Département des Manuscrits > Rothschild > Rothschild 2685 (2145 c)-2982 (1016 b)

Rothschild 2800 (434 a)

Cote :  Rothschild 2800 (434 a) [IV, 2, 24] 
LI ROUMANS DE LE ROSE [par Guillaume de Lorris, un anonyme et Jehan de Meun], suivi du Lai du Moine, du Bestiaire de Guillaume de Normandie, etc. Ms. in-4 de 170 f. sur vélin, à 2 col. (non compris 3 f. modernes), avec 78 petites miniatures et un grand nombre d'initiales en couleurs (haut. 228 ; larg. 163 mill.), XIV e siècle, mar. r., riche dorure à petits fers, tr. dor. ( Thompson.)
Ouvrage rédigé en français.
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

Conditions d'accès

Communication exceptionnelle, soumise à l’autorisation du directeur du département, sur demande motivée.

Présentation du contenu

Voici la table des poèmes contenus dans ce volume :

Le Roman de la Rose commençant ainsi (fol. 1 a ) :

Maintes gens culdent qu'en songes
N'ait se fables non et menchoignes ;
Mais on puet tel songe songier
Qui ne sont mie menchounier....

La partie composée par GUILLAUME DE LORRIS ne se termine pas, comme dans la plupart des manuscrits, par ces mots :

A peu que je ne m'en despoir
(éd. Fr. Michel, v. 4669) ;

on trouve à la suite du vers que nous venons de citer (fol. 28 d ), une tirade de 74 vers :

Desespoir, las, qui chi lira
En l'autre livre trouvera.
A che qu'estoie en tel destreche
Je vi venir par grant nobleche...

Ces vers sont la continuation anonyme qui a précédé chronologiquement celle de Jehan de Meun.

Immédiatement après on lit (fol. 29 c ) :

Explicit Primus .
Incipit Secondus .
Desespoir, las, je non ferai ;
Ja ne m'en desesporerai,
Car esperanche m'iert faillans...

Le poème se termine ainsi (fol. 139 a ) :

Ainsi oi la rose vermeille ;
Atant fu jours et je m'esveille.
Explicit li Roumans de le Rose,
Ou l'ars d'amours est toute encloze.

On lit à la suite (fol. 138 b ) :

Liber speculorum amancium .

Chis livres fu escris l'an M.CCC.XX et nuef, ou mois de setembre le venredi après le saint Denis de Franche.

Et si le fist uns hons escrire
Qui mout tresbien le savoit lire,
PIERRE DE BOUCHER l'oï nommer.
Onkes ne se pot tenir d'amer ;
Et si vous fai bien asavoir
Et si le vous tesmoigne pour voir
Que volentiers s'esbanioit
Et mout grant entente metoit
Au ju dont le Rose parole,
Car il n'amoit autre carole.
Quant lui plaira, j'ai deservie
Mout tresbien me cote hardie
Pour escrire ce biau livret.
On m'apele ROBECHOUNET,
DE GOUMECOURT par mon surnon.
Diex nous otroit sa benichon !
Amen, amen ! Che face mon !

Le nom de PIERRE DE BOUCHER a été écrit au XV e siècle à la place d'un autre nom gratté.

Quant au copiste Robechonnet de Goumecourt, il était Picard, et sa patrie, par conséquent, ne peut être le Gommecourt du département de Seine-et-Oise, mais bien le Gommecourt du Pas-de-Calais (arrondissement d'Arras), ou le Gomiecourt, du même département.

M. E. Langlois, qui prépare depuis de longues années, une édition critique du Roman de la Rose , consacre à notre texte une importante notice ( Les Manuscrits du Roman de le Rose , 1910, p. 89). Il désigne la première partie du poème par la sigle γo, et la seconde par la sigle E b .

Pour l'œuvre de Guillaume de Lorris et de son premier continuateur le présent manuscrit amalgame souvent, surtout au début, les leçons des deux groupes de manuscrits ; pour l'œuvre de Jehan de Meun, au contraire, il paraît n'avoir subi aucune contamination et doit se rapprocher beaucoup de l'original.

2° (fol. 138 c ) : [ Le Moine ] :

Puis que je bien dire le sai,
Une aventure que je sai
Vous dirai, si com il avint,
A pas encor .XXX. ans, non vint,
C'uns noirs moignes, par grant effroi
Chevauchoit sur son palefroi...

Ce tableau, qui est inédit, n'a rien de commun avec d'autres fableaux connus sous un titre analogue ; il se termine ainsi (fol. 139 d ) :

Ses garchons son cheval trouva
Et li moignes tantost monta ;
En s'abeïe en est alés.
Ichi est mes contes finés.
Explicit du Moigne.

http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/images/Rothschild/Rothschild-2800-01.gif Li Roumans de la Rose (1329), fol. 139.

3° (fol. 140 a ) : [Le Bestiaire de GUILLAUME LE CLERC, poète normand] :

Qui bien commenche et bien define,
C'est verités senee et fine.
En toutes ouvraignes on doit
Estre loyal, quels que il soit.
L'euvre de boine commenchaille,
Qui ara bone definaille
Et bon dit et bone matire,
Vieut WILLAUME en romans escrire.
Ceste euvre fu faite nouvele
[ lisez Ceste ouvraine fu faite neuve],
Du bon latin ou il la trueve,
El tans que Phelippes tint Franche
El tans de la grant mesestanche
Que Engleterre est entredite,
Si qu'il n'i avoit messe dite
Ne cors mis en terre sacree..

On voit ainsi que Guillaume écrit peu après 1208, année où l'Angleterre fut mise en interdit.

Le Bestiaire se termine ainsi (fol. 163 a ) :

GUILLAMES qui cest livre fist
En ceste definaille dist
Pour l'amour Raoul son signour
Pour cui il fu en cest labour,
Qui bien li a guerredonné,
Pramis li a et bien donné,
Bien li a convenant tenu.
A Raoul est bien avenu,
Car il a son non acompli,
Ne l'a mie mis en oubli
............................
Que li juste et li pecheour
Devant le juste trembleront ;
Ainsi l'otroit li rois du mont
Amen .

R. Reinsch cite notre manuscrit dans l'édition du Bestiaire qu'il a donnée à Leipzig en 1890 (lettre O, p. 27) ; mais il n'a pu en collationner le texte qui diffère beaucoup de celui que donnent les divers manuscrits qu'il a utilisés.

Les passages du Besant de Dieu intercalés dans le Bestiaire (voy. l'édition de Reinsch, p. 151) ont fait croire que le Besant se trouvait dans notre manuscrit, ce qui est inexact.

4° (fol. 163 b ). [ Le Dit de la Tremontaine ] :

Bele plus douche que seraine,
Estoile clere, tresmontaine...

Comme le fait observer M. Langlois, le titre de cette pièce est donné par le ms. Français 378 de la Bibliothèque nationale, fol. 6 ; notre manuscrit ne donne aucun titre. Voici les derniers vers :

Que Diex vous doint bone aventure
Et vous doinst mon cuer metre en joie !

Il y a dans ce poème trois strophes qui donnent une curieuse description de la boussole. Ces strophes ont été publiées par Paulin Paris, d'après le ms. 378 ( Manuscrits français , III, p. 249), et par Francisque Michel, puis par F. Wolf, d'après notre volume.

5° (fol. 165 a ) [ Le Lai des . III. chevaliers ] :

Qui a biaus dis vieut bien entendre
De romans, moult i puet aprendre..

Francisque Michel a imprimé cette pièce sous le titre de Lai du Conseil , dans ses Lais inédits , (p. 85) ; il a donné pour les 268 premiers vers les variantes du présent manuscrit.

En 1836, notre volume était en vente chez le libraire Techener, à Paris ; Paulin Paris ( Bulletin du Bibliophile , 3 e série, n° 7 (1836), p. 241 et suiv.), et Francisque Michel ( Lais inédits des XII e et XIII e siècles ; Paris, Techener et Londres, Pickering, 1836, in-8) en ont donné à cette époque chacun une description, dont les éléments ont été reproduits l'année suivante par F. Wolf ( Jahrbücher für wissenschaftliche Kritik , II (1837), p. 139-158, article réimprimé dans les Kleinere Schriften de F. Wolf ( Ausgaben und Abhandlangen aus dem Gebiete der romanischen Philologie , LXXXVII, p. 127 et suiv.). Le manuscrit fut vendu par Techener à J. BARROIS, en 1836, et plus tard par celui-ci à LORD ASHBURNHAM.

Le fonds Barrois dans la bibliothèque Ashburnham comprenait trois manuscrits du Roman de la Rose , cotés 11, 105, et 202 dans le Catalogue of the Manuscripts at Ashburnham Place ; Part the second, comprising a collection formed by Mons. J. Barrois . Le signalement du n° 11 dans ce catalogue ne laisse aucun doute sur son identité avec le volume de Techener décrit par P. Paris et F. Michel. L'identification du reste avait déjà été faite par E. Maun dans son étude sur le Bestiaire de Guillaume : Der Bestiaire divin des Guillaume le Clerc ; Heilbronn, 1888, p. 5 ( Französische Studien , Band VI, 2. Heft).

Les trois manuscrits ont été mis aux enchères en 1901 ; ils sont décrits sous les n° s 518, 519, 520 dans le Catalogue of the portion of the famous Collection of Manuscripts, the property of the R t . Hon. the Earl of Ashburnham known as the Barrois Collection (London, 1901). Le n° 11 fut adjugé, pour 345 ú, au libraire J. Rosenthal de Münich, le n° 105, pour 100 ú, au libraire B. Quaritch, de Londres, et le n° 202, pour 110 ú, aux libraires J. et J. Leighton, de Londres. Le 8 mai 1909, le ms. de Techener a figuré de nouveau à la vente de M. LUCIEN DELAMARE, faite par la librairie Th. Belin, à Paris (n°23). Le catalogue contient la reproduction du f. 9 v° (v. 1202-1260 de l'édition Langlois).

Ce qui n'a pas encore été remarqué jusqu'ici, c'est que le manuscrit devait compter primitivement 177 f. Il manque en effet 2 f. entre les f. actuellement cotés 40 et 41 ; 1 f. entre les f. 78 et 79, 2 f. entre les f. 98 et 99 (Barrois a fait remplacer ces 3 derniers f. par des imitations, assez bien écrites, mais dont les initiales peintes ne peuvent tromper l'œil le moins exercé ; il n'a pourtant pas changé le numérotage moderne des feuillets), 1 f. entre les f. 159 et 160 (v. 3157-3308 du Bestiaire dans l'édition Reinsch), 1 f. entre les f. 161 et 162 (v. 3686-3839 du Bestiaire ).

Documents de substitution

Microfilm noir et blanc sous la cote MF 29434.

Documents de substitution

Manuscrit intégralement numérisé. Cliquez ici pour voir les images.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document original.

Voir le document numérisé
vignette simple

Bibliographie

2004
Christopher De HAMEL, Les Rothschild, collectionneurs de manuscrits, trad. de l'anglais par Monique de Vigan, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2004, cité p. 95 et 101.

2007
Andrea VALENTINI, Le remaniement du « Roman de la Rose » par Gui de Mori : étude et édition des interpolations d'après le manuscrit Tournai, Bibliothèque de la ville, 101, Louvain-la-Neuve : Académie Royale de Belgique, 2007.

Documents de substitution

Microfilm en noir et blanc. Cote de consultation en salle de lecture : MF 29434. Cote de la matrice (pour commander une reproduction) : R 32860.

Documents de substitution

Il existe une version numérisée de ce document.

Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution : R 32860.

Voir le document numérisé
vignette simple

Dépouillement bibliographique

Ce dépouillement bibliographique est réalisé de façon systématique à partir des publications acquises par le département des Manuscrits. Il est issu de chargements périodiques (dernier chargement : février 2021).

2011

Dulce M. GONZÁLEZ-DORESTE, María del Pilar MENDOZA-RAMOS (dir.), Nouvelles de la Rose : actualité et perspectives du « Roman de la Rose », La Laguna : Universidad de La Laguna, Servicio de Publicaciones, 2011, cité p. 25. — 8-IMPR-11985.

2015

Sophie ALBERT, Mireille DEMAULES, Estelle DOUDET, Sens, rhétorique et musique. Études réunies en hommage à Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Paris : Honoré Champion éditeur, 2015, cité p. 190. — 8-IMPR-12415 (1).

Danièle DUPORT, Pascale MOUNIER (dir.), Voir l'habit : discours et images du vêtement du Moyen Âge au XVIIe, Bern, Berlin, Bruxelles : Peter Lang, 2015, cité p. 232. — 16-IMPR-3577.

2016

Estelle DOUDET, Marie-Laure SAVOYE, Agathe SULTAN, Lettres d'amour du Moyen Age. Les Saluts et Complaintes, Paris : Librairie générale française, 2016, p. 77. — 16-IMPR-3426.

2017

Nathalie COILLY, « Connais le tu point ? Oill, dame ! L'énergie du dialogue au Moyen-Âge : la mise en page de l'altercation entre Raison et l'Amant dans le Roman de la Rose (fin du XIIe-début du XVIe siècle) », dans Bulletin du bibliophile, 2 (2017), cité p. 240.

Nathalie Desgrugillers (dir.), Recueil complet des lais narratifs français XIIe-XIIIe siècles volume (G-Y), Clermond-Ferrand : Édition Paleo, 2017, cité p. 271. — 16-IMPR-3474 (2).

Jean de Meun et la culture médiévale. Littérature, art, sciences et droit aux derniers siècles du Moyen Age, Rennes : Presses universitaires, 2017, cité p. 110, 331. — 16-IMPR-3476.

Karen PRATT, Bart BESAMUSCA, Matthias MEYER… (dir.), The dynamics of the medieval manuscript, Göttingen : V & R unipress, 2017, cité p. 199. — 8-IMPR-13198.

Belles-lettres — Poésie — Poètes français — Poètes français depuis les origines jusqu'à Villon

Ashburnham (Le comte d') • manuscrits lui ayant appartenu

Barrois (Joseph) • manuscrits lui ayant appartenu

Besant (Le) de Dieu

Bestiaires (XIV e s.)

Boucher (Pierre de), fait transcrire le Roman de la Rose

Delamare • manuscrit lui ayant appartenu

Dit (Le) de la Tramontane

Goumecourt (Robechonnet de) •  copie le Roman de la Rose (XIV e siècle)

Guillaume le Clerc • Bestiaire

Lai (Le) des. III. chevaliers

Langlois (Ernest), cité

Lorris (Guillaume de) •  Roman de la Rose, mss. (XIV e s.)

Manuscrits de la collection James de Rothschild

Meun (Jehan de), dit Clopinel •  Le Roman de la Rose, mss. (XIV e siècle)

Michel (Francisque), cité

Paris (Paulin), cité

Reinsch (R.)

Techener (Jacques-Joseph), libraire à Paris [1802-1873] •  Livres provenant de sa librairie Roman de la Rose , ms

Thompson, relieur

Wolf (F.) • cité (1837)