Département des Manuscrits > Rothschild > Rothschild 2983 (1016 c)-3280 (766 a)

Rothschild 3058 (1085 a)

Cote : Rothschild 3058 (1085 a) [II, 7, 66]  Réserver
¶ OPERA IOCVNDA No. D. || IOHÂIS. GEORGII ALIONI. || ASTENSIS Metro macharronico Ma || terno : & Galli || co compo || sita. — [Au r° du dernier f., au dessous de 24 lignes de texte :] Impressum Ast per magistrum. Fran || cischum de silua Anno dñi. Milesi- || mo quingentesimo vigesimoprimo [1521]. || die. xij. mensis Marcij. || Finis. In-8 goth. de 200 f. non chiffr. de 32 lignes à la page, impr. en petites lettres de forme, sign. a-z, &, ¶, mar. br., fil. et comp. à froid, titre doré sur les plats, tr. dor. et cis. (Cuzin.)
Manuscrit en français
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Présentation du contenu

Le f. a i, qui manque à l'exemplaire, doit être blanc.

Le titre, qui occupe le f. a ij r°, est accompagné d'un texte biblique en deux lignes et de trois distiques de BUONAVENTURA DELLA CHIESA, professeur de droit à Asti : http://archivesetmanuscrits/images/Rothschild/Rothschild-3058-01.gif

Au v° du titre sont neuf distiques de Buona ventura Della Chiesa et quatre distiques de NICCOLÒ FALETO, du Tridino.

Les f. a iij-a iiij sont occupés par la Tabula contentorum in opere.

Après un Prologo en patois astesan, on trouve dans le recueil les pièces suivantes :

I. — Macharronea contra Macharroneam Bassani, ad spectabilem d. Baltasarem Lupum, Astensem, studentem Papie, fol. a vj.

II. — Dix farces en italien et en français, savoir :
1. Comedia de l'homo et de soy cinque sent imenti, fol. b vij v°. Imitation de la Farce nouvelle des cinq sens de l'homme (Viollet-le-Duc, Ancien Théâtre françois, III, p. 300-324). Alione a substitué le Nez à l'Ouye.
2. Farsa de Zohan zavatino et de Biatrix soa mogliere, et del prete ascoso soto el grometto, fol. e i. Imitation d'une pièce qui fait partie, comme la précédente, du célèbre recueil du Musée britannique : Farce joyeuse, tresbonne et recreative pour rire, du Savetier, a troys personnaiges, c'est assavoir : Audin, savetier, Audette, sa femme, et le Curé (Viollet-le-Duc, II, p. 128-139).
3. Farsa de Gina et de Relucha, doe matrone repolite, quale voliano reprender le zovene, fol. f viij.
4. Farsa de la dona chi se credi havere una roba de veluto dal Franzoso alogiato in casa soa, fol. g vij. Le Français et son page s'expriment en français.
5. Farsa de Nicolao Spranga caligario, el quale, credendo haver prestata la soa veste, trovò per sententia che era donata, fol. h viij.
6. Farsa de Peron et Cheyrina, jugalli, chi littigoreno per un petto, fol. k vj. Imitation et, par endroits, simple traduction de la Farce nouvelle et fort joyeuse du Pect, a quatre personnages, c'est assavoir : Hubert, la Femme, le Juge et le Procureur (Viollet-le-Duc, I, p. 94-110).
7. Farsa del lanternero chi acconciò la lanterna et el soffieto de doe done vegie, fol. m iiij.
8. Farsa de Nicora et de Fibrina, soa sposa, chi fece el figliolo in cavo del meise, fol. o i.
9. Farsa del Bracho et del Milaneise inamorato in Ast, fol. p vj.
10. Farsa del Franzoso alogiato a l'osteria del Lombardo, a tre personagij, et quantunque l'auctore nostro non sia stato inventore del subgecto de quella, niente dy meno, per haverla luy ampliata et emendata, ne è parso farla stampare de compagnia, fol. r vij.

Ici encore le Français s'exprime dans sa langue.

III. — Poésies diverses, savoir :
1. Conseglo in favore de doe sorelle spose contra el fornaro de Primello nominato Meyni, fol. t i.
2. Frotola :

Nostre done han y cigl ercu,
Porton chioche e van stringa... (fol. t iiij v°).


3. Cantione de li disciplinati de Ast quando littigaveno contra li frati de sancto Augustino per la capella de l'Anunciata, fol. t v v°.
4. Altra Cantione de' dicti disciplinati per la medesima capella, fol. t vij.
5. Benedicite, Gracie, fol. t viij.
6. S'ensuivent les Œuvres de l'acteur en langue françoise, et premierement le Recœil que les citoyens d'Ast feirent a leur duc d'Orleans a sa joyeuse entre[e] quant il descendi en Italie..., fol. v i.
7. Le Voyaige et Conqueste de Charles huitiesme, roy de France, sur le royaulme de Neaples, et sa victoire de Fournoue, fol. v ij.
8. La Conqueste de Loys douziesme, roy de France, sur sa duchié de Milan..., fol. x i.
9. Ditz que devoit pronuncier une pucelle d'Ast au roy François a son retour de la bataille de Marignan, fol. y iij.
10. En chascune couple des vers qui s'ensuivent se trouvera par lectres numerales l'an que les choses y mencionnees sont advenues (1492-1500), fol. y iiij.
11. Louange au marquis de Monferra sur la concqueste d'Ancise, fol. y iiij v°.
12. Le Dit du singe, fol. y v. Variante d'une facétie qui, dès 1509, se rencontre dans Les Abus du monde de Pierre Gringore, v. 534-545.
13. Chapitre de liberté (un rime tierce), fol. y v v°.
14. Louange a Nostre dame en chant, sur la teneur : A l'ostel au cigne allons bien souvent.

Grace soit rendue a Dieu de la sus
Pour l'umble Marie, mere de Jhesus..., fol. y viij.

— Cette chanson n'est pas l'œuvre d'Alione ; c'est une pièce qui a été longtemps et qui est peut-être encore populaire. On en trouve une variante dans les Vieux Noëls, publiés par M. Lemeignen, 1876, I, p. 25.
15. Autre Louange a Nostre Dame, sur l'Obsecro et sur la teneur de : Ung franc archier du roy par cy passa.

Obsecro te, Marie, escoute moy,
Car devant toy est ma cause evocquee... fol. z ii.


16. Autre louange a Nostre dame, sur le Salve regina et sur la teneur de : Toute fleur de noblesse en qui mon cœur ressort.

Salve regina, mater misericordie,
A qui fit l'ambassade l'archangle Gabriel... fol. z iij v°.

— La pièce citée comme timbre de la chanson est très connue. Elle commençait en réalité par :

Gente fleur de noblesse...

— On la trouve dans les Chansons normandes publiées par Gasté, d'après le manuscrit de Vire, n° 7 ; dans Plusieurs belles Chansons nouvelles, 1535, fol. 42 v°, etc., etc.
17. Autre louange a Nostre Dame, sur la teneur : Vive le pape et le bon roy François.

O maris stella, salut [impr. sault], oyés noz voix,
Humble pucelle, mere du roy des roix..., fol. z v.


18. Louange a saincte Catherine, sur la teneur de : Faulte d'argent est doleur non pareille.

Gaude, gaude, glorieuse pucelle
Catherine, qui tant as soustenu..., fol. z vj.

— Nous avons déjà cité plusieurs fois le vers passé en proverbe qui sert de timbre. Voy. notice Rothschild 2737, mélodie appliquée par J. Favre au Psaume CVIII, et notice Rothschild 2975, p. 321, art. 8.
19. Chanson des Suyces sur la bataille de Marignan et sur la teneur de : Venez au pont des Pierres [sic], Brughelins et Gantois.

Seigneurs, oyez des Suyces
Qui tant font du grobiz..., fol. z viij.

— Cette pièce a été reproduite par. Le Roux de Lincy dans son Recueil de chants historiques français, 1842, II, p. 56. — La chanson qui sert de timbre doit se rapporter à l'attaque des Gantois contre Tournai en 1477. Il faut lire :

Venez au pont d'Espierres...

— On chantait sur la même mélodie :

L'ancienne ordonnance,
C'est de (s) la Saint André...

— (Vieux Noëls, publiés par M. Lemeignan, 1876, I, p. 52).
20. Chanson et Complainte d'une josne fille mariee a ung vieillarl jaloux, sur la teneur de :

Mon pere m'a donné mary
A qui la barbe grise point.
Venus, a toy je me complains
D'un vieu mari qu'on m'a donné..., fol. z ii j.

— M. Parducci n'a pas cité cette pièce dans l'étude qu'il a consacrée aux chansons françaises de la mal mariée (Romania, 1909, p. 286).
21. Chanson d'une bergiere, sur la teneur de : La tyrelitantaine.

L'autre jour chevauchoye
De Paris a Lyon... fol [et] iiij


22. Aultre chanson.

Qui veult oyr belle chanson
D'une fillette de Lyon... fol. [et] v v°.


23. Rondeau d'amours composé par signiffications.

Amour fait moult s'argent de ly se mesle..

— Curieuse suite de rébus, comprenant 27 figures.
24. De mesmes.

Ce n'est qu'abuz d'amours et sa querelle...

— Autre rondeau formé de 28 figures.
25. Rondeau en flameng.

Florens hauweel vriendt vuyt vercord..., fol. Ɔ .


26. Cy se replicque en italien le Dit du singe noté cy devant en françois

Note ben tug isto buga...

Le poète Gio. Giorgio Alione, d'Asti, mériterait d'être mieux étudié qu'il ne l'a été jusqu'ici. Sujet du duc d'Orléans, qui devint Louis XII, il fut vraisemblablement chargé d'amuser les armées françaises en Italie, et suivit sans doute les colonnes, avec quelques joyeux compagnons, comme le fit vers le même temps Jacques d'Adonville (voy. notice Rothschild 481). Les noms de ses camarades nous ont été conservés par Virgilio Zangrandi, à qui nous devons une réimpression exécutée en 1661 dans la même ville d'Asti ; c'étaient Secondino Grometto, Ambrogio Stella, Gio. Bartolomeo Garrone, Giovanino Bussolero, Enrico Bellotto, Cesare Camerano, Bernardino Pagliaro « et alcuni altri belli umori ». Alione vivait encore en 1521 quand parut le recueil que nous venons de décrire. Bien qu'il eût pris, comme la plupart des joueurs de farces (voy. ce que nous avons dit dans la notice Rothschild 2989), la sage précaution de joindre à ses œuvres un peu trop profanes des poésies pieuses, il n'en tomba pas moins sous le coup de l'Inquisition. Il fut condamné à la prison perpétuelle et ne dut son salut qu'au dévouement d'un ami. Le recueil était voué par les inquisiteurs à la destruction ; aussi les quatre ou cinq exemplaires qui subsistent sont-ils presque tous incomplets.

Une édition tronquée, publiée en 1560, est elle-même très rare. Une troisième édition imprimée dans la ville d'Asti par Virgilio Zangrandi en 1601 (la Bibliothèque Mazarine en possède un exemplaire coté 45368) donne un texte moins complet ; mais elle est précédée d'un avis de l'imprimeur qui nous apprend le peu que nous savons de la vie du poète. On cite encore une édition de Turin, 1628.

J.-Ch. Brunet, ayant acquis l'exemplaire du recueil de 1521, qui avait appartenu à Reina, à Tosi, à Payne, à Henrott et à Crozet (exemplaire incomplet de 2 f.), réimprima en 1836 les poésies françaises, bien qu'elles soient infiniment moins intéressantes que les farces (voy. notice Rothschild 482).

En 1865 G. Daelli, de Milan, a donné en deux petits volumes la reproduction complète des Opera jocunda. Depuis lors, Alione a fait l'objet d'études de M. Bruno Cotronei (Le Farse di G. G. Alione, studio critico ; Reggio Calabria, 1889, in-8), de M. Ferd. Gabotto (La Vita in Asti a tempo di G. G. Alione ; Asti, Bianchi, 1899, in-16) et de M. Maurice Mignon (J.-G. Alione, Poésies françaises : Chapitre de liberté, Chanson d'une bergère ; Paris, 1905, in-12) ; mais le sujet est loin d'être épuisé.

Il est très intéressant de rapprocher les farces d'Alione des farces françaises qui leur ont servi de modèles, ou parmi lesquelles on doit les ranger, puisque plusieurs personnages emploient notre langue. Les pièces en dialecte astésan ou en dialecte milanais offrent d'assez nombreux passages dont l'interprétation est difficile. Aucun critique ne s'est encore oocupé d'en donner un texte correct et intelligible. Quant aux pièces françaises, on ne peut en attribuer qu'une partie à l'auteur italien ; pour les chansons, notamment, il nous paraît s'être borné à transcrire, à retoucher peut-être, des chansons qui étaient populaires de son temps.

Historique de la conservation

Exemplaire de FERNAND COLOMB, qui a figuré en 1905 à la vente des livres d'E. DAGUIN et de son gendre, Compaignon DE MARCHÉVILLE (Cat., n° 1238).

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 35262. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 37994.

Belles-lettres — Poésie dramatique — Théâtre italien

Alione (Giorgio) • Opera jocunda (1521)

Bassano • réponse à ses vers macaroniques par Giorgio Alione (1521)

Bellotto (Enrico) • compagnon d'Alione (v. 1510)

Bussolero (Giovannino) • compagnon d'Alione (v. 1510)

Camerano (Cesare), joueur de farces • compagnon d'Alione (v. 1510)

Charles VIII

Colomb (Fernand) • volumes lui ayant appartenu

Compagnon de Marchéville • volumes lui ayant appartenu

Cotronei (Bruno), cité

Cuzin (A.), relieur à Paris

Daguin, bibliophile • Volumes lui ayant appartenu

Della Chiesa (Buonaventura) • vers latins en tête des Opera jocunda de Giorgio Alione (1521)

Dit (Le) du Singe

Faleto (Niccolò) • vers latins en tête des Opera jocunda de Giorgio Alione (1521)

Farce joyeuse, tresbonne et recreative pour rire, du Savetier... • imitée par Giorgio Alione (1521)

Farce nouvelle des cinq sens de l'homme • imitée par Giorgio Alione (1521)

Farce nouvelle et fort joyeuse du Pect • imitée par Giorgio Alione (1521)

Farces françaises et italiennes par Giorgio Alione (1521)

François Ier, d'abord comte d'Angoulême • Vers sur la bataille de Marignan par Gio. Alione (1521)

Gabotto (Ferd.)

Garrone (Gio. Bartolomeo) • compagnon d'Alione (v. 1520)

Grometto (Secondino), compagnon d'Alione, vers 1510

Louis XII

Lupo (Baldassarre) • Giorgio Alione lui dédie une pièce macaronique (1521)

Mignon (Maurice)

Milanais (Dialecte)

Pagliaro (Bernardino), joueur de farces, compagnon d'Alione (v. 1510)

Silva (Francesco de), imprimeur à Asti (1521)

Stella (Ambrogio), compagnon d'Alione (v. 1510)

Zangrandi (Virgilio) • édition des Poesies d'Alione, cité