Département des Manuscrits > Rothschild > Rothschild 299-597

Rothschild 504

Cote : Rothschild 504 [IV, 4, 81]  Réserver
¶ LA DEPLORATION de leglise militante sur || ses persecutions interiores et exteriores et || imploration de aide en ses aduersitez par || elle sonstenues [sic] en lan mil cinq cens dix : et || cinq cẽs vnze : que p̃ sidoit en la chaire mon- || seigneur sainct pierre Iulius Secundus. || Composee par le trauerseur des voies pe- || rilleuses. || Cum gratia et priuilegio. — [Au r° du f. Dij :] ¶ Cy finist la deploratiõ de leglise militã || te sur ses [par]secutiõs interiores [et] exteriores / || [et] ĩploratio de aide en ses aduersitez par elle || soustenues en ; lan mil cinq cens dix / [et] cinq || cens vnze. Que presidoit en la chaire mõsi || eur sainct Pierre / Iulius Secundus. Com || posee [par] le trauerseur des voies perilleuses, || ĩprimee a Paris a la rue iudas pres les car || mes. Lan mil cinq cẽs [et] douze [1512] le q̃nziesme || Iour de may pour Guillaume eustace li- || braire et relieur de liures iure de luniuersite || de paris demourant a la rue de la iuifrie a || lenseigne des deux Sagittaires. Et la se || vendent ou au palays a la grant salle au || troiziesme pillier. In-4 goth. de 28 f. de 29 lignes à la page pleine, sign. A-C par 8, D par 4, mar. r. jans., tr. dor. (A. Motte.)
Ouvrage rédigé en français
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Présentation du contenu

Au titre, la marque de Guillaume Eustace (Brunet, V, 1647 ; Silvestre, n° 63). — Au v° du titre, un bois qui représente l'acteur offrant son livre au pape (ce bois est signé du monogramme d'Eustace).

Le poème de JEHAN BOUCHET occupe les f. Aij, r° — Dij, r° ; il est suivi d'un Extraict des registres du parlement constatant qu'un privilège de trois ans a été accordé à Guillaume Eustace, le 15 mai 1512. Le volume se termine par quatre distiques latins Ad magnificum dominum senatus mediolanensis cancellarium, signés : B. DARDANUS, et par un poème latin du même auteur In adventu clarissimi ac prestantissimi domini Jacobi Oliverii, juris utriusque doctoris ac senatus Mediolani [sic] moderatoris.

Jacques Olivier, qui devint en 1517 premier président du parlement de Paris, avait été investi, en 1510, des fonctions de chancelier du duché de Milan. Son panégyriste, B. Dardano, paraît l'avoir suivi en France, et, après la mort de cet illustre magistrat, arrivée en 1519, s'être attaché à son frère, Jehan Olivier, vicaire général de l'abbaye de Saint-Denis, puis abbé de Saint-Médard de Soissons et, enfin, évêque d'Angers (1532-1540). Ce fut ainsi que Dardano composa un poème en l'honneur d'un des ouvrages de J. Olivier : In Pandorae Oliverianae laudem. Ce poème est joint à l'édition de la Pandora publiée par Nic. Constantin, à Reims, en 1618, in-8.

Au v° du dernier f. de la Deploration est une seconde marque d'Eustace (Silvestre, n° 949).

Belles-lettres — Poésie — Poètes français — Poètes français depuis Villon jusqu'à Marot

Bouchet (Jehan) • Deploration de l'Eglise militante (1512)

Dardano (Bernardino) • pièces latines en l'honneur de Jacques Olivier (1512)

Eustace (Guillaume), libraire à Paris (1512)

Motte (A.), relieur à Paris

Olivier (Frère Jacques) • Pièces latines en son honneur par B. Dardano (1512)

Olivier (Jehan), ancien chancelier de Milan • protecteur de Matteo Bandello (1545)