Département des Manuscrits > Français > Français > Français 1-6170 [Ancien fonds] > Français 1-409

Français 177-179

Cote : Français 177-179 
Ludolphe de Saxe, Vie de Jésus-Christ , traduction en français de la Vita Christi
XVe siècle (vers 1480-1485)
Bourges

Gothique bâtarde.
Copié par Gilles Richard (explicit, Français 177, f. 395v : "Explicit secundum volumen libri de Vita Christ scriptum et finitum per Egidium Richard scriptorem, etc.").
Enluminé par Jean Colombe et plusieurs artistes de l' Atelier Colombe. Une enluminure vraisemblablement ajoutée à Paris (?), par un artiste du Cercle Pichore, vers 1490-1505 (Français 178, f. 139). Frontispices ajoutés dans chaque volume par un artiste anonyme, France, vers 1516.
3 volumes.
Manuscrit en français
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Historique de la conservation

Réalisé pour l'amiral Louis, bâtard de Bourbon (son portrait au f. 125v du Français 179 : son vêtement et les tissus sont à ses armes, D’azur semé de fleurs de lis d’or, brisé d’un bâton écoté en barre ; il porte le collier de l'ordre de Saint-Michel) ; sa fille, Suzanne de Bourbon, comtesse de Roussillon et de Ligny ;
son beau-fils Philippe de Boulainvilliers, fils de Charles de Boulainvilliers (époux de Suzanne en secondes noces) et de Catherine Havart. Les armes de Philippe (avec sa devise) sont peintes au frontispice des trois volumes : Ecartelé, aux 1 et 4, d'argent à trois fasces de gueules, qui est Boulainvilliers, et aux 2 et 3, d'azur à une fasce d'or, qui est de Fauquemberg, sur le tout d'argent à trois fasces d'azur à la bordure de gueules, qui est Dammartin. Philippe de Boulainvilliers était comte de Boulainvilliers et comte de Fauquemberg, et après son mariage en 1516 avec Françoise d'Anjou, comte de Dammartin. Les armes, sommées d'un heaume à lambrequins, sont portées par deux femmes. Des devises sont inscrites sur des phylactères : "Changer ne veulx" et "La fin fera le compte". Etant donné le parcours ultérieur du manuscrit, ces armes ne peuvent être celles du fils de Philippe de Boulainvilliers, Philippe II de Boulainvilliers (C. Deschamps, 2014, date ces armes entre 1547 et 1554) ;
Les trois volumes portent un numéro au contreplat supérieur ("188") qui correspond à la bibliothèque personnelle de François Ier . Leur entrée dans les collections royales pourrait s'expliquer par leur présence (sans que l'on sache comment ils y sont parvenus) dans la librairie ducale de Moulins. On a en effet proposé de les reconnaître dans deux item de son inventaire dressé en 1523 (n° 21-22 : "le premier vollume de la Vie Nostre Seigneur" et "le second vollume de la Vie Nostre Seigneur", cf. BnF, Mss., Dupuy 488, f. 211). Le troisième volume n'est cependant pas mentionné (un oubli ?), sachant que les trois frontispices rajoutés vers 1516 démontrent qu'à l'époque la série était bien constituée de trois volumes et non de deux, dont le second aurait été scindé en deux par la suite.
Les trois volumes auraient fait partie des livres saisis à Moulins par le pouvoir royal, probablement au profit de Louise de Savoie, duchesse de Bourbon depuis octobre 1522, puis seraient passés à son fils François Ier ;
librairie royale de Fontainebleau ; ancien fonds royal (Inv. fin XVIe siècle, nos 1615, 1614 et 1612 "Premier volume de la Vie de Nostre Seigneur", "Le 2e volume de la Vie de Nostre Seigneur", "Le 3e volume de la Vie de Nostre Seigneur").

Présentation du contenu

Commence par : "our entierement et a son sauvement contempler la vie, les oeuvres et les parolles de Jhesu Crist [...]". Finit par : "[...] a la purgacion et refrigeracion des saintes ames qui sont es peines de purgatoire. Amen".

Le bâtard de Bourbon meurt en janvier 1487, ce qui nous donne un terminus ante quem.

Bibliographie

Catalogues :
Catalogue des manuscrits français, t. 1, Ancien fonds, Paris, 1868, p. 14.
Paulin Paris, Les manuscrits françois de la Bibliothèque du roi, leur histoire et celle des textes allemands, anglois, hollandois, italiens, espagnols de la même collection, t. 2, Paris, 1838, p. 75-79.

Etudes :
Antoine Leroux de Lincy, "Inventaire des livres qui sont en la librairie du chasteau de Molins", Mélanges de littérature et d'histoire recueillis et publiés par la Société des bibliophiles françois, 1850, p. 77, nos 21-22.
Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. 1, Paris, 1868, p. 170.
Paul Durrieu, Les Très riches heures de Jean de France, duc de Berry, Paris, 1904, p. 112.
Henry Joly, Un miss franciscain attribué à Jean Colombe, Lyon, 1925, p. 18-19.
Paul Chenu, "Vues anciennes du Berry extraites de manuscrits", Mémoires de la Société des antiquaires du Centre, t. 44, 1941, p. 236-242.
François Avril, "Jean Colombe", dans François Avril et Nicole Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, cat. exp., Paris, BN, 16 octobre 1993-16 janvier 1994, Paris, 1993, p. 327 (cité aussi p. 332).
Claude Schaefer, Jean Fouquet. An der Schwelle zur Renaissance, Dresde, 1994, p. 285, n° 37.
Marie-Pierre Laffite, "Les ducs de Bourbon et leurs livres d'après les inventaires", dans Jean Giono (dir.), Le duché de Bourbon. Des origines au connétable, actes du colloque de Moulins, musée Anne de Beaujeu, 5-6 octobre 2000, Saint-Pourçain-sur-Sioule, 2001, p. 175 n. 55.
Thierry Delcourt, "Un livre d'heures à l'usage de Troyes, peint par Jean Colombe. Une acquisition récente de la Médiathèque de Troyes", Bulletin du bibliophile, 2006, n° 2, p. 226.
François Avril, "Les Heures de Guyot Le Peley, un chef d'oeuvre retrouvé de l'enlumineur Jean Colombe", Art de l'enluminure, n° 21, juillet-août 2007, p. 22-23 et 26 n. 51.
Marie Jacob, Dans l'atelier des Colombe (Bourges 1470-1500). La représentation de l'Antiquité en France à la fin du XVe siècle, Rennes, 2012, p. 25, 31 et 53.
Claire Deschamps, Au plaisir de treshault et trespuissant seigneur Louis bastard de Bourbon gendre de Louis XI. Echanges et commandes artistiques au sein du milieu royal, thèse de doctorat, Paris-Sorbonne, sous la dir. de F. Joubert, 2014, t. 1, p. 25 n. 13, 183 n. 312, 260, 262, 263, 264 n. 460, 310, 339 n. 642 / t. 2, p. 63 et 110-131.
Maxence Hermant, "Les livres des Bourbons", dans Maxence Hermant (dir.), Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier , cat. exp., Blois, château royal, 4 juillet-18 octobre 2015, Rennes, 2015, p. 183.
Christine Seidel, Zwischen Tradition und Innovation. Die Anfänge des Buchmalers Jean Colombe und die Kunst in Bourges zur Zeit Karls VII. von Frankreich, Simbach an Inn, 2017, p. 9, 81, 90 n. 267 et n° 48.

Expositions :
François Courboin, Exposition de portraits peints et dessinés du XIIIe au XVIIe siècle, cat. exp., BN, avril-juin 1907, Paris, 1907, n° 58 [Français 179].
Jean Favière et Jean Porcher, Chefs-d'oeuvre des peintres-enlumineurs de Jean de Berry et de l'école de Bourges, cat. exp., Bourges, hôtel Cujas, 23 juin-4 septembre 1951, Bourges, 1951, nos 22-24.
Jean Porcher, Les manuscrits à peintures en France du XIIIe au XVIe siècle, cat. exp., Paris, BN, 17 décembre 1955-30 septembre 1956, Paris, 1955, n° 329.

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (Français 177-179)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Maxence Hermant (juillet 2019)