Département des Manuscrits > Français > Français > Français 1-6170 [Ancien fonds] > Français 1-409

Français 301

Cote : Français 301  Réserver
Ancienne cote : Rigault II 318
Ancienne cote : Dupuy II 444
Ancienne cote : Regius 6925
XV e siècle (début : vers 1400)
France, Paris.
Écriture : Littera textualis. Le copiste est celui du ms. BnF, Français 260-262 (Tite Live, Décades I, III, IV, traduction en français par Pierre Bersuire) et de la Bible historiale de Londres, BL, Harley 4381-4382 (?). Le ms. a vraisemblablement été copié dans l'atelier du librairie parisien Regnault du Montet.
Décoration : François Avril a attribué la décoration du ms. à trois artistes. Perrin Remiet, enlumineur actif à Paris entre 1383 et 1415, a illustré les f. 1-88, 99-102, 105-144, 161-168, 177-184, 193-200, 209-288, et a réalisé les trois premières grandes peintures. Le second artiste, actif à Paris entre 1400 et 1420, est désigné sous le nom de Maître d'Orose, en raison de son illustration du ms. Français 301, dont le texte de l'Histoire ancienne est en partie basé sur l'Histoire d'Orosius. On lui doit les peintures des f. 89-96, 97v, 104v, 145-160, 169-176, 185-192, 201-208. Un troisième artiste, sans doute un collaborateur du Maître d'Orose, a peint les enluminures des f. 97v, 98 et 103 (Avril 1969, p. 307, n. 1).
De même que le ms. de Londres, BL, Stowe 54, le ms. Français 301 a eu pour modèle le ms. de la British Library, Royal 20. D. I, ms. napolitain (XIVe s) qui a appartenu au roi Charles V avant d'entrer dans la librairie de Jean de Berry. Les quatre peintures relatives à l'histoire de Troie (f. 25, 59, 134v et 147) ont été littéralement reproduites d'après les peintures des f. 26v, 67, 154 et 169 du ms. Royal 20. D. I. Comme le précise François Avril, les illustrations marginales du ms. de Londres ont été insérées avec moins de fidélité au cours du texte du ms. Français 301, d'un style plus parisien. Alors que le ms. Royal 20. D. I comporte 301 enluminures, le ms. Français 301 en contient 228 : 17 enluminures pour Thèbes (nombre identique à celui du ms. Royal 20 D. I) ; 4 enluminures pour la Section IV (8 dans le ms. Royal 20. D. I) ; 12 peintures pour Énée (17 dans le ms. Royal 20. D. I) ; 142 enluminures pour Troie (151 dans le ms. Royal 20. D. I) ; 9 enluminures pour Cyrus et Xersés (nombre identique à celui du ms. Royal 20. D. I) ; 44 enluminures pour Rome I et II (une centaine dans le ms. Royal 20 D. I).
Peinture frontispice de la largeur de 2 colonnes, à quatre compartiments inscrits dans des cadres polylobés tricolores (f. 1) : naissance d'Œdipe, Laios ordonnant de tuer Oedipe, abandon d'Oedipe, Œdipe recueilli par Polybos (fonds fleurdelisé).
Quatre peintures pleine page : f. 25 (début de l'Histoire de Troie : représentation de la ville de Troie) ; f. 59 (bataille entre Grecs et Troyens), 134v (bataille entre Grecs et Troyens), 147 (prise de Troie).
Quatre peintures de la largeur de deux colonnes : f. 35v (Seconde destruction de Troie, peinture à trois compartiments : Junon, Minerve et Vénus ; Eris apportant la pomme d'or ; jugement de Pâris) ; f. 58v (débarquement des Grecs à Troie, peinture sur un demi-feuillet) : f. 153v (Grecs surpris par une tempête) ; f. 168 (flotte d'Énée).
219 peintures de la largeur d'une colonne.
Décoration secondaire : Initiale vignetée (7 lignes) sur fond or, ornée d'un dragon, introduisant le texte de la page frontispice (f. 1). Riche encadrement de rinceaux bleus de vignettes or, bleues et rouges, ornés de dragons. ― Initiales vignetées (4 à 6 lignes) sur fond or au début des grandes subdivisions : f. 21 (Minotaure, Amazones, Herculés) ; f; 25v (Histoire de Troie) ; f. 35v (Seconde destruction de Troie) ; f. 153v (Ulysse), f. 165v (Landomata), f. 168 (Énée), f. 183v (Cyrus), f. 192v (Rome I), f. 208v (Rome II) et de certains chapitres (f. 27, 72, 76, 85v, 91, 95, 102, 109v, 117v, 120v, 122v, 123, 125, 126v, 130v, 134, 135v, 136, 138, 139, 149v, 171, 188, 212v, 227, 281v). ― Initiales champies (2 lignes) sur filigrane alternativement bleu et rouge introduisant les chapitres sans enluminure. ― Bouts de ligne. 
Toutes les enluminures de ce manuscrit ont été décrites et indexées dans la base Mandragore.
Parchemin ; 295 f. (f. 295 blanc et réglé), précédés d'une garde de parchemin, suivis de deux gardes de parchemin, dont la première réglée ; 2 col. de 40 lignes par page ; 380 x 290 (justification : 240 x 175 mm).
37 cahiers, quaternions réguliers (f. 1-295 + f. de garde réglé).
Réclames. - Foliotation moderne. - Titres et explicits rubriqués. Titre de chapitre manquant au f. 263.
Reliure de maroquin rouge (Ancien Régime) portant sur les plats les armes royales. Chiffre royal au dos. Tranches dorées. Titre au dos : « FlLEUR DES / HISTOIRES ».
Réglure à l'encre.
Aux f. 1 et 294v, estampille de la « BIBLIOTHECA REGIA » (Ancien Régime), correspondant à Josserand - Bruno, type A, n° 1.
Manuscrit en français
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Historique de la conservation

Le duc Jean de Berry possédait dans sa librairie quatre exemplaires de l'Histoire ancienne jusqu'à César : le ms. Londres, BL, Royal 20. D. I, première copie survivante de la 2e rédaction, aussi illustré par Perrin Remiet (Guiffrey 1894, I, n° 910) ; le ms. BnF, Français 246 composé de la 1re rédaction de l'Histoire ancienne et des Faits des Romains (Guiffrey 1894, I, n° 861) ; le ms. BnF, Français 256 comportant les sections V à X de l'Histoire ancienne (ibid., I, n° 925) et, bien que Millard Meiss l'ait rejeté de la liste des livres de Jean de Berry (Meiss 1967, p. 318), le ms. BnF, Français 301. 
L'exemplaire est, en effet, répertorié dans l'inventaire de la librairie ducale dressé en 1413 : « Item un livre de Troye la grant, escript en françois de lettre de fourme, et au commencement du second feuillet a escript : les parolles ; et est couvert de veluiau vermeil fermant a deux fermouers d'argent dorez, rons ; lequel fu achaté par mondit seigneur de Bureau de Dampmartin, bourgeois et changeur de Paris, ou mois d'avril mil .CCCC. et .II. » (Guiffrey 1894, I, p. 237, n° 912 ; cité par Avril 1969, p. 308). Le 2e f. du texte commence bien par les mots : « les paroles que il luy dist… ». Le contenu textuel du ms. est identique à celui du ms. de Charles V (BL, Royal 20 D. I).
On perd la trace de l'ouvrage après la mort de Jean de Berry.
La cote apposée à Fontainebleau entre la fin des années 1530 et le début des années 1540 dans l'angle gauche de la contregarde du plat supérieur (« 209/177 ») atteste que le ms. fit partie au XVIe siècle de la Bibliothèque personnelle du roi François Ier . Peut-être était-il entré, après la mort du duc en 1416 dans les mains d'une de ses filles Marie ou Bonne de Berry, puis chez les Bourbons, sans être inventorié : il ne figure, en effet, pas dans l'inventaire de laLibrairie ducale de Moulins dressé en 1523 (Le Roux de Lincy 1850).
Anciennes cotes inscrites dans la bordure supérieure du f. 1 : « [Rigault II] trois cents dix huit » (Omont 1909, II, p. 278) ; « [Dupuy II] 444 » (Omont 1910, III, p. 25) ; « [Regius] 6925 » (Omont 1913, IV, p. 12).

Présentation du contenu

« Histoire universelle » (Jung 1996, p. 334) depuis la Création jusqu'à la conquête de la Gaule par César, le texte porte le titre d'Histoire ancienne qui lui a été attribué par Paul Meyer (Meyer 1885). Divisé par l'auteur en sept sections, le texte a été redistribué par Marc-René Jung en onze parties, reprenant les six premières et divisant la dernière en cinq parties. Le ms. contient la 2e rédaction du texte. Cette version met l'accent sur Troie, éliminant les histoires bibliques et l'histoire d'Alexandre et intègre des parties de la traduction en prose du Roman de Troie (5e version) de Benoit de Sainte-Maure et des passages des traductions d'Hérodes d'Ovide (Jung 1996, p. 440, 506). Le texte commence à l'histoire de la destruction de Thèbes et s'achève au triomphe de Pompée après sa victoire sur Mithridate (voir l'analyse textuelle du ms. dans Meyer 1885, p. 67-75).

F. 1-20v. [Section III, Thèbes]. « Ci comence l'ystoire de Thebes et comment elle fut destruite environ .VC. et .LX. ans, ains que Rome fust commencee ne fondee (rubr.) ». « Un roy estoit adonc assez riches et puissans. Layus fu appellez …-… car honte et vergongne avoient de la destruction qui leur estoit ramentevé, si la nomerent estives et encores est ainsi appellee ». « Cy finist de Thebes la destruction (rubr.) » (éd. Visser van Terwisga 1995, I, p. 17-75 ; Lynde-Recchia 2000, p. 135-191).

F. 21-24v. [Section IV, Le Minotaure, les Amazones, Herculés]. « Ci commence l'ystoire de ceulz de Athènes et de ceulz de l'isle de Crete, qui en ce temps se guerroioient, et du commencement du regne de Femenie et de Herculés et de Jason (rubr.) ». « Aprés ce que Thebes fut destruite bien .V. cens et .LX. ans ains que Rome fust commenciee ne fondee …-… d'une damoiselle qu'il prist a femme aprés la mort Ypole, qui ot nom Phedra ». « Cy fine l'ystoire de Herculés et de Theseus (rubr.) » (éd. Visser-van Terwisga 1995, I, p. 76a-89).

F. 25-168. [Histoire de Troie (Prose 5)]. F. 25-35v. [Début de l'Histoire de Troie, première destruction]. « Cy aprés s'ensuit et commence la vraie hystoire de Troye, de quel lignie les roys de Troye furent et qui estora et fonda la cité premièrement (rubr., f. 24v) ». F. 25v. « Quant Dieux ot establi le monde par sa grant puissance …-… Si s'en revint a Troye et fist merveilleux dueil et pensa moult. Et prist grant conseil de refaire la cité plus fort que onques n'avoit esté ». « Ci fine la premiere destruction de Troye (rubr.) ». ― F. 35v-153. [Seconde destruction de Troie]. « Ci commence la seconde destruction de Troye selon Ditis et Daires poetes (rubr.) ». « La seconde destruction de Troye fait mieulx a raconter que la premiere par droit et par raison …-… Puis le translata Crispus de gregiois en latin que il le trouva en la cité d'Athenes ». ― F. 153v-165v. [Suite : Ulysse]. « Comment les Gregiois s'en retournerent a grant joie et a grant baudeur en leurs nefs, et comment tantost aprés tres grant tourmente et horrible les seurprist en mer (rubr., f. 153) ». « A grant joie et grant baudeur s'en retournoient en leurs nefs li Gregiois …-… et tint [Thelemacus] le royaume .LX. ans depuis la mort de son père ». ― F. 165v-168. [Suite : Landomata, introduit par une petite peinture]. « Ci commence l'ystoire de Landomacha le filz Hector (rubr.) ». « En dementieres que Eneas et son filz Ascanius estoient en Ytalie, qui conquestoient le pays …-… Or vous ay [dit ?] toute la vraie histoire de Landomacha le filz Hector. Mesure est que nous facions ci fin de cestuy livre, car nous avons bien dit et raconté la vraye ystoire de Troie selonc ce que les aucteurs en ont dit et retrait. Si que riens plus ne mains y est mis que droite verité ». « Ci finist l'ystoire de Landomacha (rubr.) ».

F. 168-182v. [Section VI, Énée]. « Ci commence de Eneas qui se parti de Troyes et ala en Ytalie (rubr.) ». « Quant Troye la grant fu arse et destruite, non pas toute mais tant que les Grieu virent bien et sorent …-…Mais je n'en diray ores plus. Ains diray des roys d'Assire et des autres royaumes et des roys ».

F. 182v-192v. [Section VIII, Orient II, réduite à Cyrus et Xersés]. F. 182v-183v. [Rois d'Assyrie]. « Des Assyriens qui de tout le monde orent la poesté (rubr.) ». « Vous avez oy comment li roys Ninus fu premiers roys de Babilonne …-… Ains firent princes de an en an pour leur peuples et leur cités gouverner ». ― F. 183v-192v. [Rois de Mède et de Perse]. « Ci commence a parler des roys de Mede et des autres la generation qui toute Ayse tindrent (rubr.) ». « Bien avés oy et entendu que Carbacés regna premièrement en Mede …-… Aprés cestuy regna Arthaxersés qui en seurnom estoit appelés Menom, qui fu filz Dayre qui devant regna. Cils fu nommés Assuerius » (éd. Rochebouet 2015, p. 85-119).

F. 192v-208v. [Section VII, Rome I]. « Ci commence le fondement de la cité de Romme (rubr.) ». « Or lairay ester des noms a ces roys et des royaumes pour ce que petit l'entendon et diray de un seul regne, c'est de Lombardie et de Rome …-… Mes cil Pyrus fu de celle lignie et se combati aus Romains, dont je vous diray avant pourquoy en l'ystoire romaine ». « Ci fine le fondement de la cité de Rome (rubr.) ».

F. 208v-294v. [Section X, Rome II]. « Ci commence la guerre de Tarante et de Rome, dont furent maintes batailles (rubr.) ». « Dit vous ay et conté que au temps que Delbora ( ?) et Domicius furent consules, furent li Romain desconfit par les Gaulles …-… Et ce fu l'an qu'il ot .VII. cens ans que la cité de Rome avoit esté commencee a faire ».

F. 294v. [Explicit]. « Ici finissent les livres des hystoires du commencement du monde, c'est d'Adan et de sa lignie, et de Noé et la sene lignie, et des .XII. filz Israel, et de la destruction de Thebes, et du commencement du regne de Femenie, et l'ystoire de Troie la grant, et de Alixandre le grant et de son pere, et de Cartage et du commencement de la cité de Rome, et des grans batailles que li Romain firent jusques a la naissance nostre seigneur Jhesu Crist, qu'ilz conquistrent tout le monde (rubr.) ».

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original : Français 301.

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 6213. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 10735.

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.

Voir le document numérisé
vignette simple

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (Français 301)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Catalogues :

Paulin Paris, Les manuscrits françois de la bibliothèque du roy, Paris, 1836-1848, t. II, p. 318-321.

Bibliothèque impériale, Département des Manuscrits français, t. I : Ancien fonds, Paris, 1868, p. 24, n° 301.

Sources imprimées :

Jules Guiffrey, Inventaires de Jean duc de Berry (1401-1416), Paris, 1894-1896, t. I, p. CLXX, n° 43 ; p. 237, n° 912. 

Léopold Delisle, Recherches sur la Librairie de Charles V, Paris, 1907, t. II, p. 260, n° 227.

Henri Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, Paris, 1908-1913, t. I, p. 309, n° 934 ; t. II, p. 278, n° 318 ; t. III, p. 25, n° 444 ; t. IV, p. 12, n° 6925.

Editions :

John Wiliam Cross (éd.), Le roman de Landomata, Ph. D. Diss., University of Connecticut, 1974. 

Marjike de Visser-van Terwisga (éd.), Histoire ancienne jusqu’à César. Estoires Rogier [Assyrie, Thèbes, Le Minotaure, les Amazones, Hercule], Orléans, 1995-1999, 2 vol.

Molly Lynde-Recchia (éd.), Prose, Verse and Truth Telling in the Thirteenth Century: An Essay on Form and function in Selected Texts, Accompanied by an Edition of Prose Thebes as found in the Histoire ancienne jusqu’à César, Lexington, 2000.

Anne Rochebouet (éd.), L’ Histoire ancienne jusqu’à César ou Histoires pour Roger châtelain de Lille, L’histoire de la Perse, de Cyrus à Assuérus, Turnhout, 2015. 

Etudes:

Paul Meyer, « Les premières compilations françaises d’histoire ancienne », Romania, vol.14, n° 53, 1885, p. 1-81 (cité p. 63, analyse textuelle du ms. p. 67-75).

Léopold Constans, « Une traduction française des Héroïdes d’Ovide au XIIIe siècle », Romania, vol. 43, n° 170, 1914, p. 177-198.

François Avril, « Trois manuscrits napolitains des collections de Charles V et Jean de Berry », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 127/2, 1969, p. 291-328, en particulier p. 305-314.

Marc-René Jung, « Les mises en prose du Roman de Troie au XVe siècle », dans Bien dire et bien aprandre. Actes du colloque Troie au Moyen Âge, Université Charles de Gaulle-Lille III, 24-25 septembre 1991, 1992, p. 67-80.

Id., La légende de Troie en France au moyen âge, Basel/Tübingen, 1996, p. 505-562 (p. 552-555 : notice du ms. Français 301).

Catherine Croizy-Naquet, Écrire l'histoire romaine au début du XIIIe siècle : l'« Histoire ancienne jusqu'à César » et les « Faits des Romains », Paris, 1999

Maria-Laura Palermi, « Histoire ancienne jusqu'à César : forme e percorsi del testo », dans Critica del Testo, VII/1, 2004, p. 213-256.

Illustration:

Millard Meiss, French painting in the time of Jean de Berry. The fourteenth century and the patronage of the duke, 1967.

Id., French painting in the time of Jean de Berry. The Boucicaut Master, Londres, 1968.

Charles Sterling, La peinture médiévale à Paris, vol. I, 1987.

Michael Camille, Master of Death, The Lifeless Art of Pierre Remiet, Illuminator, New Haven, Londres, 1996.

Richard and Mary Rouse, Manuscripts and their Makers. Commercial Book producers in Medieval Paris, Londres, 2000, t. I, p. 293-295, 296, 402 n. 66; t. II, p.21, 115, 124, app. 11B.

Pauline Guével, L'illustration de "l'histoire ancienne jusqu'à César" à Paris au début du XVe siècle, [s.l.], 2019, 2 vol.

Dépouillement bibliographique

Ce dépouillement bibliographique est réalisé de façon systématique à partir des publications acquises par le département des Manuscrits. Il est issu de chargements périodiques (dernier chargement : février 2021).

2014

Chr. De MERINDOL, « A propos de l'exposition 'La Légende du Roi Arthur'. Nouvelles lectures », dans Marqueurs d'identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l'individu et la famille (XIIe-XVe siècles) : actes du colloque tenu à Poitiers les 17 et 18 novembre 2011, textes réunis par Catalina Girbea, Laurent Hablot et Raluca Radulescu, Turnhout : Brepols, 2014, p. 143-180, cité p. 154. — 8-IMPR-12090.

Giuliana CARLESSO, « Note su alcune versioni della Historia destructionis Troiae di Guido delle Colonne in Italia nei secoli XIV e XV (II) », Studi sul Boccaccio 42 (2014), cité p. 298.

N. CIVEL, « Les armoiries des Neuf Preuses », dans Marqueurs d'identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l'individu et la famille (XIIe-XVe siècles) : actes du colloque tenu à Poitiers les 17 et 18 novembre 2011, textes réunis par Catalina Girbea, Laurent Hablot et Raluca Radulescu, Turnhout : Brepols, 2014, p. 117-127, cité p. 125. — 8-IMPR-12090.

2017

Raconter en prose, Paris : Classiques Garnier, 2017, cité p. 244. — 8-IMPR-12791.

Véronique FERRER, Jean-René VALETTE (dir.), Écrire la Bible en français au Moyen Âge et à la Renaissance, Genève : Librairie Droz, 2017, cité p. 597. — 8-IMPR-12955.

Barbara FLEITH, Réjane GAY-CANTON, Géraldine VEYSSEYRE (dir.), De l'(id)entité textuelle au cours du Moyen Âge tardif, Paris : Classiques Garnier, 2017, cité p. 29. — 8-IMPR-13046.

2018

Sylvie LEFÈVRE et Jean-René VALETTE (dir.), Romania : revue consacrée à l'étude des langues et des littératures romanes, Paris : Société des amis de la Romania, 2018, tome 136, cité p. 440. — PER ROMA 2018 3-4.