Département des Manuscrits > Français > Français > Français 9561-15369 [Supplément français] > Français 14080-14518

Français 14363

Cote : Français 14363  Réserver
Ancienne cote : Supplément français 656
Ordonnance établissant une collégiale de l'ordre de Saint-Michel en la chapelle Saint-Michel du Palais à Paris, dite Statuts de l'ordre de Saint-Michel
Vers 1493-1494
Moulins et Paris

Copié en écriture cursive, par deux mains (3-5 et 6-17).
Enluminé par Jean Hey (f. 3 : Apparition de saint Michel à Charles VIII) et par François Le Barbier fils (f. 6 : Saint Michel terrassant le démon). Les dessins à la plume du f. 6 sont peut-être aussi de François Le Barbier fils.
Parchemin, 17 ff., 180 x 150 mm (just. 130 x 90 mm ; reliure 185 x 155 mm).
3 cahiers : 1 cahier de 3 ff. (3-5 ; montages vraisemblablement repris lors de la restauration de 1957) ; 1 cahier de 8 ff. (6-13), 1 cahier de 4 ff. (14-17), précédés de 2 ff. de garde de papier moderne (1-2, vraisemblablement ajoutés lors de la restauration de 1957), suivis d'1 f. de garde de parchemin d'origine (faisant bifeuillet avec la contregarde).
Les cahiers correspondant à l'ordonnance de 1476 (ff. 6-17) présentent en partie basse, en fond de cahier, un orifice circulaire régulier correspondant à n'en pas douter au passage d'un lac portant un sceau. Lac et sceau avaient déjà disparu lors de la vente de 1763.
Réclames, signatures.
Foliotation à l'encre noire, XIXe siècle.
Réglure légère à l'encre rouge.

Reliure de velours de soie bleue à appliques de cuivre fondu, gravé, doré du mercure et repris par ciselure (semé de coquilles et saint Michel central, sur chaque plat), sur ais de bois, fermoirs, tranches dorées (Moulins (?), vers 1493-1494).
Fermoir inférieur lacunaire (agrafe manquante). Deux coquilles manquantes au plat supérieur, trois au plat inférieur (au niveau des mors, en tête et en queue, ainsi qu'à un coin). La forte dégradation du tissu de support à leur emplacement indique que ces coquilles ont disparu à une date ancienne. Le tissu en garde néanmoins la trace circulaire.
La présence de tenons central sur la face interne des coquilles semble infirmer l'hypothèse d'une réalisation par estampage. Ces tenons sont enfoncés dans l'ais de bois et écrasés au revers.
Les plaques de Saint Michel terrassant le démon présentent de légères différences laissant penser à un travail de reprise par gravure après la fonte. Les deux tenons fixant l'applique centrale du plat supérieur sont maintenus au revers par des contre-écrous qu'on devine sous le parchemin du contreplat. Ce n'est pas le cas de celle du plat inférieur.
Les appliques des fermoirs sont quant à elles fixées par trois pointes en cuivre doré. La coquille du fermoir s'articule autour d'une carnière tubulaire.

Volume restauré en 1957 : réalisation d'une demi-reliure ; restauration de la couvrure (dossier 2011/071/248). C'est probablement lors de cette intervention que les queues-d'aronde, visibles sous les contre-gardes, ont été posées pour renforcer les ais de bois rompus dans leur hauteur, ainsi que les contre-écrous pour consolider l'attache de fixation de la plaque central de cuivre doré du plat supérieur. Les contregardes ont été déposées et reposées, mais avec un décalage visible car les marques d'oxydation ne sont plus alignées sur les éléments métalliques qui les ont anciennement causées. 

Une coquille, déposée, a été refixée par collage en 2014-2015 (plat supérieur, au centre du mors). Une autre coquille (même endroit, plat inférieur) a également été recollée, mais à une date inconnue (peut-être en 1957 ?).

Appliques métalliques restaurées en 2021 : traitement des oxydes de cuivre bruns dans les creux et sur les surfaces à l'aide d'éthanol et de mousse de mélamine ; dégagement mécanique des dépôts et amas résiduels ; passages de gomme fine (dossier BnF-ADM-2021-105553-01).

Estampille de la Bibliothèque royale après 1735 (modèle Josserand-Bruno, n° 14).
Manuscrit en  français
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original : Français 14363.

Numérisation de la reliure après la restauration de 2021.

Voir le document numérisé
vignette simple

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

Offert par le duc Pierre II de Bourbon à Charles VIII ; sorti des collections royales à une date indéterminée, probablement avant 1518 ; offert par le père jésuite Antoine Percheron (1674-1758) au collège de Clermont, Paris (ex-dono remonté au f. 1 : "Collegii Parisiensis Societatis JC, ex dono p. Antonii Percheron ejusdem Societatis") ; entré en 1765 à la Bibliothèque royale suite à la suppression de la Compagnie de Jésus (Catalogus manuscriptorum codicum bibliothecae domus professae Parisiensis, Paris, 1764, n° 797 ; paraphe au f. 3v : "Paraphé au désir de l'arrest du 5 juillet 1763 [Signé ] Mesnil") ; ancien fonds royal.

Présentation du contenu

Contient :
F. 3-5 : Poème de dédicace anonyme dans lequel l'auteur anonyme exhorte Charles VIII à poursuivre l'œuvre son père, Louis XI. Il rappelle notament au roi le projet de son père de créer une chapelle de l'ordre et demande aux chevaliers de solliciter sa réalisation (éd. Vatout 1852, p. 122-124).
F. 5v : Blanc.
F. 6-17v : Vidimus, par le prévôt de Paris, Jacques d'Estouteville, daté de Paris, 27 octobre 1493, de l'ordonnance additionnelle 24 décembre 1476 établissant une collégiale de l'ordre de Saint-Michel en la chapelle Saint-Michel du Palais à Paris. Copie autrefois scellée (cf. supra).

Le titre de Statuts de l'ordre de Saint-Michel traditionnellement donné à ce volume est incorrect car il ne contient ni les statuts de fondation de l'ordre du 1er août 1469, ni l'ordonnance additionnelle du 22 décembre 1476, mais uniquement celle du 24 décembre 1476. Cette dernière figure dans les exemplaires des Statuts copiés sous Charles VIII mais disparaîtra dans les Statuts ultérieurs, sous François Ier.

L'ordonnance (6-17v) a été copiée et enluminée à Paris. Cela explique la présence d'une miniature par François Le Barbier fils, enlumineur chargé d'illustrer des exemplaires des Statuts de l'ordre de Saint-Michel. Dans trois d'entre eux (ÖNB, cod. 2637, pour Charles VIII ; vente Paris, Sotheby's, 29-20 septembre 2015, n° 2, pour le duc Louis d'Orléans, futur Louis XII ; New York, The Morgan Library & Museum, MS M. 20, pour Pierre II de Bourbon), on retrouve un Saint Michel terrassant le démon d'un modèle proche, ce qui indique que ces exemplaires et l'ordonnance ont été enluminés lors d'une même campagne. L'ordonnance a ensuite été envoyée à Moulins où le duc de Bourbon a fait ajouter le poème de dédicace (cahier liminaire, 3-5) illustré par une miniature de son peintre attitré, Jean Hey.

L'identification des personnages représentés au f. 1 autour de Charles VIII a fait débat. Il est convenu aujourd'hui que les deux hommes à se droite, munis du collier de l'ordre, sont Pierre II de Bourbon et l'amiral Louis Malet de Graville.

Le volume contenait en 1764 un feuillet volant aujourd'hui disparu, décrit comme tel : "Dans le même volume est une feuille détachée de vélin, contenant : L'ordre qui a été gardé à la cérémonie de la présentation que monseigneur le mareschal de Saint-André a fait au roy d'Angleterre du collier de l'ordre de Saint-Michel en 1551").

Bibliographie

Catalogues :

Henri Omont, Bibliothèque nationale. Catalogue général des manuscrits français. Ancien supplément français, t. 3, nos13091-15369 du fonds français, Paris, 1896, p. 182.

Camille Couderc, Bibliothèque nationale. Album de portraits, d’après les collections du département des Manuscrits, Paris, [1908], pl. 109.

Etudes :

Jean Vatout, Le château d'Amboise. Souvenirs historiques, son histoire et sa description, Paris, 1852, p. 122-124.

Henri Bouchot, Les reliures d'art à la Bibliothèque nationale, Paris, 1888, pl. XVII.

Paul Durrieu, "Un chef-d'oeuvre de la miniature française sous Charles VIII", Le Manuscrit, t. 1, 1894, p. 19-22.

René de Maulde de La Clavière, "Jean Perréal dit Jean de Paris. Sa vie et son oeuvre", Gazette des beaux-arts, a. 38, 3e période, t. 15, 1896, p. 248-251.

Camille Benoît, "La peinture française à la fin du XVe siècle (1480-1501). III. Le Maître de Moulins ou le Maître aux anges", Gazette des beaux-arts, a. 44, 3e période, t. 27, 1902, p. 65-66.

Henri Bouchot, L'exposition des Primitifs français. La peinture en France sous les Valois, Paris, [1904], pl. 86.

Henri Bouchot, Les Primitifs français, 1292-1500, Paris, 1904, p. 292-293 et 298-299.

Paul Durrieu, La peinture à l'exposition des Primitifs français", Revue de l'art ancien et moderne, t. 15, 1904, p. 176.

Paul Vitry, "L'exposition des Primitifs français",  Les Arts, t. 28, 1904, p. 37.

Paul Durrieu, "La peinture en France depuis l'avènement de Charles VII jusqu'à la fin des Valois (1422-1589)", dans André Michel (dir.), Histoire de l'art depuis les temps chrétiens jusqu'à nos jours, t. 4, La Renaissance, 2e partie, Paris, 1911, p. 745.

jean Guiffrey et Pierre Marcel, La peinture française. Les primitifs, Paris, [1911], p. 18-19.

Louis Dimier, Histoire de la peinture française. Des origines au retour de Vouet, 1300 à 1627, Paris / Bruxelles, 1925, p. 42.

Paul Durrieu, Le terrier de Marcoussis ou La vie dans ses domaines ruraux d'un grand seigneur français de la fin du XVe siècle, Paris, 1926, p. 34-35.

Paul-André Lemoisne, La peinture française à l'époque gothique, XIVe et XVe siècles, Vérone / Munich / Florence / Paris, 1931, p. 93-94.

Charles Jacques [Charles Sterling], Les peintres du Moyen Âge, Paris, 1941, cat. XVe, A, n° 28.

Paul Dupieux, Les artistes à la cour ducale des Bourbons : les Maîtres de Moulins, Moulins, 1946, p. 34-35.

Grete Ring, La peinture française du XVe siècle, Londres / Paris, 1949, p. 241 n° 304.

Madeleine Huillet d'Istria, La peinture française de la fin du Moyen Âge (1480-1530). De l'art gothique à la première Renaissance. Le Maître de Moulins, Paris, 1961, p. 60-61 et 67-69.

Josua Bruyn, "The Master of Moulins and Hugo van der Goes", The Burlington Magazine, t. 105, 1963, p. 370.

Jacques Dupont, "Jean Prévost, peintre de la cour de Moulins", Art de France, t. 3, 1963, p. 82.

Nicole Reynaud, "Les portraits des Bourbons au Louvre. Reconstitution d'un panneau du Maître de Moulins", Revue du Louvre, 1963, nos 4-5, p. 166 n. 16.

Charles Sterling, "Du nouveau sur le Maître de Moulins", L'Oeil, t. 107, 1963, p. 11, 13 et 64 n. 10 n° 4.

Colette Beaune, Le miroir du pouvoir, Paris, 1990, p. 76 et 181.

Philippe Lorentz, Jean Hey, le Maître de Moulins, Moulins, 1990, n° 9.

Albert Châtelet, Jean Prévost. Le Maître de Moulins, Paris, 2001, p. 103-104 et 178-179.

Mathieu Deldicque, Le dernier commanditaire du Moyen Âge. L’amiral de Graville, vers 1440-1516, Lille, 2021, p. 53 et 55-56.

Mathieu Deldicque et Maxence Hermant, "Commande et production de manuscrits enluminés en Bourbonnais à l'époque d'Anne de France", dans Giulia Longo et Aubrée David-Chapy (dir.), Anne de France (1522-2022). Femme de pouvoir, princesse des arts, cat. exp., Moulins, musée Anne-de-Beaujeu, Dijon, 2022, p. 86-88.

Expositions : 

Les primitifs français exposés au palais du Louvre (pavillon de Marsan) et à la Bibliothèque nationale, cat. exp., Paris, musée du Louvre et Bibliothèque nationale, Paris, 1904, manuscrits à peintures, n° 175.

Jean Porcher, Les manuscrits à peintures en France du XIIIe au XVIe siècle, cat. exp., Paris, BN, 17 décembre 1955-30 septembre 1956, Paris, 1955, n° 341.

Anne de Bretagne et son temps, cat. exp., Nantes, musée Dobrée, avril-juin 1961, Nantes, 1961, n° 66 (notice de J. Porcher).

François Enaud (dir.), Millénaire du Mont-Saint-Michel, 966-1966, cat. exp., Paris, palais de Justice, 18 mars-15 mai 1966 / Mont-Saint-Michel, 28 mai-1er mai 1966, Paris, 1966, n° 398.

François Avril et Nicole Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, cat. exp., Paris, BN,16 octobre 1993-16 janvier 1994, Paris, 1993, n° 194 (notice par N. Reynaud).

Sylvie Leluc, Antoine Leduc et Olivier Renaudeau (dir.), D'Azincourt à Marignan. Chevaliers et bombardes, 1415-1515, cat. exp., Paris, musée de l'Armée, 7 octobre 2015-24 janvier 2016, Paris, 2015, n° 48 (notice par M. Hermant).

Maxence Hermant et Giulia Longo, Trésors enluminés des ducs et duchesses de Bourbon. Dans les collections de la BnF, exp., Moulins, musée Anne-de-Beaujeu, 17 juin-18 septembre 2022.

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (Français 14363)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Maxence Hermant (mai 2022 ; mise à jour en juillet 2022)