NAF 4119

Cote : NAF 4119
Dante Alighieri, La Divine Comédie , Paradis , Chants I-XI/XIV et XV-XX ; traduction en vers français, avec commentaire en prose [par François BERGAIGNE].
XVIe siècle (vers 1524-1525).
Paris .

Écriture bâtarde.
1 peinture héraldique aux armes et devise du chancelier de France Antoine Duprat (f. 1v) ; 6 miniatures : f. 82v (chant XV. Dante et Béatrice voient l'empereur Conrad III revêtant Cacciaguida des insignes de chevalier), 88v (chant XVI. Dante et Béatrice au-dessus de la ville de Florence), 95 (chant XVII. Dante et Béatrice devant l'une des portes de Vérone ; Dante est reçu par un membre de la famille Scaliger), 101v (chant XVIII. Les âmes formant la croix de Mars, notamment Roland, Charlemagne et Godefroy de Bouillon), 107 (chant XIX. Frédéric II, roi de Sicile, fuyant devant Charles II d'Anjou ; dans le ciel, Jupiter et l'aigle formé par les âmes des saints), 112v (chant XX. La Justice entourée des justes, dont David et Ezéchias ; dans le ciel, le même aigle que dans la miniature précédente). Marie-Blanche Cousseau a attribué l'ensemble des illustrations au collaborateur principal de l'enlumineur parisien Étienne Colaud, qu'elle nomme par convention "l'exécutant principal des Statuts de l'ordre de Saint-Michel". Cet artiste anonyme fut actif à Paris dans les années 1520-1540.
1 grande initiale peinte sur fond doré orné de roses (f. 2) ; petites initiales peintes ou dorées sur fond rouge ou bleu filigrané d'or ; pieds-de-mouche dorés sur fond rouge ou bleu filigrané d'or ; rubriques.
Le décor des cahiers 2 à 10 (chants I-XI) n'a pas été réalisé ; celui du dernier cahier (chant XX) est resté inachevé (emplacements vides pour les initiales et les pieds-de-mouche).

Parchemin. 118 feuillets, précédés et suivis d'un feuillet de garde de parchemin. 200 × 145 mm (justification env. 135 × 87 mm).
16 cahiers : 1 cahier de 2 feuillets (f. 1-2), 1 cahier de 6 feuillets (f. 3-8), 13 cahiers de 8 feuillets (f. 9-16, 17-24, 25-32, 33-40, 41-48, 49-56, 57-64, 65-72, 73-80, 81-88, 89-96, 97-104, 105-112), 1 cahier de 6 feuillets (f. 113-118). Traces de signatures des cahiers (ex. lettre m aux f. 81-88) et des bifeuillets à l'intérieur de chaque cahier ; traces de réclames (ex. f. 40v, 48v, etc.).
Réglure à l'encre brun rosé, 26 longues lignes.

Reliure du XVIIe siècle en maroquin citron, plats ornés d'un décor à la Duseuil et d'un écu aux armes de Bretagne, dos semé d'hermine et portant une inscription dorée entre le premier et le second nerf : "Ant. / de Prato / sectat. / de / iustice" (Antoine Duprat) ; tranches dorées.

Estampilles : Marque de collection estampée à l'encre rouge, non identifiée, au f. 2r (Frits LUGT, Les marques de collections de dessins & d'estampes, Amsterdam, 1921, n° L.114) ; estampilles de la Bibliothèque nationale (Troisième République), 1870-1940 (modèles avec mention "MSS" ou "MANUSCRITS", proches de JOSSERAND-BRUNO, n° 39 et 40).

Manuscrit en français
Ce document est conservé sur un site distant.

Conditions d'accès

Un délai est nécessaire pour la communication de ce document. En savoir plus.

Documents de substitution

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Historique de la conservation

Exemplaire dédié à Antoine Duprat (1463-1535), chancelier de France (1515) et de Bretagne (1519). — Au premier feuillet sont peintes les armes de Duprat ("d'or, à la fasce de sable accompagnée de trois trèfles de sinople, deux en chef et un en pointe"), avec la devise : "Disolver non si puo", et deux banderoles rouges sur lesquelles on lit, en lettres blanches, les deux vers :

« Chascunne chose emporte l'heure,
« Seulle vertu est qui demeure. »

Acquis par la Bibliothèque nationale le 19 février 1877 de M. Labitte, libraire sis 4 rue de Lille à Paris, pour la somme de 1567 F 50 (BnF, Manuscrits, Registre des acquisitions 1848-1893, n° 6813).

Présentation du contenu

Ce manuscrit contient une partie de la traduction du Paradis que François Bergaigne composa vraisemblablement pour la reine Claude de France (1499-1524) entre 1515 et 1524 :
F. 2r-3r. Épître à Antoine Duprat : "A très équitable, vertueux et vigillant sectateur de justice et très honnoré seigneur Anthoine de Prato chancellier de France, Salut et félicité. Pensant en moy et revolvant ès premiers cellules de ma non assoupie mémoire...-... Cela est le souhait et désir de vostre très humble servant."
F. 4r-82r. Dante Alighieri, Paradis, dans la traduction française de François Bergaigne, Chants I-XI/XIV : "Chappitre premier. Cy commence la tierce partie de la Comédie de Dantes appellée Paradis, en laquelle il tracte de la nature humaine... [L]a gloire à cil qui tout meut et repose // Par l'univers cler penectre et resplend...-... icelle dernière fin où est nostre béatitude qui seullement est la vision de Dieu comme est escript au psalmiste : Letificabis me in gaudio cum vulto tuo. Et cetera."
On note une lacune de texte entre le f. 80v ("...Que admise fust de seconde couronne // Par Honoré inspiré à conduyre", chant XI) et le f. 81r ("eux une doublance, c'est assavoir si la lueur qui me envyronnera...", Déclaration du chant XIV). Compte tenu de la collation (changement de cahier entre le f. 80 et le f. 81), il n'est pas impossible que des cahiers soient manquants. On observe en outre un changement d'écriture, de mise en page et de décor à partir du f. 81r.
F. 83r-118v. Dante Alighieri, Paradis, dans la traduction française de François Bergaigne, Chants XV-XX : "Chappitre XVe. Comme l'acteur monstre la bénignité des ames estans en cherité... Bégnin vouloir en qui se manifeste // Tousjours l'amour qui inspire droictement...-... Ainsy parlant l'aigle de Trayan et de Ripheus, au silaber de ses parolles les deux flammes des yeulx avoient le mouvement de telle concordance."

Chaque chant est précédé d'un Quatrain (sauf les chants X, XIX et XX) et d'un argument, et suivi d'un Rondeau (sauf les chants XV et XVII-XX, où il n'a pas été copié) et d'une Déclaration en prose. Le chant XI est dépourvu de Rondeau et de Déclaration par lacune de texte. Selon Lucien Auvray, les Déclarations sont des adaptations d'une édition du commentaire de la Comedia par Jacopo della Lana (AUVRAY, 1892, p. 131).

L'exemplaire complet de la traduction de Bergaigne destiné à la reine Claude de France semble avoir disparu, mais un troisième manuscrit, fragmentaire et dédié pour sa part à l’amiral Guillaume Gouffier (1488-1525), est aujourd’hui conservé sous la cote NAF 4530 (cf. DELISLE, Manuscrits latins et français ajoutés aux fonds des nouvelles acquisitions pendant les années 1875-1891, Paris, 1891, I, p. 205-206).

Bibliographie

1892
Lucien AUVRAY, Les Manuscrits de Dante des bibliothèques de France, essai d'un catalogue raisonné, Paris : E. Thorin, 1892, p. 129-133, n° XLIII.

1897
Carlo DEL BALZO, Poesie di mille autori intorno a Dante Alighieri, Rome : Forzani, 1889-1909, volume V, 1897, p. 5-10.

Camille MOREL, Les plus anciennes traductions françaises de la Divine Comédie, publiées pour la première fois d'après les manuscrits et précédées d'une étude sur les traductions françaises du poème de Dante, Paris : Welter, 1897, I, p. 589-603, II, pl. I-VII.

Edmund STENGEL, Philologischer commenta Zu der Französ. Übertragung von Dantes Inferno In der hs. L iii 17 Der Turiner Universitàtsbibliothek, Paris 1897, p. 3, note 1, p. 31-32.

Ludwig VOLKMANN, "Iconografia Dantesca", die bildlichen Darstellungen zur "Göttlichen Komödie", Leipzig : Breitkopf und Härtel, 1897, tafel 9.

1900
Henri OMONT, Bibliothèque nationale. Catalogue général des manuscrits français : Nouvelles acquisitions françaises. Tome II. Nos 3061-6500, Paris : E. Leroux, 1900, p. 128.

1908
Arturo FARINELLI, Dante e la Francia dall' età media al secolo di Voltaire, Milan : U. Hoepli, 1908, I, p. 274-277.

1988
Paul CHAVY, Traducteurs d’autrefois. Moyen Âge et Renaissance. Dictionnaire des traducteurs et de la littérature traduite en ancien et moyen français (842-1600), Paris, Genève : Champion- Slatkine, 1988, I, p. 171.

2001
Richard COOPER, "Dante sous François Ier. La traduction de François Bergaigne", dans Pour Dante. Dante et l’Apocalypse. Lectures humanistes de Dante, dir. B. Pinchard, avec la collaboration de Ch. Trottman, Paris : Champion, 2001, p. 389-406, p. 400.

2015
Myra D. ORTH, Renaissance manuscripts : The Sixteenth Century, Londres : Harvey Miller, cop. 2015-2016 (A survey of manuscripts illuminated in France), II, p. 99-102.

2016
Marie-Blanche COUSSEAU, Etienne Colaud et l'enluminure parisienne sous le règne de François Ier , Tours : Presses universitaires François-Rabelais de Tours ; Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2016 (Renaissance), p. 85, 95, 167, 169-172, 216-220, 227, fig. 34, 93.

Pieter De LEEMANS, Michèle GOYENS, Translation and Authority - Authorities in Translation, Turnhout : Brepols, 2016 (The Medieval Translator, 16), cité p. 230.

Giovanni SACCANI, Più splendon le carte : manoscritti, libri, documenti, biblioteche : Dante "dal tempo all'etterno", Turin : Hapax, 2016.

Informations sur le traitement

Notice rédigée par Laure Rioust (mai 2017).