Département des Manuscrits > Rothschild > Rothschild 598-896

Rothschild 803

Cote : Rothschild 803 [VI, 2, 40]  Réserver
HECATOMPHILE || On les vend en la rue neufue nostre Dame a lenseigne || sainct Nicolas, par Pierre sergent. M.D.XXXIX [1539]. In-16 de 80 f. mal chiffr., v. f., dent., dos orné, tr. jasp. (Anc. rel.)
Ouvrage rédigé en français
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Présentation du contenu

Le titre est orné d'un bois qui représente une dame tenant une fleur. Une banderole qui se développe derrière cette dame porte le mot Hecatomphile.

Au v° du 1er f. est placé le titre suivant : Hecatomphile, ce sont || deux Dictions Grecques || Composees, signifiant, Centiesme || Amour sciemment appropriees || a la dame ayant en elle au- || tant damours que cent au- || tres dames en pourroient || comprendre, dont a || present est faicte || mention. || Tournee de Vulgaire Italien en langai- || ge Francoys || Ensemble, || Les Fleurs de Poesie Francoyse, Et autres || choses solatieuses. || Reueus Nouuellement.

Le texte est orné de 56 petites figures gravées sur bois. L'erreur que nous avons signalée dans le numérotage des f. se produit après le f. 55, lequel est suivi d'un f. non chiffré ; il en résulte que le dernier f. est coté 79 au lieu de 80.

Le volume se divise en deux parties : la première, qui occupe les f. 2 à 25, r°, est une traduction française de l'Ecatonphila de LEONE-BATTISTA ALBERTI. Cet opuscule, dont la première édition avait paru à Venise en 1491, avait été réimprimé plusieurs fois au commencement du XVIe siècle, une fois entre autres sous le nom de Boccace (voy. Brunet, I, 131). La seconde partie commence, au f. 25, v°, par un Prologue du disciple de l'archipoéte françoys sur le livre intitulé Les Fleurs de poesie françoyse. L'auteur de cette épître amphigourique devait être un disciple de Marot, à qui seul paraît convenir le titre d' « archipoète ».

Les Fleurs de Poesie françoyse se subdivisent elles-mêmes en deux parties. La première, qui avait été jointe, dès l'année 1534, à la première édition de l'Hecatomphile, est un recueil de 62 pièces diverses : huitains, dixains, rondeaux, etc. ; la seconde, ajoutée pour la première fois au volume par l'imprimeur François Juste, en 1537, ne contient que des blasons. Les 62 petites pièces offrent cet intérêt qu'elles ont toutes été composées à la cour de François Ier, et que plusieurs émanent du roi lui-même. Voici, du reste, la table complète du recueil (nous indiquons par un astérisque, les pièces qui se retrouvent dans le Recueil de 1550, décrit dans la notice Rothschild 809)

*A Menelée et Paris je pardonne, fol. 42, v° (Poésies du roi François Ier, etc., publiées par M. Champollion-Figeac, 1847, p. 96 ; Œuvres de Saint-Gelais, éd. Blanchemain, III, 280).

Adam fust faict et formé gentilhomme, fol. 53 (Biblioth. nat., ms. Français 2206, fol. 153).

*Amour a faict empenner ses deux aelles, fol. 49 (Saint-Gelais, III, 47).

* Amour a faict son trophée eriger, fol. 32 (Poésies de François Ier , p. 109).

L'éditeur de l'Hecatomphile admet l'attribution au roi, car il intitule ces vers : Description du triumphe d'Amour sur tous les dieux, par le prince des poétes françoys.

Amour amy de tous reste des siens, fol. 43 (Poésies de François Ier , p. 158 ; Saint-Gelais, III, 285).

Amour et moy avons fait qu'une dame, fol. 48, v°.

Amour et moy en vous feront [sic] demeure, fol. 48, v°.

* Amour n'est pas ung Dieu, c'est ung magicien, fol. 34 (Saint-Gelais, III, 48).

Amour, tresbien ta divine puissance, fol. 41.

A qui est cest enfant ? A Venus, la deesse, fol. 27.

Aucuns blasment Amour, louant leur ignorance, fol. 31, v° (Poésies de François Ier p. 150).

L'éditeur dit que ces vers ont été composés par « le plus noble et plus parfaict des vrays amans ».

Celle qui fut de beaulté si louable, fol. 42, v° (Poésies de François Ier , p. 159 ; Saint-Gelais, III, 285).

Celle est perfaicte Amour, la plus vraye et non faincte (Poésies de François Ier , p. 161).

L'éditeur nomme l'auteur « le parfaict des amans ».

Ce qui est bon ne ce doibt emprunter, fol. 44.

Cesse, mon œil, de plus la regarder, fol. 42 (Saint-Gelais, III, 48).

Chascun t'oyant ou voyant en ta grace, fol. 47.

L'éditeur attribue cette pièce au « prince des poétes ».

Chose commune à tous n'est aggreable, fol. 44, v° (Poésies de François Ier , p. 160).

Ce huitain est, dit l'éditeur, « du plus perfaict des vrays aymantz »

* D'en aymer trois ce m'est force et contraincte, fol. 47 (Poésies de François Ier , p. 97 ; Saint-Gelais, III, 281).

L'éditeur intitule ce dixain : Comment Amour navra de trois dars le plus perfaict des vrays amans.

Dictes ouy, ma dame ma maistresse, fol. 45 (Poésies de François Ier , p. 157).

Dictes sans peur ou ouy ou nenny, fol. 45, v° (Poésies de François Ier , p. 95).

Dieu me la feit tant dignement pourveue, fol. 43, v° (Biblioth. nat., ms. Français 1700, fol. 15).

Dieu tout puissant delivra en ce jour, fol. 46.

*Donner vous vueil certaine congnoissance, fol. 31.

En te voyant changeay ma liberté, fol. 45.

Esprit, que fais ? Quoy ? Cent tours en une heure, fol. 46, v°.

Estant seulet auprès d'une fenestre, fol. 41 (Poésies de François Ier , p. 155).

Fortune, de mon bien envieuse et jalouse, fol. 51, v° (Saint-Gelais, III, 49).

Heureux est le consort qui tant te fait aymer, fol. 48, v°.

J'ay basty fondement sur verité congneue, fol. 48, v°.

Je l'ayme tant qu'elle m'en aymera, fol. 45, v° (Blioth. nat., ms. Français 1700, fol. 15, v°).

Je ne me plainctz de toy et moins de ton effect, fol. 48.

Ce quatrain est du « plus parfaict des vrays amans ».

Je [ne] sçay quoy semble escript en ses yeux, fol. 42.

Je n'ause estre content de mon contentement, fol. 48 (Poésies de François Ier , p. 176).

Quatrain attribue par l'éditeur au « parfaict des amans ».

Je sens au vray qu'Amour me porte hayne, fol. 44, v°.

Las ! je sçay bien que je fais grande offence, fol. 51.

Las ! que crains tu, amy ? De quoy as deffiance, fol. 48.

Le dieu des jardins, Priapus, fol. 35.

Douzain attribué au « prince des poétes ».

Le feu qui m'ard ne peult estre destainct, fol. 40, v°.

L'œil trop hardy si hault lieu regarda, fol. 41, v° (Saint-Gelais, III, 37).

L'éditeur de 1550 fait précéder cette pièce de ces mots : De monsieur le cardinal de Tournon.

Loyaulx amans, qui les durs coups sentez, fol. 36, v°.

Ballade attribuée au « prince des poétes ». Le refrain est : C'est ce qu'il ayme, et si le tient de race.

Mal ou bien fait, j'en ay dit mon-advis, fol. 28, v° (Saint-Gelais, I, 302 ; cf. Biblioth. nat., ms. Français 2335, fol. 2).

M'amye et moy, peu de foys en long temps, fol. 44.

Mereveille est qu'Amour, plus que Mort furieux, fol. 37, v°.

Oeil, que veux tu ? Je vueil au corps rentrer, fol. 49.

Plus ay de bien, plus ma douleur augmente, fol. 44, v° (Poésies de François Ier , p. 96).

Pour vous donner perfaict contentement, fol. 45, v°.

Quand le corps justement reçoit punition, fol. 52.

Qui doibs je plus, ou craindre ou estimer, fol. 46, v° (Poésies de François Ier , p. 153).

Huitain attribué au « plus perfaict des vrayz aymans ».

Qu'est ce qu'Amour ? Est ce une deité ? fol. 27, v° (Poésies de François Ier , p. 127 ; Saint-Gelais, I, 82 ; cf. Biblioth. nat., mss. Français 862, fol. 1, et 2335, fol. 1).

Qui est la nymphe assise a la fenestre, fol. 50, v°.

Si ceulx qui ont vertu et grace par nature, fol. 48 (Poésies de François Ier , p. 160).

Dixain attribué au « parfaict des amans ».

Si Cupido mouroit par accident, fol. 34, v°.

*Si je maintiens ma vie seullement, fol. 43 (Saint-Gelais, III, 7).

Si l'ame faict aux lieux sa penitence, fol. 56, v°.

Si la pitié que j'ay eu de voz plainctes, fol. 48, v°.

S'il est ainsi qu'Amour soit jeune enfant, fol. 30, v° (Poésies de François Ier , p. 149).

Si le tien cueur pretend a se pourveoir, fol. 49, v°.

Ballade en faveur des Parisiennes contre les Lyonnaises.

Le refrain est : Paris sans per en l'amoureux service. — Cette pièce doit être ajoutée à celles que M. Paul Meyer cite dans son curieux article sur le proverbe Paris sans per (Romania, XI, 1882, 579). On peut mentionner encore sur le même sujet une ballade dont le refrain est : Paris sans per, invincible sentence (Biblioth. nat., ms. Français 1356, fol. 39.

*Tousjours le feu cherche a se faire veoir, fol. 33, v° (Saint-Gelais, III, 2).

Ce dixain est du « plus noble des vrays amans ».

Trois Graces de Venus et trois belles Seraines, fol. 41.

Ung jour Amour, tirant à L'adventure, fol. 38.

Chant royal, dont le refrain est : Desbender l'arc ne guerit point la playe.

Ung jour estant seullet a la fenestre, fol. 35.

Venus ayant perdu son filz vollage, fol. 29.

Cette pièce est intitulée : Discretion d'amour, par le prince des poétes françoys.

Voici maintenant la liste des blasons qui forment la seconde partie du recueil :

Blason des Cheveulx, [par JEAN DE VAUZELLES], fol. 54, v°.

Blason du Sourcil, [par MAURICE SCÈVE], fol. 56.

Blason de l'Œil, [par ANTOINE HEROET, dit LA MAISON NEUFVE], fol. 56 (lis. 57).

Blason de la Larme, [par MAURICE SCÈVE], fol. 57 (lis. 58)

Blason de l'Oreille, [par ALBERT LE GRAND], fol. 58 (lis. 59).

Blason de la Bouche. [par VICTOR BRODEAU], fol. 59 (lis. 60), v°.

Blason du Front, [par MAURICE SCÈVE], fol. 61 (lis. 62).

Blason de la Gorge, [par MAURICE SCÈVE], fol. 61 (lis. 62).

Blason du Tetin, [par CLEMENT MAROT], fol. 62 (lis. 63), v°.

Blason du Cueur, [par ALBERT LE GRAND], fol. 63 (lis. 64).

Blason de la Main, [par CLAUDE CHAPUYS], fol. 65 (lis. 66).

Blason du Ventre, [par CLAUDE CHAPUYS], fol. 65 (lis. 66), v°.

Blason de la Cuisse, [par LE LIEUR], fol. 67 (lis. 68).

Blason du Genoil, [par LANCELOT DECARLES], fol. 68 (lis. 69), v°.

Blason du Pied, [par LANCELOT DE CARLES], fol. 68 (lis. 69), v°.

Blason de l'Esprit, [par LANCELOT DE CARLES], fol. 71 (lis. 72).

Blason de l'Honneur, [par LANCELOT DE CARLES], fol. 73 (lis. 74).

Blason de la Grace, [par LANCELOT DE CARLES], fol. 74 (lis. 75), v°.

Blason du Souspir, [par MAURICE SCÈVE] fol. 76 (lis. 77), v°.

Blason du C, [par CLAUDE CHAPUYS], fol. 77 (lis. 78), v°.

Blason du Q, [par CLAUDE CHAPUYS], fol. 78 (lis. 79).

Notes: Ajout ou correction publié dans le Tome 5 du Catalogue des livres de la bibliothèque de M. le baron James de Rothschild (Paris : Damascène Morgand, libraire, 1920) : Hecatomphile, 1539. Modifier ainsi le 3e alinéa de la note p. 540 :Les Fleurs de Poësie françoise se subdivisent elles-mêmes en deux parties : La première, anonyme en 1536 (Cat. Guyot de Villeneuve, 1901, n° 652) est un recueil, etc. ; la seconde, ajoutée au volume par l'éditeur de la réimpression, ne contient, etc.

Historique de la conservation

Exemplaire du DUC DE HAMILTON (Cat. Beckford, 1882, n° 106).

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc : Alberti (L. Ballu) Hactomphile. Cote de consultation en salle de lecture : MF 35553. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 19115.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution : R 19115.

Voir le document numérisé
vignette simple

Belles-lettres — Poésie — Poètes français— Recueils de poésies de l'époque de Marot et de ses successeurs jusqu'à Malherbe

Alberti (Leone Battista) • Hecatomphile (1543)

Brodeau (Victor) • Blason de la bouche (1539)

Carle (Lancelot de) • Blason du pied, Blason du genoil, Blason de l'esprit, Blason de l'honneur, Blason de la grace (1539)

Chapuis (Claude) • Blason de la main (1539)

Chapuis (Claude) • Blason du ventre (1539)

Chapuis (Claude) • Blason du c. n. (1539)

Chapuis (Claude) • Blason du cul (1539)

Fleurs (Les) de poësie françoise (1536) • citées

François Ier, d'abord comte d'Angoulême • Diverses pièces de vers de lui dans l'Hecatomphile (1539)

Guyot de Villeneuve (Gustave), cité

Hecatomphile (1539)

Héroët (Antoine) de La Maison Neufve • Blason de l'œil (1539)

Le Grand (Albert) • Blason de l'oreille et Blason du cœur (1539)

Le Lieur (Jacques), dit Ligarius • Blason de la cuisse (1539, 1550, 1807)

Saint-Gelais (Mélin de) • Diverses pièces de lui dans l'Hecatomphile (1539)

Scève (Maurice) • Blason du sourcil, Blason de la larme, Blason du front, Blason de la gorge, Blason du souspir (1539)

Sergent (Pierre), libraire à Paris (1539)

Vauzelles (Jean de) • Blason des cheveulx (1539)