École nationale des chartes, 1977.

Ead., « À propos de la traduction de Tite-Live par Pierre Bersuire, le manuscrit Oxford, Bibliothèque Bodléienne, Rawlinson C 447 », Romania, 118, 2000, p. 449-498 (édition du prologue et du lexique p. 485-498).

Ead., « Une traduction des Décades de Tite-Live pour Jean le Bon », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 23, 2006, p. 81-85 (édition du prologue).

Etudes :

C Jacques Monfrin, « Les traducteurs et leur public en France au Moyen Âge », Journal des savants, 1964, p. 5-20 ; réimpr., dans Jacques Monfrin (éd.), Études de philologie romane, Genève, 2001, p. 787-801. 

Jacques Monfrin et Charles Samaran, « Pierre Bersuire, prieur de Saint-Éloy de Paris (1290 ?-1362) », dans Histoire littéraire de la France, 1962, p. 259-450.

Frédéric Duval, « Le glossaire de traduction, instrument privilégié de la transmission du savoir », dans Pierre Nobel (éd.), La transmission des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance du XIIe au XVe siècle, Besançon, 2005, p. 43-64.

Marie-Hélène Tesnière, « Un manuscrit exceptionnel des Décades de Tite-Live par Pierre Bersuire », dans Claudio Galderisi et Cinzia Pignatelli (éd.), La traduction vers le moyen français, Turnhout, 2008, p. 149-164.

Claudio Galderisi (dir.), Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe siècles). Étude et Répertoire, Turnhout, 2011, 2/1, n° 93, p. 250-252.

Marie-Hélène Tesnière, « Pierre Bersuire, traducteur des Décades de Tite Live : Nouvelles perspectives », dans Marie-Hélène Tesnière, Olivier Delseaux et Tania Van Hemelryck, Quand les auteurs étaient des nains: Stratégies auctoriales des traducteurs français de la fin du Moyen Âge, Turnhout, 2019, p. 113-158.

Codicologie :

Frédéric Duval (éd.), Le Miroir des classiques : http://elec.delisle.enc.sorbonne.fr/miroir/titelive/traduction/para=bersuire.html

Historique:

Joseph Van Praet, Recherches sur Louis de Bruges, seigneur de la Gruthuyse... ; suivies de la notice des manuscrits qui lui ont appartenu et dont la plus grande partie se conserve à la Bibliothèque du roi, Paris, 1831, n° LXXXVII.

Claudine Lemaire, « De bibliothek van Loedewijk van Gruuthuse », dans Vlaamse Kunst op perkament. Handschriften en miniaturen te Brugge van de 12 tot de 16de eeuw, Brugge, 1981, p. 226, n° 47.

Ursula Baurmeister et Marie-Pierre Laffitte, Des livres et des rois : la Bibliothèque royale de Blois, Paris, 1992.

Maximiliaan P. J. Martens (dir.), Lodewijk van Gruuthuse. Mecenas en europees diplomaat ca 1427-1492 [cat. d’exposition, Bruges, Gruuthusemuseum et O.-L.-Vrouwekerk, 19 septembre -31 novembre 1992], Bruges, 1992, p. 122, 131 (fig), 132 (fig.), 134, 142, 144.

Marie-Pierre Laffitte, « Les manuscrits de Louis de Bruges, chevalier de la Toison d'or », dans Le banquet du faisan, Arras, 1997, p. 243-255, cité p. 248, n. 20 ; p. 251, n. 39 ; p. 252, n. 50 ; p. 254, n. 60.

Illustration :

Maurits Smeyers, L’Art de la miniature flamande du VIIe au XVIe siècle, Tournai, 1998, p. 406, 416, n. 107.

Mara Hofmann et Ina Nettekoven, Philippe de Mazerolles. Ein unbekanntes Studenbuch aus Brügge, Rotthalmünster, 2004, p.74-76, fig. 33-34

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Delphine Mercuzot (août 2019) et Véronique de Becdelièvre (décembre 2020).