Département des Manuscrits > Français > Français > Français 9561-15369 [Supplément français] > Français 12460-13203

Français 12559

Cote : Français 12559  Réserver
Ancienne cote : Supplément français 459
Thomas de Saluces , Le Chevalier errant .
XVe siècle (1403-1404)
Manuscrit en français
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
France (Paris)
Littera cursiva formata , 2 colonnes de 38-39 lignes, 1 seul copiste, corrections ultérieures de deux mains distinctes .
92 miniatures réalisées par l’atelier parisien du Maître de la Cité des Dames dont une miniature à pleine page au feuillet 118v ; deux miniatures occupant les trois quarts de la page aux feuillets 101 et 125 ; deux miniatures occupant les deux tiers de la page aux feuillets 125v, 161v, ; trois miniatures occupant une demi-page aux feuillets 127, 162 et 207, deux miniatures occupant un tiers de page aux feuillets 43v, 44 ; quatre miniatures de la largeur d’une colonne et demie aux feuillets 1v, 167, 168, 175 ; et 78 miniatures de la largeur d’une colonne aux feuillets 2 (2 miniatures), 2v (2 miniatures), 3 (2 miniatures), 3v (2 miniatures), 4, 4v, 5 (2 miniatures), 5v, 6 (2 miniatures), 7, 7v, 8, 8v, 9, 9v, 10v, 11, 11v, 12, 13, 14v, 15v, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 23v, 24v, 26v, 42, 48, 52v, 53v, 54v, 56v, 61v, 62, 63, 70v, 74v, 75v, 77v, 79, 90, 101v, 103, 123, 128, 129, 134v, 156, 170v, 186, 187, 187v, 188, 189, 189v, 190v, 192, 194v, 195, 196, 197, 197v, 198v, 199, 280v. Baguettes accompagnant les lettrines et les miniatures : feuilles de vigne, or et couleurs. Quelques ajouts au cours du quinzième siècle : motifs floraux, oiseaux et papillons. Lettrines de couleurs sur fond or, lettres champies et bouts-de-ligne azur, pourpres et or filigrané de blanc. Initiales cadelées.
Parchemin.1 feuillet de papier + 207 feuillets numérotés de 1 à 209 + 2 feuillets de papier , 340 × 260 mm (just. 230 x 165 mm).
Foliotation moderne à l'encre: il y a un feuillet 81-84, 1 feuillet 177-178, 1 feuillet 90 bis et 1 feuillet 96 bis.15 cahiers de 8 feuillets (ff. 1-121) suivis d’un cahier de 9 feuillets (ff. 122-130, le feuillet 125 est encarté dans un cahier de 8 feuillets), de 9 cahiers de 8 feuillets (ff. 131-203) et d’un cahier de 6 feuillets (ff. 204-209). Signatures et réclames.
Réglure à la mine de plomb.
Reliure de veau brun récente. L'ancienne reliure de veau brun (début XIXe siècle) est conservée dans la boîte, le dos (maroquin rouge au chiffre de Napoléon Ier) est monté sur onglet.
Estampille de la Bibliothèque nationale.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Voir le document numérisé
vignette simple

Historique de la conservation

En février 1394, au cours d’une campagne menée par son père, Frédéric II marquis de Saluces, contre la maison de Savoie, Thomas de Saluces fut fait prisonnier. Pendant sa captivité, il entreprit la rédaction d’un roman en prose mêlée de vers, Le Chevalier errant . Le manuscrit 12559 a été réalisé à Paris pour l’auteur vers 1403-1404. Le manuscrit porte, au feuillet 125, les armes de Thomas III de Saluces (parti d’argent au chef d’azur et échiquetées de 6 tires d’or et d’argent) et de son épouse Marguerite de Roucy (parti d’argent au chef d’azur et d’or au lion lampassé de gueules). La présence des armes de Marguerite de Roucy permet de dater le manuscrit après 1403 (date du mariage). Il existe un autre manuscrit, postérieur de 10 ans, plus modestement illustré, le manuscrit Turin, B.N., L. V. 6, gravement endommagé par l’incendie de 1904 (voir Marguerite Debaé, Notice n. 50, pp. 81-84 et Dictionnaire des lettres françaises , II, pp. 1440-1441).
Le manuscrit fit partie de l’héritage du fils de Thomas III, Louis Ier, marquis de Saluces qui épousa Isabelle de Montferrat (1437-1442). Les naissances de leurs cinq enfants sont mentionnées au verso du feuillet 209 : Marguerite ( 11 avril 1437), Louis (29 mars 1438), Blanche (3 novembre 1439), Thomas (21 janvier 1441) et Frédéric (15 août 1442).
Louis II de Saluces fit don du chevalier errant à Philibert de Savoie et à son épouse Marguerite d’Autriche, qui l’emporta au Pays-Bas. Il est mentionné dans l’inventaire dans l’inventaire de la bibliothèque de Marguerite au palais de Malines en 1516 ( « Autre livre moien en parchemin, escript a la main, en ryme, historié et illuminé, couvert de velours vert et ferré sans dorure, intitulé le Chevalier errant» ) et en 1523-1524 (« Item, un autre moien, couvert de velours verd, qui ce nomme le Chevalier errant »). Passé en 1530 à la reine Marie de Hongrie, il entra dans la Librairie des ducs de Bourgogne en 1559. Enlevé par les Français en 1794, il ne fut pas restitué en 1815. (voir Marguerite Debaé, Notice n. 50, pp. 81-84).

N° 2299 de la Bibliothèque protypographique de Barrois.

Présentation du contenu

f.1-209 : « Ci commence le livre du Chevalier errant lequel est pris en trois branchez, dont la premiere branche traictera et dira des avanetures qui lui advindrent… -… Et moy, tiers Thomaz ou tiers degré / Du second Thomas que je vous ai nommé/ Ma mere fut de Genève, de la noble ligné / Le fort Olivier, le noble combattant / Qui fu preuz en arme et fu tremuz tant/ Qui conquist Fierebraz le trmuz payn / Qui aux gens Charlemaine menoit tel butin / En l’an mil. CCC quatre et LXXXXXta/ Fuz marquiz, et lors passant ma meschance / Ce livre fist et compilay voirement / Desir et ennuy en furent le garant/ Cy finist le livre du Chevalier errant/ qui maintez painez fu endurant / Si finé a l’onneur de la Ternité / Et individe Unité / Et son glorieux tabernacle / Ce fu la Vierge du parage. »

Fichier Avril

Consulter la fiche numérisée (Français 12559)

Consulter la fiche numérisée (Français 12559)

Le fichier Avril a été constitué entre 1968 et les années 1990 par François Avril, conservateur au département des Manuscrits, à partir d’un examen systématique des manuscrits des fonds latin, français (et partiellement N.A.F.) et italiens, dans la perspective de l’élaboration d’un catalogue scientifique des manuscrits enluminés de la BnF. Cette documentation de travail est tenue à jour et complétée jusqu'en 2003.

Bibliographie


Gloria Allaire, F. Regina Psaki (éd.), The Arthur of the Italians. The arturian legend in medieval italian literature and culture , Cardiff: University of Wales Press, 2014, cité p.4; p. 128, n. 3; p. 250
Pierre-Yves Badel « Quand le Grand Turc s'appelait l'Amorat Baquin », Le Moyen Age , 2/2011 (Tome CXVII), p. 291-305. URL : www.cairn.info/revue-le-moyen-age-2011-2-page-291.htm. (Consulté le 21/06/2013)
Florence Bouchet, « Héroïnes et mémoire familiale dans le chevalier errant de Thomas de Saluces », Clio. Femmes, Genre, Histoire 30 (2009)
Florence Bouchet, L' iconographie du Chevalier errant de Thomas de Saluces , Turnhout : Brepols, 2014
Cavallo, Medieval tapestries in the Metropolitan Museum of Arts, New York, 1933, p. 191
Marguerite Debae, La Bibliothèque de Marguerite d’Autriche , Paris : Peeters, 1995, pp. 81-84 (n. 50)
Julia Drobinsky, « La coiffure féminine entre moyen d'identification et principe axiologique dans l'iconographie de Guillaume de Machaut », extrait de La chevelure dans la littérature et l'art du Moyen âge : actes du 28e Colloque du CUER MA, 20-21 et 22 février 2003 . - Aix-en-Provence : Publications de l'Université de Provence, 2004, p. [111]-128, cité p. 123, n. 14
Patricia M. Gathercole, The Depiction of Clothing in French Medieval Manuscripts , Lewiston, New York ; Queenston, Ontario : The Edwin Mellen Press, 2008
Gorra, Il cavaliere errante di Tommaso III di Saluzzo , Studi di critica litteraria, Bologne, 1892, pp. 32-110
Hasenor et Zink, Dictionnaire des lettres françaises , T. 2 Le Moyen Age, 2e edition, Paris, 1992, pp. 1440-1441
Marie Jacob, Dans l'atelier des Colombe, Bourges, 1470-1500 : la représentation de l'Antiquité en France à la fin du XVe siècle , Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012, cité p. 76.
Eberhard König et Heribert Tenschert, Leuchtendes Mittelalter VI , Heribert Tenschert; 1993/94
Meiss, French Painting in the Time of Jean de Berry : The Limbourgs and their contemporaries , New York, 1974, p. 14
Michel Pastoureau, L’art héraldique au Moyen Age , Seuil, 2009, cité n. 34
Marco Picca, Tommaso III di Saluzzo, Il libro del cavaliere errante (BnF ms. Fr. 12559) , Boves, 2008
Sterling, La peinture médiévale à Paris, 1300-1500 , Paris, 1987, pp. 287, 290-291
Elisabeth Taburet-Delahaye et François Avril, Paris 1400: Les Arts sous Charles VI , Paris, 2004, pp. 221-222, n. 131
Wyss, « Die neun Helden. Eine ikonographische Studie », Zeitscrift für Archaeologie und Kunstgestichte 17, 1957, p. 78
Les fastes du gothique: le siècle de Charles V , Paris, 1981, n. 349


2016
Fanny CAROFF, L'' Ost des Sarrasins. Les Musulmans dans l'iconographie médiévale. France-Flandre XIIIe-XVe siècle, Paris : Le Léopard d'or, 2016.
MSS [8 IMPR 12619

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 4853.

Documents de substitution

Ce manuscrit a précédemment fait l'objet d'une numérisation partielle, retirée de Gallica le 11/07/2016 : http://visualiseur.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10509668g

Dépouillement bibliographique

Ce dépouillement bibliographique est réalisé de façon systématique à partir des publications acquises par le département des Manuscrits. Il est issu de chargements périodiques (dernier chargement : février 2021).

2014

Chr. De MERINDOL, « A propos de l'exposition 'La Légende du Roi Arthur'. Nouvelles lectures », dans Marqueurs d'identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l'individu et la famille (XIIe-XVe siècles) : actes du colloque tenu à Poitiers les 17 et 18 novembre 2011, textes réunis par Catalina Girbea, Laurent Hablot et Raluca Radulescu, Turnhout : Brepols, 2014, p. 143-180, fig.13(p. 178). — 8-IMPR-12090.

L. C. GENTILE, « Le 'Chevalier errant' de Thomas III de Saluces. Une lecture héraldique et emblématique », dans Marqueurs d'identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l'individu et la famille (XIIe-XVe siècles) : actes du colloque tenu à Poitiers les 17 et 18 novembre 2011, textes réunis par Catalina Girbea, Laurent Hablot et Raluca Radulescu, Turnhout : Brepols, 2014, p. 243-251, cité dans le cadre de l'étude. — 8-IMPR-12090.

N. CIVEL, « Les armoiries des Neuf Preuses », dans Marqueurs d'identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l'individu et la famille (XIIe-XVe siècles) : actes du colloque tenu à Poitiers les 17 et 18 novembre 2011, textes réunis par Catalina Girbea, Laurent Hablot et Raluca Radulescu, Turnhout : Brepols, 2014, p. 117-127, cité dans le cadre de l'étude. — 8-IMPR-12090.

2016

Ginetta AUZZAS, Carlo DELCORNO, Manlio Pastore STOPCCHi (dir.), Fondatle e già diretti da vittore branca, Firenze : Le Lettere, 2016, cité p. 368, 373, 376. — P-186.

2018

Lucien REYNHOUT, Benjamin VICTOR, Librorum studiosus : Miscellanea palaeographica et codicologica Alberto Derolez Dicata, Turnhout : Brepols, 2018, cité p. 141. — 4-IMPR-3766.