Département des Manuscrits > Français > Français > Français 1-6170 [Ancien fonds] > Français 2305-2753

Français 2472

Cote : Français 2472  Réserver
Ancienne cote : Regius 8193
Ancienne cote : Dupuy II 1491
Ancienne cote : Rigault II 2086
Ancienne cote : François Ier 270
François Bruneau, Traité moral
1515
France

Ecriture cursive.
Parchemin, A-B+42 ff., 135 x 100 mm (just. 90 x 75 mm).
7 cahiers : 1 cahier de 2 ff. (A-B ; A est l'ancienne contregarde supérieure), 5 cahiers de 8 ff. (1-40), 1 cahier de 2 ff. (41-42 ; 42 est l'ancienne contregarde inférieure), précédés et suivis de 3 gardes de papier.
Pas de réclames. Signatures apposées par le relieur du XVIIIe siècle.
Foliotation à l'encre noire, XIXe siècle.
Pas de réglure.
Reliure de maroquin rouge aux armes et chiffre royaux, tranches dorées, XVIIIe siècle.
Traces aux ff. A et 42v de l'ancienne reliure en cuir, avec rubans textiles, XVIe siècle.
Estampille de la Bibliothèque royale au XVIIe siècle.
Manuscrit en français et en latin
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original : Français 2472.

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Exemplaire de présentation offert par François Bruneau à Louise de Savoie (présence d'une dédicace) ; François Ier ; bibliothèque personnelle de François Ier (n° et titre au verso de la première garde de parchemin : "270. Traicté a madame mere du roy") ; librairie royale de Fontainebleau ; ancien fonds royal (Inv. fin XVIe siècle, n° 862 : "Traitté des moeurs donné a madame mere du roy François premier").

Présentation du contenu

Contenu :
F. 1-37v : Traité moral. Commence par : "Considerant en moy, trés noble et trés excellente dame et princesse, et ma tres redoubtee maistresse, le singulier amour, munificence et liberalité [...]". Finit par : "[...] suy tres grandement obligé et tenu prier tant que vivray".
F. 38-v : Poème. Commence par : "Candida francigenum splendenti gloria luce [...]". Finit par : "[...] Brunelli leta suscipe, queso, manu".

Le traité est datable de 1515. Louise de Savoie est dite "trés haulte et trés excellante dame, madame mere du roy, duchesse d'Angoulesme et d'Anjou, contesse du Mayne et de Beaufort" (f. 1). Au début du texte, il est en outre question du "moys de may dernier passé qu'on disoyt mil cinq cens et quatorze" (f. 1v).

Bibliographie

Catalogue :
Catalogue des manuscrits français, t. 1, Ancien fonds, Paris, 1868, p. 423.

Etudes :
Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. 1, Paris, 1868, p. 185.
Sheila Edmunds, "Catalogue des manuscrits savoyards", dans Agostini Paravicini Bagliani (dir.), Les manuscrits enluminés des comtes et ducs de Savoie, Turin, 1990, p. 212, n° 48.
Robert Lembright, "Louise de Savoie. Etude de son mécénat artistique et littéraire", Bulletins et mémoires. Société archéologique et historique de la Charente, 1994, p. 98-99.
Mary B. Winn, "Louise de Savoie, ses enfants et ses livres : du pouvoir familial au pouvoir d'Etat", dans K. Wilson-Chevalier (dir.), Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Saint-Etienne, 2007, p. 278.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Maxence Hermant (mars 2019)